16 novembre 2010

Remaniement et G20 : le grand théâtre de Nicolas Sarkozy

C'était la semaine de tous les dangers, celle du « Grand Remaniement », la mise en place d'une « équipe de combat » pour gagner le scrutin de 2012. Sur ses objectifs, il faudra attendre mardi soir. Sarkozy a promis de parler à la télévision. Ce weekend, il a choisi ses ministres, un gouvernement à peine resserré, truffé de RPR bon teint autres fidèles de Sarkofrance. Les centristes font la gueule, le ministère de l'identité nationale est supprimé, l'écologie est rabaissée. Déjà, les déçus et les virés se plaignent.

Mais Sarkozy, lui, veut toujours faire croire qu'il va sauver le monde et la France au G20.

Le théâtre des passations de pouvoirs
Tout au long de l'après-midi, les passations de pouvoir se sont succédées. La plus pathétique fut celle du ministère du Travail. « J'ai payé le prix de cette réforme » a commenté un Eric Woerth amer, évoquant la loi sur les retraites. Il s'est aussi permis de rappeler quelques réformes majeures conduite avec son équipe dès la constitution du ministère du Budget et des Comptes Publics, comme ... la lutte contre la fraude (sic !). Des trémolos dans la voix, Xavier Bertrand, exfiltré de l'UMP faute de résultats, a aussi joué l'émotion, « celui qui quitte ce ministère est mon ami. » « L'homme qui quitte ce ministère a été injustement attaqué. »


La passation la plus rapide fut celle au ministère du Développement durable. Vers 15h20, Jean-Louis Borloo a remis les clés de son ministère à Nathalie Kosciusko-Morizet, nouvelle promue, sans un mot de discours public pour l'occasion, sans un regard pour les journalistes. La guerre avec Fillon serait ouverte, tempête dans un verre d'eau à droite. Dans la cour du ministère, on se croyait dans un film.


Au ministère de la Défense, le démissionnaire/démissionné Hervé Morin, souriant, a reçu Alain Juppé, crispé. Le maire de Bordeaux n'a pas résisté à la tentation ministérielle, malgré sa promesse, en 2008, de rester à temps plein à Bordeaux (« le contexte a évolué ») . Hervé Morin partit sans discours. « J'attachais peu d'importance à l'ordre protocolaire », répondit Juppé à un journaliste lui demandant s'il avait insisté pour être numéro deux. « Je n'ai pas envie de voir la gauche gagner en 2012.» Juppé est revenu pour la campagne de Sarkozy en 2012. C'est dit.


L'éternel éditorialiste Christophe Barbier, de l'Express, se demandait lundi sur France 5 si Jean-Louis Borloo serait à même d'organiser un « Grenelle du Centre ». On glose sur une éventuelle recomposition du centre-droit, déçu par la droitisation du (dernier ?) gouvernement Sarkozy, sur les risques que Nicolas Sarkozy a pris pour 2012. A peine parti de son ministère, Jean-Louis Borloo a promis une réunion des centristes, non avoir confié au Monde son dépit (« C’est comme l’Allemagne avec le football : à la fin, c’est toujours le RPR qui gagne »), François Bayrou lui a tendu la main, Hervé Morin applaudit, Jean-Marie Bockel s'en félicite. Cette diversion centriste ne fait pas illusion. Au soir du second tour, le centre-droit vote ... à droite.

Les reniements du remaniement
Evidemment, un remaniement fait des déçus, et suscite quelques interrogations. Celui-là témoigne d'un très relatif affaiblissement de Sarkozy, mais surtout de quelques reniements supplémentaires.

1. L'identité nationale n'est plus un ministère. Il y a un an, presque jour pour jour, le 2 novembre 2009, Eric Besson lançait un grand débat, une opération explicitement électoraliste qui a fini par échouer avec la débâcle des élections régionales. Le 30 juillet dernier, Sarkozy croyait encore bien faire avec son discours de Grenoble, son équation simpliste immigration égale insécurité. Echec... et mat. L'espace d'un été, la France s'est mise à dos la Commission de Bruxelles, le Conseil de l'Europe, la papauté et la cote de popularité est restée scotchée dans les 30%. Exit donc cette grande promesse d'un ministère de l'identité nationale !

2. L'ouverture est terminée : Bernard Kouchner part épuisé et décrédibilisé, après un dernier voyage, ce weekend, en Afghanistan ; Fadela Amara est bien seule à croire que ses trois ans à jouer la militante des banlieues sans moyen ni discipline a servi à quelque chose : « je ne suis pas déçue. » Mais « il y a des promesses qui m'ont été faites et qui n'ont pas été tenues » a-t-elle commenté cet après-midi. Rama Yade pourra écrire un second livre (« Je ne retrouve pas ma liberté de parole, je ne l'avais pas perdue. En aucun cas, mon départ n'est une sanction »). Malgré ses efforts estivaux, Jean-Marie Bockel, ancien maire socialiste de Mulhouse passé à droite en mai 2007, ne sauve pas sa tête. Ses appels du pied, explicites, pour demeurer dans l'équipe gouvernementale, n'auront servi à rien : « c'est vrai que j'y ai cru », expliqua-t-il le lendemain, sur les ondes de RTL. « Clairement, nous avons un gouvernement qui marque une droitisation. »

3. Les conflits d'intérêt posent problème. Eric Woerth a bel et bien été politiquement disqualifié par l'affaire éponyme. On oublierait presque l'affaire Woerth/Bettencourt, le Premier Cercle et ses légions d'honneurs, les donations suisse et les conflits d'intérêts. Jusqu'au bout, Eric Woerth reste dans le déni.Il pourra se préoccuper de sa défense, maintenant que des juges vont se pencher sur les différentes affaires. Il est une autre affaire qui risque de s'éteindre. Vendredi dernier, la veuve Wildenstein est décédée. Elle avait attaqué son beau-fils Guy Wildenstein, autre donateur du Premier Cercle, l'accusant d'avoir détourné des milliards d'euros de la succession de son mari. Interpelé, Eric Woerth n'avait... rien fait.

4. Le développement durable n'est plus la priorité du moment. L'a-t-il jamais été ? Relégué en quatrième position au sein du gouvernement, le ministère est amputé de l'Energie et de la Mer. Une grosse part du Grenelle de l'environnement, lié aux économies d'énergie, lui échappent. Eric Besson, traître persévérant, pourra mettre en oeuvre la privatisation complète du marché de l'électricité. Les deux seuls « ministères d'Etat » sont la Défense et les Affaires Etrangères... Dans quel siècle vivons-nous en Sarkofrance ?

5. Sarkozy n'en a pas fini avec ses affaires. Le nouveau ministre de la Justice, Michel Mercier, était impliqué dans une affaire : un particulier avait porté plainte contre les conditions d'attribution du marché de Rhônexpress, un réseau ferroviaire mixte tram-train qui relie depuis août dernier le centre de Lyon à l'aéroport Saint-Exupéry. Le conseil général du Rhône, dont Michel Mercier en était le président depuis 1990, avait attribué l'affaire à Vinci pour 30 ans, une décision contestée. Une enquête préliminaire pour favoritisme avait été ouverte. Surprise, le parquet a prononcé un classement sans suite la semaine dernière, le 10 novembre, quelques jours avant le remaniement et la nomination de Michel Mercier comme Garde des Sceaux...

La diversion du G20
De l'Elysée, Sarkozy pouvait rager. Partout, on le décrit comme un piètre DRH de ses propres troupes, on commente son affaiblissement, le ratage complet de cette séquence démarrée en juin dernier. Mais chut ! Il se re-présidentialise ! Il a des préoccupations plus importantes que les affaires courantes du pays. Il assure « la présidence française des G20 et G8 » pour un an. Il est le président de « la cinquième économie du monde » ! Un peu de respect s'il vous plaît !
 
Dans son agenda, il a prévu de rencontrer le premier ministre grec (lundi), puis Dominique Strauss-Kahn (jeudi), puis de filer au sommet de l'OTAN à Lisbonne le lendemain. Mardi, il recevra un rapport sur « l'appropriation citoyenne des présidences françaises du G20 et du G8 », préparé par un député UMP du Gard, Jean-Marc Roubaud, pharmacien de profession et par ailleurs maire de Villeneuve-lez-Avignon (12 500 habitants).

Sur son blog, ce député de base n'est pas peu fier : « Pour un an, la France prend la présidence du G20 et c'est pour le Président Nicolas SARKOZY l'occasion de continuer à défendre, en plus de la coordination des politiques macroéconomiques et de la régulation financière, la réforme du système monétaire international, la volatilité des matières premières, notamment celles agricoles et la réforme de la gouvernance mondiale.» écrivait-il. « L'importance de ces sujets, qui jettent les bases de l'économie et du vivre ensemble du 21ème siècle, demande à ce que tous les Français soient associés à cette démarche. C'est ainsi que le Président de la République m'a confié la mission de relayer les propositions de la France auprès de nos concitoyens comme de collecter leurs attentes.» Collecter les attentes de nos concitoyens sur les prochains G20 et G8 ? De qui se moque-t-on ?

Primo, Sarkozy n'a pas eu les mêmes attentions pour ses réformes précédentes : pourquoi n'a-t-il pas demandé un rapport similaire sur les « attentes des Français » en matière de retraites ? Pourquoi refuse-t-il tout référendum sur sa propre réforme ?Après tout, on a dû voter sur un projet de constitution européenne incompréhensible en 2005...

Secundo, nul besoin d'être expert de la chose économique pour comprendre que les négociations en cours et à venir au sein du G20 sont d'ores et déjà bien compliqués. Sarkozy s'obstine à parler de moralisation du capitalisme - lui qui ne veut surtout pas moraliser les propres conflits d'intérêts de son clan en France - alors que Chine et Etats-Unis se bastonnent sur leurs monnaies et leurs déséqulibres financiers ou commerciaux. Qu'est-ce que vient faire, dans ce potage diplomatique peu ragoutant, cet obscur rapport d'un député du Sud de la France sur l'appropriation citoyenne des prochains G20 et G8 ? Rien. Absolument rien.

Mardi, vers 20h15, Nicolas Sarkozy daignera s'expliquer quelques instants à la télévision. Le lendemain, il invitera à déjeuner les députés UMP, à l'Elysée, et toujours aux frais des contribuables. Le même jour, Jean-François Copé prendra les rênes de l'UMP. Son équipe de combat, rétréci comme sa popularité, est prête.

Dominique Versini, la Défenseure des enfants, livre son dernier rapport avant la suppression de son poste : la France compte deux millions d'enfants pauvres. Il n'est pas sûr que Nicolas Sarkozy ait pris le temps de le lire...


8 commentaires:

  1. Ce gouvernement est composé d'arrivistes et de parvenus (les pires espèces qu'on puisse trouver). Soit, ils "lèche-bottent" à tire larigot, soit ils ne disent rien mais n'en pensent pas moins et agissent en dépit du bon sens. J'ai vu la passassion de pouvoir à deux balles de besson... Et bien je me suis bien marré. Il fallait le voir taper son petit doigt boudiné sur le pupitre en disant qu'estrosi avait laissé son empreinte et serait toujours le bienvenu. Il a juste essayer de copier le patron mais il s'est planté. En ce moment le patron se terre. Il a peur. Peur des sondages ultra défavorables. Peur du peuple qui, si il sortait au devant de lui sans ses traditionnels chiens de garde, lui jetterait des pierres. Peur de ne pas être réélu en 2012. Réélu ? Ben non alors... On a une bouteille à vider en 2012 !!!

    RépondreSupprimer
  2. Ce gouvernement n'est qu'un mélange d'arrivistes et de barbouzes en tout genres !

    L'ouverture n'était que poudre aux yeux jetées aux yeux un peu trop éberlués des citoyens qu'ils spolient toujours un peu plus.

    1.5 millions de personnes ont eu recours au secours catholique (12 000 euros de cigares , on rembourse 3000 pour la forme), et pendant ce temps là, les yeux sont rivés sur un avion a 170 millions d'euros !

    On peut reconnaître la qualité d'une société à la façon dont elle prend soin de ses citoyens les plus humbles. En france, c'est le contraire, la qualité de cette société n se voit que lorsque le fisc rembourse 30 millions à une vieille sénile au titre du bouclier. Ne nous y trompons pas, le rappel à l'ordre de l'UE n'est pas anodin et permettra à ploutocrate 1er de réformer le système fiscal en france. Ah tiens donc, n'était-ce pas le discours tenu déjà que le prochain chantier serait celui de la fiscalité en france ? je dis dehors cette racaille, car à l'heure actuelle, la racaille ne se trouve qu'à l'Élysée et nulle part ailleurs !

    RépondreSupprimer
  3. Sarko est tellement imbu de sa personne que, malgré 30% d'opinions favorables (au mieux), il ne doute certainement pas de pouvoir être réélu en 2012. C'est donc un pseudo-remaniement pour préparer les prochaines élections présidentielles, la garde prétorienne a été resserrée, exit le centre, l'ouverture, l'écologie et tutti quanti... Tout autant de manœuvres politiques bidons et d'écrans de fumée pour les crédules.
    Les affaires de la France attendront, Sarko dit: "j'y suis et je compte bien y rester".
    Il ne tient qu'à nous de lui démontrer le contraire.

    RépondreSupprimer
  4. Quand on s'appelle sarkosy et qu'on a un conseiller en communication qui s'appelle Franck Louvrier, y'a pas de quoi être fier de ce qu'on fait subir aux ouvriers, employés et autres cadres moyens. Je pense que le conseiller en communication de sarko a une poutre dans LES yeux ou qu'il est sourdingue... Il continue à "conseiller en communication" mais apparemment, c'est à tord et à travers. Parceque l'autre là, peut toujours parler dans SA télé... PERSONNE ne l'écoute et ne le crois ou ne lui fait confiance à part sa tribu de voleurs, profiteurs, cumulards et consors...

    RépondreSupprimer
  5. Mardi soir 16 novembre

    sarkozy est bien le seul à croire ce qu'il dit.Les autres (du parti d'ou vient le vent)ne sont d'accord que parce que c'est leur interétimmédiat.Ce ne sont que des sous-fiffres et des laquais,Fillon en tète. Si les FRANCAIS veulent du changement,un changement véritable, un gouvernement par le peuple ,pour le peuple,ils doivent se prendre en main,et descendre dans la rue et crier leur indignation.Que les LEADER de l'opposition jouent leur role et appellent à l'insurection civique.Il est plus que temps d'en finir avec ces clowns(avec tout le respect que je dois à ceux-ci[ceux qui nous font marrer]).A bas le parti des riches,A bas l'UMP,A bas Sarkozy.

    RépondreSupprimer
  6. Sarkozy ne croit pas ce qu'il dit.... Il sait pertinemment ce qu'il a à faire, servir les riches, histoire de lobbies, d'influences, de manipulations...
    Maintenant, Sarkozy doit tout de même "vendre" ses réformes à la france d'en bas... La, ça se corse pour lui... Alors après s'être faché contre la france d'en bas à qui il impose à présent de se tuer au travail quelques années de plus, le remaniement et son intervention télévisée sonne comme une tentative de réconciliation... Ou du moins, tout ceci a un aire de tape dans le dos, sur un fond de "bon allez, on s'est un peu fâchés, mais maintenant, on oublie tout et on redevient amis?"
    Sauf que comme cadeau d'amitié retrouvée, pensez vous que la réforme annoncée de l'ISF se fasse au détriment des plus riches? (Bin voyons)...
    Et en matière de remaniement, j'aurais bien vu ça moâ:
    http://www.citylop.com/poulpe-fiction-a-l-elysee/

    RépondreSupprimer
  7. QUAND ON LIT QU'IL FAUT S'ABSTENIR AU MOMENT DES ELECTIONS OU QU'ON DOIT METTRE UN BOULETIN BLANC DANS L'URNE, ON SENT L'ACTION BIEN ORGANISEE DES SARKOSISTES. CE SERA L'ABSTENTION OU LE VOTE BLANC QUI RECONDUIRONT LA MAIN MISE DE CETTE CLIQUE MEPRISABLE.

    IL FAUDRA VOTER POUR CELUI OU CELLE QUI SERA TOUJOURS MOINS PIRE QUE le minable sir et sa bande de traitres voyus

    RépondreSupprimer
  8. Quelle belle photo de famille sur les marches de l'Elysée.
    Mention spéciale pour l'arriviste MAM (Marie-Anne Montchamp), qui lâche Villepin et retourne magnifiquement sa veste http://tourl.fr/wja

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.