17 février 2011

2012 : Sarkozy joue à DSK

L'intervention télévisuelle de Nicolas Sarkozy du 10 février dernier fut le début d'une nouvelle étape dans sa stratégie électorale. Désormais, il ne prend plus la peine de cacher son statut de candidat. Ses séances de coordination du travail majoritaire deviennent des réunions de campagne ; et il tente de cliver le débat politique pour affaiblir l'opposition comme aux belles années 2005-2007. Il ne lui manque plus qu'une chose : cesser de mentir sur son éventuelle candidature.

Mobiliser
Officiellement bien sûr, rien n'a changé. Nicolas Sarkozy ne fera part de sa décision d'être ou de ne pas être candidat à sa réélection qu'en octobre prochain. Il nous l'a dit, l'air sérieux et le ton grave, le 12 juillet dernier. Depuis l'adoption de la réforme des retraites, il sillonne la France pour se montrer présidentiel, rassembleur, protecteur, et défendre l'image d'un homme qui n'aurait fait que son devoir et qui a autre chose à penser que de commenter la triste actualité sarkofrançaise. Sa tournée des voeux fut le point d'orgue de cette composition. Manque de chance, sa cote de popularité sondagière ne décolla pas. Pire, à force d'être absent de l'actualité chaude, il paraissait tantôt en retard, tantôt à côté des vrais sujets du moment. Mais depuis le drame de Pornic, tout a changé. Sarkozy a changé d'habit. Il cherche à nouveau le clivage. Comme en 2005-2007.

Mardi, Nicolas Sarkozy a ainsi lancé un débat sur le multiculturalisme, un ersazt du débat sur l'identité nationale qui se déroula de novembre 2009 à février 2010. Censée occupé le terrain électoral de l'extrême droite, cette précédente opération animée par Eric Besson fut un fiasco : de propositions sans intérêt en dérapages xénophobes publics, la manipulation tourna court, l'UMP perdit les élections régionales et le Front National se redressa. 

Cette fois-ci, le nouveau débat sur le multiculturalisme validé ce mardi par Nicolas Sarkozy n'est qu'une opération interne à l'UMP, l'une de ses conventions organisées par le parti présidentiel en vue du scrutin de 2012. Une nouvelle fois, il s'agit moins d'apporter des réponses à des problèmes (Sarkozy n'est-il pas au pouvoir ?) que de cliver le débat politique et ne laisser aucun champ libre au FN.

Nicolas Sarkozy cache très mal son statut de candidat. Il tient même ses réunions de précampagne à l'Elysée. Mardi matin, Fillon, Hortefeux et lui étaient présents à l'Elysée pour écouter Jean-François Copé dérouler ses propositions. Sarkozy, qui tentait voici encore quelques semaines de s'afficher « Président-rassembleur » a validé une série d'affiches pré-électorales aux slogans éloquents tels « Non aux multirécidivistes, oui aux jurys populaires ». La prochaine fois, signera-t-il le bon à tirer des tracts électoraux pour l'UMP ?

Le candidat Sarkozy a aussi validé deux des prochains thèmes de débats que l'UMP organise pour le scrutin de 2012 : multiculturalisme, mais aussi application des peines de justice. « C'était une bonne idée de parler du multiculturalisme. Il faut que l'UMP lance un débat sur l'islam. Moi, je veux aller plus loin: je ne veux pas de minarets, pas d'appels à la prière dans l'espace public, pas de prières dans la rue », a-t-il justifié.

La mobilisation du parti présidentiel passe aussi par la récente nomination de quelque 200 secrétaires nationaux, également validés directement par l'Elysée, juste avant la tenue du bureau politique de l'UMP mercredi. Tous les membres du gouvernement y figurent. Cette « armée mexicaine » est structurée en douze pôles, de l'organisation du parti aux différents périmètres ministériels.

Sonder
Qui dit campagne, dit sondages. En 2007 déjà, la boulimie sondagière de Nicolas Sarkozy avait fait merveille. En 2009, un rapport de la Cour des Comptes avait levé un lièvre : l'Elysée finançait clandestinement quelques 150 sondages d'opinion par an, commandés et pilotés par une cellule spéciale sous la houlette de Patrick Buisson. Depuis, le dispositif a été démantelé, ... et transféré à Matignon. Sarkozy reste gros consommateur d'enquêtes d'opinion. Sa position à l'Elysée, et l'abus qu'il en fait, lui donne un formidable atout sur tous les autres candidats.

La semaine prochaine, le candidat a invité les 20 panélistes de Paroles de Français, éditions 2010 et 2011 réunies. L'un d'entre eux a fait savoir qu'il ne viendrait pas à cette « mascarade ». L'Elysée a également commandé une étude qualitative sur la dernière prestation télévisuelle du patron. Les résultats, opportunément fuités auprès d'un journaliste conciliant, sont jugés positifs par Franck Louvrier. En quoi cette étude a-t-elle un quelconque rapport avec la conduite des affaires de la nation ?
On est effectivement en droit de s'interroger si de tels sondages narcissiques qui n'ont d'autres buts que la reconquête du pouvoir méritent d'être payés par le budget public.

Riposter
A l'Elysée, on se défend d'être derrière la dernière et ridicule attaque coordonnée contre Dominique Strauss-Kahn. C'est bien possible. Le directeur général du FMI a fait parler de lui depuis que son épouse a déclaré au Point voici 8 jours qu'elle ne souhaitait pas qu'il accomplisse un second mandat au FMI. Mais les attaques se ressemblèrent tant qu'il n'est pas interdit de penser que les sieurs Guéant et Louvrier se sont empressés de fournir quelques éléments de langage.
 Mais pour l'instant, la riposte n'est pas à la hauteur des scandales qui menacent le camp Sarkozy : Eric Woerth se débat seul avec les juges bordelais ; Michèle Alliot-Marie ne doit son salut qu'à la mise en cause parallèle de François Fillon. Le seul thème de riposte, politique, trouvée par l'UMP contre la gauche est une attaque en règle contre les ... 35 heures. Et encore, le sujet est évidemment mal abordé : l'UMP aimerait faire un sort aux 35 heures comme référence de calcul des heures supplémentaires....

Cliver
Exécution des peines, jurés populaires, multi-récidivistes, multi-culturalisme, et maintenant ISF, Nicolas Sarkozy retrouve enfin le chemin du clivage facile, électoraliste et idéologique. Sur l'exécution des peines et les multi-récidivistes, il a tenté d'instrumentaliser le drame de Pornic. L'affaire lui est revenu comme un boomerang, mais, obstiné, il ne semble pas lâcher le sujet. Jeudi dernier, il a sorti des statistiques invérifiables (la hausse de la délinquance violente serait due aux récidivistes et aux mineurs). Une presse complaisante s'excite à valoriser les tristes faits divers de meurtres et d'agressions sexuelles, qui ne représentent pourtant que 3% des atteintes aux personnes recensées chaque année.

Sur la justice, les sujets ne manquent pourtant pas : la délinquance en col blanc ; l'indépendance des magistrats ; les enquêtes sur Karachi, Woerth ou Wildenstein; ou les moyens de la justice. Sarkozy, jeudi dernier, s'est d'ailleurs joliment planté en livrant quelques chiffres : il a surévalué de 325 le nombre de magistrats en 2010, de 3621 celui des greffiers (il y en a moins qu'en 2002 !). Quant au budget général, le camp sarkozyste inclut les investissements pénintentiaires pour afficher de belles hausses depuis 2002.

Mardi à Montmirail, le candidat Sarkozy a fourni son dernier clivage du jour. Le Président des Riches, qui « refuse l'immobilisme » veut que ses députés-godillots suppriment purement et simplement l'Impôt de Solidarité sur la Fortune. Sa proposition est totalement idéologique, car économiquement injustifiable. Sarkozy la défend par la compétitivité franco-allemande, ce qui est au mieux de mauvaise foi, au pire complètement crétin : lISF a peu à voir avec le coût du travail... Qu'importe ! Plus c'est gros, plus ça passe. La suppression de l'ISF est le dernier cadeau attendu par le Premier Cercle et la bande du Fouquet's.

Meetings de terrain, validation du matériel de campagne, clivages médiatiques, ... bref, s'il n'était aussi actif, on le prendrait pour Dominique Strauss-Kahn ! Au final, Nicolas Sarkozy n'a plus qu'une chose à à faire : cesser de mentir et se lancer officiellement dans la campagne.


(Crédit illustration: CDPD )

14 commentaires:

  1. Question de taille : sur la petite image au début de l'article, Carla est-elle à genoux car elle me paraît bien petite .... ?

    A propos des chiffres lancés dans la nature par le Président : les seuls crédibles et représentatifs de l'état de délabrement de notre chère patrie sont ceux du chômage toutes catégories confondues et ceux de la Dette. A condition bien entendu que ces chiffres ne soient pas annoncés par le Président.
    Tout le reste c'est du pipeau et des "éléments de language.

    RépondreSupprimer
  2. mdr !! je me suis dit la même chose sarko plus grand que Carla, là y a un os !

    RépondreSupprimer
  3. de toute les façons le programme electoral de ce Nabot est :
    -la haine du monde Musulman.
    -le mensonge.
    -le communautarisme caricatural.
    -la division des français.
    bref un beau programme Sionniste au profit de l'oligarchie atlantiste.
    mais quant est ce que le francais ouvrira les yeux bon sang !!!

    RépondreSupprimer
  4. Le nouveau siège de l'Otan à Bruxelles coûtera plus de 110 millions d'euros à la France.

    Le nouveau siège de l'Otan, qui sera construit en face de l'actuel à Bruxelles d'ici à 2015, coutera plus de 110 millions d'euros à la France, soit un peu plus de 10 % de son coût total.

    Le secrétaire général de l'Otan a mentionné récemment que le projet global de construction devrait s'élever aux envrions d'un milliard d'euros, le double du chiffre évoqué l'année dernière et dont nous faisions alors l'écho sur ce blog.

    Interrogé par nos soins, le ministère de la Défense a bien voulu nous communiquer les précisions suivantes sur la contribution de notre pays :

    " La France participe à hauteur de 11,7477% pour les parties communes (clé à partir de notre part relative dans les budgets de l’OTAN) et de 3,776% des parties privatives (parkings). Sur la durée du projet, notre participation s’élève à 110, 112 million d’euros".

    La France est le quatrième contributeur financier au sein de l’Alliance, derrière les Etats-Unis, l'Allemagne et le Royaume-Uni.

    Alors que les responsables de l'Alliance atlantique et notamment le secrétaire général de l'Otan ne cesse de dénoncer, souvent à juste titre, la faiblesse des dépenses militaires en Europe, le choix de consacrer un milliard d'euros pour abriter la bureaucratie de l'Alliance mériterait au moins d'être discuté...

    http://www.marianne2.fr/blogsecretdefense/Le-nouveau-siege-de-l-Otan-coutera-plus-de-110-millions-d-euros-a-la-France_a132.html

    RépondreSupprimer
  5. Aujourd'hui apparaissent masqués les éléments attestant d'une plus que probable candidature de tsar-cosy. L'"armée mexicaine" qui se met en place pourrait bien aussi en masquer une autre destinée à développer par divers moyens la fraude électorale. A chacun des vrais démocrates là où il est de veiller au stricte respect des scrutins à venir notamment dans les grandes villes mais pas seulement. Si non les morts voteront et les chaussettes de Perpignan aussi...

    Dès à présent il me parait légitime de dénoncer l'utilisation des moyens de l'État pour des opérations de propagandes pré-électorales.

    RépondreSupprimer
  6. Alors, le grand " DSK " ou le petit " Zyzy " ?
    Moi, je dis à donf :
    -> Dominique Strauss-Kahn dit DSK !!!
    DSK est un homme de Gauche et de Centre-Gauche,
    se disant proche du Parti Socialiste,
    tout en voulant la social-démocratie.
    Une rumeur dit qu'il est de droite,
    mais c'est à cause de son aisance au FMI,
    qui lui offre un rôle capitaliste
    et un bon statut financier.
    Cependant, dans sa vie politique,
    il est fidèle au pouvoir de la Gauche,
    comme l'emploi des jeunes,
    la répartition des richesses,
    sans prôner la politique du mérite,
    ni favoriser les plus aisées !
    Tandis que Zyzy est de Droite,
    avec une tendance politique libérale,
    imposant des valeurs traditionnelles,
    voire quelques fois nationalistes,
    mais pour le moins européennes.
    Exemple idéologique et caricaturale de Zyzy :
    Il ne veut pas remplacer 1 fonctionnaire sur 2.
    Il soutient les entreprises et les banques.
    Il veut supprimer l'Impôt Sur la Fortune.
    Il favorise les seniors.
    DSK est loin d'imposer ces 4 idées.
    Conclusion :
    Je veux que DSK soit notre Président en 2012 !!!

    RépondreSupprimer
  7. DSK c'est blanc bonnet et bonnet blanc...
    la haine du peuple, sionniste et malade sexuel.
    non vraiment il faudrai un homme integre de la stature de De Gaulle pour bouter les sionniste hors de France!!!
    ils ont detruit notre pays et vendu ce qui reste aux Anglo Saxons..
    reveillez vous que diable !!!

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour,

    Sarkozy et Strauss Kahn sont des jumeaux. autant dire qu'il faut tout faire pour les rayer de la carte politique française. C'est tout !
    Pour 2012, au vu de la défiance que génère ces gens là, il faudrait plutôt confier le pays à une femme, afin de provoquer un électrochoc et redonner de l'espoir aux Français. Ségolène Royal ferait bien l'affaire, sachant qu'elle a une éthique, elle. Ce n'est pas Mme Aubry, le faux nez du lubrique du FMI, qui dira le contraire. Billet à lire sur mon blog

    A+

    A2N

    RépondreSupprimer
  9. "Il faudrait plutôt confier le pays à une femme, afin de provoquer un électrochoc et redonner de l'espoir aux Français. Ségolène Royal ferait bien l'affaire, sachant qu'elle a une éthique, elle. "

    Oh lala mais qu'est qu'il ne faut pas lire comme sottises. Confier le pays à une femme ne changera rien à l'affaire. Remplacer un pantin par un autre ne change rien quel que soit son genre. Quant à Ségolène Royal, c'est une carriériste, au même titre que les autres. Il suffit de voir la manière dont elle a agit contre son parti pour se faire une idée du personnage.
    Les français n'espèrent certainement pas en elle et feraient mieux de s'en méfier. Quoi qu'il en soi, je ne dirai pas qu'elle représente un quelconque espoir à mes yeux, bien au contraire. Nous avons en France un parti unique : l'UMPS. Je ne vois pas dans ces conditions ce qu'on peut espérer.

    RépondreSupprimer
  10. Coluche president ??
    Zut il s'est fait butté...
    Dieudonné et biquette presidente.

    RépondreSupprimer
  11. J'aimerais si possible ne plus lire des dérives sur ce blog. j'y viens chaque matin avec grand plaisir, un café brulant en main et l'ordinateur de travail qui se lance doucement. j'y découvre les faits quotidiens avec en prime des interventions toujours passionnantes de B.A.

    Ces derniers temps malheureusement les commentaires sont devenus un ramassis de grand n'importe quoi. je crois que ceux qui viennent ici sont intéressé par la politique grand-guignolesque du Président français mais beaucoup moins avec les théories fumistes antisémites ou autre complots mondiaux.

    Merci donc de vous contenir, de garder les discours de haine pour vous et d'apprécier le travail hors norme de ce cher Juan.

    Sur ce je vous souhaite une agréable journée

    RépondreSupprimer
  12. pantin...
    il n'y a que ceux dans ton cas qui ne voient la vérité...
    ne t'en déplaise la france est bien vendue aux interets Oligarchiques militaro-industriel ,les peuples se reveillent comme au moyen orient ,eux au moins on le courage de dénoncer la dictature mondiale qui s'en vient...
    ou bien lis "1984" de Georges Orwell ou "le meilleur des mondes " au choix ou bien "comprendre l'empire" d'alain Soral.

    RépondreSupprimer
  13. Je pense sincèrement que tu poses tes convictions sur des mouvements qui ne les ont peut-être pas! C'est peu intéressant et finalement n'est-ce pas ce que fait la personne qui est mise en évidence sur ce blog?

    Reprendre une révolution pour lui faire avoir tes idées... te l'accaparer de cette manière... ça ne ressemble pas une personne qu'on décrit souvent dans ces lignes?

    Laisse donc ces gens se révolter sans leur imposer tes convictions, ne te borne pas à ne voir qu'une couleur et surtout calme tes propos parfois extrêmement racistes. Je te remercie d'avance.

    Sur ce je ne désire pas créer de polémique, je ne reste qu'un lecteur assidu qui apprécie le travail de l'auteur de ce blog!

    RépondreSupprimer
  14. en 2012 je n'irais pas voter, pourquoi ? car depuis 5 ans je n'ai rien vu qui m'a satisfait dans la politique de Mr SARKOZY , certes il y a eu cette crise, mais faire une réforme des retraites sans mettre à plat toutes les retraites, je la trouve injuste, je pense que les français l'aurait mieux acceptée si avec cette réforme on avait regardé toute cette injustice, les français se disent qu'il vaut mieux être fonctionnaire en retraite que retraité dans le privé, j'ai fais le calcule si on me calculait comme dans le public j'aurais 300 euros de plus de retraite par mois, donc je pense que monsieur SARKOZY ferait mieux de demander aux fonctionnaires de voter pour lui, moi qui ai voté depuis 30 ans à droite maintenant je resterai chez moi, je prends mes responsabilités.

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.