11 avril 2010

Eric Besson (sé)vit encore.

Le ministre de l'Identité nationale est dans un trou. Il a été accusé d'avoir fait le jeu du Front National avec son débat sur l'identité nationale (une idée personnelle du ministre), et ainsi (partiellement) contribué à l'échec de l'UMP aux dernières élections régionales. Mais le ministre est toujours orgueilleux. Il n'a pas apprécié d'être interpellé par une vingtaine de parlementaires - de tous bords - sur l'évaluation de sa politique migratoire. Avec ou sans le soutien du ministre, ces élus veulent interroger des experts, des chercheurs, des responsables associatifs, des hauts fonctionnaires, des politiques, des commissaires européens et des associations dans le cadre d'un "audit informel".

Eric Besson a choisi de répondre ... à côté. Vendredi dernier, il a annoncé avoir commandé un rapport sur le coût de l'immigration irrégulière. Le montant, exhorbitant, des dépenses consacrées aux expulsions est à peu près connu: 12 000 euros par expulsé selon la police le ministère, 27 000 euros selon les associations (qui incluent légitimement dans leur calcul l'amortissement des centres de rétention). Eric Besson n'en est plus à une outrance près. Selon lui, cet audit ministériel permettra de montrer que l'immigration clandestine coûte cher à la collectivité locale car le travail clandestin n'est pas déclaré : «L'immigration irrégulière coûte cher mais pas dans le sens qui est dit» par le groupe de parlementaires,a expliqué le ministre.

Selon Besson , l'étude va dire combien coûte à la collectivité le maintien en France des étrangers en situation irrégulière, «c'est-à-dire le coût pour les collectivités publiques de leur hébergement, soins médicaux, scolarité, le manque à gagner pour les services sociaux et fiscaux, puisque le travail des étrangers en situation irrégulière est non déclaré, ainsi que le coût de leur placement en rétention lorsqu'ils sont interpellés, et de l'assistance juridique et sociale qui leur est alors fournie.» Comme le souligne notre confrère blogueur Nicolas, cette phrase est ... odieuse. Elle laisse entendre que les travailleurs sans-papiers coûtent à la nation. Rappelons que le travail clandestin recouvre des situations très diverses : des sans-papiers non déclarés, exploités et premières victimes de ces abus; d'autres qui, malgré l'absence de titres de séjour, payent cotisations sociales et impôts.

Mais les questions sont plus larges qu'une simple évaluation comptable des actions d'Eric Besson. Nous les rappelions voici 10 jours : «l’expulsion des clandestins est-elle « rentable » (à près de 30 000 euros le sans-papier) ? Quelle est la contribution économique des travailleurs immigrés, avec ou sans papier, en termes de cotisations, d’impôts et de consommation ? Quel est leur impact réel sur l’emploi ? Décourager le regroupement familial est-il « rentable » ou pas ? »

En stigmatisant, tel un sympathisant du Front National, ces immigrés-clandestins-qui-nous-coûtent-cher, le ministre a choisi de jouer la provocation.

Pas sûr que cette démarche le grandisse.


Post-Scriptum : Eric Besson et Fadela Amara ont coupé les vivres (i.e. les subventions) d'une association favorisant l’intégration des populations turques en France. Elele-Migrations et Cultures de Turquie, créée en 1984, est en liquidation judiciaire. Son principal champ d'action était l’accueil et le suivi des femmes turques victimes de violences. Quelques 120 d'entre elles ont été accueillies en 2009. Les deux ministères contribuaient respectivement pour 125 000 euros en 2009 (de la Direction de l’accueil et de l’intégration du ministère de l’Immigration) et 190 000 euros (de l’Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances sous la tutelle de Fadela Amara). Les services d'Eric Besson ont expliqué que c'était désormais leur "job". Ceux de Fadela Amara préfèrent désormais aider «les associations qui se trouvent au pied des tours comme si tous les immigrés vivaient dans des quartiers défavorisés et non sur tout le territoire, y compris les zones rurales».



Eric Besson ou l'homme Blessé...
envoyé par politistution. - L'info video en direct.

Lire aussi:

8 commentaires:

  1. Cette phrase est une pourriture morale, effectivement odieuse. Quelle honte pour le pays qui s'honore de la déclaration des droits de l'homme !

    RépondreSupprimer
  2. Dommage qu'il ne fasse pas non plus l'audit du cout de l'immigration reguliere...les Français seraient outrés.

    RépondreSupprimer
  3. Que dire après avoir vomi ???

    RépondreSupprimer
  4. Après la vidéo, c'est encore pire !!!

    RépondreSupprimer
  5. A un moment donné, est-ce qu'il sera possible de les "tondre" Besson et Amara pour éloigner le cauchemar ?

    RépondreSupprimer
  6. Qu'il ait eu envie de se venger du PS, il n'y a aucun doute...mais après avoir savouré sa "petite victoire"....comment arriver à se regarder dans la glace...?
    Je ne me verrais pas en tous cas, à sa place, donner une explication sincère à mes enfants, qui forcément doivent juger leur père...

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour,
    pour faire suite aux décisions scandaleuses des membres de ce gouvernement réactionnaire, une petition circule sur internet pour soutenir l'association Elele. merci de la diffuser largement et de la signer:

    http://jesigne.fr/pourqueviveelele

    Cordialement
    Claude-exeter Désiré

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.