20 août 2010

Pakistan : Sarkozy ne manque pas d'air

Depuis le 4 août, Nicolas Sarkozy est resté plutôt silencieux, tout occupé à se reposer et laisser son ministre de l'intérieur parcourir les routes de France pour délivrer sa bonne parole sécuritaire. Ses rares communiqués et déclarations officielles furent de trois ordres : féliciter une multitude d'athlètes français, exprimer sa solidarité avec la Russie et ses incendies et..., le 15 août, gronder le président de la Commission européenne coupable d'attentisme face à la catastrophe pakistanaise.

Cette fois-là, Nicolas Sarkozy a perdu une belle occasion de se taire.

Donneur de leçons
José-Manuel Barroso n'a pas apprécié les remontrances de Nicolas Sarkozy: « Le drame du Pakistan nous touche tous ». Entre deux séances de vélos au cap Nègre, le chef de Sarkofrance s'était permis d'écrire publiquement au président de la Commission européenne pour lui demander d'activer l'aide européenne au Pakistan dévasté par des inondations hors normes voici 15 jours. Barroso a répliqué deux jours après, le 15 août. Une réponse en trois points, trois tacles : primo, « la Commission a été la première à réagir (le 30 juillet) et à augmenter (le 11 août) les fonds alloués au Pakistan »; deuxio, « Plus que la somme de 40 millions d'euros que vous avez relevée, mes services ont travaillé d'arrache-pied afin de s'assurer que ces sommes puissent être dépensées sur le terrain le plus rapidement possible », pendant que Nicolas Sarkozy se dorait au Cap Nègre et Bernard Kouchner était aux abonnés absents, et, tertio, Barroso explique : « J'apprécie vivement l'attention particulière que la France porte aux opérations humanitaires et je prends note de votre intention de faciliter l'expédition de l'aide internationale. »

Il faut avouer que Nicolas Sarkozy a fait preuve d'un culot monstre. Depuis le mois de juillet, et le début des inondations, il ne dit rien. Et quand il s'exprime, c'est pour sermonner l'Europe.

Opportuniste
L'appel du 15 août est clairement opportuniste. L'annonce sarkozyenne faisait suite à un appel du secrétaire général de l'ONU à l'aide internationale. Or la France a été surprenante de discrétion en la matière. La chronologie des évènements est loin d'être favorable au président français.

Nicolas Sarkozy lui-même recevait le président pakistanais en pleine catastrophe, le 2 août dernier (une vieille connaissance du temps de la vente de 3 sous-marins par la France au Pakistan en 1994). Les inondations frappaient déjà le Pakistan depuis 6 jours, mais Sarkozy ne dit rien. Le 30 juillet, on parle de 400 morts. Le 2 août au matin (heure française), on avance le nombre de 1500 morts et déjà 1,5 millions de réfugiés. Les Etats-Unis promettent 10 millions de dollars, l'envoi d'hélicoptères, de bateaux et de matériel de secours. La Chine promet 1,5 million de dollars. La Commission européenne avait déjà débloqué 30 millions d'euros.

Le président Zardari fut d'ailleurs sévèrement critiqué d'être absent des lieux du drame. Or, à cette date, pas un mot, pas une remarque ne fut entendu de la part de l'Elysée à propos de la catastrophe.

Mardi 3 août, le Quai d'Orsay fait savoir, lors d'un point presse, que la France « s'associe pleinement » à l'aide européenne et qu'elle est disposée à examiner «toute demande qui lui serait directement adressée». Quel soutien !

Le 7 août, on comptait déjà 12 millions de sinistrés.

Dimanche dernier, Sarkozy a fait donc savoir qu'il trouvait l'aide européenne, 40 millions d'euros, insuffisante.

Mercredi 18 août, l'Union européenne a porté son aide à 70 millions d'euros. Le soir même, un avion français est parti avec 70 tonnes de fret humanitaire envoyé au Pakistan. 70 tonnes pour ... 20 millions de victimes. Et le ministère des affaires étrangères, par le biais de son porte-parole, a même pris le soin de détailler l'aide humanitaire qui l'accompagne: 1,05 million d’euros. « A la demande de Bernard Kouchner, 550 000 euros seront consacrés à l’aide aux organisations humanitaires présentes sur place, auxquels s’ajoutera une aide alimentaire de 350 000 euros, via le Programme alimentaire mondial. Par ailleurs, la France a décidé, dans le cadre de sa contribution au HCR, agence des Nations unies pour les Réfugiés, de consacrer 150 000 euros à l’aide au Pakistan.»

Par comparaison, les Etats-Unis sont déjà très présents au Pakistan, conscients des avantages géopolitiques qu'ils peuvent tirer dans ce pays. Le 13 août, ils annonçaient 76 millions de dollars d'aide, portés ensuite à 97 millions, soit un tiers de l'aide internationale à date. Un porte-avion militaire est sur place. Le Fond d'urgence des Nations Unies a promis 26 M$, le Japon 4 M$, l'Australie 32 M$, et le Canada 30 M$.

La France s'abriterait-elle, pour une fois, derrière l'Union européenne ? D'autres pays européens n'ont pas attendu. Le Royaume Uni est le second contributeur international, avec 42 millions de dollars ;  le Danemark apporte 11 M$, l'Allemagne 20M$, et la Norvège 15M$.

Jeudi 19 août, Bernard Kouchner publiait un communiqué célébrant la Journée mondiale de l'Humanitaire, évoquant au passage la catastrophe pakistanaise. Cruelle coïncidence !

Au final, la Sarkofrance apparaît ridicule dans cette affaire, aussi modeste que la faible ampleur de sa mobilisation officielle.  Mais cela n'empêche pas son président de crier, de sermonner, une fois de plus. Le seul véritable effort du président français fut d'engueuler publiquement le président Barroso le 15 août dernier: « Je compte sur vous pour que l'Union européenne montre son unité et sa détermination et entraîne avec elle la communauté internationale pour empêcher un désastre humanitaire ».

Cet homme ne manque vraiment pas d'air.



4 commentaires:

  1. Oui... mais.. ils sont complices dans la même affaire : la vente de sous-marins et ses rétro-commissions.
    Il faut qu'ils se ménagent, l'un, l'autre.
    Ainsi, quand le président Pakistanais est venu en visite il a bien dit que la vente de sous-marins n'avait rien, mais rien de rien, à voir avec l'attentat de Karachi.
    Plus tard, voilà que le président Pakistanais est en difficulté dans son pays pour avoir été absent lors des catastrophes... Le président français, alors, vole au secours de "son ami" et secoue un peu l'Europe qui doit aider le peuple pakistanais à se calmer envers son président.
    Enfin... j'dis ça, je dis rien.. ce n'est que ce que je pense.

    RépondreSupprimer
  2. Depuis son éléction, il était sur tous les fronts,créés de toutes pièces ! tous les coups, foireux ! Non sans arrière pensée et calcul politique, en vain,ça ne fonctionne pas, ça ne fonctionnera plus!
    Putain, vingt et un mois encore !

    RépondreSupprimer
  3. Ca fait 0,0035 kg par personne d'aide française aux réfugiés. Mais si chaque pays (soit 224 pays) fait la même chose, on obtient presque 800 grammes par personne.

    RépondreSupprimer
  4. vingt et un mois encore, et vivement 5 ans encore !!! que la France se releve !!!

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.