1 septembre 2010

Roms : la surenchère sans limite du couple Besson/Hortefeux

Les deux rivaux de la polémique sécuritaire se sont montrés debout sur la tribune du ministère de l'intérieur, lundi 30 août après midi. L'occasion d'outrances sans limite dont ils ont désormais le secret. En trois actes.

Déstabilisé par les critiques, les ministres choisissent la surenchère.

Après les Roms, les Roumains.
Hortefeux a récidivé. Mercredi dernier, il avait déclaré sur RTL: «Il n'y a pas de statistiques sur la délinquance par communauté, mais il y a des statistiques par nationalité et j'observe par exemple qu'à la délinquance de nationalité roumaine avait augmenté l'année dernière de 138%». Lundi, pour la deuxième fois en quelques jours, le ministre de l'intérieur a dénoncé les crimes et délits d'une catégorie d'immigrés, les Roumains. « Aujourd'hui, à Paris, la réalité est que près d'un auteur de vol sur cinq est un Roumain. » Ou encore : « un vol commis par un mineur sur quatre l'est par un mineur roumain. » Brice Hortefeux balança toute une batterie de statistiques similaires :  les actes de délinquance perpétrés par des Roumains à Paris ont augmenté de 259% en 18 mois; les actes violents commis par des mineurs roumains auraient augmenté de 64 % en un an; les vols avec violence de 117%; un acte de délinquance sur vingt serait commis par un Roumain (5,71 %). Les Roumains seraient responsables de 8,5% des actes de délinquance de proximité. Suprême détail, dans le cas d'escroqueries sur les distributeurs de billets, « il arrive que la police interpelle dans la même journée deux ou trois fois les mêmes individus ».

Et Eric Besson ajouta : « Notre droit ne connaît les étrangers qu'à raison de leur nationalité. Les Roms ne sont pas considérés en tant que tels, mais comme des ressortissants du pays dont ils ont la nationalité .» 

Brice Hortefeux a brisé un tabou. L'utilisation de statistiques inédites, sur une nationalité particulière - les Roumains. On attend la suite.

On ne sait pas d'où il sort ses chiffres. L'Observatoire National de la Délinquance, seule source officielle à date, n'a jamais publié de statistiques par nationalité. Y-aurait-il des statistiques cachées ? Hortefeux invente ainsi la délinquance roumaine, et ses chiffres sont étonnants. Le glissement vaut le détour : des Roms, on est passé aux Roumains. 95% des gens du voyage présents en France sont paraît-il Français, autre statistique non prouvé. Besson et Hortefeux se raccrochent à leurs branches polémistes. Jamais, depuis le début de l'été et l'assaut médiatique contre les Roms, le gouvernement n'a-t-il avancé une quelconque mesure de la délinquance spécifique des Roms ou des Roumains (comme si l'amalgame allait de soi).



Des lois d'exception pour expulser facilement
Jusqu'à maintenant, Eric Besson appliquait une feuille de route qu'il défendait comme républicaine : un immigré entré illégalement sur le territoire français devait être renvoyé dans son pays d'origine. La polémique sur les Roms a ouvert un nouveau front. Citoyens européens, et de surcroît nomades, les Roms n'entraient que difficilement dans les catégories habituelles. Il fallait donc inventer un cadre quasiment sur-mesure, quitte à plonger en peu plus. Besson et Hortefeux ont travaillé tout l'été, écouté les critiques, peaufiné leurs argumentaires. Lundi, le dossier était prêt.

Eric Besson a ainsi annoncé trois propositions de loi:

1. Un projet d'amendement à la loi sur la sécurité intérieure, dite Lopssi, pour étendre les possibilités d'expulsion en cas de « menace à l'ordre public à l'occasion d'actes répétés de vols ou de mendicité agressive ». Besson fait du Hortefeux : le ministre de l'intérieur prévoit d'inventer un nouveau délit, le fameux mélange d'abus de faiblesse, de polygamie de fait et d'escroquerie, défini sur-mesure pour traiter le cas Lies Habedj.

2. La seconde proposition sera un amendement au projet de loi sur l'immigration déposé au Parlement le 27 septembre prochain : Eric Besson expliquait lundi qu'il permettra de « sanctionner ceux qui abusent du droit au court séjour (i.e. trois mois maximum) afin de contourner les règles plus strictes du long séjour. » C'est effectivement une véritable mesure anti-Roms. Le ministre entend ainsi répondre aux critiques énoncées cet été contre l'absurdité des expulsions de citoyens européens tels les Roms qui, aussitôt expulsés, peuvent revenir en France. « Les ressortissants européens ne jouissent pas d'une liberté de séjour sans limite au sein de l'Union européenne » a-t-il expliqué.

3. La troisième idée du ministre de l'immigration, un autre amendement au projet de loi, permettra « la reconduite dans leurs pays d'origine des personnes qui représentent une charge déraisonnable pour notre système d'assistance sociale. » La charge est lancée : les Roms seraient-ils donc responsables des déséquilibres de financement de notre Sécurité sociale ?


Déstabilisés par les critiques
Lundi, les deux compères et rivaux tentèrent de répondre aux critiques : contre le parti socialiste, Hortefeux dénonça l'hypocrisie de Martine Aubry, au prix d'un joli mensonge rapidement démenti par la Maire de Lille : il s'est ainsi étonné « de l'hypocrisie de certains responsables publics qui s'émeuvent au mois d'août de ce qu'ils ont eux-mêmes demandé en juillet », rappelant, photos exhibées à l'appui devant les journalistes, que la communauté urbaine de Lille avait demandé « d'évacuer un campement de Roms à Villeneuve-d'Ascq ». Deux évacuations ont effectivement eu lieu en août (les 19 et 26), mais sur la base de demandes antérieures aux polémiques de juillet sur les campements sauvages et sans demander d'expulsion du territoire.

Dans son intervention, Eric Besson compléta : « ceux qui accusent la France, sans aucun fondement, de violer ses obligations internationales et européennes, ainsi que ses règles et traditions républicaines, conduisent un combat partisan et ne font en réalité que salir l’image de notre pays. »


Sans gêne, le ministre de l'intérieur prit également soin de préciser :  « Il ne s'agit en aucun cas de stigmatiser telle ou telle population, mais il ne s'agit pas non plus de fermer les yeux sur une réalité. »Toujours sans gêne, Hortefeux, qui recevra mardi le cardinal André Vingt-Trois, président de la conférence épiscopale, a cru bon de souligner que le gouvernement et l'Eglise étaient sur la même longueur d'ondes (sic !) : « Les déclarations qui ont été faites par la plupart des responsables de la hiérarchie catholique disent, à juste titre, la même chose (...). Ils parlent de notre devoir d'accueil et du respect des autres ».

Que fait le serein François Fillon ?

Mardi matin, Brice Hortefeux pouvait avoir un motif de satisfaction : le nouveau préfet de l'Isère a annoncé l'arrestation du second braqueur « présumé » du casino d'Uriage. La mort d'un premier braqueur, en juillet dernier, avait déclenché des violences dans la banlieue de Grenoble, puis la surenchère insécuritaire de Nicolas Sarkozy lors de son fameux discours sur place le 30 juillet.

Maigre satisfaction.

2 commentaires:

  1. Quand un consulat s'attaque aux intérêts Elémentaires d'une de ses Ressortissante Mineure Française

    Je suis une enfant de 6 ans, Française par filiation, avec un passeport Français, vivant avec ma mère au TOGO
    Je ne peux voir mon père en FRANCE car le consulat refuse un visa touristique à ma mère Togolaise pendant les vacances scolaires
    Si mon père ne peut pas venir, je ne le verrais pas !
    Ma mère, doit m'abandonner à l'aéroport à 6 ans ...
    Française oui, mais virtuelle ! Les même droits, mais lesquels !?
    L'intelligence Consulaire et humaine, çà existe ?

    Mais cela ne s'applique pas à tous !
    Mon cousin, de mère Française et de père Togolais (notable) n'a aucune difficulté à accompagné son fils en France vers sa mère.

    LIBERTE, EGALITE, FRATERNITE ... C'est sans aucun doute slogan publicitaire !
    Un effet d'annonce, une vague déclaration d'intention qui n'engage que ceux qui auraient la capacité d'y croire !

    Ma G.mère de 90 ans souffrante d'une Cardiopathie, je ne l'a rencontrerai jamais
    Le compte ouvert en France à mon intention par mon père, ma mère est dans l'impossibilité de signer une procuration

    Que faire devant l'adversité consulaire et la bêtise institutionnelle ?

    L'essentielle fonction consulaire dominantes serait de pourrir la vie d'une certaine catégorie de Français.
    Vous demandez un visa de 90 jours c'est le rejet !
    Je suppose qu'un demandeur de visa long séjour prend le risque d'une balle perdue

    Conclusion: L'Etranger qui s'introduit illégalement en France sans aucune permission puis s'installe sans aucune autorisation et sans lien filial avec France sera mieux traité que ma fille et sa mère.

    Finalement les Etrangers ont bien compris qu'il ne fallait rien attendre de bon de certain consulat car ils savent plus distinguer le "bon grain de l'ivraie".

    Le parasol est si largement ouvert que ces fonctionnaires sont tétanisés face à une décision.
    A la moindre suspicion le candidat est diabolisé et sanctionné par un refus

    Quelle Image lamentable !

    Merci la FRANCE !

    F.M naoned.fm@laposte.net

    Article n° 8 de la Convention européenne des droits de l'homme (CEDH)
    Article 8 - Droit au respect de la vie privée et familiale
    1. Toute personne a droit au respect de sa vie privée et familiale, de son domicile et de sa correspondance.
    2. Il ne peut y avoir ingérence d'une autorité publique dans l'exercice de ce droit que pour autant que cette ingérence est prévue par la loi et qu'elle constitue une mesure qui, dans une société démocratique, est nécessaire à la sécurité nationale, à la sûreté publique, au bien-être économique du pays, à la défense de l'ordre et à la prévention des infractions pénales, à la protection de la santé ou de la morale, ou à la protection des droits et libertés d'autrui.

    http://www.cimade.org/nouvelles/2598-Un-rapport-qui-fait-du-bruit

    RépondreSupprimer
  2. Quand un consulat s'attaque aux intérêts Elémentaires d'une de ses Ressortissante Mineure Française

    Je suis une enfant de 6 ans, Française par filiation, avec un passeport Français, vivant avec ma mère au TOGO
    Je ne peux voir mon père en FRANCE car le consulat refuse un visa touristique à ma mère Togolaise pendant les vacances scolaires
    Si mon père ne peut pas venir, je ne le verrais pas !
    Ma mère, doit m'abandonner à l'aéroport à 6 ans ...
    Française oui, mais virtuelle ! Les même droits, mais lesquels !?
    L'intelligence Consulaire et humaine, çà existe ?

    Mais cela ne s'applique pas à tous !
    Mon cousin, de mère Française et de père Togolais (notable) n'a aucune difficulté à accompagné son fils en France vers sa mère.

    LIBERTE, EGALITE, FRATERNITE ... C'est sans aucun doute slogan publicitaire !
    Un effet d'annonce, une vague déclaration d'intention qui n'engage que ceux qui auraient la capacité d'y croire !

    Ma G.mère de 90 ans souffrante d'une Cardiopathie, je ne l'a rencontrerai jamais
    Le compte ouvert en France à mon intention par mon père, ma mère est dans l'impossibilité de signer une procuration

    Que faire devant l'adversité consulaire et la bêtise institutionnelle ?

    L'essentielle fonction consulaire dominantes serait de pourrir la vie d'une certaine catégorie de Français.
    Vous demandez un visa de 90 jours c'est le rejet !
    Je suppose qu'un demandeur de visa long séjour prend le risque d'une balle perdue

    Conclusion: L'Etranger qui s'introduit illégalement en France sans aucune permission puis s'installe sans aucune autorisation et sans lien filial avec France sera mieux traité que ma fille et sa mère.

    Finalement les Etrangers ont bien compris qu'il ne fallait rien attendre de bon de certain consulat car ils savent plus distinguer le "bon grain de l'ivraie".

    Le parasol est si largement ouvert que ces fonctionnaires sont tétanisés face à une décision.
    A la moindre suspicion le candidat est diabolisé et sanctionné par un refus

    Quelle Image lamentable !

    Merci la FRANCE !

    F.M naoned.fm@laposte.net

    Article n° 8 de la Convention européenne des droits de l'homme (CEDH)
    Article 8 - Droit au respect de la vie privée et familiale
    1. Toute personne a droit au respect de sa vie privée et familiale, de son domicile et de sa correspondance.
    2. Il ne peut y avoir ingérence d'une autorité publique dans l'exercice de ce droit que pour autant que cette ingérence est prévue par la loi et qu'elle constitue une mesure qui, dans une société démocratique, est nécessaire à la sécurité nationale, à la sûreté publique, au bien-être économique du pays, à la défense de l'ordre et à la prévention des infractions pénales, à la protection de la santé ou de la morale, ou à la protection des droits et libertés d'autrui.

    http://www.cimade.org/nouvelles/2598-Un-rapport-qui-fait-du-bruit

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.