26 octobre 2009

Nicolas Sarkozy se la coule douce

Le président travaille peu. On le sait depuis longtemps, à force de traquer la réalité de son agenda. Vendredi, il est rapidement parti au Cap Nègre, pour un week-end de repos. Quelle curiosité ! Le chantre du travailler plus a des horaires d'un salarié aux trente-cinq heures !
"Le président de la République et son épouse sont arrivés vendredi en début de soirée au Cap Nègre, près du Lavandou dans le V ar, pour y passer les vacances scolaires de la Toussaint. Le Falcone de la présidence qui les y a conduits a atterri sur la piste de l'aéroport de Hyéres -Toulon. Puis ils ont gagné par la route la propriété de la famille Bruni-Tadeschi où le couple présidentiel a pris l'habitude de s'installer pour les vacances. La voiture présidentielle suivie de son escorte de sécurité a franchi les grilles aux alentours de 20 h 30." (source: La Dépêche)
L'entourage du président a expliqué que le chef de l'Etat ferait des allers-retours depuis le Cap Nègre pendant les 15 jours qui viennent. Triste Sarkofrance ! Ces allers-retours seront financés par l'argent du contribuable. On imagine l'avion présidentiel, et les forces de sécurité mobilisées pour l'occasion. A peine rentré de 5 semaines de vacances estivales, Nicolas Sarkozy éprouve déjà le besoin de repartir, comme un petit écolier, pendant les vacances de la Toussaint. Juste avant de partir, le président français a, comme à son habitude avant chaque éclipse vacancière, fait publier une cascade de communiqués por divertir la presse: un message sur Facebook à propos de son fils; un communiqué pour révéler qu'il avait parlé avec Barack Obama et qu'ils avaient tous deux convenus de se rappeler (??), et un hommage à un historien disparu...

Dimanche, Mediapart révélait qu'un rapport de la Cour des Comptes épinglait le coût des 6 mois de Présidence française de l'Union Européenne. Du 1er juillet au 31 décembre 2008, Nicolas Sarkozy a fait dépenser quelques 171 millions d'euros au titre de ses déplacements et cérémonies européennes... Cela fait un million d'euros par jour. Que recouvrent ces sommes faramineuses ?
La Cour pointe ainsi une «programmation excessivement touffue» (489 manifestations, dont 9 sommets internationaux, 25 réunions interministérielles, 328 séminaires, des symposiums, etc.), «la multiplication et le coût parfois élevé des opérations», le caractère «parfois dérogatoire, voire irrégulier, des procédures suivies» pour distribuer les crédits, et «l'utilité publique variable» de toute cette machinerie.
La Cour relève que Chirac, en son temps, avait claqué 117 millions d'euros aux frais de l'Etat, et qu'Angela Merkel, pendant sa présidence européenne, a dépensé autant. La faute à la crise ? Pas sûr. La Cour des Comptes cite le sommet de l'Union pour la Méditerranée, les 13 et 14 juillet 2008, où 43 chefs d'Etat furent invités aux frais de la princesse républicaine : 16,6 millions d'euros pour cette seule manifestation, dont un million d'euros pour le dîner officiel («Il faut souligner que tous les aménagements en question ont été démontés dès le lendemain du sommet et n'ont pas été repris ou réutilisés par l'administration». «Cet exemple illustre le fait que les coûts importants générés par la présidence française l'auront été sans aucun retour sur investissement, s'agissant d'équipements publics»). Autre exemple, relevé par Mediapart, la participation imprévue aux Assises européennes de l'innovation présidée par Claude Allègre, en décembre 2008. Coût: plus de 700 000 euros. Sarkozy s'est même payé le luxe de commander un "logo" pour illustrer sa présidence française de l'Union Européenne, pour 60 000 euros, avec appel d'offres à la clé. Le narcissisme est coûteux en Sarkofrance.

Ami sarkozyste, où es-tu ?

3 commentaires:

  1. Mediapart en dit beaucoup plus. Il dit que le Président ne gouverne plus. C'est GUEANT qui gouverne alors qu'il n'est pas un élu du peuple et passe en plus pour un homme très à droite. Il n'y a pas un dossier qui lui échappe. Ce sont ces idées qui passent. Ainsi, la destruction de la décentralisation, ce n'est pas Sarkozy, c'et lui qui veut tout contrôler jusque dans les moindres détails.De plus, actuellement, les voyages à l'étranger, ce n'est pas Sarkozy, c'est lui.Par contre les dépenses à tout berzingue de l'argent des contribuables, c'est Sarkozy. Les FRANCAIS ont le droit de le savoir; Si, depuis son malaise, Sarkozy n'est plus en état de gouverner, il doit le dire et en tirer les conséquences car ce n'est pas à ce GUEANT que les Français ne conn aissent pas, qui n'est pas un élu de décider pour le peuple, de le gouverner.

    RépondreSupprimer
  2. Jean-François Lamour doit être aveugle. Comment expliquer autrement qu'il se soit trompé deux fois pendant un même vote : une fois pour son mandat, et une fois pour une délégation de vote ?

    Et surtout, comment expliquer autrement que, contre l'avis de Christine Lagarde, la proposition de Didier Migaud d'une taxe complémentaire de 10 % sur les bénéfices des banques aidées par l'Etat ait été adoptée par 44 voix contre 40 ?

    http://www.marianne2.fr/Taxe-sur-les-profits-des-banques-Lamour-est-aveugle_a182569.html

    RépondreSupprimer
  3. Vendredi, l’Assemblée Nationale a voté un amendement instaurant une taxe additionnelle de 10 % sur les bénéfices des banques en 2010.

    44 députés ont voté pour cet amendement, 40 députés ont voté contre.

    L’avocate des banques, Madame la Marquise Christine Lagarde, a aussitôt hurlé qu’il ne fallait surtout pas taxer les bénéfices des banques !

    L’avocate des banques a expliqué : « Ajouter dix points de plus à l’impôt sur les sociétés au titre de l’année 2010 pour le résultat 2009, c’est faire payer les banques pour le passé, c’est faire payer les banques en imaginant que les banques françaises ont commis des fautes. Or, elles n’ont pas commis de faute ».

    Mais c’était trop tard. L’amendement avait été adopté.

    En plus, le règlement de l’Assemblée Nationale est très strict : « Aucune rectification de vote n’est admise après la clôture du scrutin. »

    (Règlement de l’Assemblée Nationale, article 68, alinéa 4)

    http://www.assemblee-nationale.fr/connaissance/reglement.asp#P706_77544

    Qu’a fait Sarkozy ?

    Sarkozy a violé le règlement de l’Assemblée Nationale : il a demandé au gouvernement de refaire voter l’Assemblée Nationale !

    C’est la mode, en ce moment !

    Quand un vote ne plaît pas aux ploutocrates, les ploutocrates exigent un second vote !

    Donc le gouvernement a exigé que l’Assemblée Nationale revote une seconde fois !

    Lisez cet article hallucinant :

    « L'Assemblée nationale a annulé lundi soir, par un nouveau vote exigé par le gouvernement, la taxe additionnelle sur les banques, adoptée de justesse vendredi grâce notamment au député UMP Jean-François Lamour, qui a ensuite affirmé s'être "trompé" dans son vote.

    Cette taxe a été annulée par 81 voix contre 51. Seul un député UMP, Lucien Degauchy, a voté contre tandis que deux autres, Etienne Pinte et le président de la commission des Affaires sociales, Pierre Méhaignerie, se sont abstenus.

    La ministre de l'Economie Christine Lagarde a une nouvelle fois justifié cette seconde délibération en arguant d'une "erreur matérielle d'ailleurs reconnue", sous les protestations des députés de gauche. »

    http://www.boursorama.com/infos/actualites/detail_actu_marches.phtml?num=2c9e2cca84b41e535c66e730fe9a678b

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.