16 février 2011

Cassez, Laëtitia, MAM : Sarkozy désavoué, humilié, bafoué.

Quelle journée ! Sarkozy parlait réindustrialisation des territoires près du Chateau de Montmirail. Il promit même de supprimer l'Impôt de Solidarité sur la Fortune. Mais l'attention était ailleurs. On commenta surtout son échec cinglant dans l'affaire Cassez. Quelques heures plus tôt, le fameux rapport de l'inspection générale des services judiciaires minimisait la thèse sarkozyenne de graves dysfonctionnements dans l'affaire Laëtitia. Et tandis sa ministre des affaires étrangères répondait à des députés sur la crise franco-mexicaine, le Canard Enchaîné lâchait une nouvelle bombe : ses parents faisaient des affaires avec l'homme d'affaires Aziz Miled pendant son séjour à Noël en Tunisie.

Désavoué, humilié, bafoué... le candidat Sarkozy ...

Laëtitia : Sarkozy désavoué
Le gouvernement Sarkozy a reçu le même jour un rapport de l'Inspection générale des Services Judiciaires qui minimise la thèse de dysfonctionnements dans la chaîne pénale sur le cas de Toni Meilhon, le suspect principal de l'affaire Laëtitia. Les « carences », pour reprendre le terme employé par le Garde des Sceaux, sont réels mais rien qui ne justifie des sanctions dans la magistrature ou la police. On a d'ailleurs du mal à voir qui pourrait être convaincu qu'elles seraient la cause de l'horrible meurtre de la jeune de Pornic.

Pour Sarkozy, qu'importe, il fallait des dysfonctionnements pour excuser ses propres débordements des 15 derniers jours. Il sera bien déçu. Les inspecteurs ont relevé une « absence de liaison » entre conseillers d'insertion pendant et après la prison, des critères d'affectations des dossiers de suivi mal priorisés, « l'absence de réactivité de la hiérarchie », « des charges de travail lourdes » , et l'absence de mise en œuvre du sursis de mise à l'épreuve de Toni Meilhon.

Mardi 15 février, le ministre de l'Intérieur a rapidement précisé qu'il n'y avait pas de « fautes personnelles » dans la police, mais un « défaut de transmission d'information » entre services. Le Garde des Sceaux a fait de même avec les magistrats, en leur assurant que les enquêtes ne justifiaient aucune sanction. Reste la gendarmerie, dont on attend le rapport, et le service pénitentiaire d'insertion et de probation de Nantes pourrait faire les frais d'une sanction.

Cassez : Sarkozy humilié
Lundi, Nicolas Sarkozy a été humilié dans l'affaire Florence Cassez. Jeudi dernier, alors qu'il se démenait pour convaincre 9 Français sur TF1, la jeune compatriote fut déboutée de son pourvoi en cassation par la justice mexicaine. Condamnée au Mexique à soixante ans de prison pour complicité d'enlèvements, elle attendait un soutien officiel de la France. Tout le weekend, des appels au boycott de l'année du Mexique qui débute en France cette année, ont été lancés, notamment du parti socialiste. « Il est impensable de fêter le Mexique tant qu'elle sera là-bas » a déclaré la propre mère de Florence Cassez.

Sarkozy attendit lundi pour recevoir la famille. Face à la décision de la justice mexicaine, il avait deux options : la fermeté, c'est-à-dire la pression diplomatique et surtout publique. Ou la négociation en coulisses agrémentée de propos publics calmes et responsables marquant quand même une déception. Sarkozy tenta une troisième voie, vouée à l'échec, un mélange de fermeté et de concessions, de maladresses et d'arrogance qui (1) répondait à des impératifs à la fois commerciaux et électoraux, ou (2) témoignait d'une incompétence crasse qui finit par devenir inquiétante.

Malheureusement, on a trop l'habitude de ses postures quand la France est prise à partie, pour être surpris parce  gâchis final. Sans surprise fut également la réaction des autorités mexicaines.

Sarkozy ne voulait pas qu'on annule le programme des festivités. Ces exercices de célébration mutuelle sont bonnes pour le tourisme et le commerce. En quelques minutes, il convainquit les proches de Florence Cassez. Lundi soir, devant la caméra d'Elysée.fr, il prend 6 minutes et 41 secondes pour délivrer la réaction officielle de la France, avec 4 jours de retard : « voilà ce que nous avons décidé en plein accord avec Florence et avec les parents de Florence. »

D'abord, il refuse l'annulation de l'année France/Mexique, au motif qu'elle serait insultante pour le peuple mexicain :  « Ce que nous voulons faire comprendre, c'est que le peuple français est ami du peuple mexicain. Et je veux dire au peuple mexicain que nous sommes leurs amis, que nous admirons leur culture, que nous nous sentons proches de leur pays, que nous partageons leurs valeurs. Que dans cette affaire nous faisons la différence entre le peuple mexicain qui est un peuple profondément ami de la France, et l'attitude de certains dirigeants mexicains. C'est ce qui me conduit à maintenir, en accord avec Florence Cassez, l'année France/Mexique. La supprimer serait une offense au peuple mexicain. » L'argument est spécieux. L'année France/Mexique était une opération protocolaire, officielle, organisée sous l'égide des deux gouvernements. Rien à voir avec un mouvement populaire et civil dont l'annulation aurait soulevé des foules.

Deuxièmement, pour paraître ferme, Sarkozy promet le pire des affronts: « Je souhaite en tant que chef de l'Etat dédier l'année France-Mexique à Florence Cassez , et je demande donc le maintien de toutes les manifestations et que chaque officiel qui aura l'occasion de prendre la parole au cours de ces manifestations commence par parler de Florence Cassez, de sa situation, afin qu'on ne l'oublie pas. » Il réclame d'ailleurs à sa ministre des affaires étrangères de lui réserver la première inauguration « d'ampleur »... pour « parler de Florence ». Espérait-il que le gouvernement mexicain laisse faire sans broncher ?  Le soir même, le ministère des affaires étrangères mexicain indiquait : « la lumière des déclarations du président Sarkozy, le gouvernement du Mexique considère que n'existent pas les conditions pour que l'Année du Mexique en France soit menée à bien de manière appropriée et que soit mis en œuvre l'objectif pour lequel elle avait été conçue. (...) malheureusement, le gouvernement du Mexique ne sera pas dans la possibilité de participer à ses activités »

Troisièmement, Sarkozy réclame officiellement le transfèrement de la jeune Française en France afin qu'elle y purge sa peine. Espérait-il obtenir satisfaction ? Ensuite, il menace à mots couverts les autorités mexicaines, en leur demandant de veiller à la santé et la sécurité de Florence Cassez : « Encore une fois, je fais confiance à la grande démocratie mexicaine. Je voudrais que chacun comprenne, et ce sont mes derniers mots, que, dans cette affaire, nous ne voulons bafouer personne. Nous respectons les procédures même si il y a beaucoup à dire sur ces procédures. » Enfin, il faut qu'il prouve qu'il s'investit personnellement : tel un Poutine de pacotille, il prévient qu'il publiera une tribune dans la presse locale. Pas question d'une interview contradictoire : « J'aurai d'ailleurs l'occasion de m'exprimer bientôt dans la presse mexicaine pour que la position de la France soit bien comprise, sous la forme d'une tribune que j'adresserai aux journaux mexicains. » Et à celles et ceux qui réclament le boycott de l'année France/Mexique, Sarkozy conclue d'une phrase : « ne confondez pas le peuple mexicain et certains de ses dirigeants. »

Au final, quelle habileté diplomatique ! En matière de négociation, il y a toujours une limite, un point de non-retour au-delà duquel la partie adverse devient ennemie, et la négociation un duel au soleil. Sarkozy l'oublie trop souvent. Au moins qu'il ait agi exprès.

MAM : Sarkozy bafoué
Il doit être en rage. Ce mercredi, le Canard Enchaîné ajoute une nouvelle pierre à l'affaire MAM. Alors que la ministre des Affaires étrangères et son ministre de compagnon Patrick Ollier voyageaient en jet privé gracieusement mais par hasard, ses propres parents, âgés de 92 et 94 ans, rachetaient des parts de d'une société du généreux propriétaire du dudit jet. Incroyable ! Le hasard est formidable !

La ministre défendait l'échec de son patron dans l'affaire Florence Cassez à l'Assemblée nationale quand la nouvelle tomba. Certains privilégiés ont toujours les révélations les plus croustillantes du Canard avant les autres. L'AFP se fendit d'une dépêche. 

La vente aurait eu lieu, d'après Le Canard enchaîné, le 30 décembre 2010, à l'hôtel Sentido Beach à Tabarka: l'ami Aziz et son fils Karim auraient cédé toutes leurs parts de la société civile immobilière (SCI) Ikram (dont les parents de MAM détenaient déjà 13%) à Bernard et Renée Marie, en présence d'employés de la commune de Tabarka. L'hebdomadaire satirique précise que la ministre était alors présente dans l'hôtel.

Le porte-parole du ministère des Affaires Etrangères Guillaume Didier n'a pas nié les faits : « Les éventuelles transactions de ses parents ne concernent en rien Michèle Alliot-Marie et elle n'a pas à les commenter ». La ministre ajouta, dans un communiqué : « leur vie privée leur appartient. Les acquisitions qu’ils effectuent pour eux-mêmes ne concernent qu’eux, et personne d’autre. »
Quelques heures plus tard, mardi soir, le père de la ministre vint au secours de sa fille sur Europe 1 : tout ceci n'était qu'un hasard ! « Ma femme et moi sommes les seuls responsables de cette affaire-là » .

Quelle défense !


12 commentaires:

  1. Le nain diplomatique nous fâche désormais avec le Mexique. La Tunisie ne veut plus entendre parler de nous. Encore un peu et on concourt pour le titre de pays le plus haï de la planète avec l'Iran et la Corée du Nord !

    RépondreSupprimer
  2. "... Et ça continue, encore et encore ... ce n'est que le début, d'accord ..."
    :(

    RépondreSupprimer
  3. Bernard Marie s'est également expliqué, mardi sur Europe 1, sur le choix des vacances de la famille en Tunisie. Contredisant au passage la version donnée par sa fille quand l'affaire a éclaté.

    "Le 15 décembre, on devait - Michèle, Patrick [Ollier, le compagnon de la ministre, lui-même au gouvernement, NDLR] et nous-mêmes - passer nos vacances en Dordogne. Vu le temps qu’il faisait, on s’est dit : "On ne va pas se geler en Dordogne". Nous-mêmes avons 93 ans : c’est d’avantage du soleil qu’il nous faut", assure le père de la ministre.

    C’est alors que Bernard Marie raconte s'être "tourné, par conséquent, vers un ami qui s’appelle Monsieur Miled, que je connais depuis très longtemps et chez qui nous étions déjà allés. Il était d’ailleurs aussi venu chez moi, par le même jet".

    Le père de Michèle Alliot-Marie, prenant à revers la version donnée jusqu'alors par sa fille, raconte alors avoir téléphoné à l’homme d’affaires tunisien en disant : "je voudrais aller à Djerba. Est-ce que vous pouvez me trouver quelque chose là-bas ? Aziz Miled m’a dit : "Mais pourquoi Djerba ? Il fait aussi chaud à Hammamet ou Tabarka, où j’ai un hôtel".

    C'est ainsi que la famille a fait le choix d'aller en Tunisie.

    "C’est à ma demande que Monsieur Miled a organisé notre séjour ensemble dans un hôtel", a précisé Bernard Marie avant d'indiquer qu'à leur arrivée à Tunis, c'est l'homme d'affaires qui leur a proposé de les emmener directement à Tabarka "pour (leur) économiser à (sa) femme et à (lui-même) deux heures et demie de voiture en pleine nuit".

    http://www.europe1.fr/Politique/Le-pere-de-MAM-dedouane-sa-fille-414771/

    Cette version de Bernard Marie contredit la version de sa fille.

    Devant les députés, mercredi 2 février, Michèle Alliot-Marie avait donné une version complètement différente.

    Voici la déclaration de Michèle Alliot-Marie à l'Assemblée Nationale, quand elle répond au député Olivier Dussopt :

    «Arrivant après Noël à Tunis, un ami (NDLR : Aziz Miled) qui allait à Tabarka, lieu final de destination avec son avion, m'a effectivement proposé de voyager avec lui, puisqu’il avait des places, plutôt que de faire les deux heures de voiture. Il n'a, à aucun moment, mis son avion à ma disposition. Je l'ai accompagné pendant vingt minutes de trajet en avion.»

    http://www.assemblee-nationale.tv/chaines.html

    RépondreSupprimer
  4. Il est assez étranger à la politique étrangère, et comme il l'est assez aussi à l'Intérieur, que farem?

    RépondreSupprimer
  5. En ce qui concerne Florence CASSEZ, je crains qu'elle n'ait encore à passer de long mois derrière les barreaux de sa prison, tout cela parce que Sarko a voulu jouer au justicier. N'est pas Zorro qui veut !! Même si sa condamnation est certainement très contestable, le Mexique est un pays souverain et on peut comprendre que le gouvernement mexicain ait été froissé par les propos de Sarkozy. Ce n'est pas la meilleure manière de venir en aide a notre compatriote. Il eut été plus efficace d'agir plus discrétement. Notre gesticulateur en chef peut-il le comprendre ?

    RépondreSupprimer
  6. pour veritablement comprendre ce que l'on vit avec ces sbires de l'oligarchie mondiale,lire absolument le livre d'Alain Soral "Comprendre l'Empire" et la vous pronez la pillule rouge comme dans le film "Matrix" .
    en fait ce systeme n'est basé que sur la culture du mensonge et du Dieu "pognon" ,la vérité éclatera sur ce systeme Mafieu et j'espere le plus rapidement possible...
    comme en Tunisie ,en Egypte,etc les peuples se reveillent lentement de leur létargie

    RépondreSupprimer
  7. Comme vous le dites, pareil crétinisme diplomatique est peut-être volontaire...

    Mais allumer des contre-feux aux dépens d'une personne détenue à l'étranger, quelle bassesse!

    Malheureusement, comme vous, je crois que Sarkozy en est capable: Comment un total incompétant capable de pareils cumuls d'erreurs pourrait-il en effet être arrivé là ou il est?

    Une possibilité est donc qu'il garde prisonniers et otages sous le coude en vue de 2012 (on a déjà vu Colona opportunément capturé, il faut dire): Attitude qui serait parfaitement dégeulasse!

    Mais peut-on exclure totalement l'hypothèse du président inapte?

    Les élections ou les 2 principaux candidats (se retrouvant fatalement au second tour) paraissent médiocres à l'electeur sont à la fois risquées et serrées (pas mal d'electeurs faisan am-stram-gram dans l'isoloir, statistiquement ça se ressent sur le résultat final!), mais de là à élire un abruti complet?!

    Mais bon, on avait vu Bush-Gore aux USA... on a eu Ségo-Sarko chez nous.

    Dans les 2 cas, la balance a penché vers le pire des choix en raison de facteurs qui n'ont rien à voir avec les compétances de l'élu:

    -Bush a manipulé les résultats d'un état (au moins).

    -Sarko a bénéficié de notre pyramide des âges largement inversée et du postulat "plus on est agé, plus on est réac": Le vote massivement à droite des sucreurs de fraises lui aura évité le ballotage quasi parfait que favorise deux neuneus en finale... et de devoir magouiller autant que celui dont il a copieusement lêché le cul, comme l'attestent les révélations de Wikileaks.

    RépondreSupprimer
  8. Encore une fois notre cher Président affiche toute son incompétence ... qu'il ne parvient même plus à masquer derrière sa statégie de communication....
    Et pourtant je prends les paris qu'il sera réélu. je m'en explique ici : http://c-monavis.blogspot.com/2011/02/jai-parie-que-sarkozy-allait-rempiler.html

    RépondreSupprimer
  9. Braquer en un mois les Tunisiens et les Mexicains, fallait le faire. Pauvre Florence Cassez, avec des amis comme ça, plus besoin d'ennemis...

    Et maintenant, voilà que Talonetto Ier rend hommage au "courage" de Moubarak, qui file la queue entre les jambes. Pas au courage du peuple égyptien, qui s'est fait tirer dessus, notez...

    Bientôt il va se pacser avec Nazarbayev, et chanter son amour de la démocratie, pendant que MAM annoncera ses fiançailles avec Khadafi.

    RépondreSupprimer
  10. Comment faire comprendre au peuple mexicain que 70%¨des Français désapprouve la politique ménée par ceux qui actuellement prétendre parler au nom du peuple français mais n'en ont pas respecté la volonté suite par exemple au référendum de 2002. La vie d'un Français à l'étranger dépend peut être aussi de son importance et appartenance politique. Le Français de base ou d'en bas ne vaut-il pas grand chose? Prendra-t-il de la valeur en 2012?
    République Française qu'est tu devenue?

    RépondreSupprimer
  11. Jet privé en Tunisie : comment Michèle Alliot-Marie a menti.

    http://www.rue89.com/2011/02/16/jet-prive-en-tunisie-comment-michele-alliot-marie-a-menti-190823

    RépondreSupprimer
  12. MESSIEURS LES MINISTRES DE L’ETAT FRANÇAIS
    http://www.facebook.com/home.php#!/profile.php?id=100001931834563
    NOUS VENONS VOUS ECRIRE POUR VOUS PREVENIR QUE MADAME LA MINISTRE DE LA CULTURE
    http://www.facebook.com/profile.php?id=100001735897796
    A EU UN ENTRETIEN A HUIS CLOS AVEC SON AGENT SUR PLACE
    Smohammed_sabra@yahoo.fr
    http://www.facebook.com/home.php#!/profile.php?id=100002116890441
    ET SON AVOCAT hamelbelkheir@gmail.com
    http://operationleakspin.wordpress.com/2011/01/18/etrange-commentaire-pro-iranien-sur-lalgerie/#comment-40
    CE JOUR 16/02/2011
    NOUS NE SAVONS TOUJOURS PAS POURQUOI ILS FONT SES ENVOIS
    http://gadirimohammed.blog.ca/2009/06/27/tlemcen-les-activites-de-l-universite-lus-au-bulletin-d-information-n-6408248
    ET
    http://algeriedemocratie.unblog.fr/2009/07/13/bouteflika-met-toufik-en-vedette/#comment-3965
    NOUS NE SAVONS TOUJOURS PAS LA JUSTICE NE VEUX PAS LES ARRETER
    http://www.facebook.com/profile.php?id=100000916199079
    ILS ONT ETE LIBERES SOUS LA PRESSION D’AL-QAIDA ET L’IRAN
    http://www.facebook.com/profile.php?id=100001977519613
    NOUS VOUS ECRIVONS PAR LE BIAIS DE VOS BLOGS ET MODERATEURS POUR VOUS TRANSMETTRE NOTRE MESSAGE
    NOUS PRONONS NOTRE INNOCENCE DE CES SITES
    http://islamic-intelligence.blogspot.com/2008/02/operation-november-1950-sarkosy-olmert.html
    ET DE LEURS ECRITS SAUF LA PHOTO DE NOTRE CLIENT
    http://islamic-intelligence.blogspot.com/2008/01/operation-november-1950-la-france-est.html
    maitrechatri@gmail.com moumeni7@gmail.com lavocate5@gmail.com

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.