16 mai 2011

Cette curieuse interview de Nicolas Sarkozy

Dans son édition de mercredi 11 mai, l'hebdomadaire Télérama revient sur le film La Conquête, de Xavier Durringer, qui sort le 18 mai en salles. Une curieuse interview, peu commentée, de Nicolas Sarkozy, accompagne l'article du journaliste Aurélien Ferenczi.

Le Monarque s'explique sur son refus, prévisible, de voir le film qui est consacré à sa conquête du pouvoir en 2007.

C'est l'une des meilleures pub qu'on puisse faire au film.

Extraits.

Binaire
« Je n'ai décidément pas envie de voir La Conquête. En général, je ne lis pas ce qu'on écrit sur moi. Parce que je ne suis jamais content. Si c'est critique, je trouve ça injuste ; si c'est laudateur, ça ne l'est jamais assez... Alors, est-ce la peine ? »
Relisez : Sarkozy ne supporte pas la critique, ni le compliment, sauf quand il est extrême.

Enervé
« Et ne me parlez pas de films anglais récents sur des personnages politiques vivants, tels ceux de Stephen Frears sur Tony Blair ou Gordon Brown : ils ne s'attaquaient pas à leur vie privée, comme on me dit que c'est ici le cas. Et sans avoir fait pour moi la moindre enquête préliminaire...» Nicolas Sarkozy s'affiche cinéphile. Il lui manque quelques films politiques au compteur, comme ce portrait de George Bush, par Oliver Stone, sorti en 2009, bien centré sur le parallèle vie privée/vie publique. Gordon Brown n'a fait l'objet d'aucun film biographique. Et Tony Blair n'a jamais exhibé sa vie privée comme Nicolas Sarkozy.

Fou
« Comme vous le savez, mon existence a changé depuis cette période, c'est aussi par respect pour ma femme, Carla, que je ne verrai pas ce film. Pour protéger ma santé mentale, enfin. Le narcissisme n'est jamais la bonne solution, et trop de narcissisme rend fou. » Nicolas Sarkozy reconnaît une extrême fragilité psychologique : selon lui, voir ce film pourrait atteindre sa santé mentale. La remarque est hallucinante. Au passage, il ressort son couplet de 2007 (« J'ai changé »). Et on notera que sa femme a annoncé qu'elle irait voir le film...

Exagéré
« Je vois entre cent cinquante et cent quatre-vingts films par an. (...) J'ai du retard à rattraper...» C'est l'une des parts importantes du story-telling politique du moment. Nicolas Sarkozy, grâce à Carla, se cultive en regardant beaucoup de films. Franz-Olivier Giesbert, dans son portrait de Nicolas Sarkozy de 2005-2011, expliquait combien il avait été impressionné par la culture littéraire du Monarque. Il lit énormément, regarde des centaines de films. Et quand gouverne-t-il ?

Halluciné
« Vous savez, chaque acte dans la vie d'un président est une forme de création. » Nicolas Sarkozy n'a pas de limites. Son narcissisme non plus. Cette petite phrase détonne avec la tentative de paraître modeste et présidentiel depuis plusieurs mois. Finalement, le Monarque se voit toujours artiste.


4 commentaires:

  1. Avec ses 150 à 180 films à regarder, plus un pays à présider, où as-t-il trouvé le temps de poursuivre cette psychanalyse qui le rend si lucide sur son propre narcissisme ?

    RépondreSupprimer
  2. Non ,merci! non seulement on a droit à sa personne tous les jours aux JT ( un peu comme dans un pays d'Afrique ) mais, en plus, il va falloir payer une place de ciné pour le voir .....

    RépondreSupprimer
  3. « Pal et Nicolas Sarkozy : nous a-t-on vraiment tout dit et ...
    8 avr. 2007 ... Compte tenu des suspicions d'« atlantisme » au sujet de Nicolas Sarkozy, cet oubli est à rectifier. Le rôle de M. Wisner est à l'issue de la ...
    deconstruire.babylone.over-blog.org/article-10153362.html - En cache - Pages similaires

    RépondreSupprimer
  4. En d'autre temps, ce film m'aurait certainement diverti... Mais la non dsl, j'aime pas trop pleurer! Par contre s'il sort une version Eric et Ramzi, c'est clair que j'y cours!!

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.