22 février 2011

Biens mal acquis, Tunisie, Libye : où va la diplomatie française ?

Lundi 21 février, une troupe de militants de Jeudi Noir et d'un Collectif pour la libération du Gabon  a été évacuée d'une résidence appartenant aux autorités gabonaises rue de l'Université à Paris. Le même jour, Nicolas Sarkozy recevait le président Ali Bongo à l'Elysée. Le gouvernement égyptien réclamait à la communauté internationale le gel des avoirs détenus par la famille Moubarak à l'étrange, alors que la France reste étonnamment prudente. Et Michèle Alliot-Marie sèche la première visite officielle française en Tunisie... Où va la diplomatie française ?

Biens mal acquis
Depuis mai 2007, la « République Reprochable » de Nicolas Sarkozy s'incarne aussi dans ses rapports toujours troubles avec quelques dictateurs africains. La France a prétendument une justice indépendante. Nicolas Sarkozy avait promis une rupture avec la Françafrique. La rupture fut modeste : elle ne concernait que le redéploiement, pour raisons budgétaires, des implantations militaires françaises en Afrique. En matière d'éthique et de justice, la rupture n'a pas eu lieu, bien au contraire. Depuis mai 2007, la justice se voit bloquer dans ses tentatives d'instruire les plaintes successives déposées contre le détournement de fonds de quelques dirigeants étrangers. La Sarkofrance reste un joli paradis fiscal pour dictateurs en tous genres. Rappelons quelques faits.


En 2007, une enquête de l'Office central de répression de la grande délinquance financière (révélée par Le Monde en février 2008) mettait en évidence l'importance des biens possédés en France par quelques chefs d'Etat et leur famille en France. En juillet 2008, une plainte avait été déposée par l'association Transparency International (TI) contre 5 chefs d'Etats africains (le Gabonais Omar Bongo, le Congolais Denis Sassou Nguesso, l'Equato-Guinéen Teodoro Obiang Nguema, l'Angolais Eduardo Dos Santos et le Burkinabé Blaise Compaoré ), pour « recel de détournement de biens publics ». En décembre 2008, TI-France déposait une nouvelle plainte à Paris contre trois de 5 présidents (Denis Sassou Nguesso du Congo, Teodoro Obiang Nguema de Guinée-Equatoriale et Omar Bongo), dont le patrimoine immobilier en France était estimé à 160 millions d'euros. En octobre 2009, le parquet de Paris l'avait déclaré irrecevable. Mais au grand dam du gouvernement français, la Cour de cassation française jugeait recevable cette constitution de partie civile en novembre 2010. En décembre, deux juges d'instruction parisiens Roger Le Loire et René Grouman ont été désignés pour mener l'enquête. Au même moment, France24, la chaîne d'information de l'audiovisuel extérieur, censurait un reportage sur l'affaire, à la demande d'un gouvernement africain d'après le site Rue89. Un journaliste de la chaîne avait filmé une conversation lors d'un sommet à Tripoli, en Libye, où l'on entendait le Camerounais Paul Biya déclaré au Sénégalais Abdoulaye Wade, et au Guinéen  Téodoro Obiang Nguema : « Ils ne peuvent pas établir que j'ai une fortune ou je ne sais pas moi. ».

Prudences françaises
Ce lundi, Nicolas Sarkozy recevait Ali Bongo, le président du Gabon, son ami élu à la succession de son père en août 2009 après un scrutin contesté.

Coïncidence des dates, le procureur général Abdel Meguid Mahmoud, en Egypte, a demandé aux gouvernements étrangers le gel des avoirs à l'étranger de l'ex-autocrate Hosni Moubarak et de sa proche famille, estimés à plusieurs milliards de dollars. La Suisse a déjà annoncé la semaine dernière le gel des avoirs identifiés sur son territoire. Il y a 8 jours, la France avait été saisie d'une demande similaire de gel portant sur les biens de 7 anciens responsables égyptiens, mais pas Hosni Moubarak. Des officiels du Quai d'Orsay avaient indiqué, anonymement, que le gouvernement français se contentait d'une « mise sous surveillance ». Et Christine Lagarde a botté en touche en déclarant qu'elle attendait une réponse européenne sous quelques jours...

Couacs français en Tunisie et en Libye
En Tunisie, le nouvel ambassadeur français veut « créer des solutions.» Lors d'une première rencontre avec des journalistes locaux, il est paru si hautain qu'il a motivé la tenue d'une manifestation devant son ambassade, vendredi 18 février, réclamant son départ. « N'essayez pas de me faire tomber sur des trucs débiles. Franchement, vous croyez que j'ai ce niveau-là ? Vous croyez que moi, je suis dans la petite phrase débile ? » avait-il sèchement répondu aux questions de journalistes dans une video certes tronquée mais édifiante.

Dimanche, le nouvel ambassadeur français s'excusait publiquement à la télévision tunisienne, qualifiant son « bizutage » de « bénéfique ». Le même Boillon, si « moderne » avait surpris voici 5 mois à peine, quand il défendait sur le plateau de CANAL+... le colonel Kadhafi : « Kadhafi a été un terroriste, il ne l’est plus, il a fait son autocritique. (…) Dans sa vie on fait tous des erreurs et on a tous droit au rachat.» 


En Libye, les manifestations contre le pouvoir en place ont fait entre 200 et 400 morts selon les estimations. L'administration américaine a dénoncé le « bain de sang ». Même à l'Elysée, on a du réagir, mais prudemment : Nicolas Sarkozy a donc condamné lundi « l'usage inacceptable de la force » et exigé « l'arrêt immédiat » des violences. On se souvient de la visite du dictateur libyen, le 10 décembre 2007, jour anniversaire de la déclaration des droits de l'homme. 

Mardi 22 février, Christine Lagarde, la ministre de l'économie, se rend justement en Tunisie, accompagné du désormais silencieux Laurent Wauquiez, secrétaire d'Etat aux affaires européennes. Le communiqué officiel précise : « ce premier déplacement (...) sera l'occasion de réitérer un message politique de soutien à la transition démocratique engagée et de souligner la disponibilité de la France pour aider le peuple tunisien à concrétiser ses aspirations et construire une Tunisie démocratique et prospère.» On sera à peine surpris de voir que Michèle Alliot-Marie, ministre des affaires étrangères, n'est pas de ce premier déplacement officiel française en Tunisie depuis la chute de Ben Ali.

Ses jours sont-ils comptés ? Officiellement, la ministre est au ... Brésil. Les pays arabes s'embrasent, et la chef de la diplomatie française s'en va ... en Amérique latine.

Allez comprendre...





4 commentaires:

  1. Pas d’alibi pour la Libye

    Quand il y aura encore plus de gens aux abois…sans emplois, sans soins, sans abris…
    Ce ne sera pas la fin que tout le monde craint, mais l’instant qu’on attend depuis longtemps !
    Où le peuple prendra enfin les choses en main, sans médiateur ni médiation.
    Et qu’il rédigera sa propre feuille de route et accomplira son propre destin !
    Ce ne sera pas pour élire ses représentants mais pour occuper tous les fronts et dégager lui-même son horizon !
    Nous autres français, nous n’avons jamais été aussi bien qu’aujourd’hui,
    parce que nous savons désormais comment faire pour cesser d’avoir mal demain !

    http://www.lejournaldepersonne.com/2011/02/libye/

    RépondreSupprimer
  2. Non mais la Françafrique était en plein boum avant la salve de révolutions au Maghreb.
    J'ai l'impression que la diplomatie française se prend baffe sur baffe et reste sans réaction complètement amorphe et hagarde. C'est complètement lamentable, surtout que l'occasion est incroyable de participer à ce bouleversement sans précédent que toute personne censée rêvait de voir s'accomplir un jour.

    RépondreSupprimer
  3. La ministre de l'économie fait de la diplomatie en Tunisie pendant que la chef de la diplomatie traite des affaires au Brésil ! La Sarkozy sans dessus-dessous marche sur la tête !

    RépondreSupprimer
  4. La succession des faits qui font honte et du mal à la France et aux Français paraît, hélàs, interminable.

    On oublie que ces turpitudes quotidiennes des "ministres" improvisés désignés par sarkosi et fillon sont dues à l'incapacité de ces derniers à tenir la barre en période de tempête.

    Quel courage de fillon de se dire "horrifié" par les agissements du fou lybien et d'appuyer l'incapable MAM quand elle devrait démissionner, si elle avait de la dignité !

    Quelle manque de respect du pitre de l'élysée faisant son "sketch" près du peuple dans le seul but de sa ré-élection. "Il a compris", "le peuple a raison" , "je ne permettrai pas".....

    Ces incapables sont à vomir !!!

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.