25 octobre 2010

Sarkozy peaufine son image social-sécuritaire


Ce dimanche, le traditionnel sondage du JDD donnait Nicolas Sarkozy impopulaire à 70%. Le président français pouvait aller gloser sur la francophonie et les enjeux internationaux à Montreux. Il s'afficha social et généreux à l'encontre des malheureux du monde. En France, il concentre les critiques. Certains regrettent qu'il soit injustement devenu le bouc-émissaire des difficultés du pays. Sarkozy doit désormais peaufiner son image sociale mais aussi sécuritaire. 

Sarkozy, socialement impuissant
Le jour même, sa fichue réforme des retraites avait été adoptée par le Sénat. Vendredi, il pouvait partir soulagé au sommet de la Francophonie à Montreux, en Suisse. Sur place, les observateurs attentifs auront noté que le président français a mis de l'eau de son vin de réformateur du monde : il plaide, mais ne promet plus. La crise de 2008 est passée par là.  Le doigt toujours levé quand il s'agit de marteler un message, Nicolas Sarkozy n'a pas hésité à dresser son habituel inventaire à la Prévert de toutes les injustices du monde.

A Montreux, il a énoncé quatre chantiers pour la diplomatie française dans les mois à venir : la réforme du système monétaire international, la « volatilité extravagante des prix des matières premières », la gouvernance mondiale, et les « financements innovants ». Sur chacun d'entre eux, il multiplie les questions, préfère les incantations, avance rarement des solutions. Sarkozy ne promet plus, il préfère questionner.
« Qui, aujourd'hui, pourrait se lever pour me dire que l'instabilité des changes ne fait pas peser une lourde menace sur la croissance mondiale ?
(...)
A quoi sert de parler de stabilité si l'instabilité des changes s'étale aux yeux du monde entier chaque jour qui passe ?
(...)
Qui ne se souvient des « émeutes de la faim » à Haïti ou en Afrique quand les prix de certains produits alimentaires ont brutalement explosé en 2008 ?
(...)
A-t-on déjà oublié les conséquences dramatiques pour l'économie mondiale des hausses brutales des prix du pétrole et du gaz, suivies de baisses tout aussi rapides ? (...) Alors qui osera dire que le sujet est trop difficile et qu'il vaut mieux ne rien faire ? Qui peut penser que quand on n'évoque pas les sujets difficiles, il ne vous rattrapent pas de la pire des façons ?
(...)
Mais enfin, nous représentons le tiers des États membres de l'ONU, qu'est-ce qui nous empêche de porter ensemble, devant l'Assemblée générale, la réforme indispensable des Nations Unies pour adapter l'organisation aux réalités du XXIème siècle ?
(...)
Est-il normal qu'il n'y ait pas de représentant permanent du continent sud-américain au Conseil de sécurité ? »
A l'aune de l'actualité troublée de Sarkofrance, sa phrase de conclusion avait quelque chose de cruel et cynique : « Il faudra faire des compromis, il faudra se comprendre, mais sur la marche du changement, nous ne pourrons pas faire l'économie de ces débats

Sarkozy, insécuritaire confirmé
De compréhension et de compromis, justement, il n'en était plus question en France depuis longtemps. A l'Elysée, Claude Guéant est confiant. Il a répété ce dimanche que la contestation va s'essouffler, maintenant que la réforme des retraites est adoptée : « n entre dans une nouvelle phase, celle du vote républicain. Ça compte en France. On voit mal le PS, parti de gouvernement, et les syndicats réformistes, contester la loi de la République. » Votée vendredi par le Sénat, elle sera entérinée ce mercredi. Guéant promet une « nouvelle étape », « social-sécuritaire », après le prochain remaniement.

En attendant, c'est l'attitude de certains policiers en marge des manifestations qui continue de faire ... débat. Obstruction policière, destruction de caméras, matraquages, menaces physiques, diverses intimidations ont été recensées ici ou là. La semaine dernière, Sarkozy et Hortefeux voulaient décrédibiliser le mouvement social en exhibant des images de casses et de violences. La police a-t-elle fait des excès de zèle ?


Des policiers en civil se sont-ils cagoulés pour se fondre parmi les manifestants et jouer de la provocation ? Le témoignage publié sur le blog de Guy Birenbaum est troublant. On savait que des policiers en civils s'étaient « déguisés » en manifestants, bardés d'autocollants syndicaux, comme à Paris ou à Lyon. Le témoin publie une video où l'on voit un homme intégralement masqué attaqué une vitrine de banque à coup de barre de fer. Un passant plutôt âgé s'interpose, un autre masqué surgit tel un ninja avec une matraque qui ressemble furieusement à un ustensile de la police.


Manif des Retraites - La Police se déguise en Casseur !
envoyé par Btoux_1979. - L'info internationale vidéo.

Pourquoi des policiers se masquent-ils le visage ? Certains diront que la police, pour être efficace, doit s'infiltrer ainsi parmi les manifestants. On reste surpris, glacé, choqué. Les manifestations syndicales sont toujours extrêmement bien encadrées par leurs services d'ordre.

La police de Sarkofrance avait-elle besoin d'attiser la violence ? On attend toujours un commentaire, une explication, voire, mieux, une enquête sur ces faits.

Enterrer les affaires
Ailleurs en France, le procureur de Versailles, supérieur hiérarchique de Philippe Courroye, a décidé de « dépayser » l'affaire Bettencourt. En d'autres termes, il va retirer à la juge Isabelle Prévost-Desprez cette instruction. La juge devient gênante. Non seulement est-elle en conflit ouvert avec le procureur Philippe Courroye, mais en plus son enquête indépendante, sur le conflit opposant Liliane Bettencourt et sa fille Françoise, lui permet d'exhumer des témoignages gênants pour la défense d'Eric Woerth sur ses relations avec Patrice de Maistre. En juillet dernier, le procureur Courroye avait ainsi refusé à la juge de consulter les enregistrements pirates des conversations entre la milliardaire et son gestionnaire de fortune. L'intérêt de ce dépaysement est qu'il permet d'évacuer la juge de l'instruction, et de laisser les mains libres au procureur Courroye qui, lui, reste maître de ses enquêtes préliminaires diverses et variées. Le procureur de Versailles, dans un entretien au JDD samedi dernier, justifiait sa décision et expliquait la nature de l'enquête policière demandée par Courroye sur la juge et d'éventuelles fuites à la presse : « Le procureur de Nanterre Philippe Courroye n’a pas demandé d’écoutes téléphoniques à proprement parler, mais des "fadettes", des relevés de numéros téléphoniques, qui ont montré des échanges de SMS entre un journaliste et la juge Prévost-Desprez…»

On avait oublié cette autre affaire. Elle avait pourtant agité les débuts de certains blogs d'opposition. L'Arche de Zoé était une association prétendument humanitaire dont 6 membres étaient partis au Tchad enlever 103 enfants prétendument orphelins. Arrêtés sur place, ces derniers furent emprisonnés et condamnés à 8 ans d'enfermement, avant que Nicolas Sarkozy use de toutes les ficelles de Françafrique pour les faire libérer. Ces 6 militants vont être rejugés, en France cette fois-ci.

Le plus intéressant de cette affaire est qu'on a découvert, à l'époque, l'existence de liens entre l'association l'Arche de Zoé et ... l'un des frères de Nicolas Sarkozy. La secrétaire générale de l'association était codirectrice de Paris Biotech, une société financée par des laboratoires pharmaceutiques dont Pfizer. François Sarkozy était membre du comité d'évaluation de Paris Biotech. Pfizer a été accusé dans le passé d'essais cliniques illégaux en Afrique.

En novembre 2007, un député tchadien s'était ému de l'implication indirecte de François Sarkozy dans l'affaire : « Dr François Sarkozy, votre frère cadet est-il lié, aux Pieds nickelés de l’humanitaire pour que vous soyez aux toutes premières loges des dessous de la « lamentable équipée » de l’Arche de Zoé ?»

Le story-telling présidentiel résistera-t-il à l'épreuve des faits ?


11 commentaires:

  1. mouais. Dis moi, Juan, tes diatribes si précisément renseignées et étayées, ton discours si judicieux que je lis depuis le début, qu'est-ce qui te donne la force de le poursuivre, alors qu'il ne sert manifestement à rien, puisque nous sommes toujours dans le même état voire pire ?

    Moi, je vais poser mon blog et aller dynamiter une ou deux manques, ce sera plus efficace, non ? Je me tâte, là...

    RépondreSupprimer
  2. Pour Mélenchon, la police infiltre les manifestations.

    «Cette pratique dont je parle c'est cette présence dans les cortèges de manifestants de personnes infiltrées qui jettent des pierres, brisent des vitrines et ensuite sortent des brassards de police», a-t-il dit.

    «J'ai même mis une photo sur mon blog» d'une scène se déroulant en Savoie, a-t-il illustré, et a rapporté les propos datant de la veille d'un jeune dirigeant étudiant qui a vu «des gens qui étaient parmi les plus ardents à jeter des pierres ensuite sortir des brassards».

    «C'est un constat», a-t-il dit.

    «La question est de savoir qui donne de tels ordres», a-t-il ajouté.

    «Personne ne peut croire que des policiers de leur propre initiative décident de se déguiser en manifestants et de jeter des pierres pour ensuite interpeller», a-t-il dit.

    «Je pense que le ministre de l'Intérieur est au courant», a-t-il ajouté.

    http://www.20minutes.fr/ledirect/612033/societe-pour-melenchon-police-infiltre-manifestations

    RépondreSupprimer
  3. Lundi 25 octobre 2010 :

    Pénurie de carburants : 46 % des stations à sec !

    Ce pointage vient d'être réalisé par zagaz.com, premier site collaboratif de comparaison des prix du carburant dans les villes de France et sur autoroute.

    http://www.zagaz.com/

    RépondreSupprimer
  4. Des policiers en civil infiltrent les manifs, lancent des pierres, brisent les vitrines, ... puis capturent des jeunes manifestants.

    Ensuite, les policiers les amènent au commissariat, et au commissariat, ... surprise !

    Les caméras sont là pour filmer les jeunes manifestants capturés !

    La police et les médias pro-gouvernementaux sont bien coordonnés !

    C'est une coordination entre :

    1- Les policiers en civil qui provoquent, qui créent des incidents pendant les manifs, qui tendent des pièges,

    2- et les médias pro-gouvernementaux.

    Les médias pro-gouvernementaux sont prévenus par la police, pour venir filmer les bonnes images, au bon moment, au bon endroit.

    Ces images serviront à la propagande gouvernementale sur TF1, LCI, BFM TV, i-Télé, etc.

    Un témoignage extraordinaire :

    http://www.lanouvellerepublique.fr/ACTUALITE/People/Manifs-pris-au-piege-de-la-guerre-des-images

    RépondreSupprimer
  5. GdeC, perso j'irai me faire 1 ou 2 banques mais je ne sais pas, ça ne concerne peut-être que moi ;-)
    pourquoi juste 1 ou 2 au fait??

    juan y'en a une autre ;-) 2° paragraphe ;-)

    ok je sors ;-)

    RépondreSupprimer
  6. Il existe déjà une vidéo amateur faite lors de la réunion de l'otan a Strasbourg ; vidéo similaire de CRS provocateurs jetant des pierres du haut d'un talus sur les manifestants histoire de déclencher des heurts.Je rappelle simplement pour mémoire que dans cette manifestation pacifiste , il y avait en autre des femmes et des enfants.
    les liens de ces videos :
    http://www.youtube.com/watch?v=1UIEYkTWf80
    ou
    http://www.dailymotion.com/video/x8wgfe_crs-caillasseurs-strasbourg-manif-a_news

    deux vidéos différentes de la même scène sous des angles différents.

    RépondreSupprimer
  7. Juan,

    Je suis gênée de voir le nom de Sarkozy accolé à celui de la France. " Sarkofrance" est pour moi un non sens. Dieu merci Sarkozy n'incarne pas la France, qui a connu au cours de sa longue histoire, bien d'autres turbulences. Sarko n'est pas la France que nous aimons, celle qui nous a attiré, fait rêver, qu nous a formé dans des valeurs qui, bien qu'étant mises à mal par le président actuel, restent elles intimement liées à la France. Je vous en prie, changez ce nom qui nous dérange. Pour le reste, je pense que vous avez raison.

    RépondreSupprimer
  8. @Anonyme : Bonjour, désolé pour le titre. Mais j'ai créé ce blog sous cette appellation le 7 mai 2007. Je ne vais pas pouvoir changer d'ici 2012. Rassurez-vous, je suis d'accord avec vos constats et impressions.

    cordialement

    RépondreSupprimer
  9. Un internaute, dont le pseudo est nomad.soul, écrit :

    Vu dans les commentaires du Monde.fr à propos de l’article :

    http://www.lemonde.fr/societe/reactions/2010/10/25/sur-le-web-des-rumeurs-croissantes-autour-de-policiers-casseurs_1430775_3224_1.html

    “Jérémy Robine, docteur en géopolitique
    25.10.10 | 19h17
    Le 18/10, par curiosité je suivais la manifestation sauvage, en retrait trottoir de droite avec des journalistes (on me voit courir dans la vidéo). Je me suis retrouvé à moins de 10 mètres de la scène de l’attaque de la banque etc. J’ai suivi le ninja ensuite, je l’ai perdu à l’entrée de l’opéra, et je l’ai retrouvé rue de Charenton avec un brassard Police, puis lorsqu’il a quitté le dispositif, par l’autre côté de la rue, où j’étais pour mieux voir. Je crois que c’est clair, comme ça, non ?”

    Fin de citation.

    Je ne suis pas journaliste, mais cette personne existe bien

    http://www.edr.fr/Equipe_EDR/jeremy_robine.htm

    alors est-il possible d’enquêter un peu plus sur ses dires ???

    Qu’un journaliste vérifie ce témoignage ?

    RépondreSupprimer
  10. Evidemment que les flics cassent. Evidemment puisque leur patron se permet tout et son contraire. Alors, pourquoi se gèneraient-ils ? Ils sont archi couvert. Et ce ne sont pas les plaintes à l'IGS qui changeront grand' chose. Les flics sont les pions du gouvernement et, souvent, ils ont tellement peu de neurones qu'ils ne s'en rendent même pas compte. Et quand un flic intelligent (il y en a, j'en connais) ne joue pas le jeu, on lui "offre une promotion". Entendez par là, on le mute à trou-du-cul-du-monde ville et, l'importun viré, on peut continuer à faire sa tambouille sans personne pour critiquer. Seulement voilà, il y a un hic... La communication a changé. Il est totalement impossible de contrôler l'information. Elle circule à la vitesse de la lumière partout dans le monde.
    En tout cas, le minuscule personnage qui nous sert de président de la république (bananière) française peut toujours parler des droits de l'homme qui ne sont pas respectés dans d'autres pays... Il devient de plus en plus dictateur... Ca commence toujours comme ça... On fait des réformes, puis des réformettes, on graisse les pattes qu'il faut et ensuite, avec l'aide de tous ceux qu'on a largement arrosés, on fait main basse sur le pouvoir. A quand la proclamation comme "président à vie" ?

    RépondreSupprimer
  11. zarkosy croit pouvoir tout se permettre, il ne connait pas les français et il va avoir bientot de cauchemars cette enfoiré

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.