23 novembre 2010

Pédophile ? Ce qu'a dit Sarkozy.

Le quotidien Libération a mis en ligne, mardi 23 novembre en fin d'après midi, l'enregistrement sonore du fameux « off » de Nicolas Sarkozy, dans lequel le président français s'amusait à traiter un journaliste de pédophile. Et le site @rrêt sur images en publie la retranscription.

Pour quiconque attaché à l'indépendance de la presse, cet enregistrement suscite le malaise : on entend les rires de certains journalistes dans l'assistance. Nicolas Sarkozy apparaît en roue libre, sans contradicteur, interpelant la troupe médiatique sur un ton provocateur («Est-ce qu'il y en a un seul parmi vous qui a vu un document qui me mette en cause ni de près, ni de loin. »), méprisant (« Enfin, écoutez. ça vous a pas suffi, Clearstream et tout ça ? Faut recommencer ?») et menaçant (« Vous vous rendez compte de ce que vous dites ? », ). Il évoque aussi l'affaire Bettencourt. Il fustige nommément Mediapart. Il tacle nommément un autre journaliste, Bruno Dive. Il accuse les journalistes de colporter des ragots. Et pourtant, on entend des rires dans la salle.





20 commentaires:

  1. Comme quoi quand le coq plaisante la basse-cour rigole !

    RépondreSupprimer
  2. On ne peut qu'être atterré par un comportement aussi déséquilibré de la part du premier magistrat de France. Décidément, entre lui et Ségolène Royal en 2007, on n'a eu le choix qu'entre une foldingue et un zombé, c'est quand même grave pour un pays comme le nôtre que le système démocratique ait abouti à cette alternative... vivement un candidat alternatif crédible, posé, solide, "présidentiel" en 2012 pour ne plus avoir honte et disposer d'un responsable doté de hauteur de vue et d'une certaine classe... De Gaulle paraît si loin, et même Mitterrand ou Chirac...

    RépondreSupprimer
  3. Attentat de Karachi : ces documents qui restent cachés.

    http://www.lemonde.fr/politique/article/2010/11/23/karachi-ces-documents-qui-restent-caches_1443806_823448.html

    RépondreSupprimer
  4. Version intéressante...Car vue par un journaliste présent !
    http://www.bruxelles2.eu/piraterie-golfe-daden-ocean-indien/le-off-de-sarkozy-ou-comment-samuser-avec-les-journalistes.html

    RépondreSupprimer
  5. Invité de Bibliothèque Médicis sur Public Sénat, Valéry Giscard d’Estaing (VGE) s’est exprimé sur le dossier Karachi.

    L’ancien président de la République a affirmé qu’il existait une liste des rétrocommissions protégée par le secret défense. Or, « le secret défense n’a rien à voir avec celles-ci », a-t-il assuré.

    Alors que d’importantes zones d’ombre existent dans le dossier Karachi, Valéry Giscard d’Estaing est lui au moins certain d’une chose : « Il existe une liste des rétrocommissions puisqu’on la protège par le secret-défense. Si elle n’existait pas on n’aurait pas besoin de la protéger », a-t-il expliqué.

    http://www.publicsenat.fr/lcp/politique/vge-retrocommissions-un-scandale-n-ont-rien-voir-secret-defense-56520

    RépondreSupprimer
  6. Je crois que les rires de connivence des journalistes me donnent plus envie de gerber encore que la comparaison oiseuse par Sarkozy des journalistes avec des pédophiles ou que la manière avec laquelle il essaie de mettre de son côté la nuée de journalistes sans contradiction possible... Je n'ai pas pu aller au-delà de 8' d'écoute.
    Cela me rappelle furieusement une photo de la campagne présidentielle de 2007 montrant Sarkozy invoquant le ciel, entouré d'une nuée de journalistes énamourés et complaisants.
    Comme je le disais ailleurs, c'est avec ce type de connivence que les journalistes scient la branche sur laquelle ils sont assis confortablement et tuent ainsi leur métier aux yeux des français qui les mettront dans le même panier des "tous pourris".

    RépondreSupprimer
  7. Ce ne sont pas des journalistes qui riaient... Ce sont de journaleux. Ils ne disent que ce que sarko leur dit de dire. Ne répète que ce qu'on leur dit de répéter. N'ont plus la moindre crédibilité. Bref... ILS SONT VENDUS.

    RépondreSupprimer
  8. Quand même c' est fort d' entendre un président crier " pédophiles!" à l' encontre de la presse de son pays!!!! Sarco est irrécupérable, vulgaire, bête et méchant il est, et il le restera! Sa présidence n'est qu' un accident lamentable de l' Histoire de France... Les 53% qui avaient voté pour ce cancre, en sont responsables! Honte à eux! j' espère que "plus jamais ça" à la tête de notre pays...

    Villepin au secours!

    RépondreSupprimer
  9. crunch1° pitoyable, comme d'hab, pas de scoop là dessus
    les journaleux, minables, à glousser comme des poules

    on dirait des gonzesses en train de parler de leurs dernières histoires de c*ls!! et vas-y de pouffer sur la longueur et la largeur!!

    p*tain!! et c'est ça qu'est devenu notre pays????!!!! :-O

    RépondreSupprimer
  10. il y a tout de même quelques journalistes qui ne sont pas des journaleux!
    Ainsi ce Mr Frilleux qui n'est pas un frileux a écrit ça (mais certains diront encore qu'il est chez Médiapart):

    http://www.mediapart.fr/club/edition/les-invites-de-mediapart/article/231110/outrage

    RépondreSupprimer
  11. Je voudrais simplement comprendre pourquoi cette conversation "informelle" entre un président élu d'une nation de 65 millions de personnes et un groupe de journalistes ???
    Jamais un vrai président ne réserverait ses états d'âme à des journalistes ! S'il avait quelque chose à dire il s'adresserait à l'ensemble des Français quitte à vider son sac ! Pour prendre les Français à témoin il faut s'adresser à leur totalité ! Les journalistes ne sont pas la nation !

    RépondreSupprimer
  12. Réponse à Anonyme.
    Qu'est-ce qui vous autorise à traiter Ségolène Royal de foldingue ? Le fou, c'est plutôt le président que nous avons actuellement et que 53 % de nos compatriotes ont eu l'inconséquence d'élire. De plus, quand on assume une opinion, on ne s'intitule pas anonyme.........

    RépondreSupprimer
  13. "...Décidément, entre lui et Ségolène Royal en 2007, on n'a eu le choix qu'entre une foldingue et un zombé ...
    Voilà !! Quand on voit ce genre de commentaires on se dit que finalement Sarko a gagné ...il a réussi à entrainer tout le monde dans son sillage ....
    Désolée !! Le discours, les propositions, les dénonciations de Ségolène me conviennent tout à fait et je suis d'accord avec elle très souvent ! Va-t-on se déchainer contre moi aussi ?
    Entre un discours démentiel et des propos contre lesquels on a le droit de ne pas être d'accord, il faut faire une différence !!
    Sommes-nous encore un peu en démocratie ou chacun est-il catalogué qu'il ait agi ou non ....??!!

    RépondreSupprimer
  14. Ce qui est "fort", pour reprendre une expression ci-dessus, c'est d'entendre les journalistes rire des grossièretés présidentielles, et de percevoir clairement des voix féminines roucouler et glousser d'aise était écoeurant.
    Toutefois, ce qui m'a encore plus énervé, c'est qu'aucun journaliste présent n'a opposé de réaction "professionnelle" à la tragi-comédie élyséenne, à savoir une réponse ferme.
    Les journalistes étaient insultés "en live" et ils applaudissaient ?!?! Pourquoi NS et son équipe se gêneraient-ils après autant de sollicitude ?

    RépondreSupprimer
  15. @ Patrick Jouannès

    "Je voudrais simplement comprendre pourquoi cette conversation "informelle" entre un président élu d'une nation de 65 millions de personnes et un groupe de journalistes ???
    Jamais un vrai président ne réserverait ses états d'âme à des journalistes ! "

    Votre réflexion est tout à fait fondée. Sa voix douceureuse sonnait aussi faux que la teneur des propos présidentiels. En plus d'afficher une vulgarité haute fidélité, il n'avait aucune décence pour les familles des victimes. C'était horrible et c'est très inquiétant.

    RépondreSupprimer
  16. claudia
    bref je n'arrive plus à comprendre le système dans lequel nous sommes actuellement... il est plus que choquant voire obsèce d'entendre les jounalistes rirent sur les conneries que dit Sarkozy premier qui n'est plus crédible d'ailleurs il n'a jamais été crédible, le mensonge fait partie de sa vie, c'est un corps profane sans état d'âme de jour en jour tout s'empire pauvre France, pauvre République, sarko et tous les politiques se sont des saints et font les vierges effarouchées dès qu'on découvre leurs prévilèges et magouilles, j'en ai marre plus que marre.....

    RépondreSupprimer
  17. jeanpaul de la mata25 novembre 2010 à 21:53

    Un président à l'image du langage populaire de l'époque,ça nous plaît de ne pas se la faire mettre par les soi-disant socialos de gauche et les journalistes qui se déshonorent en racontant des mensonges sur n'importe qui,que ce soit Sarko ou les prolos de conséquence, apparemment vous avez du mal à vous adaptez à votre époque...pauvres chous !

    En 2012 prévoyez d'acheter des cachets contre le mal de tête et la dépression car les pharmacies seront prises d'assaut...par les sympathisants de l'horreur personnifiée de la politique politicienne chère à mon cher et adoré Sarko,la Ségolène de conséquence...peut-être éliminée avant," en plus ", par ces alters-égos,serviles et lâches...hé,hé !

    RépondreSupprimer
  18. Effet papillon?

    Si Président représente tous les Français, Président est pédophile, forcément. D'un autre côté, tout aussi logiquement, n'étant pas président, je mens, car je ne suis pas la preuve vivante de ce que j'avance, mais nano-portion. Mais là, ah, qu' c'est embêtant, la vérité ne peut pas incarner le mensonge, même à dose infinitésimale, et donc la preuve est faite que les Français ne peuvent pas avoir de président, ils se contrediraient en permanence. Heureusement, il y a , quelque part, une solution qui sauve: io, sono completamente pazzo! (traduire ici ne me semble pas nécessaire) et donc si je crie: Innocent! Président! Innocent! Président! Un nouveau pape est appelé à régner.

    Tout ça, il va de soi, n'est qu'une plaisanterie.

    RépondreSupprimer
  19. Aujourd'hui tout le monde est contre Sarkozy mais qui donc parmi vous oserai dire qu'il a voté pour lui ?? OU sont passé les genss qui était content de le voir à la tête de l'Etat alors que déjà "il rêvait de Karcheriser le pays et surtout les banlieues ?? Aucun n'a le courage de le dire quand bien même "il a voté pour lui à l'époque" ....ALors nous nous savions quelle "fiente" il était mais les autres ?? OU est passé votre vote ??? Xoloscuintle09

    RépondreSupprimer
  20. Très forts les commentaires ! Mesdames et Messieurs les commentateurs, en vous demandant où va la France, ne vous êtes vous jamais demandé où aller un pays qui insulte en permanence son Président de la République ? epuis 2007, il est paraît-il de bon ton de faire de l'antisarko, lui reprochant d'être un Président Bling/Bling et autres noms que je ne reprendrai pas (voir les commentaires ci-dessus). Ne serait ce pas pour éviter de dire que le Président Sarkozy est aussi (et surtout) l'homme des réformes ? L'homme qui a créé le G20 ? L'homme qui a fait entendre raison à la Russie au moment de l'affaire de la Géorgie ? L'homme qui a convaincu les européens au moment du traité de Lisbonne ?
    Alors oui, le Président il est un homme simple, au langage direct, sa nature n'est pas celle d'un homme de palais. Et franchement, ce qu'il a dit aux journalistes en leur demandant très simplement de bien vouloir vérifier leurs informations est parfaitement légitime. De ça la presse, et vous commentateurs vous ne retenez qu'un Président ayant traité de Pédophile un journaliste. Et bien je suis désolé, ce n'est pas ce que j'ai entendu dans l'enregistrement. Merci à Libé pour la publication in extenso !

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.