27 avril 2011

Sarkozy-Berlusconi : le sommet des Monarques boiteux

Mardi 26 avril, Nicolas Sarkozy a rencontré son vieil ami Silvio Berlusconi. Son confrère transalpin lui cause quelques soucis depuis la révolution tunisienne. Les autorités italiennes ont préféré attribuer un visa touristique de quelques mois aux quelques 20.000 immigrés tunisiens débarqués sur leurs côtes depuis janvier. La France voisine tente, depuis, de tout faire pour empêcher les dits Tunisiens d'arriver sur son sol, malgré la soudaine légalité de leur situation.

Le sommet a duré moins de deux heures. Il fallait cette mise en scène pour insister sur l'importance d'un courrier adressé le jour même à l'Union européenne.

Souci franco-italien ?
La presse italienne évoque aussi des problèmes d'égo transalpin. Certaines acquisitions par des groupes français de joyaux italiens auraient durci le contexte. Berlusconi apprécierait peu la légèreté avec laquelle il est considéré dans la conduite des affaires européennes. Depuis la crise financière de l'automne 2008, le couple franco-allemand s'est ressoudé. Et les mésaventures extra-conjugales et autres scandales sexuels du premier italien ne font pas envie.

Mais la grande affaire était migratoire. Il fallait faire mousser l'opération.

L'attitude italienne était initialement mesquine. La réaction française fut incompréhensible. Silvio Berlusconi, grand ami du colonel Kadhafi, n'avait sans doute pas apprécié la riposte occidentale contre les massacres de civils. Or , justement, quelques 300.000 Libyens se sont réfugiés dans la Tunisie voisine. Et quelques dizaines de milliers de Tunisiens sont partis à leur tour pour les côtes européennes...

L'Europe ne s'est pas beaucoup bougée pour seconder l'Italie. Mais l'Allemagne, rappelait pourtant le Figaro, a connu bien pire afflux soudain. Pour Berlusconi, l'occasion était trop belle. Avec ses visas, il se débarrasse d'un problème. Lundi, quelques heures avant le sommet, le gouvernement italien annonçait qu'il participerait à son tour aux attaques aériennes contre la Libye.

Politique intérieure française
En France, le gouvernement Sarkozy est tout entier concentré à instrumentaliser au mieux la question migratoire. Candidat à sa réélection, Nicolas Sarkozy cherche à contrer la résurgence du Front national, boosté par l'image prétendument sociale de sa nouvelle présidente.

Après le débat sur l'identité nationale (novembre 2009), puis le discours de Grenoble (juillet 2010), la chasse aux Roms (été 2010), le débat UMP sur l'islam (mars 2011), Claude Guéant devenu ministre immigration/sécurité fait feu de tout bois. Quelque 20.000 clandestins tunisiens en rade italienne suffisent à de belles déclaration anxiogènes. Guéant s'était rendu à Rome la semaine dernière. Il avait fait bloquer quelques heures un train de Vintimille aux frontières françaises.

Depuis 4 jours, la Sarkofrance a également repris un refrain entonné voici 3 semaines par Marine Le Pen : il faut suspendre les accords de Schengen. La situation serait grave. Dimanche, Laurent Wauquiez puis Henri Guaino ont clarifié les propos.

Mardi, le terrain était donc propice au retentissement maximal de la rencontre Sarkozy-Berlusconi. On nous annonçait même une initiative commune. Tout était prêt. Même le courrier tant promis à l'adresse des autorités européennes avait été préparé à l'avance. Mais le Monarque Nicolas se devait de prendre son Airbus national pour rejoindre son homologue Silvio. Il fallait un peu de cérémonial pour se donner de l'importance... Les deux « boiteux », comme les qualifia le journaliste italien Alberto Toscano mardi matin sur France Inter, avaient bien besoin de cela.

Un sommet fantoche
A l'issue de leur entretien de quelques minutes, les deux hommes ont publiquement proposé une révision de la procédure de sauvegarde. Sans en dévoiler trop précisément la teneur, ils ont annoncé avoir écrit au Président de la Commission Européenne, José-Manuel Barroso en ce sens. Les deux hommes, Monarques affaiblis, chacun « boiteux » dans leur propre pays, s'affichèrent côte à côte, pendant 47 minutes de conférence de presse commune.

« Je peux le dire sans crainte... Il s'est agit d'un sommet très positif » a commencé Berlusconi. Il a relativisé son « revirement » libyen, rappelant que l'Italie fournissait déjà ses bases aériennes pour les attaques occidentales. Sarkozy avait le visage crispé, les yeux souvent fermés pendant les 10 premières minutes de monologue de son voisin. Le séducteur italien a surtout insisté sur la situation migratoire: « les pays de la rive Sud de l'Europe ne doivent pas être laissés seuls quand des phénomènes d'immigration massive se produisent.»

Sarkozy s'est voulu conciliant : « on a évoqué les problèmes qu'il y a entre nous. Et qu'est-ce qu'on a constaté ? Qu'il y a des des solutions à tous ces problèmes.» La vie est belle ! Les solutions, les deux boiteux les ont trouvé sur le dos de l'Europe. Facile, non ? « D'abord sur la Libye... nous nous réjouissons de la décision de l'Italie d'envoyer ses avions. Nous avons besoin de la participation de l'Italie. » Sur les révolutions arabes, qui patinent en Syrie comme en Libye, le ralliement, tardif, de l'occident européen, est « historique » a insisté Sarkozy. « C'est un tournant majeur de la politique étrangère de notre pays. » Il a raison. C'est peu de le dire. Il y a 3 mois, la Sarkofrance proposait encore ses bombes lacrymogènes au régime Ben Ali en Tunisie...

« Qui gère Schengen? » s'est aussi exclamé le Monarque français devant les journalistes. « Les ministres de l'Intérieur ? Pardon de poser cette question... » Il a réclamé « une évaluation commune de la situation, le renforcement de Frontex, l'échange de bonnes pratiques.» L'échange de bonnes pratiques ? On se souvient du savoir-faire français, proposé par Michèle Alliot-Marie en Tunisie.

Quelques heures plus tard, la fameuse lettre adressée à Barroso et Van Rompuy était enfin dévoilée. Les diplomates français et italiens étaient à l'oeuvre depuis des jours.

Qu'y lit-on ? Pas grand chose de concret mais beaucoup de belles déclarations. Les deux réclament ainsi (1) de conforter les mécanismes de solidarité financière à l’égard de ces Etats, (2) la création d'un régime d’asile européen commun, (3) une harmonisation des politiques d'accueil, (4) un renforcement de l'agence Frontex afin qu'elle puisse ouvrir un bureau en Méditerranée et qu'elle devienne « le noyau d’un système européen de garde-frontières ».

Sur la révision des accords de Schengen, les deux présidents usent d'une formulation bien technocratique. Lisez plutôt : « elle doit être fondée sur des exigences plus strictes et des outils plus efficaces afin de parvenir à davantage de discipline collective et de cohésion dans les niveaux de protection des frontières extérieures communes, y compris en vue de l’élargissement de l'espace Schengen. »

Italie à domicile
Autre actualité franco-italienne, Carla Bruni-Sarkozy s'exprime dans les colonnes de Paris Match, daté du 28 avril. Elle n'accompagnait pas son époux de président à Rome. Selon le nouveau site d'information Atlantico, elle était restée à Paris pour passer une échographie: « Est-ce déjà l'échographie des trois mois ? Carla Bruni-Sarkozy, l'épouse du président de la République, a en tout cas été vue mardi matin à Paris, boulevard Saint Germain, dans l'un des centres d'échographie et d'imagerie médicale les plus réputés de la capitale.»

Pour Paris Match, elle ne parle pas de sa grossesse, mais seulement de son « mari » :  « Peut-être qu'il sera un jour en période électorale. Et là, je roulerai évidemment pour lui. Cela doit être clair. Et je suis contente qu'on en parle maintenant.»

Comme un clin d'oeil de l'actualité, les producteurs du film La Conquête, réalisé par Xavier Durringer, sur l'ascension de Nicolas Sarkozy vers l'Elysée entre 2005 et 2007, ont justement choisi ce mardi pour dévoiler l'affiche du film. Coïncidence, l'agence anglaise qui a été choisie pour cette réalisation a confié s'être inspirée de celle du film Le Caïman de Nanni Morretti, un film de 2006 sur ... Silvio Berlusconi.





4 commentaires:

  1. Poux et ripoux

    Des poux, y en a eu et y en aura toujours, même là où ils ne sont pas censés y être, sur la tête d’un chauve. Comment vous l’exprimez sans façons ni contrefaçons ?
    Ce sont de petits insectes parasites invisibles à l’œil nu, mais qui passent leur temps à gratter à la porte de nos deux hémisphères, à empêcher notre conscience de dormir sur ses deux oreilles.
    Mais pour les dénicher sur la tête d’un chauve il faut s’accrocher… toutes ces polices qui fouillent et farfouillent à chaque coin et recoin, exécutant des ordres insensés et une sale besogne pour accomplir proprement leur tâche…tout en sachant qu’ils ne vont pas en ramasser des masses… ni venir à bout de cette irréversible menace :
    Quelle idiote ! Ce ne sont pas les poux qu’ils cherchent mais les chauves… parce que les poux, y en a à peu près sur toutes les têtes, mais les chauves eux, ne courent pas les rues.
    Il faut donc aller les chercher, leur donner libre accès avant de leur courir après. Les capturer et les reconduire en dehors de nos tracés, parce qu’ils n’ont toujours pas saisi tout le fossé qui sépare deux verbes-clés : cueillir et accueillir.
    Ça y est !
    Je crois que j’y suis… les chauves ne désignent pas ceux qui n’ont pas un cheveu sur la tête mais tous ceux qui n’ont pas la tête qui nous revienne…
    La thèse est balaise : même avec rien sur la tête, on leur cherche des poux. Pour reprendre un dicton qui dispense de tout commentaire : il faut les pourchasser, si vous ne savez pas POURQUOI… Eux, ils le savent. Ils ont des têtes à avoir des poux. Les chauves sourient…et ils ont bien raison de sourire… l’Italie nous renvoie ses chauves et nous demande de leur trouver des poux. En échange de quoi, on leur renvoie des poux pour qu’ils les incrustent sur la tête de leurs chauves. Parce qu’avant d’être européens… nous sommes avant tout chauvins!

    http://www.lejournaldepersonne.com/2011/04/poux-et-ripoux/

    RépondreSupprimer
  2. La France d’aujourd’hui et les Valeurs Universelles !

    http://www.legrandsoir.info/La-France-d-aujourd-hui-et-les-Valeurs-Universelles.html

    HORCHANI Salah

    RépondreSupprimer
  3. Le sommet des monarques décadents !

    Des deux côtés des Alpes :

    Fin de règne, fin de régime ...

    RépondreSupprimer
  4. bizarre, ça fait longtemps que le vrai visage de sarko se devoile : LE POUX MEPRISABLE !

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.