10 novembre 2009

Sarkozy trébuche à Berlin

Italique
"Maintenant, quoiqu'on dise, on ne nous croit plus." C'est la confidence d'un "proche de l'Elysée" rapportée par Jean-François Achilli sur France Inter, mardi 10 novembre.

Nicolas Sarkozy était à Berlin, lundi 9 novembre... 2009. La veille, il n'avait pu s'empêcher du publier un court message sur sa page Facebook. Il aurait pu se contenter d'écrire qu'il était heureux de célébrer l'évènement. Non, il fallait qu'il "y soit". Il a donc écrit qu'il s'était rendu dès le 9 novembre 1989 à Berlin, avec Alain Juppé, décrocher un morceau de Mur au piolet. Juppé souvient plutôt d'un déplacement le lendemain, voire le surlendemain. Il l'avait dit précédemment.

La polémique naissante, François Fillon se précipite à a rescousse de son chef, et confirme qu'il l'a croisé à Berlin le soir du 9 novembre: «nous avons passé toute l'après-midi, toute la soirée, à assister aux premières grandes manifestations autour du mur et vers 23h, nous avons croisé entre la porte de Brandebourg et le Check Point Charlie Alain Juppé, qui était accompagné de Nicolas Sarkozy et de Philippe Martel, chargé des relations internationales au RPR. Nous avons bavardé quelques minutes ensemble». Problème, Fillon tenait un discours à l'Assemblée Nationale le ... 8 novembre. Alain Juppé, sur son blog, modifie le billet où il mentionnait les dates des 10 et 11 novembre.

Un anonyme, auteur de la photo de Sarkozy avec son piolet, explique qu'il a pris le cliché le 10 novembre 1989, à 22h10. Un blog du Monde, les Décodeurs, en rajoute une couche: en fait, Sarkozy aurait été à Berlin ... le 16 novembre.

C'était un petite boulette, un sursaut narcissique d'un surmoi présidentiel. Nicolas Sarkozy voulait dire qu'il y était. Et toute la Sarkofrance a dû se mobiliser pour réécrire la petite histoire. En l'espace de quelques heures, on se serait cru en URSS ou en RDA, du temps où l'on retouchait les photos de l'histoire pour réécrire le passé.

On se fiche un peu de savoir si Sarkozy était le 9, le 11 ou le 16 novembre 1989 à Berlin. L'incident est révélateur d'un narcissisme déjà connu. Il est également symptomatique d'une propension au mensonge. Sarkozy travestit régulièrement la réalité, fusse-t-elle passée. Voici la vraie leçon politique.



9 commentaires:

  1. Ce n'est pas une question de narcissisme, c'est une question de totalitarisme : celui qui contrôle le passé contrôle le présent.
    Cette réécriture historique est constante. Elle se fait juste de manière toujours plus voyante et toujours moins subtile, ce qui traduit bien le mépris dans lequel nous tiennent ceux qui nous prétendent nous gouverner!

    RépondreSupprimer
  2. C'est très révélateur sur la façon de procéder de N. Sarkozy

    RépondreSupprimer
  3. Attention au témoignage de Paul Clave !

    Paul Clave dit qu'il a pris la photo de Sarkozy près du Mur de Berlin le 10 novembre 1989, mais il n'est pas du tout fiable.

    Voici le blog de Paul Clave, militant et élu UMP.

    On peut voir Paul Clave en compagnie de son ami Nicolas Sarkozy à droite sur la photo.

    On peut lire dans la colonne de droite :

    " Paul Clave présente ses colistiers à Nicolas Sarkozy, entre autres nous reconnaissons Christine Haufe de Leipzig et André Wurtz de Francfort, ainsi que Dorothée Fouan-Hubert. "

    http://paulclave.typepad.fr/

    Paul Clave est donc un témoin particulièrement fiable....

    Paul Clave est un témoin aussi fiable que François Fillon ou qu'Alain Juppé....

    RépondreSupprimer
  4. Ca rappelle l'affaire du Prince Jean où tout le monde rappliquait pour justifier l'injustifiable...
    De plus, ces mémoires qui "vacillent" ne sont pas de nature rassurante, si tout est géré dans l'à peu près... mais c'est le cas, alors...

    RépondreSupprimer
  5. Nicolas Sarkozy raconte sur sa page Facebook qu'il était près du Mur de Berlin le 9 novembre 1989 avec Alain Juppé.

    Comme d'habitude, Nicolas Sarkozy ment.

    Du coup, les internautes se moquent de lui à diffusant des photomontages sur les grands évènements de l'Histoire !

    Des photomontages à pleurer de rire :

    http://www.lepost.fr/article/2009/11/09/1782478_sarkozy-n-etait-pas-a-berlin-il-etait-partout-ailleurs.html#xtor=EPR-275-%5BNL_732%5D-20091110-%5Bmedias-web%5D

    RépondreSupprimer
  6. Le 16 novembre 1989, Nicolas Sarkozy était à Berlin avec Alain Juppé, près du Mur de Berlin.

    Je dis bien : le 16 novembre 1989.

    Images d'archive de TF1 en date du 16 novembre 1989, diffusé lundi 9 novembre 2009 par LCI. Alain Madelin, Nicolas Sarkozy et Alain Juppé devant le Mur de Berlin, coté ouest. (Capture d'écran)

    http://tempsreel.nouvelobs.com/speciales/international/19892009_le_mur_de_berlin/20091110.OBS7414/sarkozy_a_berlin_en_1989__a_qui_peuton_se_fier_.html

    RépondreSupprimer
  7. "Sarkozy travestit régulièrement la réalité"

    ça ne date pas d'hier d'ailleurs :
    http://antennerelais.canalblog.com/archives/2007/02/03/3906760.html

    RépondreSupprimer
  8. Sarkozy ment. Juppé ment. François Fillon ment.

    Lisez cet article :

    Le Journal officiel atteste de la présence à l'Assemblée nationale de François Fillon le 8 novembre 1989, contredisant en partie la version du Premier ministre qui affirmait lundi que ce jour-là il se trouvait à Berlin, avant d'y croiser Nicolas Sarkozy le lendemain.

    Lors d'un déplacement à Thionville lundi, le chef du gouvernement a affirmé qu'entre le 7 et le 10 novembre 1989, il était en visite à Berlin et qu'il y avait bien rencontré l'actuel chef de l'Etat dans la soirée du 9 novembre, quand les autorités est-allemandes ont ouvert les passages du Mur de Berlin.

    Plusieurs témoignages viennent remettre en question la présence de Nicolas Sarkozy ce jour-là, et le récit des événements qu'il a livré sur sa page Facebook, photo à l'appui.

    "J'étais à Berlin depuis le 7 novembre, je participais à un colloque organisé à la fois par l'Allemagne de l'ouest et l'Allemagne de l'est sur les relations est-ouest", avait indiqué François Fillon qui était alors député et membre de la commission de la Défense à l'Assemblée nationale, en espérant clore la polémique.

    Mais selon le compte-rendu de la 2ème séance de l'Assemblée nationale en date du 8 novembre 1989, révélé par le site internet de Libération, François Fillon se trouvait dans l'hémicycle ce jour-là, apostrophant notamment Pierre Bérégovoy, alors ministre de l'Economie et des finances en ces termes: "on vous pose une question, répondez".

    Interrogé sur cette discordance par l'AFP, Matignon a indiqué "s'en tenir aux commentaires" du Premier ministre.
    Dans son récit, François Fillon expliquait aussi avoir rencontré dans la soirée du 9 novembre une équipe de TF1 conduite par Ulysse Gosset, ce que ce dernier a démenti dans les médias.

    Mais le Premier ministre a rectifié lundi soir sur cette même chaîne, en expliquant avoir "confondu", peut-être avec un autre journaliste, Patrick Bourrat. Ce dernier, grand reporter, est décédé en décembre 2002 lors d'un reportage.

    http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5hIvncO6KMy0an-GVrjf93DOvVtgg

    RépondreSupprimer
  9. Nicolas Sarkozy et Alain Juppé sont arrivés à Berlin le soir du jeudi 16 novembre 1989.

    Images d’archive de TF1 en date du 16 novembre 1989, diffusé lundi 9 novembre 2009 par LCI. Alain Madelin, Nicolas Sarkozy et Alain Juppé devant le Mur de Berlin, coté ouest. (Capture d’écran)

    http://tempsreel.nouvelobs.com/speciales/international/19892009_le_mur_de_berlin/20091110.OBS7414/sarkozy_a_berlin_en_1989__a_qui_peuton_se_fier_.html

    Cette date du 16 novembre 1989 est confirmée par les archives du journal Le Figaro.

    Samedi 18 novembre 1989, le journal Le Figaro écrivait qu’Alain Juppé s’était rendu à Berlin dans la nuit de jeudi 16 novembre à vendredi 17 novembre 1989.

    « Alain Juppé, qui s’est rendu à Berlin dans la nuit de jeudi à vendredi, a annoncé hier la création d’une association … »

    http://www.lefigaro.fr/assets/pdf/juppe_fig_1989.pdf

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.