1 octobre 2009

Sarkozy au G20, 8 jours après...

L'Elysée a cru bon de diffuser un "making of" de l'interview enregistrée de Nicolas Sarkozy par David Pujadas et Laurence Ferrari le 23 septembre dernier. Tranche de vie...



Bizarrement, l'Elysée n'a pas publié cette video:

4 commentaires:

  1. Les Etats occidentaux ont une dette publique qui est en train de les asphyxier (selon le gouvernement, la dette publique de la France sera de 90 % du PIB en 2012).

    Cette dette publique ne pourra JAMAIS être remboursée en raison de plusieurs nouveautés historiques (dépenses de santé qui explosent, vieillissement de la population, énergie qui va devenir de plus en plus chère, nécessité d’investissements colossaux pour remplacer les combustibles fossiles en voie de disparition, etc.)

    Quelle solution les Etats occidentaux vont-ils choisir pour ne pas mourir asphyxiés par leur dette publique ?

    1- Première possibilité : la guerre (envahir les pays musulmans pour leur voler leur pétrole, etc.)

    2- Deuxième possibilité : l’inflation. Faire tourner la planche à billets à plein régime. Monétiser la dette. Dommages collatéraux : l’inflation à deux chiffres, l’euthanasie des créanciers et des rentiers.

    3- Troisième possibilité : la répudiation de la dette. Certains Etats pourraient dire à leurs créanciers : « Désolé, mais nous ne pouvons pas rembourser notre dette. Nous ne vous devons plus rien. Nous remettons les compteurs à zéro. Et merci encore. »

    4- Quatrième possibilité : taxer les transactions financières. Je n’y crois pas. J’imagine mal Sarkozy instaurer une taxe sur les transactions financières. J’imagine mal Dominique Strauss-Kahn instaurer une taxe sur les transactions financières. Nos dirigeants politiques continueront à nous répéter : » Si nous taxons les transactions financières, les investisseurs partiront à l’étranger, et patati, et patata… »

    5- Cinquième possibilité : faire tout à la fois ! La guerre, l’inflation par la planche à billets, et la répudiation de la dette ! La totale !

    Est-ce qu’il y a d’autres possibilités ?

    En tout cas, tous les chefs d’Etats occidentaux vont devoir choisir.

    RépondreSupprimer
  2. Jeudi 1er octobre 2009 :

    A cause des derniers chiffres du chômage aux Etats-Unis, toutes les Bourses de la planète s'effondrent.

    Etats-Unis : Wall Street pénalisée à l'ouverture par des chiffres du chômage.

    La Bourse de New York a ouvert en baisse jeudi 1er octobre, dans un marché pénalisé par l'augmentation plus forte que prévu du nombre de nouveaux chômeurs : le Dow Jones perdait 0,54 % et le Nasdaq perdait 0,78 %.

    Le département du Travail a recensé 551.000 nouvelles demandes d'allocations chômage, soit une hausse hebdomadaire de 17.000.

    Les analystes prévoyaient une hausse moins marquée, avec 535.000 dossiers déposés.

    http://www.boursorama.com/international/detail_actu_intern.phtml?num=2f9fd8fd0fe94d4e88f0395a9741086f

    Christine Lagarde commente ces chiffres en sautant de joie :
    « 551.000 nouvelles demandes d’allocations chômage ? C’est bien la preuve que la récession est finie ! En a plus du tout, de récession ! En a plus ! A pu du tout ! A pu ! »

    RépondreSupprimer
  3. Etats-Unis : des nouvelles de l’économie réelle.

    Le département du Travail a recensé 551.000 nouvelles demandes d’allocations chômage, soit une hausse hebdomadaire de 17.000.

    Les analystes prévoyaient une hausse moins marquée, avec 535.000 dossiers déposés.

    http://www.boursorama.com/international/detail_actu_intern.phtml?num=2f9fd8fd0fe94d4e88f0395a9741086f

    Bilan de la journée du jeudi 1er octobre : les chiffres du chômage aux Etats-Unis ont entraîné l’effondrement de toutes les Bourses de la planète.

    Etats-Unis NASDAQ : chute de - 3.06 % Etats-Unis DOW INDUSTRIALS : chute de - 2.09 % Etats-Unis S&P 500 : chute de - 2.58 % Chili : chute de - 0.47 % Mexique - 3.84 % Argentine - 2.34 % Canada - 2.84 % Suisse - 1.08 % Pays-Bas - 1.80 % France - 1.97 % Norvège - 1.50 % Europe FTS EuroFirst - 2.06 % Allemagne - 2.13 % Italie -1.79 % Belgique - 1.38 % Espagne - 2.02 % Royaume Uni FTSE - 1.68 % Corée du Sud - 1,70 % Japon - 1,53 % Australie - 0,79 %

    Conclusion : n’écoutons pas la propagande des « analystes ». N’écoutons pas la propagande médiatique. Regardons simplement l’économie réelle. La crise est très loin d’être finie. La crise ne fait que commencer.

    RépondreSupprimer
  4. Dette publique de la France (au sens de Maastricht) :

    1978 : la dette publique est de 21,1 % du PIB.
    1981 : la dette publique est de 22 % du PIB.
    1983 : la dette publique est de 26,7 % du PIB.

    Vous vous rappelez ce que disaient les hommes politiques de droite en 1983 ?

    Les hommes politiques de droite disaient que les socialo-communistes avaient ruiné la France car la dette publique était de 26,7 % en 1983 !

    J’éclate de rire !

    1986 : la dette publique est de 31,1 % du PIB.
    1988 : la dette publique est de 33,2 % du PIB.
    1993 : la dette publique est de 46,2 % du PIB.
    1995 : la dette publique est de 55,5 % du PIB.
    1997 : la dette publique est de 59,3 % du PIB.
    2002 : la dette publique est de 58,8 % du PIB.
    2008 : la dette publique est de 67,4 % du PIB.
    2009 : d’après le gouvernement, la dette sera de 77,1 % du PIB.
    2010 : d’après le gouvernement, la dette sera de 84 % du PIB.
    2012 : d’après le gouvernement, la dette sera de 90 % du PIB.

    http://www.insee.fr/fr/indicateurs/cnat_annu/base_2000/secteurs_inst/xls/t_3341.xls

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.