22 juin 2011

2012 : Sarkozy prononce un moratoire sur le sarkozysme.

Le déplacement était prévu et prévisible. Chaque semaine, sauf imprévu, Nicolas Sarkozy file en province les mardi et jeudi. On ne guette les annonces, tant elles se font rares. Cette fois-ci pourtant, le Monarque avait quelque chose à dire, un moratoire sur les suppressions de classes.

Serait-ce un revirement ? Pas vraiment. Depuis des mois, le candidat oscille entre toilettage et nettoyage de ses propres actions avant la grande campagne de 2012.

Progressivement, Nicolas Sarkozy aura ainsi quasiment intégralement détricoté sa grande réforme fiscale de l'été 2007. La défiscalisation partielle des intérêts d'emprunts immobiliers pour l'acquisition d'une résidence principale a été supprimée à compter de 2011, au profit d'un prêt à taux zéro sans condition de ressources (sic !). La réduction des droits de succession a été partiellement amoindrie par le toilettage de l'ISF dans la loi de finances rectificative votée la semaine dernière. Le bouclier fiscal, que la loi TEPA de 2007 avait renforcé, a été purement et simplement supprimé, chacun des ministres (Baroin, Wauquiez, Lagarde) lui trouvant  autant de défauts aujourd'hui qu'hier de qualités.

Reste la défiscalisation partielle des heures supplémentaires, coûteuse, contre-productive et anachronique, une « usine à gaz pour contourner les 35 heures » commentait le centriste Jean Arthuis l'an dernier.

Encore un effort, monsieur le président ! 

Le bonheur est dans le pré
Cette fois-ci, c'était en Lozère, en pleine campagne française. Sarkozy adore la campagne, depuis son échec aux élections régionales voici bientôt deux ans. A l'approche du scrutin de 2012, on rase bientôt gratis. Les élections sénatoriales sont aussi pour septembre. On murmure que la droite pourrait perdre le contrôle de la haute assemblée. Il y avait donc urgence à promettre n'importe quoi.

En Lozère, Nicolas Sarkozy annonça un moratoire sur les suppressions de classes de primaires... en 2012 : « Je soutiens la rentrée 2011 telle qu'elle a été préparée par le ministre. Pour la rentrée 2012, je souhaite que l'école primaire bénéficie d'un traitement particulier.» Et il précisa : « A la rentrée 2012, nous ne procèderons, hors démographie, à aucune fermeture de classe à l'école primaire. C'est-à-dire (...) que le nombre de fermetures de classes n'excèdera pas le nombre d'ouvertures liées aux évolutions démographiques.» Pour les communes rurales, cette promesse qui n'en est pas une ne vaut pas grand chose. L'envoyé spécial du Figaro auprès du Monarque, Charles Jaigu, s'emballe quand même : « Sarkozy sanctuarise l'école primaire ». Diable ! Contre quoi la sanctuarise-t-il ? Ses propres coupes budgétaires ? Rappelons que la Cour des Comptes elle-même expliquait en février dernier que ces réductions de postes de fonctionnaires - pour l'ensemble de la Fonction publique - ne généraient qu'une centaine de millions d'euros d'économies annuelles...
« Nous avons connu la révolution de l'enseignement obligatoire et gratuit, puis le tournant de la massification dans les années 70, la troisième révolution qu'il faut réussir est celle de la personnalisation des parcours. (...) C'est un grand changement qui pose la question des rythmes scolaires.»
Pour la prochaine rentrée scolaire, quelques 1.500 classes de primaires seront supprimées. L'Education nationale perd encore 16.000 postes l'année prochaine, que Luc Chatel a tenté de cacher sous 1,3 million d'euros de publicité pour le recrutement de 17.000 enseignants (l'autre moitié des postes de fonctionnaires partant à la retraite).

En Lozère, le candidat Sarkozy a pris soin de préciser que les suppressions de postes continueraient. Pas question d'abandonner ce totem ! Et, comme le Monde l'explique, les « gisements » identifiés par les experts gouvernementaux sont nombreux : réduction de la scolarisation des enfants de moins de 3 ans, suppression des postes de personnels sans classe (remplaçants, soutien scolaire, animateurs, etc), augmentation des effectifs par classe.

Rétropédalage électoral ?
George Tron, alors ministre de la Fonction publique, avait déjà laissé entendre que le dogme sarkozyen des réductions mécaniques de postes de fonctionnaires tomberait l'an prochain, année électorale oblige : dans une interview à Libération, il avait déclaré: « Je pense notamment que la règle intangible du non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite ne devrait pas se poursuivre après 2012.»  Ajoutant que chaque ministère aurait plus de souplesse : « chaque ministère pourrait se voir allouer une enveloppe globale, à lui ensuite d'arbitrer entre dépenses de personnel et budget de fonctionnement». Son collègue Baroin, au budget, était trop inquiet de la dérive des comptes publics pour accepter une telle concession, fut-elle électorale.


En avril dernier, dans une interview au quotidien Ouest France, le ministre de l'Intérieur et de l'immigration Claude Guéant en avait lui-même remis une couche. Il avait promis que la suppression d'un poste de fonctionnaire partant à la retraite sur deux serait en débat... pour l'année prochaine : « Le maintien de la règle du « un sur deux » se posera lors de la préparation de la loi de finances 2012, en octobre prochain. Il y a eu des réductions d'effectifs, mais, par rapport à 2001, policiers et gendarmes additionnés, les effectifs sont encore supérieurs de 4 000 emplois ». Nicolas Sarkozy prépara là aussi ses arrières électorales. Son bilan de lutte contre l'insécurité violente est très mauvais. Chaque publication mensuelle des statistiques officielles est devenue une souffrance.

Ce mardi en Lozère, Sarkozy voulait faire un geste, symbolique comme tout ce qu'il fait depuis des mois, de discours vains en hommages inutiles. Il y a des choses qui ne changent pas en Sarkofrance. Arrivé sur les lieux en fin de matinée, il était de retour à Paris dès l'après-midi, pour un entretien avec Vladimir Poutine. Son ami russe n'est que premier ministre. En termes protocolaires, il n'est que l'hôte de François Fillon, auprès duquel il s'est affiché le temps d'une conférence de presse commune pour dire combien il fallait laisser la Syrie tranquille. Mais Poutine est l'homme du fort du régime russe. Le président « officiel », Dimitri Medvedev, n'est qu'une potiche.

7 commentaires:

  1. Normalement, sarkosi devrait rentrer à la niche comme un bon "toutou" en congé paternité au mois de juin 2012... Alors encore du blabla !

    RépondreSupprimer
  2. Pas de panique , ce n'est pas le moratoire pour tous !Il vient de trouver avec le rapport sur la fraude fiscale son nouveau thème de campagne !
    On va voir refleurir les thèmes sur la sécu , les allocs , les immigrés qui ont beaucoup d'enfants , justement ceux qui "encombrent" nos écoles !
    On oubliera au passage les milliards d'euros distribués aux nantis de ce monde , mais on nous dira que pour eux c'est normal .
    La stigmatisation est sa vraie nature . Et pour citer quelqu'un(e) qui fera bondir certains , je me rappelle les paroles de Diam's en 2007 "Sarkozy n'aime pas les gens" .
    Tout a été dit ce jour là et tout son règne a prouvé qu'il n'aime que lui .L'avenir de ses concitoyens il s'en fout , notre ventilateur national fait ses éternels effets de manches !

    RépondreSupprimer
  3. Affaire Tapie-Lagarde : enquête du parquet pour "abus de pouvoirs sociaux."

    Le parquet de Paris a ouvert mi-juin une enquête préliminaire sur d'éventuels "abus de pouvoirs sociaux" dans l'affaire Tapie-Lagarde visant implicitement les décisions prises par des hauts fonctionnaires, a-t-on appris mercredi de source proche de l'enquête.

    http://www.boursorama.com/infos/actualites/detail_actu_marches.phtml?num=bfc7a4b7249e8116333d29110689c9a9

    Quoi ?

    Des décisions prises par des hauts fonctionnaires ?

    Mais les hauts fonctionnaires ne prennent pas les décisions. C'est le gouvernement qui prend les décisions. Ce sont les ministres qui prennent les décisions. Ce sont les ministres qui donnent les ordres aux hauts fonctionnaires.

    Dans ce scandale, c'est Christine Lagarde qui a pris une décision. C'est Christine Lagarde qui a donné des ordres aux hauts fonctionnaires.

    Alors, ne faisons pas payer les lampistes, qui n'ont fait qu'obéir.

    RépondreSupprimer
  4. En subissant un estrait de sa conférence de communication, hier midi, j'ai noté qu'il veut privilégier pour l'avenir un enseignement de qualité plutôt qu'un enseignement de masse.

    Jugeons-le sur le proche passé : diminution des postes d'enseignants cad augmentation du nombre d'élèves par classe

    Modification du cursus des élèves enseignants, cad suppression de la formation du futur prof des écoles devant une classe.

    Suppression de l'école maternelle pour les 2/3 ans, cad retard pris dans l'éveil des tt petits.

    En même temps modif de la justice des mineurs qu'on considère comme des adultes et non comme des ados à qui il faut enseigner les règles de la vie.

    Décidément ce nano-là continue à nous prendre pour des zozos.

    RépondreSupprimer
  5. « L'Education nationale perd encore 16.000 postes l'année prochaine, que Luc Chatel a tenté de cacher sous 1,3 million d'euros de publicité pour le recrutement de 17.000 enseignants (l'autre moitié des postes de fonctionnaires partant à la retraite). »

    Mais on nous prend vraiment pour des bulots cuits (avec le Q.I. qui va avec) !
    La France a système de formation des enseignants qui tente d'exister sur les cendres des IUFM qui résistent à l'asphyxie et qui permet à des jeunes gens maintenant en master de s'initier à la didactique et à la pédagogie, tant bien que mal. Au sortir de cette formation, les postes livrés aux concours pourraient justement être augmentés de 17 000 afin de recruter des personnes qui ont déjà été confrontées aux réalités de cette profession par leurs stages en responsabilité et qui ont acquis un bagage théorique correspondant.
    Mais NON ! On lance sur la place publique une publicité sur une campagne de recrutement du genre : « vous êtes intéressés par l'enseignement, les enfants, les d'jeun's et tout et tout... l'Éducation Nationale besoin de vous ! »
    Je suis offusqué, voire bien davantage !!!
    La structure est là, les compétences sont là, les enseignants sortis de ce cursus les années précédentes n'ont pas démissionné que je sache et on humilie la profession en laissant entendre que c'est un métier dans lequel on peut entrer directement sans préparation ! Mais que dirions-nous en voyant une pub du style : « vous aimez la santé, vous avez le contact avec les populations, le ministère a besoin de 17 000 médecins ! » ?

    Et dire que les milliers d'étudiants en master spécifique de l'enseignement n'ont pas réagi !

    Je vous le répète..................... des bulots cuits. Lisez donc Luc Chatel à l'envers comme un palindrome et vous verrez de quoi il s'agit.

    RépondreSupprimer
  6. Indescriptible de cynisme et de ridicule tout ce que sarko entreprend pour gagner la sympathie des électeurs qui n'ont que l'envie de le voir exilé loin de la France. La seule incongruence de vouloir être ré-élu pour un 2ème quinquennat, malgré le bilan honteux du premier ajouté à son mépris décomplexé des français qui ne sont pas du "premier cercle", est une preuve flagrante de la crétinité incurable du pauvre type.

    Préparons-nous à le voir et revoir en train de promettre, tel un clown ridicule, tout et n'importe quoi, mais ne perdons pas de vue le principal objectif de lui donner la grosse raclée qu'il mérite et qu'il ne pourra pas oublier.

    C'est l'histoire qui le mettra, avec sa bande de traîtres, à leur vrai place et c'est déjà une bonne chose.

    LES AMBITIEUX MEDIOCRES ET SANS DIMENSION SONT LA PESTE DE CE MILLENNAIRE ET NOUS DEVRONS LES COMBATTRE AVEC INTELLIGENCE.
    L'HUMANITE A ENCORE L'ESSENTIEL A DECOUVRIR POUR EVOLUER COMME SON DESTIN L'EXIGE.

    IL FAUDRA EVITER L'ABSTENTION PAR TOUS LES MOYENS.

    RépondreSupprimer
  7. Après qu'il ait rendu les services attendus, l'oligarchie laisse le nain s'enfoncer dans sa ..
    fange .Il laissera derrière lui un champ
    de ruines . Puis 5 ans de répit sont laissés à un social démocrate pépère, qui mettra quelques rustines sur les services de l’État délabré .
    Ensuite le cycle recommence avec un candidat de l'oligarchie financière sans frontières .
    Stop ou encore ? dehors les incapables profiteurs.

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.