5 avril 2010

Rachida Dati, le JDD, les blogs et le complot anti-sarkozyste

Rituellement, l'Elysée soupçonne, ou fait semblant de soupçonner, l'existence de complot contre la personne du président français. L'affaire Clearstream qui opposait Dominique de Villepin à Nicolas Sarkozy entre 2004 et 2007 s'est terminée dans les prétoires. Celle des rumeurs conjugales est la dernière en date. Elle promet d'être fameuse.

Pierre Charon débloque-t-il ?
Le Journal du Dimanche a récemment confirmé avoir porté plainte. L'un de ses collaborateurs, qui tenait un blog anonyme hébergé sur son site, avait relayé la polémique, lui donnant involontairement une fausse crédibilité journalistique pour les médias étrangers. Carla ne serait plus avec Nicolas, et ce dernier se serait rabattu sur Chantal. Bienvenue dans "Voici-land". Dans l'entourage du chef de l'Etat (UMP), on a attaqué les blogs, Twitter, et Internet.

Le JDD a décidé de porter l'affaire devant les tribunaux, sur un autre motif que la diffamation, car l'Elysée l'a convaincu de procéder ainsi. Pierre Charon, conseiller sans affectation de Nicolas Sarkozy, ne s'en cache pas. L'homme des réseaux médiatiques et culturels du Monarque a été interrogé par Rue89. Il a déclaré:
« Avec Me Herzog, je suis intervenu auprès de sites Internet étrangers, notamment en Hollande, qui avaient repris cette rumeur en utilisant un vocabulaire porno.
Mais une enquête de police judiciaire est plus sérieuse qu'un coup de fil. Olivier Jay [directeur de la rédaction du JDD, ndlr] est quelqu'un de charmant, mais dans cette affaire, il a été un peu dépassé.
Pour que la peur change de camp, il fallait qu'il y ait une procédure judiciaire. Maintenant, on va voir s'il n'y a pas une espèce de complot organisé, avec des mouvements financiers, pourquoi pas. »
Maître Herzog est l'avocat de Nicolas Sarkozy. Pierre Charon voit loin : « le fait que ces rumeurs aient été relayées dans la presse en Grande-Bretagne, en Allemagne et en Suisse peut faire penser à un complot, alors que la France s'apprête, en 2011, à prendre la présidence du G20. On va faire une enquête pour savoir d'où viennent ces rumeurs. » Fichtre ! Voici la thèse d'un complot international, ourdi par des ennemis de l'intérieur et des puissances étrangères, pour nuire à l'organisation du prochain G20 par la France l'an prochain !

La semaine dernière, Nicolas Sarkozy s'est servi de son périple américain pour s'afficher tendrement avec son épouse Carla. Une opération de communication devant photographes et journalistes qui ne trompe personne. En coulisses, l'Elysée a mobilisé les moyens qu'il faut :  «la police a utilisé ses hackers pour remonter la source des ragots qui, en pleine campagne des régionales, ont menacé de déstabiliser le couple présidentiel», rapporte Le Monde. Les moyens de la lutte anti-terroriste pour une affaire de petite rumeur conjugale... Le monarque doit être enragé pour déclencher de telles opérations.

Le rôle trouble de Dati
La semaine dernière l'histoire a rebondi, et notamment sur le JDD. Laurent Valdiguié, enquêteur au JDD (on se souvient de son ouvrage très documenté sur le Canard Enchainé, rédigé avec Karl Laske de Libération), signe un article inquiétant : «Rachida Dati en disgrâce». Le journaliste affirme  : « selon plusieurs sources, l’ancienne porte-parole de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy est soupçonnée par l’Elysée d’avoir alimenté et même cautionné certaines rumeurs entourant le couple présidentiel.» Il reprend une révélation de la semaine du Canard Enchaîné, relayé par le Monde : «C'est la reine de l'intrigue, elle paie l'addition» aurait déclaré une source gouvernementale, prudemment anonyme.

Mais Laurent Valdguié confirme aussi que l'Elysée a envoyé les services secrets sur le dos de Rachida Dati :  «selon nos informations, une enquête des services de renseignement français, remise au chef de l’Etat durant le week-end précédant le premier tour des Régionales, ciblerait notamment Rachida Dati dans la diffusion d’informations jugées malveillantes à l’Elysée.» Pendant la soirée du premier tour des élections régionales, l'ancienne ministre de la Justice s'est vue retirée sa voiture mise à disposition par le gouvernement, tout comme sa protection. Sur le coup, on soupçonnait Sarkozy de s'être simplement énervé de la voir commenter maladroitement la défaite de l'UMP. Ce soir-là, Dati serait donc rentrée chez elle par ses propres moyens...  Il lui restait encore deux abonnements téléphoniques mobiles, l'un payé par l'Etat, l'autre par l'UMP. Au ministère de l'Intérieur, on assurait qu'il ne s'agissait pas d'une sanction.

Cette attaque, occulte, contre Rachida Dati ressemble à une farce, un vacarme, une distraction. Si Sarkozy souhaitait se venger de son ex-Garde des Sceaux, il n'avait nul besoin de mobiliser les forces de l'Etat. Il lui suffisait de faire fuiter le nom du père de la petite Zora.

L'Etat transformé en officine ?
Si on résume l'essentiel, Sarkozy mobilise des moyens de l'Etat pour débusquer les auteurs d'une rumeur sans importance nationale ni politique, une simple histoire privée qui, au pire, attaque sa réputation en le faisant passer pour cocu. Dans quel pays vivons-nous ?

Depuis juillet 2008, la DST et les RG ont été fusionnés pour donner naissance à la fameuse DCRI (Direction Centrale du Renseignement Intérieur), désormais rattachée à la Présidence de la République. L'an dernier, trois affaires à fort soupçon de manipulation gouvernementale ont frappé quelques esprits : celle des sondages de l'Elysée, où l'on apprenait en juillet, grâce à la Cour des Comptes, que l'Elysée rémunérait de façon occulte et directement des sondages ensuite publiés par certains médias sur des thèmes et des questionnaires préparés en son sein; l'affaire Dray, opportunément déclenchée au plus fort des contestations lycéennes, a aussi suscité nombre de questions; enfin,  le Karachigate se rappelle régulièrement au mauvais souvenir de Sarkozy.

Qui parle de complot en Sarkofrance ? 


Nicolas et Rachida (La Chanson du Dimanche s02e10)
envoyé par lachansondudimanche. - Regardez plus de vidéos comiques.

7 commentaires:

  1. Ah ! ça vallait le coup d'attendre... Très bon billet !

    Cette histoire d'enquête et de complot, c'est encore une manière de nous enfumer et de nous faire regarder ailleurs :-/

    RépondreSupprimer
  2. S'il savait le président combien on s'en moque de ces histoires-là.

    Quelle importante ?

    Aucune.

    Par contre qu'il dépense l'argent des contribuables à rechercher un complot dont les Français se contrefichent, c'est de l'argent public gaspillé.
    Une fois de plus !

    RépondreSupprimer
  3. Très bon article qui recentre les infos.
    Mais peut-être n'es-tu pas obligé de faire de la pub pour Laurent Valdiguié, toutou de Lagardère, qui navigue dans les hautes sphères de sa Presse ( Paris-Match et JDD) ?
    Continuons le combat.

    RépondreSupprimer
  4. Sarkozy veut nous faire pleurer avec son scandaleux bouclier fiscal.
    Sarkozy nous répète que chaque Français ne doit pas payer plus de 50 % d’impôt.
    Mais les plus riches sont très loin de payer 50 % d’impôt.
    En réalité, les Français les plus riches ne paient que 20 % d’impôt !

    Lisez cet article :

    Le nombre de personnes à très hauts revenus a explosé.

    Pour l’ensemble du 1 % de très hauts revenus, le taux moyen d’imposition est de 20 %. Une situation rendue possible par le jeu des niches fiscales.

    Des chiffres qui donneront du grain à moudre aux partisans d’une réforme des niches fiscales, alors que le gouvernement s’est engagé à trouver 6 milliards d’euros d’économies.

    http://www.lesechos.fr/patrimoine/impots/300421411-le-nombre-de-personnes-a-tres-hauts-revenus-a-explose.htm

    RépondreSupprimer
  5. "Il lui suffisait de faire fuiter le nom du père de la petite Zora."

    MDR ! Il ne doit pas le savoir...

    RépondreSupprimer
  6. Airiane, s'il ne fait pas fuiter, c'est parce qu'il n'est pas du genre à s'autoflageller.

    Argggg efface Juan

    RépondreSupprimer
  7. @Airlane

    Sarko sait tout : c'est pour ça qu'il est Président et qu'il les tient tous ;)

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.