17 octobre 2010

A Bordeaux, Sarko masquait sa nervosité.

Jeudi 14 octobre au petit matin, les commentateurs et éditorialistes se succédaient pour expliquer que la mobilisation contre la réforme des retraites s'essoufflait, que les appels à la grève reconductible étaient finalement peu suivies. Puis, les lycéens ont surpris tout le monde. Des manifestations, partout en France, se sont multipliées. Entre 340 et 1100 lycées étaient bloqués. Vendredi, l'affaire continue. Mais fallait écouter Nicolas Sarkozy, dans le texte, lors de sa visite en Gironde, à Bordeaux, chez Alain Juppé. Jeudi 14 octobre, il a parlé réformes, action et volontarisme. Il était surtout crispé. Et si la jeunesse s'enflammait ?

A Bordeaux, le président français a ressorti son costume d'hyperactif. L'homme qui voulait prendre du recul pour mieux se « présidentialiser », marquer une pause pour mieux améliorer les réformes passées, a changé de registre. En fait, nous avions tous rêver. A écouter certains proches du Monarque, il n'a jamais voulu de pause. Tout ceci n'était qu'une lubie de journaliste, une interprétation erronée.

A Bordeaux, Sarkozy partait célébrer le 50ème anniversaire de la découverte du laser. C'est important, pour un président, de célébrer les anniversaires. Qu'importe si la jeunesse est, de plus en plus, dans la rue, si des flics nerveux tirent aux flash-balls contre des lycéens, si d'autres jeunes et moins jeunes en profitent pour jouer à la guérilla urbaine contre des policiers désemparés.

Nicolas Sarkozy célèbre les 50 ans du laser.

Dans les journaux télévisés du soir, on pouvait le voir le regard concentré, le visage crispé, écouter les explications de l'un de ses hôtes devant de curieuses machines. Alain Juppé, juste derrière, avait le visage radieux. Sur son blog, l'ancien premier ministre n'avait pas une remarque sur cette visite pourtant présidentielle. Il préféra commenter l'intervention télévisée de Martine Aubry, sur France 2, dans l'émission « A Vous de Juger ». Quel affront !

Après sa visite, Sarkozy a pu livrer l'un de ses discours favoris, face à la caméra d'Elysée.fr, devant son traditionnel fond bleu orné des drapeaux français et européens. Dans l''assistance, beaucoup de militaires en uniformes, Alain Juppé et Valérie Pécresse, et quelques élus. Aucun risque de trouble.

Dès les premiers mots, il trébuche : « cette année, nous célébrons les 50 ans de l'avention, ... l'invention du laser... » Dès les premiers mots, il doit se mettre en valeur : « ... et j'ai souhaité à cette occasion être ici, sur cette "route des lasers", au coeur des installations du Commissariat à l'énergie atomique et des énergies alternatives,... » Dès les premiers mots, il faut enfoncer quelques portes ouvertes : «... pour souligner quelque chose que vous savez parfaitement vous tous, mais dont il faut convaincre l'ensemble des Français... que l'avenir de la France et son indépendance dépendent de sa capacité à investir massivement dans la recherche, à maîtriser la recherche de pointe, et à valoriser les applications de la recherche

A Bordeaux, Nicolas Sarkozy voulait surtout parler nucléaire et réforme. Rappeler l'origine du programme nucléaire français - ah ! Le Général de Gaulle ! - et souligner combien grâce à lui la France est indépendante. Joli mensonge !

« La France est aujourd'hui un des rares pays dans le monde à être indépendant en termes d'énergie alors qu'il n'a pas d'énergies fossiles naturelles. » La récente prise d'otages, aux confins du Mali et du Niger, de 5 Français employés par Areva a rappelé combien la France a besoin de ce fichu uranium de ses anciennes colonies africaines pour faire tourner ses centrales bientôt obsolètes. « Aujourd'hui, cet élan ne doit pas faiblir et ne faiblira pas...» Ecoutez la suite. En une phrase, Sarkozy révèle combien le changement de nom du CEA en Commissariat à l'énergie atomique et des énergies alternatives était une belle tartuferie : « ceux qui prétendent qu'on peut remplacer l'énergie nucléaire par des énergies alternatives prononcent une incongruité... et ça s'rait une autre incongruité d'expliquer que parce qu'on investit dans le nucléaire on ne doit pas investir dans les énergies alternatives.»

Sarkozy continue sur le laser mégajoule, un programme lancé en 1995-1996 pour prendre le relais de l'arrêt des essais nucléaires français dans le Pacifique. Il mouline encore quelques concepts qu'il ne maîtrise pas au-delà du discours qu'il lit : « il ne doit pas y avoir de fossé entre recherche fondamentale et recherche appliquée » (??) « il ne doit pas y avoir de fossé entre l'université et la recherche, il ne doit pas y avoir de fossé entre l'université et l'entreprise, il ne doit pas y avoir de fossé entre la recherche militaire et la recherche civile...»

Puis Sarkozy s'accroche à son texte. C'est très technique. Il parle des laser petal et mégajoule. Il nous assure que la France est désormais leader mondial dans la technologie du nucléaire par fusion. Ouf ! On est rassuré. « C'est donc un programme majeur que vous engagez ici... Ça prouve quoi ? Ça prouve que la France est toujours capable d'avoir des projets scientifiques et industriels de grande envergure. » Il lève les yeux... « je voudrai bien qu'on m'comprenne bien. Nous venons de sortir d'une crise qu'est sans doute la plus importante depuis un siècle ». Les doigts serrés, la mine grave, Sarkozy regarde l'assistance. Il nous ressort la crise de 2008. C'est sa Grande Guerre à lui, son Chemin des Dames, sa bataille de la Marne. Qu'importe l'objet du déplacement ou l'assistance... Il faut rappeler et marteler qu'on a failli tous y passer s'il n'avait pas été là.

Surtout, il enchaîne sur cet aparté, cette petite diatribe contre l'immobilisme. Sarkozy ne pensait plus au nucléaire petal ou au laser megajoule. Il parlait à ces récalcitrants de 15 ans, ceux-là même à qui il a imposé l'abaissement de la responsabilité pénale et qu'il juge aujourd'hui irresponsables de manifester.

« La réponse d'un pays à la crise n'est pas le recroquevillement, n'est pas la rétractation, n'est pas l'absence d'ambition. la réponse d'un pays à la crise, c'est l'innovation, c'est la recherche, c'est l'ouverture, ce sont les réformes, ce sont les projets... c'est ça qui s'passe ici... voilà. »

Rapidement, il reprend son texte : « alors autour du laser megajoule et de la route des lasers, vous êtes en train de créer un écosystème de la connaissance... » Les mains se rapprochent, le regard est toujours vissé sur le texte, il trébuche à nouveau : « Nous voyons ici jouer l'effet cluster, l'effet d'entraînement... mais qui eut il y a quelques années seulement qu'autour de ce soute... de ce site militaire, un pôle de compétitivité ? » ... Il continue à lire son texte, puis le regard se relève, il connaît le sujet, il comprend enfin quelques lignes : « au 1er janvier, mesdames et messieurs, mes chers compatriotes, 90% des universités françaises seront autonomes... Qui l'eut dit ? Qui l'eut cru ? » Le poing presque levé et toujours serré, Sarkozy marque une pause. Il tient son trophée. Juppé s'endort quasiment. Sarkozy triomphe et se moque : « Qui aurait pu imaginer qu'en trois ans... en trois ans... le système universitaire français aurait évolué vers l'autonomie sans drame, sans querelle théologique ? Bien sûr... il y a eu quelques grèves - on est en France -, quelques incompréhensions - on est en France-, quelques occupations, on est en France. Mais, en France, on peut le dire au monde entier, notre système universitaire a brillamment passé l'épreuve de sa mutation.»

On le sait trop bien. C'est désormais la concurrence pour se chiper des universitaires. On applaudit. En septembre dernier, l'UNEF a dénoncé la hausse des frais de scolarité.

Puis Sarkozy embraye sur un mot de félicitation pour le président de l'université de Bordeaux I, et... son plan Campus. Cinq milliards d'euros, il répète deux fois le montant, pour créer 10 implantations « aérées, écologiques, gaies » dont les travaux commenceront avant la fin du quinquennat. « Il n'y a pas de fatalité. On ne peut pas bien étudier l'avenir dans des bâtiments qui ont à peine de quoi refléter le présent. » La formule claque.
« Alors, peut-être ces chiffres vous font tourner la tête... parce qu'on me dit, 'mais il y a des déficits', parce que la France est endettée, mais mesdames et messieurs, trop souvent dans le passé nous avons fait le mauvais choix, le choix de ne pas avoir le courage de remettre en cause des dépenses de fonctionnement et de sacrifier par facilité des dépenses d'investissement. La question n'est pas que l'emprunt est mauvais, la question est pourquoi décidons-nous d'emprunter. Emprunter pour investir, c'est un emprunt qui prépare l'avenir, qui permet de créer de la richesse, qui permet de créer de la croissance, et qui permet de remettre la France dans la compétition internationale. Et vous comprenez mieux ainsi les moyens, les réformes, l'un avec l'autre et le refus des vieux clivages. »
Il ajoute :  « Nous sommes dans un nouveau monde. Il nous faut de nouvelles idées. » A Bordeaux, Sarkozy voulait jouer à Kennedy, même si les manifestations de la semaine le ramenait à Devaquet ou Nixon. Au choix.

Il se compare ensuite aux chercheurs : « vous les chercheurs le savez... les grandes découvertes scientifiques ont été souvent à l'origine marquées par le refus du consensus. (...) On ne peut pas rester immobile. »

Sarkozy annonce ensuite une « étape II » de modernisation des universités, remercie à droite et à gauche. Il lui reste quelques secondes pour quelques phrases, reprises plus tard par tous les médias à l'affut d'une allusion, fusse-t-elle modeste, aux emballements sociaux des dernières heures.

« Je ne suis pas un obsédé de la réforme, mais j'ai la responsabilité de conduire la cinquième économie du monde, dans un monde qui bouge. Notre pays ne peut pas rester immobile. Nous n'avons plus les moyens d'attendre pour décider. Nous ne pouvons pas mettre la poussière sous le tapis. Nous ne pouvons pas fermer les yeux... devant les déficits, et les retards qui sont les nôtres. Notre devoir, c'est d'agir, d'agir dans l'intérêt général. D'agir avec justice, mais d'agir. Au fond, je crois que la pire des injustices, c'est l'immobilisme... Celle qui consiste... cet immobilisme... à conserver les injustices parce qu'elles sont anciennes... Je vous remercie. »

L'homme qui s'exprime ainsi, si maladroitement, est celui qui nous a expliqué que l'immigration depuis 50 ans était responsable de la montée de l'insécurité (à Grenoble, le 30 juillet), qui a plombé les comptes publics d'une grosse vingtaine de milliards d'euros de cadeaux fiscaux depuis 2007, qui a saccagé l'éducation nationale, les forces de l'ordre ; et qui cherche désormais à sauver la fiscalité avantageuse du patrimoine de quelques-uns maintenant qu'il est acculé à abandonner son bouclier fiscal.

7 commentaires:

  1. Lamentable sur le fond et sur la forme.
    Marre des discours préparés, où tout est dit et son contraire.
    Quand le France sera la seule (et donc la meilleure) dans le nucléaire, le reste du monde sera passé aux énergies propres. Et on aura l'air malin, avec nos déchets radioactifs ...

    RépondreSupprimer
  2. ...qui bousille aussi la fonction publique hospitalière !!pas "TOUT LE MONDE " ne peut se faire soigner a l'hopital américain de NEUILLY sur seine ! n'est-il pas ?

    par contre celui qui écrit ses discours est forcément un ti 'jeune, issu d'une école de marketting ......ça en devient banal dans les termes , choix de mots et ponctuation !

    RépondreSupprimer
  3. Il y a quelque temps l'insécurité était présentée comme la 1ere des injustices, maintenant c'est l'immobilisme ... doit on en conclure que tout ce qui en opposition avec la géniale pensée de notre "sarkomunikator" est en soi une injustice?

    RépondreSupprimer
  4. L'agence Reuters vient de donner une information très importante : le gouvernement de François Fillon ment sur le nombre de stations services en rupture de stock.

    Le nombre de stations services à sec est bien supérieur à 200. La compagnie Total annonce 300 à 400 stations affectées sur son seul réseau !

    Lisez cet article :

    Le conflit sur les retraites tourne à la guerre du carburant.

    http://fr.reuters.com/article/topNews/idFRPAE69G02720101017

    RépondreSupprimer
  5. Je ne supporte plus cette manière de pontifier, comme si nous étions tous des démeurés.

    RépondreSupprimer
  6. L’Allemagne 100% renouvelable en 2050, il sont incongrus ?

    http://www.faiteslepleindavenir.com/2010/08/15/l%E2%80%99allemagne-100-renouvelable-en-2050/

    RépondreSupprimer
  7. Moi je n'ai qu'une chose à dire, je ne vois décemment pas comment ce type pourra se faire réélire, ce qu'il fait de la France est vraiment trop lamentable vivement 2012!!!

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.