26 octobre 2010

Gouvernement Sarkozy : gaffes ou préméditations ?

Un conseiller social qui ne reconnaît pas son échec, une ministre des Finances qui fait passer un recul pour un succès, un premier ministrable gaffe, une police qui enquête sur des journalistes, ... la Sarkofrance a-t-elle décidé de renouer avec ses couacs en cascade ?

Raymond Soubie... s'oublie
A l'inverse de certains de ses collègues élyséens, Raymond Soubie s'exprime habituellement peu. Le conseiller social de Nicolas Sarkozy, qui va rendre son tablier d'ici quelques semaines, était l'invité d'Europe 1 dimanche dernier. Il est jugé responsable du fiasco politique de la réforme des retraites. Alors ministre du Travail, Xavier Darcos militait, en début d'année, pour un passage rapide avant l'été. Raymond Soubie, au contraire, argumentait en faveur d'un dialogue social plus long. Au final, Sarkozy mêla les deux approches : une manipulation sans débat ... qui s'éternisa pendant 9 mois !

Dimanche, Soubie a énoncé les 5 chantiers de Nicolas Sarkozy pour la suite son mandat. On reconnaît  « les éléments de langage » propagés par l'Elysée ces derniers jours : du social, que du social ! Depuis des mois, Sarkozy cherche à corriger son image de « Président des Riches ». En écoutant Raymond Soubie, dimanche, on mesurait le décalage entre discours et réalité : « les grands chantiers, c'est la compétitivité de la France (...), le désir de justice, ce qui veut dire des contributions vécues comme plus justes et des redistributions vécues comme plus juste (...), c'est favoriser l'accès des jeunes dans la société française (...), c'est sauver, protéger en le faisant évoluer le modèle social français auquel nous sommes attachés et puis, bien sûr, c'est réfléchir aux moyens d'améliorer encore le dialogue social pour arriver aux standards d'autres pays .»

Soubie quittera l'Elysée après le remaniement du gouvernement. Il était sans doute temps.

Borloo, gaffeur ou incompétent ?
L'actuel ministre du développement durable a de nombreuses qualités sarkozystes pour devenir le prochain premier ministre. Cette nomination à venir était à peine démentie à l'Elysée. Mais Jean-Louis Borloo est également un incroyable gaffeur. L'anecdote révélée ce weekend est éloquante. François Fillon s'est énervé contre son ministre à propos des blocages de raffineries et de la pénurie d'essence : « Borloo est un zozo. Il m’a fait passer pour un con! » aurait déclaré Fillon mardi dernier. Dimanche soir, le premier ministre promettait aux Français, sur TF1, qu'il n'y aurait aucun problème d'approvisionnement en carburant.

Quarante-huit heures plus tard, il devait se démentir. Non seulement près d'un tiers des stations service françaises manquaient d'essence ou de gasoil, mais en plus Borloo, pourtant ministre de tutelle des Transports, a tardé à intervenir dans les médias. On l'a dit, constaté et répété : Borloo se fait toujours discret en cas de tempête politique. Ce comportement, que d'aucuns qualifieront de couardises, est un vrai handicap.

Les gaffes de Borloo en deviennent légendaires. C'est presque un point commun que le ministre partage avec son collègue Kouchner. Entre les deux tours des élections législatives de 2007, le même Borloo avait lâché sur un plateau de télévision que son gouvernement réfléchissait à une TVA sociale. Borloo était à l'époque ministre des Finances. Il dû rendre son portefeuille quelques jours plus tard. La semaine dernière, Brice Hortefeux s'est publiquement agacé de l'imprévoyance de son collègue des transports en plein conseil des ministres. Une amie anonyme de Fillon a sobrement commenté : « La question est de savoir si Borloo a voulu nuire à Fillon ou bien s’il y a eu seulement un bug dans ses services. » Lundi 25 octobre, un tiers des stations souffraient toujours de pénurie de carburant.

Le chemin de Jean-Louis Borloo vers Matignon se complique donc. Dans un récent sondage, 74% des Français interrogés considéraient d'ailleurs le Grenelle de l'Environnement d'octobre 2007 comme un échec. Et les associations écologistes participantes ne sont pas plus tendres. Trois ans jour pour jour après le lancement de cette opération médiatique, le Réseau Action Climat publie un bilan sans appel : « Le moins que l’on puisse dire c’est que le « New deal » écologique promis par le Président de la République n’a pas eu lieu », explique son président « Au contraire, ce que certains redoutaient déjà en 2007 est arrivé : les petites avancées que le gouvernement affiche ne doivent pas masquer l’absence criante de mesures de rupture, structurantes et réellement efficaces ».

Lagarde, et le préjudice moral
Interrogée par Europe 1 le même jour, Christine Lagarde a pu dénoncer le « préjudice moral » que ferait subir le mouvement social au pays. C'était d'abord une pirouette maladroite. Jean-Pierre Elkabach lui demandait si les grèves et manifestations n'avaient sabordé la crédibilité française alors que le G20 de Corée a débuté en fin de semaine dernière entre ministres des finances. Christine Lagarde démentit, et, pour preuve, s'est mise à vanter un surprenant recul européen à Séoul comme s'il s'agissait d'une grande victoire française : 6% des droits de vote au sein du Fond Monétaire International seront réaffectés à des pays émergents, et l'Europe leur cèdera deux sièges sur les vingt-quatre que compte le conseil d'administration. On ne sait pas si l'on doit féliciter Christine Lagarde ou ... plutôt Dominique Strauss-Kahn pour ce rééquilibrage de la gouvernance du FMI. Les deux se disputent la paternité de succès : « Il s'agit de la plus importante réforme jamais adoptée de la gouvernance du FMI » a lancé DSK. Un responsable américain a considéré que l'Europe avait dû se coucher :  cet abandon de deux sièges au profit des pays émergents est « vraiment difficile pour eux » a-t-il déclaré, selon l'AFP. Les Etats-Unis militaient pour une baisse encore plus importante de la représentation européenne.

A lire la presse économique, ce pré-sommet n'a par ailleurs pas abouti à grand chose : les Etats-Unis sont certes parvenus à un accord sur la stabilité des taux de change, qui, selon le texte de la déclaration commune, devront être « davantage déterminés par le marché » (i.e. éviter toute dévaluation compétitive comme le pratique la Chine), mais sans objectif chiffré. Même constat sur les déficits extérieurs : les participants se sont engagés, d'une part, à « prendre un ensemble de mesures visant à réduire les déséquilibres excessifs et à maintenir le déséquilibre de leurs comptes courants à des niveaux soutenable », et, d'autre part, « à résister à toutes les formes de mesures protectionnistes ».  Ce dernier point n'est pas neutre : la semaine dernière, la Commission européenne avait listé 223 mesures de restriction des échanges en place dans le monde chez les principaux partenaires de l'UE à l'automne dernier, et 66 nouvelles mesures introduites de janvier à septembre 2010.

Affaire Bettencourt, ça dérape
Le domicile de Gérard Davet, ce journaliste du Monde visé par deux enquêtes policières car auteur d'articles très bien sourcés sur l'affaire Woerth-Bettencourt, a été cambriolé vendredi dernier. Bizarrement, aucun objet de valeur n'a été dérobé, sauf son ordinateur portable et un GPS. Le quotidien du soir a déjà porté plainte à deux reprises contre les enquêtes du procureur Courroye contre son journaliste. Ce dernier s'est défendu, via son supérieur hiérarchique, de toute mauvaise manoeuvre : il n'a pas fait écouter le journaliste. Il s'est simplement procuré les fadettes de certains échanges téléphoniques. Un autre magistrat, le président du tribunal de Nanterre, a dénoncé lundi dans les colonnes du Monde la « perte totale de repères » : en fait, il fustigeait la publicité faite aux éléments à charge contre Woerth et Bettencourt, à savoir les enregistrements pirates de conversation entre la milliardaire et son gestionnaire de fortune comme les fuites à la presse. malheureusement, ce magistrat déboussolé n'avait rien à dire sur l'absence d'instruction indépendante...

Lundi toujours, l'association des journalistes judiciaires s'est publiquement indignée : « Il est intolérable, dans une démocratie qui prétend protéger le secret des sources des journalistes, de constater que les moyens de l'Etat sont mis en œuvre à l'encontre de l'esprit de la loi votée en ce sens par les parlementaires. »

Et Sarkozy dans tout cela ? Il se cache. La semaine dernière, il a réservé sa parole à une sage assistance dans un petit village de l'Eure-et-Loir, pour parler transports et casseroles. Vendredi, en Suisse, il jouait au tribun francophone. Puis, plus rien... Malgré la crise sociale, il se cache. S'exprimer trop rapidement devant les Français serait une « provocation ». Aucun rendez-vous officiel n'est mentionné dans son agenda avant le conseil des ministres cette semaine. Il « consulte ». On évoque Jean-François Copé à la tête de l'UMP (ce serait « fait »). On murmure que Max Gallo irait ministère de la Culture remplacer Frédéric Mitterrand.

6 commentaires:

  1. Quand je lis les bios de Raymond Soubie, je n'y vois guère la trace de fibre "sociale".
    Il a fondé avec sa femme, ALTEDIA une boîte de RH spécialisée dans les restructurations . Les seuls trucs sociaux qu'il pratique ce sont les plans.
    Sa carrière est parsemée de passages privé/public et a été recruté pour contrat à durée limitée pour niveler le système de retraites français avec les autres, moins avantageux. Soubie "social" désolé, je n'y crois pas une seconde.

    RépondreSupprimer
  2. Les policiers casseurs, témoignage numéro 1.

    Le témoin numéro 1 s'appelle Bertrand de Quatrebarbes.

    Le monsieur aux cheveux blancs qui reçoit un coup de pied dans le dos a témoigné sur le site internet "Arrêt sur images". Le monsieur aux cheveux blancs a lui-même donné son nom : il s'appelle Bertrand de Quatrebarbes. Il raconte :

    "Nous étions dans un café avec ma femme et ma fille après la manifestation. Quand j'ai entendu du bruit, je suis sorti et j'ai vu le cortège qui approchait avec des pétards et des fumigènes. J'ai vu un homme cagoulé commencer à détruire la vitrine. Je croyais qu'il était jeune et je n'ai pas réfléchi, je suis intervenu. Un lycéen ou un étudiant, même avec une barre de fer, ça ne me fait pas peur. Mais c'était un homme, dans la trentaine, et il a été sidéré de mon intervention."

    Plusieurs points lui "semblent bizarres" :

    "Le "ninja" qui m'a frappé dans le dos ne m'a pas fait mal du tout, le coup n'était pas du tout fort. Après, plusieurs personnes se sont mises autour de moi et m'ont donné des coups pas violents du tout, quasiment des faux coups, jusqu'à ce qu'une voix autoritaire dise : "Lâchez-le". C'était l'homme au visage découvert, qui a ensuite parlé à ma femme et ma fille, qui avait la main en sang pour s'être pris une bouteille de bière lancée par un casseur. J'ai eu l'impression que les gens qui m'ont entouré m'ont en fait protégé pendant le moment violent. Mon hypothèse ? C'était des policiers qui avaient des consignes pour laisser faire des dégâts matériels, mais surtout pas de blessés."

    http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=3473

    Les policiers casseurs, témoignage numéro 2.

    Le témoin numéro 2 s'appelle Sophie de Quatrebarbes.

    Le monsieur aux cheveux blancs a une fille. Sa fille a elle-aussi témoigné : elle a elle-même donné son nom. Elle s'appelle Sophie de Quatrebarbes. Quand elle a vu son père recevoir le coup de pied dans le dos, elle est intervenue pour essayer de l'aider.

    Il y a eu une bagarre impliquant plusieurs personnes. Sophie de Quatrebarbes a reçu une bouteille de bière sur la main. Elle raconte qu'un homme d'environ cinquante ans lui a demandé de se calmer. Cet homme lui a expliqué : "C'est une erreur."

    Voici ce qu'elle a raconté au site internet "Arrêt sur images" :

    après le coup de pied reçu par le père de la jeune femme, "un homme, la cinquantaine, très calme, habillé d'un imperméable gris, m'a prise de côté et m'a dit de me calmer : "C'est une erreur". Non, les flics n'étaient pas là, quoique. Qui était cet homme en gris ? Pas un anarchiste, c'est sûr ! Il avait l'air d'encadrer le groupe. Un flic ?"

    http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=3473

    RépondreSupprimer
  3. Les policiers casseurs, témoignage numéro 3.

    Le témoin numéro 3 s'appelle Jérémy Robine.

    Le témoin numéro 3 a lui-même donné son nom dans un débat organisé sur le site internet du journal "Le Monde".

    http://www.lemonde.fr/societe/reactions/2010/10/25/sur-le-web-des-rumeurs-croissantes-autour-de-policiers-casseurs_1430775_3224_1.html

    “Jérémy Robine, docteur en géopolitique.

    25.10.10 | 19h17

    Le 18/10, par curiosité je suivais la manifestation sauvage, en retrait trottoir de droite avec des journalistes (on me voit courir dans la vidéo). Je me suis retrouvé à moins de 10 mètres de la scène de l’attaque de la banque etc. J’ai suivi le ninja ensuite, je l’ai perdu à l’entrée de l’opéra, et je l’ai retrouvé rue de Charenton avec un brassard Police, puis lorsqu’il a quitté le dispositif, par l’autre côté de la rue, où j’étais pour mieux voir. Je crois que c’est clair, comme ça, non ?”

    Fin de citation.

    Un internaute, dont le pseudo est nomad.soul, écrit :

    Je ne suis pas journaliste, mais cette personne existe bien

    http://www.edr.fr/Equipe_EDR/jeremy_robine.htm

    alors est-il possible d’enquêter un peu plus sur ses dires ???

    Qu’un journaliste vérifie ce témoignage ?

    RépondreSupprimer
  4. Gallo à culture... ouaf ouaf ouaf... Ce serait la confirmation que la vieillesse est un naufrage.

    RépondreSupprimer
  5. Mais non !

    Ne vous inquiétez pas !

    Aucun syndicat de policiers ne portera plainte contre Mélenchon.

    Et Brice Hortefeux, lui non plus, ne portera pas plainte contre Mélenchon.

    Pourquoi ?

    Parce que ce que dit Mélenchon sur les policiers casseurs, c'est vrai.

    Voilà pourquoi.

    C'est tout.

    Si les syndicats de policiers ou si Brice Hortefeux portent plainte contre Mélenchon, ils vont se retrouver au moment du procès avec :

    - des vidéos

    - des photos

    - des témoins, dont au moins trois ont déjà témoigné sur internet en donnant eux-mêmes leur nom !

    Le procès contre Mélenchon serait une bombe atomique pour les policiers casseurs et pour Brice Hortefeux.

    http://www.lepost.fr/article/2010/10/26/2281407_melenchon-accuse-les-policiers-de-se-deguiser-en-casseurs-pas-de-plainte-d-hortefeux.html

    RépondreSupprimer
  6. Les "gaffes", préméditées ou involontaires ont tout de même un intérêt certain, celui de détourner l'attention des vrais problèmes, comme celui de l'illégitimité de la dette par exemple:
    http://plumaplumbum.over-blog.com/article-dette-a-claque-41025848.html

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.