18 mars 2010

Régionales : Sarkozy s'agite, mais en cachette.

Les fistons de Christine Lagarde, la ministre de l’Economie, n’ont pas voté. L’information est inutile mais elle a fait jaser. Nicolas Sarkozy a reçu Jean-François Copé puis Xavier Bertrand pour déjeuner, et affiner les « éléments de langage » que doivent servir les caporaux de l’UMP. L’information est utile, elle confirme l’attachement de Sarkozy à maîtriser son camp. Des voix rebelles se sont élevées à l’UMP ces derniers jours. François Fillon les a quasiment accusés de traitrise.

Sarkozy dans l'ombre
Lors du Conseil des Ministres mercredi matin, le Monarque a exhorté ses ministres à se battre jusqu’au bout. Le verbe guerrier fait penser à la retraite de Russie version Napoléon 1er quelques années avant Waterloo. Pour un président qui ne « s’implique pas » dans la campagne régionale parce que ce ne serait pas « son rôle de président de la République », la remarque est hypocrite. « A la fin du conseil des ministres, il a dit: je vous demande d'être tous sur le terrain et de vous battre jusqu'au bout » a rapporté Eric Besson. A l’Elysée, les messages du jour que chaque fidèle devait relayer était un appel aux abstentionnistes de droite, sur fonds de vocabulaire guerrier. Involontairement, l’UMP reconnaît ainsi que l’abstention avait sanctionné la politique sarkozyenne. Seul Frédéric Lefebvre continue de batailler pour convaincre du contraire. Invité de France Inter mercredi soir, le porte-parole de l'UMP s'est refusé à reconnaître que le vote de dimanche dernier était un désaveu.

Sur CANAL+, Xavier Bertrand n'a pas voulu répondre aux questions sur sa visite à l'Elysée. « On a parlé politique. (…). Pour le reste, vous n’en saurez pas plus. » « Le sujet n’est pas là ». Le secrétaire général a renchéri : « Le plus important est d’être concentré sur le deuxième tour ».

Après sa visite à l’Elysée, Copé a inévitablement répété les termes présidentiels : « D'ici à dimanche, une seule chose doit compter: convaincre nos électeurs de reprendre le chemin des urnes ». Luc Chatel, porte-parole du gouvernement, a expliqué en sortie de Conseil des Ministres : « le meilleur moyen de se réveiller, c'est d'être mobilisé à fond derrière nos candidats entre les deux tours pour faire en sorte qu'ils l'emportent ». En déplacement surprise en Rhône Alpes, Fillon s’est aussi adressé aux abstentionnistes. Il a également répété son argument favori, pourtant dangereux, selon lequel les régions ne doivent pas devenir des contre-pouvoirs à la politique sarkozyenne: «Ce n'est vraiment pas le moment, en pleine crise économique, de diviser la France en 26 petites forteresses!»

Le Monarque a prévenu Simone Veil qu’il sèchera son installation à l’Académie Française, en raison de « contraintes » de son emploi du temps. C’est curieux. L’agenda présidentiel de jeudi est … vide. «L'après-midi, le président a des rendez-vous non inscrits à son agenda officiel, » a précisé l’Elysée à l’AFP. Qui sont ces visiteurs clandestins dont la Présidence n’ose dévoiler le nom ? Le Monarque a vidé son agenda de tout engagement protocolaire.Il préfère l'action en coulisses. Mercredi, il a passé quelques coups de fil d'encouragement, comme à Rodolphe Alexandre en Guyane, Didier Robert à la Réunion, Philippe Richert en Alsace, Alain Joyandet en Franche-Comté et François Sauvadet en Bourgogne. Il «consulte», pour montrer qu'il est à l'écoute de son électorat, et de son camp.

La France attend
Depuis lundi, l'ensemble du gouvernement, président en tête, est mobilisé pour le scrutin. Il y a pourtant d'autres sujets. Mercredi matin, la Commission européenne s'est inquiétée des prévisions de croissance trop optimistes du gouvernement français. Cet excès d'optimisme a une conséquence très concrète : Fillon, Lagarde et Woerth ont surestimé, selon la Commission, leurs futurs recettes fiscales. Or le semblant de rétablissement des comptes publics en 2014 (sic !) repose sur ces hypothèses de croissance économique farfelues (+2,5% à partir de 2011). Entre deux déplacements électoraux, le ministre du Budget Eric Woerth a tenté une réponse à Bruxelles: «Ce sont des prévisions volontaristes, les prévisions de croissance sont par nature volontaristes», a-t-il déclaré à l'AFP. Quelques heures avant ce coup de semonce européen, sa collègue Christine Lagarde osait encore déclarer: «Il faut que ceux qui sont en déficit réduisent leur déficit -et c'est la priorité- et que ceux qui sont en excédent acceptent de considérer qu'ils ne sont pas mono-moteur, et qu'ils peuvent peut-être tirer leur croissance par d'autres moyens» Elle pensait à la Grèce - pour les déficits - et à l'Allemagne - pour les excédents.

Si la croissance est moindre que les prévisions gouvernementales (comme en 207, 2008 et 2009), Nicolas Sarkozy sera contraint au plan de rigueur. Sans conteste. L'apprendre avant les élections régionales est une mauvaise nouvelle.

Autre sujet, autre épine, régionale cette fois. Le Conseil d'Etat a donné satisfaction au gouvernement. Il a autorisé la construction d'une nouvelle autoroute en Alsace, de 24 kilomètres contournant Strasbourg, l'une des mesures écologiquement contestées du plan de relance sarkozyen de l'automne 2008. Une "bonne nouvelle" dont le gouvernement en campagne de séduction pro-écologiste se serait bien passée.

Le gouvernement aurait pu s'exprimer, dès lundi, sur les expulsions locatives. Elles ont repris lundi 15 mars. Le printemps arrive. Le droit au logement reste un voeu pieux. Les décisions judiciaires d'expulsion ont cru de 48% en 10 ans, pour atteindre 105 000 en 2008. Benoist Apparu, candidat en Champagne-Ardennes, a annoncé mardi la mise en place d'un numéro vert pour les locataires menacés et ... les propriétaires. Une erreur de communication ? Le secrétaire d'Etat au Logement refuse tout moratoire sur les expulsions, une demande des associations, mais aussi une suggestion du rapport du comité de suivi de la mise en oeuvre du droit au logement opposable. Vous allez être expulsé ? Passez donc un coup de fil !




Xavier Bertrand ou la soif de revanche
envoyé par politistution. - L'actualité du moment en vidéo.

1 commentaire:

  1. Conclusion : Est-ce qu'il y a encore un pilote dans l'avion????

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.