12 novembre 2009

11 novembre: la fausse Europe de Nicolas Sarkozy


Pour le 11 novembre, célébration fériée de la fin du premier conflit mondial, l'image était belle : Angela Merkel et Nicolas Sarkozy étaient côte à côte à Paris pour raviver la flamme du soldat inconnu sous l'Arc de Triomphe. Le Monarque français s'est pris pour le Général de Gaulle, l'espace d'un discours écrit par Henri Guaino.

Ô Europe !
Nicolas Sarkozy a profité de l'occasion pour "plaider une association plus étroite avec l'Allemagne", comme le rapportait Le Monde. Apparemment, le président français n'avait pas de mots assez doux pour célébrer l'union franco-allemande et la construction européenne : "votre présence parmi nous est un geste exceptionnel d'amitié." a-t-il commencé par déclarer. Il fallait oublier "Nous partageons les mêmes valeurs, la même ambition pour l'Europe, la même monnaie" a-t-il déclaré mercredi 11 novembre. "Dès lors, il est naturel que s'organise l'association de plus en plus étroite de nos politiques" ou encore : "L'amitié de l'Allemagne et de la France est un trésor. Nous devons à nos parents qui ont tant souffert de tout faire pour préserver et faire fructifier ce trésor". "Nous le devons aussi aux peuples d'Europe, nous le devons à tous les peuples du monde". Nicolas Sarkozy se voulait lyrique : "Madame la chancelière, en acceptant l'invitation de la France, vous avez fait une geste historique. Vive la France ! Vive l'Allemagne !".

Sarkozy, européen ? Le Monarque français revendique d'abord un rapprochement qu'il a lui-même affaibli en 2007. A l'époque, Sarkozy croyait en l'Union pour la Méditerranée, négligeait l'Allemagne. Angela Merkel se moquait même de ce monarque égocentrique surpris en train de subtiliser un stylo lors d'une cérémonie officielle en Bulgarie. Pendant la crise financière de l'automne, Sarkozy critiquait violemment sa voisine Merkel pour sa "timidité", elle qui pourtant avait déjà mis en oeuvre, avant la France, un plan de relance de son économie, et plafonné certaines rémunérations de patrons de banques aidées par l'Etat.

Les petites hypocrisies du monarque
Mercredi, Nicolas Sarkozy a choqué. Il a récupéré le dernier poilu, et la cause des résistants contre la boucherie de la Grande Guerre. Sarkozy s'est d'abord permis de célébrer le dernier poilu, né italien, entré clandestinement en France. Ce dernier poilu, s'il avait croisé les années Sarkozy-Besson, aurait été renvoyé dans son pays, par charter ou par train. L'Italie des années 1900 était comme l'Algérie, le Sénégal ou l'Afghanistan d'aujourd'hui. Dans la Sarkofrance de 2009, on discoure de l'identité nationale, mais on expulse des Afghans vers leur pays en guerre. On dresse des barrières, on filtre les métiers, on rafle aux sorties d'écoles.

En rendant hommage aux "fusillés pour l'exemple qu'on attende qu'on leur donne justice", Nicolas Sarkozy portait enfin son attention sur ces soldats français qui refusèrent d'engager le combat pendant la Grande Guerre. Des héros mis en valeur par le film "Joyeux Noël" de Christian Carion. L'armée française, soutenu par tous les pouvoirs politiques depuis 1918, a toujours refusé de réhabiliter les quelques 600 poilus fusillés pour l'exemple vers 1917. Sarkozy lâche cet hommage, sera-t-il suivi d'action ? En Grande Bretagne, ces fusillés de la paix ont été réhabilités depuis des lustres. En France, la Grande Muette résiste.

Sarkozy affaiblit l'Europe
Cette "hymne à la joie franco-allemande" est surtout une belle façon d'affaiblir un peu plus les institutions européennes. Créée initialement pour tirer un trait aux traditionnels déchirements européens, de la guerre de 1870 à celle de 1939-1945, la communauté européenne a laissé place, chez certains, à une volonté farouche d'unir un peu plus les pays de la vieille Europe. En sur-célébrant une amitié franco-allemande qu'il a négligé au début de son mandat, Nicolas Sarkozy enterre un peu plus l'Europe comme projet politique. Pendant sa campagne électorale, Nicolas Sarkozy avait déjà bâti son ambiguïté européenne personnelle en fustigeant l'euro-fort et la banque centrale européenne. Nous l'avions déjà écrit lors de la présidence française de l'UE. Sarkozy a revalorisé le poids des Etats membres, les relations bilatérales, le poids des exécutifs nationaux aux détriments de l'institution européenne. José Manuel Barroso était et reste un pantin. Sarkozy a aussi démarré la présidence française en minorant l'axe franco-allemand (pour le retrouver par la suite), au profit d'un atlantisme anachronique, à quelques semaines de l'élection d'Obama. Dans quelques jours, l'Union se posera la question d'élire ou désigner son président. Prudent, Sarkozy a soutenu la candidature d'un Tony Blair. Il pensait faire un sale coup au parti socialiste. Il faisait un sale coup à l'idée européenne, en proposant un candidat britannique valet de son grand frère américain. Finalement, ce président sera désigné, et non pas élu. Un nouveau probable pantin qui ne tirera sa légitimité, et donc son autorité, que de 27 chefs d'Etat. Certain(e)s, comme Luc Mandret, suggèrent une élection au suffrage universel. Ce serait effectivement l'une des façons d'assoir une autorité qui autrement restera défaillante.

Mercredi, Nicolas Sarkozy souhaitait sortir, encore une fois, des polémiques qui accablent son narcissisme.



3 commentaires:

  1. Bien vu ! Juste une petite remarque, c'est en Roumanie qu'il a voulu voler un Montblanc...:)

    RépondreSupprimer
  2. "A l'époque, Sarkozy croyait en l'Union pour la Méditerranée, négligeait l'Allemagne."
    Quel imbécile ce Sarko, il avait oublié que l'Allemagne était méditerranéenne.

    Qu'est ce qu'il ne faut pas lire...

    C'est plutôt l'Allemagne qui avait peur de perdre son leardership européen avec une union qu'elle pensait concurrente quand ce n'était absolument pas le cas.

    Ce qui aurait pu être un formidable projet a été coulé par leur frilosité.

    Merci les allemands et merci à toi pour ce post ridicule !

    RépondreSupprimer
  3. Dans son rapport du 12 novembre 2009, l’Observatoire National de la Délinquance détruit la propagande mensongère de Brice Hortefeux :

    « En octobre 2009, en comparant les faits constatés sur 12 mois, il apparaît que :

    - le nombre d’atteintes aux biens ne varie quasiment pas (- 0,2 %, soit – 5 021 faits constatés),

    - que celui des atteintes volontaires à l’intégrité physique augmente de 3,8 % (soit + 16 484 faits constatés)

    - que les escroqueries et infractions économiques et financières sont en hausse de 1 % (soit + 3 704 faits constatés).

    En février 2009, le nombre de cambriolages enregistrés était en baisse de 2,6 % sur 12 mois mais, déjà, parmi ceux-ci, les cambriolages de locaux d’habitation principale ne suivaient pas la tendance globale. Leur nombre s’accroissait alors de 3,7 % sur 12 mois. Les mois suivants, cette hausse des faits de cambriolages de locaux d’habitation principale s’est accentuée. Elle se situe à + 12,6 % sur 12 mois en octobre 2009 (+ 18 602 faits constatés).

    Le nombre de faits constatés de vols avec violences est lui aussi en augmentation sur 12 mois : il a varié de + 7,4 %, soit + 7 753 faits constatés.

    Après plus de deux années de baisse, les faits de vols violents sans armes sont à nouveau orientés à la hausse depuis mai 2009 : au cours des 12 derniers mois, leur nombre s’est accru de 6,1 % par rapport aux 12 mois précédents (soit + 5 953 faits constatés).

    Sur un peu moins de 113 000 vols violents enregistrés entre novembre 2008 et octobre 2009,
    7 153 sont des vols à main armée, soit 6,3 %. Il s’agit donc d’une catégorie d’infractions à faible volume de faits constatés, au regard des autres types de vols notamment. Elle se distingue cependant par ses variations sur 12 mois : + 24,3 % (soit + 1 400 faits constatés).

    http://www.inhes.interieur.gouv.fr/bm_novembre_2009-d8189c9247876e83bee9d5275a69d5e6a.pdf

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.