7 juillet 2010

Sarkozy, Woerth, du conflit d'intérêt au financement illégal : faits et accusations.

L'affaire Woerth-Bettencourt est bel et bien devenue une affaire Sarkozy. Pour ceux en doutaient encore, les nouvelles révélations de l'ancienne comptable de Liliane Bettencourt, publiées par Mediapart devraient servir de confirmation. Les réactions de Nicolas Sarkozy et d'Eric Woerth furent sans surprise. L'Elysée a officiellement démenti, Sarkozy a dénoncé «l'horreur» et la «calomnie», Eric Woerth a répété qu'il ne démissionnerait pas: «N'importe qui dit n'importe quoi sur moi.» . Quels sont les faits ?

Claire T. fut comptable de Liliane Bettencourt à partir de mai 1995. Licenciée en novembre 2008, elle a été interrogée lundi 5 juillet par la brigade financière, dans ses locaux du 13ème arrondissement de Paris. Et ses révélations sont explosives pour le président français. Elle tenait à jour des «carnets de caisse» où elle répertoriait les retraits et versements qu'elle effectuait pour le compte de son employeur.

1. Eric Woerth est trésorier de l'UMP. Liliane Bettencourt a contribué au financement de l'UMP.

2. Florence Woerth a été embauché par Clymène, la société gestionnaire de la fortune de Bettencourt en novembre 2007.

3. Quand il était ministre du budget, Eric Woerth a eu des contacts privés avec Liliane Bettencourt (tel un dîner le 30 janvier 2008) ou avec son gestionnaire de fortune (dîner, décoration).

4. Selon son ancienne comptable, Liliane Bettencourt n'a jamais fait l'objet de contrôle fiscal depuis 1995.

5. Liliane Bettencourt a obtenu, quelques semaines après sa demande début 2008, un remboursement de 30 millions d'euros au titre du bouclier fiscal. C'est choquant, légal et Eric Woerth aura du mal à expliquer qu'il ne savait rien du plus gros remboursement d'impôt à un particulier de l'année 2008.

6. Claire T. et Patrice de Maistre ont émis des doutes sur la réalité de l'efficacité professionnelle de Florence Woerth au sein de Clymène, la société gérant les placements de dividendes de Mme Bettencourt. L'ex-comptable rapporte également la même accusation que de Maistre (révélée par les enregistrements pirates de ses conversations avec Liliane Bettencourt) contre son embauche, à savoir qu'elle servait à faire plaisir à son mari devenu ministre après l'élection de Nicolas Sarkozy.

7. Liliane Bettencourt n'a pas déclaré toute son immense fortune : une île aux Seychelles et deux comptes en Suisse ont été mentionnés dans les enregistrements pirates. Et le procureur de Nanterre, un temps accusé de négligence, affirme avoir transmis ses soupçons au ministère du Budget...

Ces 7 premiers faits suffisent largement à définir ce que l'on appelle un conflit d'intérêt: un ministre du budget qui rencontre une grande fortune par ailleurs soupçonnée de fraude fiscale, son épouse qui travaille pour elle, des collaborateurs qui émettent des doutes sur la réalité professionnelle de cette embauche, que faut-il de plus ?  Mais depuis, d'autres révélations sont venues accuser la thèse gouvernementale, et transformer la crise morale en crise politique.

8. Claire T. avait déjà affirmé que Liliane Bettencourt lui demandait de retirer jusqu'à 50 000 euros en espèces chaque semaine, qu'elle remettait à «Dédé», c'est-à-dire André Bettencourt, puis, à compter de 2007, à Patrice de Maistre, le gestionnaire de fortune. Lundi, elle a impliqué le monde politique, et particulièrement à droite: « Une partie servait à payer des médecins, des coiffeurs, du petit personnel, etc. Et une autre, c'était pour les politiques » a-t-elle expliqué à Mediapart. «Je sais que Dédé avait contribué, juste avant mon arrivée, au financement en liquide de la campagne d'Edouard Balladur. Cela dit, comme il était généreux, il ne m'étonnerait pas qu'il ait aussi financé les activités politiques de Jacques Chirac »

9. Selon l'ancienne comptable de Liliane Bettencourt, son employeur a financé la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007. Ce financement était illégal car il dépassait largement le plafond légal (7500 euros par personne privée).  Elle précise le montant litigieux: 150 000 euros.

10. Selon elle, c'est Patrice de Maistre qu'il l'en a informée. Claire T. a en effet déclaré à Mediapart que (1) Patrice de Maistre lui avait demandé 150 000 euros en espèces, (2) qu'elle avait refusé car son accréditif à la banque de la milliardaire était limité à 50 000 euros, (3) que M. de Maistre aurait alors expliqué que c'était pour financer la campagne de Sarkozy (“Mais enfin, c'est pour financer la campagne présidentielle de Sarkozy ! Je dois donner de l'argent à celui qui s'occupe du financement de la campagne, Eric Woerth. Et 50.000 euros, ce n'est pas suffisant.”), et (4) qu'elle a finalement versé 50 000 euros seulement au gestionnaire. Elle précise même la date où elle a consigné ce versement à de Maistre dans l'un de ses fameux carnets: «Je me souviens de la date de ce retrait destiné à la campagne de Sarkozy : c'était le 26 mars 2007».

Ensuite, selon elle, Patrice de Maistre aurait complété la somme : « Comme les 50.000 euros ne suffisaient pas, Maistre s'est rendu – ou a envoyé quelqu'un, je ne sais pas – en Suisse, pour prélever en urgence le complément, à savoir 100.000 euros.»

11. Claire T. accuse également Maistre de s'être chargé du versement auprès d'Eric Woerth pendant la campagne électorale en 2007: «Maistre m'a dit qu'il allait très vite dîner avec Eric Woerth afin de lui remettre, “discrètement” comme il m'a dit, les 150.000 euros.» Mardi, Patrice de Maistre a contesté «formellement les allégations mensongères» de son ancienne comptable, dixit son avocat.

12.  Enfin, selon Claire T., Nicolas Sarkozy recevait régulièrement des donations en espèces de la part de Liliane Bettencourt avant 2007. Une accusation grave, qui a enragé l'Elysée.

Mardi, la journée fut donc rude pour le ministre et son Monarque. Le premier devait assister aux questions au gouvernement à l'Assemblée Nationale. «J'ai envie de les étrangler» a-t-il confié dans les couloirs. Nicolas Sarkozy, lui, visitait un hôpital en banlieue parisienne, sur le thème de la «médecine de proximité». Le weekend dernier, le JDD publiait la liste de 54 établissements menacés de fermeture pour cause de charge de travail insuffisante, telle que prévue dans un décret de la ministre Bachelot pour août prochain. Le Monarque, lui, semblait peu préoccupé de ces polémiques et inquiétudes.

Souriant, avenant, disponible pour les photographes, aimable avec les infirmières dont il s'est permis de louer la beauté, Nicolas Sarkozy donnait l'impression, ce mardi 6 juillet, d'être totalement «hors sol», paralysé par une polémique qui le dépasse. A l'UMP, on laisse entendre qu'il parlera, ou qu'il devrait bientôt parler aux Français. On croit savoir qu'il réfléchit à remanier son gouvernement la semaine prochaine. «Grillé par ses fusibles» titre Libération. «Nicolas Sarkozy pressé de s'expliquer sur les soupçons de financement illégal» renchérit le Monde. Le Figaro détaille «les nouveaux scénarios de Sarkozy» sur un possible remaniement plus tôt que prévu. A l'étranger, les médias s'interrogent. Il n'y a que Sarkozy qui s'obstine...comme tétanisé.

Le même jour, Patrice de Maistre était entendu comme témoin par la brigade financière. Le début de la fin ?



http://www.wikio.fr

10 commentaires:

  1. Dans une démocratie digne de ce nom, ce monsieur et toute sa clique auraient depuis bien longtemps dû démissionner!! En principe - toujours en démocratie - de tels scandales à répétition devraient logiquement ouvrir la voie à une procédure de destitution du Président de la République française. Autant rire... Nous ne sommes plus en démocratie. Une dictature du fric la remplace. C'est elle qui faut renverser!!! C'est en bonne voie. Parce que dans les prochaines semaines d'autres scandales vont éclater qui vont (enfin!!) faire réagir la population de ce pays en déroute totale!!

    RépondreSupprimer
  2. Claire T. est l'ex-comptable des Bettencourt de mai 1995 à novembre 2008. Claire T. raconte sur le site Mediapart le scandale des enveloppes remplies de billets de banque.

    Eric Woerth aurait dû porter plainte en diffamation contre l'ex-comptable des Bettencourt.

    Pourquoi Eric Woerth ne porte pas plainte en diffamation contre l'ex-comptable des Bettencourt ?

    Hein, pourquoi ?

    RépondreSupprimer
  3. Les politiques (gauche comme droite) prennent leur citoyens pour des gens sans intelligence.

    Parlons de la droite (puisque c'est elle qui est au pouvoir pour l'instant), croyez vous que les gens sont dupes à tel point de rentrer dans leur jeu :
    - Woerth qui pleure à la télé : c'est lamentable. On se dit ministre, et on est même pas capable de résister à toutes ces attaques. Il y a des citoyens plus dignes que vous Mr. le Ministre, des gens qui doivent se soucier de comment ils vont nourrir leurs enfants et leur trouver un toit tous les jours. ....et ils le font avec le sourire.....

    Je me demande si tout ces réactions des proches du pouvoir ne cachent pas la réalité : pourquoi ils n'attaquent en diffamation la comptable, les journaux ?. N'est ce pas le signe que le pouvoir a peur que la justice puisse aller creuser plus en profondeur et trouver ce qui leur fait mal et ce qu'ils essaient de cacher avec tellement d'énergie ????.

    Une autre question, on parle de l'affaire Woerth, jusqu'au point d'oublier l'affaire des rétro commissions lié à Sarkozy !!!!. Où on en est dans cette histoire ???.

    PS : je vous parie que la gauche a aussi ce genre d'affaire sous leur matelas !!!!.

    Heureusement que nous avons encore la presse qui joue vraiment le rôle de contre poid au pouvoir et qui fait marcher la démocratie !!!!!.

    Minh

    RépondreSupprimer
  4. Lundi 5 juillet :

    S’agissant du financement politique, on en vient au point sensible. Très sensible, même. Celui concernant Eric Woerth. Le seul que Claire T. ait évoqué devant les policiers, car le seul sur lequel elle a été interrogé.

    « C’était à la fin du mois de mars 2007. Patrice de Maistre, qui était devenu celui qui "s’occupait" des politiques du fait de la maladie de Dédé (André Bettencourt), m’a convoqué pour me demander d’aller retirer à la banque une somme trois fois supérieure à l’habitude, à savoir 150.000 euros. J’ai refusé, en expliquant que mon accréditif ne me le permettait pas. Il s’est énervé, en me disant que la banque ne nous refuserait pas ce service. Je lui ai demandé la raison pour laquelle il lui fallait absolument récupérer un tel montant, et là, il m’a répondu : "Mais enfin, c’est pour financer la campagne présidentielle de Sarkozy ! Je dois donner de l’argent à celui qui s’occupe du financement de la campagne, Eric Woerth. Et 50.000 euros, ce n’est pas suffisant". »

    Claire T. reprend son récit : « Malgré l’insistance de Maistre, qui a quasiment piqué une crise de nerfs, j’ai refusé. Je me souviens même avoir appelé Eva, mon interlocutrice à la BNP de la Place Vendôme, l’agence où Liliane Bettencourt a son compte principal, pour lui demander son avis. Je ne lui ai pas parlé du financement de Sarkozy, mais elle a bien compris... Elle m’a dit que je devais refuser, qu’il ne fallait pas que je dépasse mon accréditif, sinon cela risquait d’alerter Tracfin [le service anti-blanchiment de Bercy, NDLR]. Donc je me suis rendue comme d’habitude avenue de la Grande-Armée, j’ai retiré 50.000 euros, que j’ai remis à Liliane Bettencourt, qui a ensuite donné l’enveloppe à Maistre, devant moi. Et j’ai rempli le carnet de caisse, avec, en regard de la somme, la mention « Bettencourt », que j’ai écrite moi-même. Je faisais toujours comme ça lorsqu’il s’agissait de l’argent destiné aux politiques, car il ne fallait pas de trace écrite. Si Liliane Bettencourt leur donne les carnets de caisse, les policiers pourront vérifier mes dires. Je me souviens de la date de ce retrait destiné à la campagne de Sarkozy : c’était le 26 mars 2007 ».

    http://www.mediapart.fr/journal/france/060710/lex-comptable-des-bettencourt-accuse-des-enveloppes-dargent-woerth-et-sarkozy#comment-571471

    Mercredi 7 juillet :

    Les réquisitions faites par les policiers de la Brigade de répression de la délinquance sur la personne (BRDP) ont permis de retrouver la trace d'un débit de 50 000 euros, à l’agence de la BNP de la Grande-Armée, le 26 mars 2007, conformément à ce que l’ex-comptable de Liliane Bettencourt, Claire Thibout, avait déclaré, lundi 5 juillet, au site Mediapart.

    http://www.lemonde.fr/politique/article/2010/07/07/la-police-confirme-le-retrait-de-50-000-euros-fin-mars-2007_1384483_823448.html#ens_id=1373579

    RépondreSupprimer
  5. Les français restent des moutons qui suivent sans sourciller tous ceux qui savent élever la voix. Combien d'entre eux se sont soulevés en 1940 et ont resisté pour les autres ? Espérons que votre engagement va finir par donner aux français le courage qui leur fait si souvent défaut et que le ménage va enfin commencer !

    RépondreSupprimer
  6. Encore un bon vieux coup des socialos troskistes pour se faire remarquer; ces méthodes sont dignes du stalinisme. Eric Woerth n'a rien fait d'autre que de servir sont pays et de travailler sur une des plus grosses réformes du quinquennat! honte à cette gauche et à ses méthodes!!

    RépondreSupprimer
  7. surprenant un telle remarque ...

    RépondreSupprimer
  8. Que dit le démocrate de mes 2, combien de pots de vin il a perçu de cette bande de magouilleurs et godillots qui pour encore une fois de plus adore cette monarchie bananière, encore un traitre à la Patrie ,qui comme destination je lui préconise les Emirats ,le Koweit, l'Arabie Saoudite ,où bien même l'Iran ou la Chine comme dictature sympa pour faire fermer la gueule aux vrais démocrates .AMEN

    RépondreSupprimer
  9. Le ministre du Travail Eric Woerth a annoncé mercredi qu'il avait décidé de déposer plainte contre X pour "dénonciation calomnieuse" auprès du tribunal de grande instance de Nanterre (Hauts-de-Seine).

    Dans un communiqué, l'ancien ministre du Budget mis en cause dans l'affaire Bettencourt "dénonce les accusations mensongères dont il a fait l'objet, en particulier concernant la réception de fonds en espèces au fin de financement illégal d'activité politique".

    http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/societe/20100707.FAP5061/affaire-bettencourt-woerth-porte-plainte-pour-denonciation-calomnieuse.html

    L'ex-comptable des Bettencourt s'appelle Claire Thibout. Son nom est dans tous les journaux : c'est elle qui a raconté le scandale des enveloppes remplies de billets de banque.

    Alors pourquoi Eric Woerth porte plainte contre X ?

    Et pourquoi Eric Woerth ne porte pas plainte contre Claire Thibout ?

    Pourquoi ?

    http://www.lemonde.fr/politique/article/2010/07/07/la-police-confirme-le-retrait-de-50-000-euros-fin-mars-2007_1384483_823448.html#ens_id=1373579

    RépondreSupprimer
  10. Toujours d'actualité....

    "Il y a deux histoires : l'histoire officielle, menteuse, puis l'histoire secrète..."


    Honoré de Balzac

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.