12 avril 2010

Luc Chatel, ministre inefficace ?

Luc Chatel est une énigme. DRH passé à la politique, il est ministre de l'Education Nationale et porte-parole du gouvernement. Un "manager" venu du privé qui s'est glissé avec une aisance déconcertante dans la langue de bois sarkozyenne.

Les récents états généraux sur la violence scolaire ont été une belle illustration des limites du personnage. Lors de ces débats, calés avec un mois d'avance, au plus fort des polémiques sur des meurtres et violences dans des collèges et lycées en début d'année, la communauté éducative a exprimé des choses simples : la violence naît de la précarité; et l'encadrement adulte est insuffisant dans certaines zones socialement difficiles.

Les réponses de Luc Chatel jeudi soir, en clôture de deux jours de débat, sont apparues anachroniques. Comme si le ministre n'avait rien entendu, rien compris, et préparé ses annonces avant cette fausse concertation. Nous sommes en 2010. Les trois quarts des Français semblent désespérés de l'action politique. Et voici un ministre de l'Education nationale qui s'amuse encore à faire de la langue de bois sur un sujet grave, la violence à l'école.

1. Luc Chatel a promis que les futurs enseignants seraient désormais formés à "la gestion des conflits et à la prévention de la violence". Des enseignants formés ? Quelle belle idée. Il était temps. Le ministre a aussi promis que les responsables des établissements difficiles pourront désormais choisir leurs professeurs, histoire d'éviter l'affectation automatique d'enseignants débutants.

2. Le ministre veut doubler les effectifs de sécurité dans les collèges et lycées difficiles. On parle de .... 500 agents. En février dernier, un lycée d'Ile-de-France est resté trois semaines en grève car ses professeurs réclamaient davantage de surveillants; leur établissement n'en comptait que onze pour 1500 élèves.

3. Il est drôle et triste d'entendre un ministre de la République réclamer la suppression des allocations familiales aux parents d'élèves trop souvent absents. Que connaît-il de la situation de ces derniers ? N'ont-ils pas besoin d'assistantes sociales, de soutien scolaire après l'école ? Le président de l'Assemblée des départements de France a rappelé que l'absentéisme scolaire n'est pas le problème majeur, avec 2,5 % des collégiens, 4 % des lycéens.

A Pantin, en Seine Saint Denis, les enseignants d'un lycée professionnel protestaient en janvier dernier contre l'installation prochaine d'une équipe mobile de sécurité parce que le même lycée a vu d'autres crédits, tout aussi vitaux pour lutter contre la violence à l'école, se réduire drastiquement, tels ceux du fonds social lycéen qui aide les familles en difficulté, ou les crédits pédagogiques.

4. Chatel n'a pas évité les annonces démagogiques, comme le rappel au règlement : il faut «faire silence avant d’entrer en cours»,«demander la parole en levant le doigt».

Luc Chatel est aussi porte-parole du gouvernement. A ce titre, il a pu commenter, puis ne pas commenter (L'affaire est close), l'affaire des rumeurs sur la vie conjugale de Carla et Nicolas Sarkozy. Il a pu dire qu'il fallait ("La nouvelle taxe carbone entrera en vigueur le 1er juillet prochain") et ne fallait plus de taxe carbone. C'est la loi du genre.

Etre porte-parole est un exercice usant pour sa crédibilité politique.

5 commentaires:

  1. A noter qUe le colloque sur la violence a l école s'est tenu entre hommes. Ne pas s etonner ensuite d'y trouver des solutions "viriles"

    RépondreSupprimer
  2. Avec Luc Chatel c'est :
    le feu ça brûle"
    "l'eau ça bout
    tous les oiseaux volent dans le ciel"!
    Je n'ai jamais vu de ministre aussi plat et aussi nul.

    Il est bon comme porte-parole démago de la sarkozie.

    RépondreSupprimer
  3. Faut arrêter, Olympe ! Pourquoi les femmes feraient-elles mieux que les hommes ? Ah oui, d'accord, parce que Roselyne Bachelot, Nadine Morano, Rachida Dati, Michèle Alliot-Marie... Je comprends ;)

    RépondreSupprimer
  4. Que pouvons-nous y faire ? L’arbitraire règne en maître dans ce gouvernement, on fait fi de toute logique, on passe outre à toute attente du peuple. Je les soupçonne même de nous laisser les invectiver comme une espèce d’exorcisme, de démarche cathartique qui, si elle ne leur fait pas de bien (j’ai bien dit leur), ne leur fait pas de mal. C’est vrai, nous sommes en démocratie, on a le droit de s’exprimer. En vérité ces malotrus n’ont même pas l’idée que, s’ils le voulaient, ils pourraient nous priver de cette liberté de parole : ferions-nous la révolution, seulement ?

    RépondreSupprimer
  5. Directeur d'école en retraite, j'ai connu 15 ministres...chacun sa réforme, voulant batir l'éducation selon leur consept! les seuls qui ont dialogué: MM CHEVENEMENT et BAYROU..M CHATEL supprime des postes, calsses surchargées, pas de remplaçants, de surveillants, et il veur gagner la bataille de l'illétrisme? Sans moyens les enseignants ne peuvent rien fair et ce ne sont pas des boones à tout faire, et je suis contre le principe de mettre de la police dans les établissements, on n'est pas en Chine! Enfin M CHATEL ne veur pas baisser le salaire des Ministres, les pôvres, cela ferait cascvade lusqu'au facteur a t il dit! Mais quand Sarkozy a augmenté son salaire de fonctionnaire de 192%, il n'y a pas eu d'effet cascade chez les autres fonctionnaires!

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.