11 janvier 2011

Otages : pourquoi le candidat Sarkozy a changé d'approche

Après son périple électoral dans les Antilles françaises, Nicolas Sarkozy a enchaîné avec une rencontre de Barack Obama à Washington. L'agenda international que s'est fixé le candidat Sarkozy sera-t-il utile à sa campagne de réélection ? Samedi soir, l'assassinat de deux Français par l'organisation terroriste Aqmi au Niger n'a suscité quasiment aucune polémique. L'opposition s'est rangée derrière le gouvernement pour louer la légitime réponse militaire qui a provoqué la mort des deux Français.

Dans quelques semaines, le temps viendra peut être de s'interroger sur le changement tactique qui s'est opéré chez Nicolas Sarkozy.

Depuis son élection, l'homme du Fouquet's avait toujours mêlé un discours extérieur violent et inutilement provocateur contre la menace islamiste, appuyé sur un atlantisme hors normes, avec une attitude en coulisses plus conciliante.

En Afghanistan, nos soldats luttent pour la paix, la liberté et contre la barbarie des Talibans, nous répète ainsi Nicolas Sarkozy dès qu'il en a l'occasion. Il lui faut justifier son propre retournement de veste, et faire oublier que, candidat, il promettait un retrait français de ces opérations militaires faute de perspectives. Depuis 2007, Sarkozy sur l'Afghanistan ressemble à Nixon sur le Vietnam. La sécurité du monde occidental, et donc des Français, serait en jeu. Grâce à Wikileaks, on a même appris que le candidat Sarkozy de 2005 avait apporté son soutien à l'intervention américaine en Irak auprès de diplomates américains. Non seulement cette guerre semble être dans une impasse dont on ne débat que très peu, mais en plus elle fournit un argumentaire sur mesure aux filiales d'Al Qaida pour désigner la France comme petit Satan aux côtés de l'Oncle Sam.

Depuis 2007, Sarkozy menace aussi régulièrement l'Iran, qui s'est engagé à se doter de l'arme nucléaire. Quand la jeune française Clotilde Reiss, interprète à Téhéran, fut arrêtée puis emprisonnée à l'été 2010, la Sarkofrance se voulait toujours ferme et menaçante. On pouvait alors se demander si Sarkozy n'en faisait pas trop : les dirigeants iraniens adorent jouer les victimes de « l'oppresseur » occidental, et l'arrestation d'étrangers est devenue pour eux une tactique pour faire du chantage politique. Et justement, Nicolas Sarkozy « chante » très bien. Les révélations de Wikileaks, en décembre dernier, ont contredit ce story-telling franco-français : le gouvernement Sarkozy négocia bien en coulisses le versement d'une rançon, et il fut bien incapable de prouver un quelconque rôle du nouvel allié Syrien dans la libération de la jeune femme. En novembre 2009, les officiels de Sarkofrance travaillèrent discrètement à la libération d'un travailleur humanitaire, Pierre Camatte, pris en otage dans le Sahel. Ce dernier fut libéré quelques semaines plus tard, après la libération de militants islamistes au Mali. Mais officiellement, chut ! La Sarkofrance ne négocie pas. Au même moment, Eric Besson, ministre de l'immigration, lance un sinistre débat sur l'identité nationale qui rapidement dérape contre l'Islam de France.

En juillet dernier, un autre otage français, Michel Germaneau, est tué lors d'une intervention militaire franco-mauritanienne. Sarkozy crie déjà à la barbarie. On nous explique alors, avec force de détails, « pourquoi Sarkozy était passé à l'action.». Honnêtement, c'est bien la moindre des choses. Il fallait surtout effacer l'échec, et appuyer combien le président français avait « pris » ses responsabilités. On sait depuis que c'est complètement faux, un grossier mensonge du cabinet présidentiel pour nous convaincre de la toujours grande fermeté et expérience du Monarque élyséen. En fait, nous explique Jean-Dominique Merchet pour Marianne2, Michel Germaneau, malade, est mort ... faute de médicaments, bien avant l'intervention militaire du 22 juillet.

En septembre, alors que la contestation gronde contre la réforme des retraites, Brice Hortefeux évoque des menaces terroristes sur le sol national. Frédéric Péchenard, directeur de la police nationale, et Bernard Squarcini, patron de la DCRI, abondent dans les médias. On s'étonne de ces déclarations prétendument préventives. Il faut que les Français tremblent.

Plus tard, quand 5 Français travaillant pour Areva sont kidnappés au Niger, le gouvernement adopte un profil encore discret. Sur le coup, Sarkozy exprime son indignation. On se souvient alors que la France atomique a sacrément besoin d'exploiter l'uranium africain. Le responsable de la sécurité d'Areva sur la zone est remplacé. Puis silence radio. Et en novembre dernier, Sarkozy se déclare « spécialement inquiet », mais, précise-t-il, « nous ne changerons pas d’un iota notre politique sous prétexte que nous sommes menacés. » Ferme, toujours ferme... officiellement. Depuis, le gouvernement français patine. il confie qu'il n'a pas trouvé de « canal de négociation directe » avec Aqmi et, notamment, les ravisseurs des 5 Français d'Areva. En France, la pression monte également sur d'autres otages, les 2 journalistes de France 3 détenus par les Talibans en Afghanistan.

Sarkozy, lui, est parti en campagne pour sa réélection. Son crédo est double, il veut se montrer « expérimenté et protecteur. » Il faut agir, y compris sur ce douloureux terrain des prises d'otages et menaces terroristes.

La nouvelle prise d'otages, vendredi dernier, à Niamey même, dans un restaurant fréquenté par des expatriés et de surcroît situé dans un quartier sécurisé, semble avoir agi comme la goutte d'eau qui fait déborder le vase. Après la confirmation du décès des deux jeunes Français samedi soir, le président français n'avait pas de mots assez durs, en marge de son déplacement en Guadeloupe dimanche 9 janvier : « c'est la nation toute entière qui condamne un acte barbare, perpétré par des barbares, un acte d'une lâcheté inouïe. (...)  Ce crime, ce crime odieux ne fait que renforcer la détermination de la France à lutter sans relâche contre le terrorisme et contre les terroristes.  (...) Les démocraties ne peuvent pas accepter cela. Les démocraties, c'est leur honneur et c'est leur noblesse, doivent lutter pied à pied contre ces barbares venus d'un autre âge qui veulent terroriser le monde entier. (...) Nous n'accepterons jamais le diktat du terrorisme et des terroristes


A l'impasse de la voie diplomatique, s'ajoutent donc le contexte préélectoral et la perspective de voir grossir, sans réaction ni solution, le contingent des otages français à l'étranger. Samedi, les forces spéciales françaises sont intervenues pour sauver les deux otages. Elles ont bien fait. Mais Sarkozy, lui, restera marqué du soupçon d'avoir une fois de plus instrumentalisé l'épineuse gestion des otages.

Expérimenté et protecteur ?





5 commentaires:

  1. perso je reste persuadée que les 2 jeunes n'auraient pas été tués si les kidnappeurs n'avaient pas été poursuivis de cette façon.
    mais rien ne dira plus jamais si j'ai tort ou pas
    :-(

    RépondreSupprimer
  2. Je suis une électrice française, inquiète et triste, anonyme mais sincère, qui a décidé de vous suivre chaque jour (ou presque) car vous savez (très bien) exprimer tout haut ce qu'elle ressent tout bas. Désolée pour le plagiat, en fait c'est un hommage...
    En ce début d'année, tous mes voeux et bon courage pour la suite car d'ici 2012, il va y avoir un sacré boulot.

    RépondreSupprimer
  3. Sarko le Cow boy envoi ces mercenaires et tire dans le tas !!!
    scenario plausible...

    RépondreSupprimer
  4. Comme d'habitude bonne analyse, c'est un plaisir de te lire Juan.
    Mr Melenchon nous dit que 2011 sera l'année de la castagne, j'aimerais bien qu'il se trompe.
    Mais quand ont voit comment tous les acquis sociaux sont bafoués et bousillés avec cette politique qui ne sert que les amis du fouquets on est bien loin de la solidarité et l'intéret du peuple. Notre sarko national est aussi imprévisible que contradictoire.
    Bien à toi Juan
    Serge

    RépondreSupprimer
  5. Il est bien un domaine où tous les coups ne sont pas permis. Probable Instrumentalisation de cette triste affaire de prise d'otage dites vous. Cela c'est déjà produit dans un passé proche mais cette fois, si c'est avéré, cela se retournera contre son ou ses auteurs.
    La violence engendre la violence...

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.