21 novembre 2009

133ème semaine de Sarkofrance : Sarkozy, un boulet à l’Elysée


"J'ai été élu pour affronter les problèmes et tenter de les résoudre, c'est pour ça que j'ai été, et j'irai absolument jusqu'au bout". Ainsi s'exprimait Nicolas Sarkozy, le 20 novembre 2009, calfeutré dans son palais de l’Elysée. En mai 2007, le Monarque se voulait énergique, déterminé et proche du terrain. 133 semaines après son élection à la Présidence de la République, il apparaît hypocrite, répétitif, couard et mal entouré. Nicolas Sarkozy serait-il devenu un boulet pour la France ?

Hypocrite pour l'Europe
La misère institutionnelle de l’Europe s’est rappelée à chacun jeudi dernier. En juillet 2007, Nicolas Sarkozy était grandiloquent sur les ambitions du Traité de Lisbonne : « Grâce au président stable du Conseil européen, élu pour un mandat de 2 ans ½ renouvelable une fois, l'Union aura un visage, l'Union aura une volonté propre. Grâce à un Haut représentant, l'Europe pourra enfin parler d'une même voix face aux grandes puissances mondiales.» L'Europe, enfin, allait parler d'une seule voix. Finies les hésitations, le leadership amoindri par des présidences tournantes toutes les 6 mois. l'Europe allait se doter d'un exécutif fort et stable. On allait voir ce qu'on allait voir. Deux ans plus tard, le Président de l’Union Européenne a été choisi en catimini, entre chefs d’Etat, sans débat ni campagne publics. Et l’heureux "désigné" n’était même pas candidat ! Le gagnant de ce concours électoral sans candidat est donc l’actuel premier ministre belge, un illustre inconnu dénommé Herman Van Rompuy, chrétien-démocrate et consensuel car discret, qui surprendra peut être son monde à en croire la presse... belge. Comme le rappelait Le Soir, cité par Courrier International, il est « tactique, discret, malin et philosophe ». Pour l’instant, il donne surtout l’impression d’avoir été retenu pour éviter de faire de l’ombre aux chefs locaux. L'éditorialiste fédéraliste Alain Duhamel ne s'est pas trompé en qualifiant, vendredi, cette nomination de "bonne nouvelle... pour le couple franco-allemand". Pire, on soupçonne déjà Van Rompuy d’islamophobie.

Et que dire du Haut Représentant aux affaires Etrangères, Catherine Ashton, une travailliste britannique souriante, mais sans expérience ministérielle ni diplomatique ? La déception se lisait partout. Jeudi, Nicolas Sarkozy a dû faire preuve de contorsions sémantiques pour convaincre que ces deux nominations étaient une bonne chose pour la construction européenne: "J'ai toujours pensé qu'il fallait un président fort". Herman Van Rompuy n’est "pas du tout un choix par défaut, ce n'est pas du tout ça". On a bien compris.

L'Europe restera un nain politique pour des années encore.

Couard face aux maires
Mardi, Nicolas Sarkozy s’est dérobé. Comment qualifier autrement son voyage semi-privé en Arabie Saoudite, et son retour, dès le lendemain soir, pour assister au match de l’Equipe de France de football contre l’Irlande au Stade de France, à Saint-Denis ? Le monarque s’est défilé, il n’a pas eu le courage d’affronter les probables sifflets de l’assemblée des maires de France, réuni en Congrès à quelques lieues de son palais élyséen. François Fillon a enfin joué son rôle de premier ministre, avec un mélange de panache et de résignation : celui d’un fusible.

Vendredi, Sarkozy a reçu au calme un échantillon de maires UMP, sagement assis dans un grand salon de l’Elysée. Le Monarque n’était pas content du boycott socialiste : "Quand je vois qu'un parti qui se dit démocratique et républicain boycotte une réunion avec le président de la République (...) comment peut-on travailler ?". Mais quand on voit qu'un président qui se dit réformateur et courageux boycotte une réunion avec les maires de la République, ... comment peut-on travailler ? Sarkozy s’excusa, sur le mode « j’pouvais-pas-j’avais-piscine » ("Je voulais vous présenter mes excuses parce que mardi et mercredi j'étais en Arabie saoudite et au Qatar. Je n'ai donc pas pu, contrairement à mes habitudes, venir à votre congrès"), et il réaffirma qu’il … irait « jusqu’au bout » dans ses réformes des collectivités locales et de la taxe professionnelle. Les élus peuvent toujours causer. Le Monarque « écoute, mais ne tient pas compte » : "On est prêts à discuter avec vous, mais on ne remettra pas en cause les grandes lignes de notre projet."

Le Monarque promit enfin une "conférence nationale pour parler du déficit de la France réunissant l'Etat, la sécurité sociale et les collectivités". S’agirait-il (enfin) de remettre à plat les recettes (i.e. la fiscalité) et les dépenses ? Bien sûr que non. Sarkozy pré-cadre le débat : il fustige les dérives des collectivités locales (majoritairement à gauche). Fidèle à sa vulgate schizophrène, Sarkozy critique l'envolée des dépenses des collectivités locales (de gauche), alors qu'il est le premier à les utiliser pour "magnifier" ses efforts de relance et d'investissement.

On parlera donc dépenses, mais pas des siennes. Faudrait-il encore rappeler que Nicolas Sarkozy a flingué les finances publiques avant même que la crise ne se déclare ? Les comptes même de l'Elysée sont désormais scrutés avec attention, de son avion à 185 millions d'euros - un caprice de Monarque qui se veut planétaire - aux sondages à 3 millions d'euros par an. Ironie du sort, la veille, le Monarque se félicitait de la remise du rapport Juppé/Rocard sur le Grand Emprunt. Jeudi, Juppé et Rocard ont en effet rendu leur copie sur le Grand Emprunt promis par Nicolas Sarkozy en juin dernier : ce dernier sera de 35 milliards d'euros, financés auprès des marchés et non des particuliers (c'eut été trop coûteux). L'emprunt devra servir sept domaines prioritaires: l'enseignement supérieur et la recherche, les PME innovantes, les sciences du vivant, les énergies décarbonisées et la gestion des ressources, la ville de demain, la mobilité du futur, et la société numérique. Fallait-il 5 mois de réflexion médiatisée pour parvenir à des constats aussi triviaux ? En octobre, Sarkozy avait déjà coupé court à une polémique qui agitait son propre camp: le grand emprunt ne sera "que" de 35 milliards maximum, et non de 50 à 100 milliards comme l'espérait Henri Guaino. Mais l'emprunt devient anachronique : l'Assemblée débat depuis des semaines du projet de budget de l'Etat pour 2010 (adopté mardi), qui prévoit déjà quelques 212 milliards de besoin de financement supplémentaire pour l'an prochain !

Sarkozy voulait un discours sans encombre ni sifflet. Il l’a eu. On n’a rien appris. Il ne répond pas aux critiques : pas un mot sur le mode de scrutin retenu – uninominal à un tour pour 80% des futurs 3 000 conseillers territoriaux. Ce dernier favorisera le parti arrivé en tête, et menace la parité. Tout juste lâche-t-il (enfin) un accord de principe, mais sans précision, sur une garantie de péréquation inter-territoires.

Mal entouré
Brice Hortefeux a les honneurs de l'hebdomadaire Marianne. Il est simplement nul. Il peine à masquer qu'il doit réduire les effectifs de police. La semaine dernière, sa célébration des résultats de lutte contre la délinquance a tourné court quand une journaliste lui a souligné que ses services avaient retiré une journée au mois d’ octobre 2009 pour mieux le comparer au mois d’octobre 2008. On s’amuse aussi des plaintes à répétition que Brice Hortefeux porte sans maîtrise. Il va finir par engorger les tribunaux : cette semaine, il a porté plainte contre une fausse lettre selon laquelle le ministre souhaiterait faire retirer les panneaux avertissant de la présence de radars fixes. Il a aussi « déposé plainte au pénal » contre la société qui a organisé une distribution de billets pour se faire de la pub. On s’étonne de son absence de commentaire sur la garde à vue de l’un de ses collègues de l’UMP, Basile Boli. L’ancien footballeur, secrétaire nationale de l’UMP en charge du « développement solidaire », est soupçonné d’avoir chargé les comptes d’une association qu’il préside. Basile Boli était l'un des alibis humanitaires de Brice Hortefeux quand il était ministre de l'identité nationale. Vous voyez qu'il croit au développement solidaire ! On voit, on voit...

Laurent Wauquiez, son collègue à l’emploi, n’est pas en reste. Depuis des semaines, il tente de prouver qu'il sert à quelque chose. Emporté dans son élan, il lâche des chiffres invérifiables et souvent faux, mélange les dispositifs et embrouille les opinions. Mardi, il fanfaronnait ainsi sur l'efficacité de ses mesures contre le chômage : "nous avons déjoué toutes les prévisions !" Il y a à peine un an, ce secrétaire d'Etat était le promoteur du dispositif d'offre raisonnable d'emploi, entré en vigueur au plus fort de la crise, en octobre 2008; en février, il défendait la distribution de chèques emploi services aux ménages modestes décidée par Nicolas Sarkozy après les manifestations monstres de janvier, un dispositif que le gouvernement limita finalement à une poignée de chômeurs; en mai dernier il soutient l'assouplissement des règles de prêts de salariés, ce qui permet de contourner les droits des salariés; en juillet dernier, il a faisait financer par le pôle emploi le permis de conduire de 0,006% des chômeurs; mardi, il a été contraint d'avouer que le nouveau dispositif gouvernemental d'activité partielle de longue durée qui augmente l'indemnisation des salariés en chômage partiel ne concerne que 15% des 319 000 salariés affectés.

Luc Chatel a aussi raté une occasion de se taire. Le week-end dernier, la sexualité des jeunes filles s’est invitée dans le débat politique. Luc Chatel a bloqué la distribution du Pass Contraception proposé par Ségolène Royal en Poitou-Charente, au motif que seul le Planning familial serait autorisé à délivrer de la contraception. Non seulement le Planning Familial soutient la démarche de Ségolène Royal, mais en plus le ministre a raconté n'importe quoi pour justifier sa position réactionnaire. Il n’y a rien d’illégal. Il aurait dû s’attacher à potasser un peu mieux sa réforme du lycée, un projet qu’il a présenté à la presse vendredi 20 novembre. Une réformette plutôt qu’une réforme : deux heures d’«accompagnement individualisé» par semaine, faculté de changer de série en cours de première (grâce à des stages passerelles pendant les vacances scolaires), une classe de seconde moins spécialisée, et, pour remuscler la filière littéraire comme promis par Nicolas Sarkozy… l’enseignement de littérature étrangères lors des cours de langues… Quelle réforme d’envergure ! On est bien loin des grandes déclarations de Nicolas Sarkozy, en octobre dernier. Et Richard Descoing, qui a mené 4 mois de débats et rencontres pour accoucher d'une centaine de propositions doit se mordre les doigts d'avoir participé à une telle tartufferie.

Valérie Pécresse, sans doute trop occupée à préparer sa campagne des élections régionales, a également déçu, lors de l'examen de son budget 2010: Sarkozy avait ainsi promis que les étudiants bénéficieraient d'un dizième mois de bourse. Pécresse a défendu un budget qui restreint la promesse à quelques catégories (BTS, IUT, première année de licence et classes préparatoires), au motif que les autres étudiants - l'immense majorité - ne travaillent que 8 mois et demi en moyenne. Sarkozy aurait-il menti ? Autre déconvenue, la fameuse "autonomie des universités" mise en place depuis début 2009 a retiré ... l'autonomie budgétaire aux directeurs des IUT, au profit des présidents de leur faculté de rattachement. Double discours... comme toujours.

Roselyne Bachelot, ministre de la santé, n'en peut plus d'être une VRP des labos pharmaceutiques. Elle s'est faite filmée en train d'être vaccinée contre la grippe AH1N1. Les Français, et même le personnel médical, hésitent. Le gouvernement a commandé 94 millions de doses pour plus d'un milliards d'euros. Il faut assurer le service après-vente. Mercredi, les collégiens ont reçu à leur tour leur convocation à la vaccination. Combien accepteront la piqûre dans leurs établissements ?

Sarkozy a terminé la semaine par appeler Albert Camus à son secours et accueillir le président Bongo-fils à l'Elysée pour la première visite européenne de ce dernier. Deux symboles pour un seul échec. Le Monarque est-il schizophrène ? Célébrer Albert Camus, l'une de nos références intellectuelles éthiques et embrasser le président d'un régime autoritaire de Françafrique à 24 heures d'intervalle, on appelle cela un grand écart politique.

Ami sarkozyste, où es-tu ?

2 commentaires:

  1. Hi... Looking ways to market your blog? try this: http://bit.ly/instantvisitors

    RépondreSupprimer
  2. Ni dettes, Ni emprunts, la France doit créer de l'Argent !

    Non à l'emprunt Sarkozy !

    Face au pillage de notre pays organisé, depuis plus de 30 ans, par les marchés financiers qui gonflent artificielle, par les taux d'intérêt, la dette de notre pays, et afin de promouvoir des politiques de bien commun le gouvernement Français doit rompre avec la loi Giscard-Ponpidou du 3 janvier 1973, et tous les traités européens depuis Maastricht.

    Le gouvernement doit reprendre sa souveraineté économique et émettre du crédit productif Publique émit par une nouvelle Banque de la France.

    Le château de cartes de la finance est entrain de s'effondrer, il faut sortir de la spéculation et remettre l'argent au service de la population.

    David C.
    david.cabas.over-blog.fr

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.