11 décembre 2010

188ème semaine de Sarkofrance : à force de hauteur, Sarkozy est hors de vue

Depuis des mois, Nicolas Sarkozy prend du recul, de la hauteur. Il cherche à se distancier de la triste réalité quotidienne pour la campagne de 2012. Il prépare sa prochaine « rupture », cette fois-ci avec lui-même. Il se présidentialise tellement qu'il est hors de vue. La séquence de la semaine écoulée fut dramatique et exemplaire. Une grosse tempête de neige autour de Paris, un ministre qui dérape, son Premier qui rebondit en critiquant les services de Météo France, puis Sarkozy qui appelle au calme son gouvernement. Ce fut le seul commentaire du Monarque sur les sujets du moment. Rien à dire sur le Karachigate, les nouveaux déremboursements de la Sécu, ou le scandale du Mediator de son ami Servier.

Lundi, Sarkozy est aux anges
Le Monarque revenait d'Inde. Un voyage, de son point de vue, très réussi. De France, on l'a vu ultra-souriant mais les traits tirés comme un fêtard, en costume cravate câlinant les mains de son épouse, flânant au Taj Mahal samedi pour un « chapitre intime ». On a entendu ce guide indien expliquer à la télévision que Carla voulait un fils, on a contemplé Carla en sari, on s'est amusé du casting de gardes du corps de petite taille demandé par les services français. On a commenté des chiffres quasi-imaginaires de contrats commerciaux prétendument signés grâce à cette visite : 15 milliards d'euros, réévalués à 17,4 milliards d'euros dès le retour du Monarque. Des Airbus, des EPR, des équipements divers et même des Rafales ! Sarkozy est ravi : il s'est vanté d'avoir ramené plus de contrats que Barack Obama. Encore ce gros narcissisme d'un petit caïd... Nombre de ces commandes ne sont pas fermes. La vente de Rafale, par exemple, est loin d'être acquise. D'ailleurs, en France, Olivier Dassault, fils du fabricant des Rafales, aimerait bien qu'on rétablisse l'autorisation de corrompre les gouvernements étrangers pour faciliter les ventes : « C'est l'intérêt national de la France qui est en jeu. » Il faut avouer que le contexte est rude pour Dassault. Le président brésilien Lula venait d'annoncer qu'il laissait à sa successeur le soin de traiter la commande des Rafales, pourtant annoncée comme ferme par Sarkozy il y a deux ans.

A Paris, on apprend que Liliane Bettencourt et sa fille Françoise se sont réconciliées. L'affaire Bettencourt s'éteint sur ce coup de théâtre. Reste l'affaire Woerth. L'ancien ministre des Légions d'Honneur du Premier Cercle doit être amer. Lampiste, il le sera jusqu'au bout. Le même jour, François Fillon « installait » sa commission de réflexion sur la réforme fiscale, 20 hommes et deux femmes, tous du clan/camp présidentiel. L'un d'entre eux, Gilles Carrez, venait de publier un rapport sur l'exécution du budget 2010. Et il s'agace de l'incurie budgétaire : Fillon et Baroin ont sous-évalué de moitié le coût de fin de la taxe professionnelle, soit 3 milliards d'euros de dérapage en 2010 ! Il pointe aussi, dans son rapport, que les dépenses d'intervention ont dérapé de 3 milliards d'euros cette année, dont 1,7 milliard d'euros à cause d'un traitement social du chômage plus cher que prévu : officiellement, la reprise est là. Mais en coulisses, le gouvernement poursuit discrètement la subvention de certaines embauches. Il faut, coûte que coûte, améliorer ses fichues statistiques du chômage officiel.

Mardi, Sarkozy n'a rien à dire sur le Mediator
Sarkozy n'était pas davantage là pour commenter le scandale du Mediator, ce médicament antidiabétique qui a coûté la vie à 500 personnes. Le tout nouveau ministre du travail fut accusé de complaisance, lundi sur France Inter. En 2006, Xavier Bertrand était ministre de la Santé, quand la commission de la transparence de la Haute-Autorité de santé (HAS) recommandait le déremboursement du Mediator pour cause d'inutilité: « Complaisance ? Vous rendez-vous compte de ce que vous venez de dire? » s'est exclamé Bertrand. Sarkozy, habituellement si prompt à dénoncer les scandales des autres, n'avait rien à dire, même pas un mot de commentaires. Jacques Servier, le président-fondateur des Laboratoires Servier fabriquant le dit Mediator, a été décoré de la Légion d'Honneur par Nicolas Sarkozy lui-même, en juillet 2009. 

Mardi, Roselyne Bachelot est repartie à l'offensive sur la dépendance. A l'écouter, on comprend que le discours officiel a évolué. Sarkozy s'était trop dévoilé. Les critiques contre le spectre d'une assurance privée obligatoire ont fait mouche, ... pour le moment. Mardi, Roselyne voulait donc « incarner » le projet de réforme. Deux cas la préoccuperaient : les départements pauvres, souvent ruraux, qui ne peuvent correctement financer le coût de la dépendance; et les « classes moyennes modestes », trop riches pour être aidées avec les dispositifs existants, trop pauvres pour s'en sortir seules.

Lors de la réforme des retraites, le gouvernement avait aussi choisi de cibler quelques efforts (mères de famille nées avant 1955, handicap physique de plus de 10%, régime spécial pour les agriculteurs, etc) pour masquer l'injustice générale du dispositif. Le problème de la dépendance est pourtant simple : c'est une question d'argent, de financement du nombre croissant de « dépendants. » Et évidemment, quand on parle de financement de la solidarité nationale, la Sarkofrance se met à trembler ! D'ailleurs, le même mardi 7 décembre, on apprenait que le gouvernement avait préparé un projet de décret sur l'assurance maladie réduisant de 5 points supplémentaires le taux de remboursement de certains médicaments aussi « inutiles » que les antispasmodiques ou les antihistaminiques, ou de dispositifs médicaux telles les compresses, bandelettes de contrôle diabétique, seringues, lunettes et prothèses auditives. 

Mercredi, Sarkozy ne connaît pas la neige
Mercredi, l'Ile-de-France fut noyée sous la neige, malgré quelques alertes pourtant précises des services de Météo France. Nathalie Kosciusko-Morizet (Ecologie) a filé à Cancun, Thierry Mariani (Transports) est avec Fillon à Moscou. Reste Brice Hortefeux. Alors que des milliers de Franciliens étaient figés dans leurs voitures ou bloqués dans des trains dès l'après-midi, un ministre de l'intérieur, installé au chaud dans son ministère Place Beauvau, juste en face du Palais de l'Elysée, expliquait publiquement qu'il n'y avait pas de pagaille. La preuve, les trottoirs du quartier de l'Elysée avaient été déblayés ! On crut rêver, de rage ou de bonheur. En quelques minutes, Hortefeux a transformé un simple évènement climatique en bel accident gouvernemental. Des dizaines de milliers de Franciliens ont pris leur mal en patience. Rapidement décrié, le ministre annula un voyage au Maroc et s'auto-justifia toute la journée de jeudi. De Moscou, Fillon expliqua que c'était la faute de Météo France. Une accusation stupide et rapidement démentie.

Nicolas Sarkozy, lui, s'abstint de commenter l'affaire jusqu'à vendredi. Il recevait jeudi son homologue syrien, pour le convaincre de ne pas sur-réagir à la prochaine et probable accusation par le Tribunal spécial pour le Liban du Hezbollah, proche de la Syrie, dans l'assassinat de l'ancien Premier ministre Rafic Hariri. Quelques organisations humanitaires lui rappelèrent, dans une lettre ouverte, qu'il serait bon d'évoquer, enfin, le sujet des droits de l'homme avec Bachar Al-Assad. Dans des mémos diplomatiques américains révélés par Wikileaks, on peut lire combien la Sarkofrance s'est couchée devant le dictateur syrien pour très peu de résultats. Vendredi, Liu Xiaobo n'était pas à Oslo pour recevoir son Prix Nobel de la Paix. C'est la seconde fois depuis 1936 qu'un prix Nobel est ainsi absent. La France n'a pas osé faire un communiqué de presse pour féliciter Xiaobo. Coïncidence, Jean-François Copé revenait de Chine, où il était parti se présenter au partenaire local de l'UMP, le Parti Communiste Chinois.

Jeudi, Sarkozy ne commente plus les affaires
Sarkozy n'était pas non plus là pour commenter les dernières révélations relatives au Karachigate. Lundi, Mediapart a publié un document, assurément explosif : une lettre du 16 mai 2007, adressée par Jean-Marie Boivin à Nicolas Sarkozy, avec copie d'une facture datée de janvier 2007 pour 8 millions d'euros émise à l'encontre de la DCN pour le sobre motif de « services rendus ».  Boivin était l'ancien dirigeant de HEINE, une société-écran établie en 1994 avec l'aval du ministre du Budget de l'époque, pour faire transiter les commissions destinées aux intermédiaires de la vente des 3 sous-marins au Pakistan. Dissoute quelques années plus tard, Boivin avait réclamé des indemnités. En 2006, il s'était plaint à un ancien directeur financier de la DCN, Gérard-Philippe Menayas, d'avoir reçu des menaces physiques. En novembre 2007, Menayas déconseilla à François Pérol, alors secrétaire général adjoint de la présidence de la République, de céder au chantage de Boivin. Dix-huit mois plus tard, le 24 janvier 2009, un protocole d'accord était conclu, attribuant effectivement 8 millions d'euros à Jean-Marie Boivin.

Dans la même affaire de Karachi, deux anciens responsables de la défense ont confirmé le soupçon de rétro-commissions.... il y a un an. Ce n'est que maintenant qu'on l'apprend. Les deux hommes avaient été auditionnés par la mission parlementaire en 2009. Mais le président de l'Assemblée nationale refusait de transmettre le PV de ces auditions aux juges. On comprend mieux pourquoi. Le 15 décembre 2009, Jean-Louis Porchier, ancien contrôleur général des Armées, témoigna de ses soupçons dès 1994, couchés par écrit dans un rapport d'enquête en 1999 : à l'époque, il s'était étonné que les commissions prévues dans le cadre de la vente des 3 sous-marins au Pakistan en 1994, initialement fixées à 85 millions d'euros avaient été réajustées à la hausse par le gouvernement Balladur à 122 millions d'euros, au bénéfice, pour un tiers du montant, de deux intermédiaires largement cités dans cette affaire. Porchier dénonce le caractère « totalement excessif et injustifié » du montant final, et accuse Balladur et Léotard d'en avoir profité. Un autre fonctionnaire, ancien directeur des transferts sensibles, précisa qu'il avait eu la preuve d'une corruption de rétro-commission sur un autre contrat, au profit d'un membre du gouvernement.

Vendredi, Sarkozy se couche devant Merkel
Vendredi, Sarkozy n'était toujours pas là. La polémique neigeuse enfle, mais le Monarque est ailleurs. Il rencontrait son amie Angela Merkel, à Fribourg. Les deux tenaient un conseil des ministres franco-allemand, quelques jours avant un conseil européen. Là encore, Sarkozy fut discret. Il suit son « modèle ». Les conseillers élyséens ont l'explication toute trouvée : « la France travaille discrètement pour modérer les positions allemandes et éviter d'effrayer les marchés financiers », selon des responsables français cités vendredi par l'agence Reuters. Modérer les positions allemandes ? Sarkozy suit plutôt sans broncher.

Il y a 10 jours, la chancelière aurait déstabilisé les marchés en convaincant l'Eurogroup de faire contribuer les investisseurs privés en cas de défaillance d'Etat. Sarkozy était hostile à la proposition, mais il s'est couché. En juin dernier, Merkel lui avait déjà imposé d'approuver le principe d'une sanction contre les Etats déficitaire, sous forme de suspension de droit de vote au sein des instances européennes. Sarkozy n'a pas le choix. Quel contraste avec le début de sa mandature ! A peine élu, il avait convaincu les Etats-membres d'un Traité de Lisbonne prétendument simplifié, rapidement retoqué, à nouveau amoindri pour débloquer le fonctionnement institutionnelle de l'UE. Puis, en 2008, alors même qu'il présidait l'Union, il joua la carte atlantiste, puis l'Union pour la Méditerranée, négligea l'Allemagne pour applaudir la Chine des JO et la Russie. En 2009, Sarkozy est au pied du mur. La crédibilité financière du pays est fragile. La relance s'est épuisée, la reprise n'est pas venue, les comptes publics ont été plombés par des milliards d'euros gâchés par des défiscalisations inutiles. Acculé, Sarkozy s'est lancé dans une réformette des retraites, incomplète pour sauver le régime, injuste pour calmer les marchés jusqu'en la fin du mandat.

Puis vint le « modèle allemand ». Observez la coïncidence : alors que l'Allemagne annonce une croissance de 2,2% de son PIB et la France un maigre 0,6% pour le seul deuxième trimestre, Sarkozy sort sa nouvelle idée : la convergence fiscale franco-allemande. L'idée ne fait pas longtemps illusion. En début de semaine, la presse économique des deux côtés du Rhin s'amusait à décrire combien les agendas fiscaux franco-allemands étaient désynchronisés. La France veut supprimer son ISF et son bouclier fiscal avant juin, l'Allemagne travaille à réformer son impôt sur les sociétés après l'été...Et elle se fiche bien de « converger » vers la France.

Vendredi, Sarkozy se coucha, encore une fois. Angela Merkel fustigea un projet d'emprunts européens, proposé par le ministre luxembourgeois des finances, Jean-Claude Juncker. Sarkozy applaudissait discrètement, tout en reconnaissant qu'il n'avait pas compris grand chose : « Je ne pense pas que nous ayons été consultés avant que cette idée soit émise. Si nous l'avions été avant, peut-être qu'on aurait compris. »

 Finalement, Nicolas Sarkozy a été incroyablement absent cette semaine. Ses conseillers devraient faire attention. A force de prendre du recul, le Monarque s'est envolé.

Ami sarkozyste, où es-tu ?


4 commentaires:

  1. Dans le rôle du président : Nicolas Sarkozy
    Dans le rôle de la Première Dâme : Carla Bruni

    Titre du film : Il était une fois la république France

    Scénario de l'épisode en cours :

    Un malandrin dépourvu de toute culture à la solde d'intérêts étrangers s'empare du pouvoir en France. Recruté pour ses talents de comédiens et de bonimenteurs, il fera illusion pendant cinq ans auprès des Français. Il les baratinera avec ses sornettes et autres boniments. Dans le même temps, il pillera les richesses de la France et pliera son modèle social, partie intégrante de l'identité française. Pour pallier à la défection de son épouse Cécilia, on lui adjoindra une personnalité très haut de gamme pour ajouter une touche glamour au personnage : après casting, c'est Carla Bruni qui s'est vu attribuer le rôle (de série C). Son aura de diva et de sorcière de la séduction rehausseront le prestige du Monarque président à qui décidément rien ne résiste. Plus Napoléon que lui, on ne sait pas si ça existe ! On la verra apparaître dans des scènes au milieu d'illustre personnages où elle fera briller notre Louis de Funès de la politique un peu ridicule sur la scène internationale.

    La France ainsi méthodiquement rabaissée au rang d'une vulgaire courtisane qui, dans la mise en scène, fait la courte échelle à son petit époux dont le ridicule rejaillit sur ce pays qu'il représente, jugé trop réfractaire et indocile par les puissances qui entendent plier le monde à leurs desseins conformes à la logique de prédation des richesses et des libertés du capitalisme financiarisé, informatisé et planétarisé.

    Après le passage du capitalisme et de ses suppôts (de l'UMPS), (au bout de combien de temps) l'herbe repoussera-t-elle ?

    RépondreSupprimer
  2. finalement on aura eu notre Bush mais pas notre 11 septembre !!!
    CQFD...

    RépondreSupprimer
  3. Samedi 11 décembre 2010 : dans un séminaire à Paris, Christine Lagarde fait un discours ... en anglais.

    Le système monétaire international (SMI) a montré ses limites pendant la crise financière mondiale, car il n'a pas empêché les mouvements massifs de capitaux, a déclaré samedi la ministre de l'Economie Christine Lagarde.

    Lors d'un séminaire à Paris sur le SMI, dont la réforme est une des priorités de la présidence française du G20 qui s'achèvera en novembre 2011, elle a aussi plaidé en faveur d'une "diversification" des devises de réserve, alors que seul le dollar joue vraiment ce rôle aujourd'hui.

    Le G20 et le Fonds monétaire international (FMI) ont pris jusqu'ici des mesures "significatives mais pas encore substantielles et structurelles", a estimé Christine Lagarde, qui s'exprimait en anglais.

    http://www.boursorama.com/infos/actualites/detail_actu_marches.phtml?num=11cbfada75702eb4c9be31977be63681

    RépondreSupprimer
  4. Il faut dire et écrire, "pallier le...", la France aura eu son 2 en 1, Sarko c'est du Bush et du Berlusconi... La France ce pays arrogant a mis à sa tête un illusionniste, incompétent

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.