21 décembre 2010

Hortefeux, Mercier, Bertrand : les trois ministres étonnants de Nicolas Sarkozy

Quelques semaines après le mini-remaniement de novembre, on se félicitait, à l'Elysée, de disposer (enfin) d'une équipe dévouée, sérieuse et avare en déclarations médiatiques. Les prétendues fortes têtes - Fadela Amara, Bernard Kouchner, Rama Yade ou Martin Hirsch- sont parties. Resteraient des collaborateurs prêts à faire leur « job » jusqu'au bout, tandis que leur patron, Nicolas Sarkozy, travaille sa propre « présidentialisation ». Pourtant, dans cette équipe gouvernementale, trois ministres sont carrément étonnants. L'un est toujours en poste, malgré bourdes et condamnations. Un autre excelle au contraire dans la discrétion, alors que l'actualité de son périmètre est suffisamment riche pour exiger un minimum d'explications. Le troisième, exfiltré de l'UMP où il s'est révélé un piètre secrétaire général, se refuse à tirer toutes les conséquences du scandale du Mediator, alors que cette polémique aurait pu lui servir de formidable rebond politique. Brice Hortefeux, Michel Mercier et Xavier Bertrand apparaissent comme les trois Pieds Nickelés du gouvernement.

Hortefeux, toujours ministre
Brice Hortefeux « soutient les policiers qui font leur devoir.» Quelle déclaration, lue ce weekend dans le Parisien ! Doit-on soutenir les ministres qui n'assument pas le leur ? L'homme des bourdes neigeuses, le ministre déjà condamné pour injure raciale (il a fait appel) n'hésite pas à suivre maladroitement l'exemple de son patron, Nicolas Sarkozy : une fermeté dans le discours ... rarement suivie de résultats. Vendredi dernier, il a été condamné à 1 euro de dommages et intérêts pour atteinte à la présomption d'innocence à l'encontre de David Sénat, l'ancien conseiller de Michèle Alliot-Marie alors garde des Sceaux. Ce dernier avait été accusé d'avoir communiqué à la presse (et notamment le Monde) certains procès-verbaux d'auditions relatifs à l'affaire Woerth/Bettencourt. D'autres PV d'auditions ont été allègrement publiés par le Figaro, sans que ces fuites ne suscitent une quelconque indignation officielle. Il y a 10 jours, Hortefeux avait sous-estimé l'ampleur de la pagaille provoquée par des averses de neige en Ile-de-France. Il y a 15 jours, il s'était indigné de la condamnation de 7 policiers reconnus coupables d'avoir trafiqué leurs témoignages, oubliant le principe de la séparation des pouvoirs. Quel ministre, dans un autre démocratie occidentale, serait encore en poste avec tel palmarès en aussi peu de temps ? Conscient de ses boulettes, son interview au Parisien était une première défense. Il reconnaît la culpabilité de ses policiers, et y précise qu'il ne jugeait que l'importance de la sanction prononcée (de la prison ferme).

Mercier, peut-être ministre.
Michel Mercier, ministre de la justice depuis le 15 novembre dernier, est un homme discret. En charge de l'Espace rural et de l'Aménagement du territoire dans le précédent gouvernement Fillon, on avait fini par oublier son existence. Puis, grâce à la saillie verbale de Brice Hortefeux contre la sévérité de la sanction infligée aux 7 policiers menteurs, le garde des Sceaux est sorti du bois. Ce coup d'éclat passé, il s'est affiché aux côtés de Brice Hortefeux, pour calmer la polémique. Puis, plus rien.  Pourtant, les sujets ne manquent pas.

La semaine dernière, la Cour européenne des droits de l'homme puis la Cour de Cassation ont rappelé tour à tour que les procureurs ne pouvaient pas être considérés comme « autorités judiciaires indépendantes », selon les normes européennes. Même les procureurs ont fait savoir qu'ils souhaiteraient voir leur indépendance reconnue à travers une modification de leur mode de nomination : « il est impératif de modifier le statut des parquetiers, et notamment leur mode de nomination, afin de leur permettre de travailler dans la sérénité.  (...)  Fondamentalement, nous tirerons toujours notre légitimité de notre lien au garde des Sceaux pour la mise en œuvre des politiques publiques, et de notre statut de magistrat pour l'examen des situations individuelles » expliquait ainsi Robert Gelly, président de la Conférence des procureurs le 16 décembre dernier. Michel Mercier a promis de les recevoir le 5 janvier prochain. Rien ne presse...

Le Garde des Sceaux s'est également abstenu de tout commentaire, pour l'instant, sur la réforme de la garde à vue, curieusement détricotée par la commission des lois de l'Assemblée nationale.

Mercredi 15 décembre dernier, la commission des lois a en effet adopté le projet de loi sur la garde à vue. Michèle Alliot-Marie, quand elle était garde des Sceaux avant le dernier remaniement, avait imaginé un truc bizarre, la possibilité d'une audition « volontaire » d'un suspect pendant 4 heures maximum, sans la présence d'un avocat. L'absence d'avocat pendant la garde à vue est une spécificité française qui provoque de plus en plus de remous. Le texte adopté en commission des lois sera évalué puis voté du 18 au 20 janvier prochain par les députés. Il supprime cette audition libre de 4 heures. Il exige également que la garde à vue se déroule sous le contrôle du juge des libertés et de la détention et non plus du parquet, et qu'elle soit explicitement motivée. L'avocat devrait avoir accès au dossier de son client, et sera présent dès le début de la garde à vue, sans pouvoir interrompre les policiers avant la fin de l'interrogatoire. Mais le texte contient de curieuses exceptions qui vident de leur sens ces premières avancées : l'intervention de l'avocat pourra, « en considération de raisons impérieuses tenant aux circonstances particulières de l’enquête ou de l’instruction », être retardée de 12 heures voire 24 heures par le procureur (pour les crimes et délits punissables de plus de 5 ans d'emprisonnement), voire de 48 heures par le juge des libertés.

Michel Mercier n'a pas réagi. Est-il vraiment ministre ?

Bertrand, encore ministre
Xavier Bertrand, ministre du Travail, revient enfin sur l'affaire du Mediator. Accusé, comme d'autres, de complaisance, il préfère parler de défaillance. Ce médicament antidiabétique des laboratoires Servier, commercialisé depuis 1976, est passé à travers toutes les validations officielles, malgré des alertes répétées sur son inutilité sanitaire, jusqu'à ce que l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) admette enfin, le 16 novembre dernier, le chiffre d'« au moins 500 décès » attribuables au Médiator et un risque multiplié par trois de maladies des valves cardiaques. Début décembre, Bertrand avait annoncé attendre un rapport de l'inspection générale des affaires sociales (Igas) pour le 15 janvier sur les failles dans les procédures d'alerte. Ni la question de la responsabilité politique, ni celle des conflits d'intérêts ne sont évoquées.

Samedi dernier, le Figaro révélait que le nombre de morts était réévalué à 1000 à 2000 morts. Pire, le même quotidien expliquait que dès 1998 trois médecins de la Sécurité Sociale alertaient l'Agence du Médicament sur les risques du Mediator. Le Figaro publie la lettre de ces médecins dans laquelle ces derniers dénoncent « l'utilisation non contrôlée d'un produit de structure amphétaminique, dans un but anorexigène. Il est en effet assez paradoxal de constater que la prescription de Mediator est tout à fait libre tandis que celle des médicaments du groupe des amphétaminiques est strictement encadrée depuis mai 1995. » Depuis, ce courrier n'a jamais été suivi d'effet.

Lundi 20 décembre, le ministre se défend à nouveau dans les colonnes du Figaro : « Je suis nommé le soir du dimanche 15 novembre au ministère de la Santé. Le lendemain, j'apprends que le Mediator aurait provoqué le décès d'au moins 500 personnes.» On oublierait presque qu'il était ministre de la Santé en 2006 et qu'il n'a pas non plus réagi à un avis de la commission de la transparence de la Haute-Autorité de santé qui, à l'époque, avait également dénoncé l'inutilité du médicament.« Je veux comprendre pourquoi, malgré certaines mises en garde, malgré une parenté chimique avec des molécules interdites, ce médicament est resté sur le marché pendant trente-trois ans. » Presque provocateur, il rappelle que le médicament avait été interdit par l'Espagne dès 2003 et l'Italie en 2004. Mais il s'exonère : « La question du remboursement d'un médicament n'a rien à voir avec son éventuelle dangerosité. » Sur les éventuels rapports entre le monde médical et les autorités politiques ou sanitaires, et les éventuels conflits d'intérêt qui en découlent, Xavier Bertrand botte en touche : « Tous ces amalgames créent une confusion impossible. De manière générale, il faut absolument que nous soyons capables de régler la question des conflits d'intérêts qui est régulièrement posée. Nous avons fait des progrès. Nous devons aller plus loin encore, en nous inspirant des pays qui ont les systèmes les plus transparents. » Sa toute nouvelle secrétaire d'Etat à la Santé Nora Berra a travaillé dans trois laboratoires pharmaceutiques différents entre 1999 et 2009.

4 commentaires:

  1. Salut Juan, toujours aussi prolixe ! ta constance et la qualité de tes textes m'étonneront toujours;
    ... je ne sais pas comment tu fais... Dis moi, pourrais tu svp sans vouloir te commander changer le nom de mon blog, qui se nomme à présent les échos de la gauchosphère ? merci pour l'effort et bonne journée. Salutations militantes.

    RépondreSupprimer
  2. Un pays , qui refuse la notion d'intérêt général et fonde sa politique et sa représentativité sur des coalisions d'intérêts particuliers est un pays corrompu et mal géré : c'est ce que voyons tous les jours et de plus en plus ....
    Il est urgent pour les électeurs de vouloir restaurer une République au service de tous les citoyens .

    RépondreSupprimer
  3. MEDIATOR
    Ce qui m'interpèle réellement, c'est d'avoir entendu au cours de journaux télévisés il y a quelques semaines déjà, que la Sécurité Sociale avait pris toutes les mesures qui s'imposaient pour contacter les malades qui avaient consommé ce médoc pendant plus de 3 mois. J'en suis ! et avec moi bien d'autres que je connais fort bien. Par un heureux hasard, nous sommes encore en vie, mais aucun d'entre nous n'a jamais reçu le moindre papelard à ce sujet. Comme d'habitude le bal des faux culs de BERTRAND et des autres est bien rôdée et il n'est plus à démontrer la colusion qui existe entre politiques et laboratoires pharmaceutiques entre autres.

    RépondreSupprimer
  4. Etonnant ce Brice Hortefeux qui défend son personnel policier, ceux qui agissent comme des voyous, contre les Français.... Hortefeux ne sait pas qu'un ministre dispose de moyens -le personnel des ministères- pour servir les français...servir la France et les français un concept inconnu et foulé par tous ces ministres de Sarko tous plus incompétents les uns que les autres

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.