4 janvier 2011

Des Rafales aux sous-marins de Karachi, Sarkozy a du mal avec les ventes d'armes

Mardi 4 janvier 2011, Nicolas Sarkozy quitte son Palais de l'Elysée pour délivrer ses voeux aux forces armées sur l'un des sites de production de l'avion Rafale, ce « fleuron de l'industrie aéronautique française » qu'il semble si difficile à exporter. D'autres ventes d'armes, conclues en 1994, continuent de faire polémique 16 années et 15 morts plus tard. L'affaire de Karachi occupe toujours l'actualité de Sarkofrance dès ces premiers jours de janvier. Lundi 3 janvier, le quotidien Libération a apporté un nouvel éclairage sur l'affaire : divers témoignages accréditent la thèse d'une vengeance des services secrets pakistanais. En fin de semaine dernière, l'avis tant attendu de la Commission de déclassification du Secret Défense sur les documents réclamés en octobre dernier par le juge antiterroriste Marc Trévidic était publié au Journal Officiel.

Sarkozy au chevet du Rafale...
Mardi, Sarkozy visite le pôle opérationnel et de maintenance des Rafale, ainsi qu'un centre de simulation de pilotage commun à l'armée de l'air et à l'aéronavale françaises. A l'Elysée, on assure « qu'il ne faut pas voir dans cette visite un message particulier de la part du chef de l'Etat », rapporte le Figaro. Bien sûr...

Depuis 2008, Nicolas Sarkozy s'est personnellement engagé pour tenter de convaincre certains partenaires étrangers d'acquérir le fichu Rafale... en vain. En visite au Brésil en octobre 2008, il avait prématurément annoncé que le Brésil allait en commander. Finalement, le président brésilien Lula a renoncé à prendre cette décision, et choisi de refiler le bébé à son successeur Dilma Roussef.

Officiellement, les deux pays discuteraient encore de l'ampleur des transferts de technologie que Dassault devrait consentir. Dans les câbles diplomatiques américains publiés par Wikileaks, on a appris que cet argument ne tient pas : une large part des composants du Rafale (système de visée, composants du radar et systèmes de sécurité ) seraient fabriqués... aux Etats-Unis.

Outre le Brésil, Nicolas Sarkozy a tenté de vendre le Rafale au Qatar, à la Libye et même à l'Inde, lors de son déplacement début décembre. Lors de cette visite, Sarkozy avait cru bon de critiquer le Pakistan voisin pour ses insuffisants efforts en matière de lutte contre le terrorisme. A Karachi, la remarque avait déçu. Sarkozy n'avait rien dit, le 30 juillet dernier, quand Nicolas Sarkozy avait reçu à Paris le président pakistanais Asif Ali Zardari. Ce dernier, veuf de Benazir Bhutto, ancien premier ministre dont le troisième anniversaire de l'assassinat a été célébré voici 4 jours.  D'Inde au Pakistan, de Bombay à Karachi, il n'y avait qu'un pas. Celui d'une affaire.

Quelques mois plus tôt, le juge Marc Trévidic avait demandé aux autorités britanniques et suisse des informations sur le rôle éventuel de Zardari dans le contrat Agosta.

... mais silencieux sur Karachi 
Une autre affaire de ventes d'armes empoisonne en effet l'Elysée depuis 18 mois. Le 8 mai 2002, un attentat à Karachi coûta la vie à 15 personnes dont 11 Français. Depuis, on tenta de faire croire qu'Al Qaida en était le responsable. Depuis bientôt deux ans, le juge Marc Trévidic, en charge de l'enquête, a la conviction que cet attentat a quelque lien avec l'arrêt du versement de commissions décidé par Jacques Chirac en 1995 dans le cadre de la vente de sous-marins au Pakistan par le gouvernement Balladur en 1994. L'ancien président soupçonnait ces commissions d'avoir bénéficié au camp Balladur pour son financement politique.

L'exécutif sarkozyen a résisté des mois durant pour éviter de transmettre les documents demandés par les juges, qu'il s'agisse des comptes-rendus d'audition auprès de la mission parlementaire (via le président UMP de l'Assemblée et celui, UMP également, de la dite mission, ou des rapports classés secret défense tenus au chaud dans les bureaux de la DGSE.


Le 30 décembre dernier, un avis positif de déclassification partielle a été publié au Journal Officiel : la Commission consultative du secret de la défense nationale (CCSDN) a autorisé la déclassification totale de 23 notes de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE), celle partielle de 3 autres documents (dont deux titrés « Ziad Takieddine », l'un des intermédiaires imposés par le gouvernement Balladur à la vente des sous-marins au Pakistan et proche de Nicolas Sarkozy), mais s'oppose à la déclassification de 28 autres documents demandés par le juge antiterroriste Marc Trévidic. On attend maintenant la décision du ministre de la Défense Alain Juppé qui peut suivre, ou pas, l'avis de la CCSDN. On imagine le scandale si Juppé décidait de ne pas suivre les recommandations, déjà minimales, de la CCSDN.

Le 23 décembre dernier, le journaliste Benoît Collombat, pour France inter, avait publié plusieurs notes de la DCN dans lesquels le responsable juridique dénonçait le caractère fictif des contrats de commissions aux intermédiaires non pakistanais du contrat Agosta. Le 14 décembre, le juge Renaud Van Ruymbeke s'était vu refuser par le parquet d'élargir son instruction sur un contrat de ventes de frégates françaises à l'Arabie Saoudite, dans lequel il avait retrouvé la trace des mêmes intermédiaires balladuriens. Un autre juge a été désigné pour ce volet. Mais voici que l'affaire dérape vers ... l'Inde.

La piste pakistanaise
Dans son édition du 3 janvier 2011, Libération révèle que l'attentat de Karachi pourrait être une vengeance de l'ISI, les services secrets pakistanais, après la vente par la France à l'Inde voisine de sous-marins plus modernes que ceux cédés au Pakistan en septembre 1994 (i.e. le contrat Agosta).

Le journaliste Guillaume Dasquié fait en effet état de trois témoignages qui rendent cette piste « plausible »: le premier émane d'un officier pakistanais, « toujours en poste qui a autrefois collaboré avec les personnels de la DCN envoyés à Karachi.» Ce dernier, anonyme, affirme que l'ISI a mandaté l'attentat. Alain Richard, ancien ministre (socialiste) de la Défense jusqu'en mai 2002, confirme que l'ISI soutenait des groupuscules terroristes: « nous avons été alertés de façon récurrente par la DGSE et cette  appréciation était partagée par tous les services de renseignement avec lesquels nous avions des relations de confiance.»

Le journaliste de Libération rappelle également que nombre de notes déclassifiées de la DGSE et obtenues par le juge Marc Trévidic en charge de l'instruction sur l'attentat désigne un chef islamiste comme responsable de l'attentat, par ailleurs présenté comme une recrue de l'ISI.

Le second témoin est Alain Juillet, ancien haut responsable de la DGSE. Il avait déjà été interrogé par le juge Renaud Van Ruymbeke il y a 15 jours, pour lui confirmer qu'il avait été mandaté par un conseiller de Nicolas Sarkozy début 2009 pour négocier le silence de Jean-Marie Boivin, ancien dirigeant de HEINE, la société écran créée en 1994 avec l'aval du ministre du budget de l'époque, pour faire transiter les commissions aux intermédiaires du contrat Agosta. Boivin réclamait 8 millions d'euros de dédommagement après la décision de fermeture de HEINE, et était allé jusqu'à envoyer une copie de facture de ce montant à Nicolas Sarkozy le 16 mai 2007, jour de l'intronisation de ce dernier à la Présidence. Cette fois-ci, Juillet explique que « l'hypothèse d'un attentat commis sur demande de l'ISI doit être retenu. » Libération cite en effet un ancien négociateur du contrat Agosta. Ce dernier, Henri Guittet, a affirmé au juge Trévidic que, dans le cadre du contrat Agosta signé en 1994 avec le Pakistan, le gouvernement Balladur avait promis de ne pas céder de sous-marins à leur rival indien. Cet évènement, additionné à l'interruption de versement des commissions aux intermédiaires du contrat pakistanais décidée par Jacques Chirac après 1995, aurait pu être l'élément déclencheur de l'attentat. L'ancien ministre Richard précise toutefois, à Libération, que les Pakistanais avaient été tenus au courant du contrat indien : « quand s’est ouverte la perspective d’un marché de sous-marins avec l’Inde (type de contrat dont la négociation prend des années), les assurances normales en pareil cas ont été données au partenaire pakistanais que les équipements éventuellement livrés à son voisin ne provoqueraient pas de déséquilibre militaire.»

Le troisième témoin était délégué Pakistan au sein de la Sofma, la société mandatée par la DCN pour gérer le volet commercial du contrat Agosta. Jacques Jeandet a détaillé à Libération le dispositif de commissions versées à des décideurs locaux, dont l'un décida de porter l'affaire devant un juge arbitral à Londres en 2001 quand ses commissions furent stoppées.



3 commentaires:

  1. De toute manière les 11 français ont étés massacrés a cause des magouilles des uns et des autres FRANCE ET PAKISTAN

    Il faut que les familles aient ""la VÉRITÉ"" POINT C'EST TOUT la FRANCE LEURS DOIT BIEN CELA après tant d'années de souffrance presque 9 ans .

    RépondreSupprimer
  2. Après le coup de la Rolex, nouvelle provoc de Séguéla : "Le salaire moyen d'un Chinois, c'est 10 % du Smic et ils sont heureux".

    Lundi 3 janvier, sur BFM TV, Jacques Séguéla était l'invité de Ruth Elkrief pour la partie "débats" de la fin de l'émission. Face à lui, l'éditeur, blogueur et chroniqueur Guy Birenbaum.

    Le deuxième thème du débat portait sur les 35 heures, sujet remis au goût du jour par Manuel Valls, qui estime qu'il faut les "déverrouiller".

    Invité à réagir aux propos de Valls, le publicitaire Jacques Séguéla - ami du couple présidentiel - applaudit des deux mains en disant : "Bravo, bravo ! (...) Bravo Manuel".

    Il renchérit : "Enfin un socialiste moderne qui ose, qui dit les choses. C'est une machine à perdre, les 35 heures. C'est la plus mauvaise idée qu'aient eu les socialistes. C'est la plus mauvaise idée qu'ait jamais eu Sarkozy quand, au lieu de la défaire, il l'a détricotée en en faisant une usine à gaz".

    Jacques Séguéla poursuit :

    "Le drame des 35 heures, c'est que ça a cassé l'idée même du travail, l'envie de travailler. Ça a cassé la compétitivité. Ça a cassé, et c'est le pire de tout, le rythme du travail. Les RTT, c'est épouvantable. Ça casse le rythme. Je suis pour de grandes vacances. Je suis pour travailler plus et être mieux payé. Il vaudrait mieux avoir une ou deux semaines de plus d'un bloc, plutôt que d'avoir des journées qui s'arrêtent et dérèglent toute la machine ".

    Le publicitaire évoque alors le cas de la Chine : "Le salaire moyen d'un Chinois, c'est 10 % du Smic et ils sont heureux".

    http://www.lepost.fr/article/2011/01/04/2359043_apres-le-coup-de-la-rolex-nouvelle-provoc-de-seguela-le-salaire-moyen-d-un-chinois-c-est-10-du-smic-et-ils-sont-heureux.html

    RépondreSupprimer
  3. Très bon et nécessaire rappel.
    Il ne faut pas laisser la diversion, l'intoxication, l'obstruction à l'enquête des juges et à leur demande d'accès à certaines pièces, l'oubli, se faire.

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.