18 juin 2011

215ème semaine de Sarkofrance : Sarkozy bosse pour lui

Il ne voulait plus être président. 215 semaines après son élection, il pense depuis longtemps à la suivante. Nicolas Sarkozy est ailleurs. Il passe des heures, des jours à cogiter, travailler, menacer pour sa prochaine compétition, l'élection présidentielle de 2012. Mais, malheureusement, parfois ou souvent, l'actualité lui rappelle qu'il est encore président avant d'être candidat.

C'est agaçant. 

Candidat à temps plein
Un par un, parfois en petit groupe, il les reçoit tous, méthodiquement. Evidemment, ces rendez-vous à l'Elysée ne sont pas mentionnés dans l'agenda officiel de la Présidence. Nicolas Sarkozy est concentré à 200% sur sa candidature. Et en ce moment, il menace ou cajole, pour mieux les décourager, les soutiens d'une candidature centriste.

Quel contraste avec 2007 ! L'agenda officiel de sa prmière année élyséenne était surchargé de prises de parole publiques, parfois de quelques minutes sur le perron de l'Elysée, ou de communiqués de presse à l'issue de chaque rencontre.  Il n'y avait pas une heure sans que Sarkozy ait quelque chose à dire ou faire savoir.

Progressivement, cet agenda s'est éclairci. Quelques commentateurs professionnels expliquaient benoitement que le Monarque cherchait à se présidentialiser, à prendre du recul. En fait, il travaille dur, il bosse fort. Il lit ses sondages privés, organise des conciliabules tactiques avec son entourage restreint. Et, depuis que Jean-Louis Borloo a annoncé son départ de l'Elysée et la constitution d'une confédération centriste à la rentrée pour porter sa propre candidature contre lui, Sarkozy est tout entier consacré à débaucher ou effrayer ces nouveaux traîtres.

Ses propres ministres et conseillers « s'y croient », ils se fantasment déjà premier ou ministre d'un futur gouvernement post-2012. Eric Besson, le félon historique passé de l'Identité nationale à l'industrie, joue au facho décomplexé qui peut claquer la porte et planter le plateau d'une chaîne aussi gauchiste que M6 quand un reportage sur l'insécurité nucléaire lui déplait. Henri Guaino, la « chose » politique de Nicolas Sarkozy, conseiller « spécial », spécialement cumulard de salaire (il a conservé sa rémunération du Conseil d'Etat), expliquait vendredi que Sarkozy était « un grand président de crise », et que « l'histoire lui rendra justice sur ce point ».

Guaino a toujours eu l'éloge nord-coréenne.


Sarkozy, en représentation
Lundi, Nicolas Sarkozy se reposait. Comme pour chaque lundi de Pentecôte, et quasiment tous ses ministres, le Monarque était au repos. Mardi, il parlait régulation. C'est l'un de ses grands dadas. Il ne propose plus rien depuis longtemps, mais il dénonce beaucoup.

Son volontarisme de 2007 n'est devenu que causerie.

A Bruxelles, il s'était ainsi déplacé pour fustiger les déséquilibres des marchés de matières premières : « Le mot régulation n'est pas tabou ». Mais « "régulation ne veut pas dire contrôle, ça ne veut pas dire fixer des prix arbitrairement ». Il a fustigé la « financiarisation » des marchés, mais, rassurez-vous, « il ne s'agit pas d'interdire cette financiarisation, ni d'intervenir sur le niveau des prix ». Depuis novembre, la grande idée du Monarque est que les stocks soient rendus moins opaques afin que la spéculation soit en quelque sorte plus légitime. Ce raisonnement est d'une étroitesse peu surprenante. Sarkozy pouvait toujours causer. Le prix des produits agricoles restera à un niveau élevé pendant la prochaine décennie.

Dépendance : on tranchera ... en juillet
A Paris, Sarkozy laissa François Fillon discourir sur la dépendance, un chantier qu'il s'était pourtant personnellement réservé. Il avait des idées bien arrêtées : la dépendance coûte trop cher et de plus en cher. Et autant rendre obligatoire la souscription à une assurance privée. Pas de tabous ! N'écartons rien, comme disait le Monarque en février dernier, « y compris celle de l'assurance, pour des a priori idéologiques ». Ce mardi, Fillon n'avait finalement pas grand chose à dire, pas de mauvaises nouvelles à annoncer. Le planning est fixé : son Monarque rendra ses arbitrages... en juillet. Du Cap Nègre ? Le Président des Riches attend le coeur de l'été, comme pour la réforme des retraites, pour faire glisser/voter sa réforme... La ficelle est grosse...

Ce mardi, Fillon ne pouvait garantir qu'une évidence : pas d'augmentation des impôts... Ben non... on préfère que chacun se débrouille avec une assurance privée... « Il faut donc exclure toute augmentation générale de la CSG parce que ce serait une solution de facilité dont les conséquences pèseraient lourdement sur l’emploi et sur l’activité. En revanche, toutes les autres pistes qui ont été évoquées restent sur la table. » a expliqué le « premier » collaborateur du Monarque.

Mardi, aucun représentant du gouvernement n'était présent Place de la Réunion, à Paris 20e, pour rendre hommage, comme chaque semestre, aux morts de la rue, 253 SDF décédés depuis six mois.

Et les affaires ?
Mercredi, Sarkozy ne commentait pas le dernier rebondissement de l'affaire Karachi. Les familles de victimes de l'attentat ont décidé de porter plainte  pour faux témoignage et entrave à la justice contre Jean-Louis Brugière, contre l'ancien juge Jean-Louis Bruguière, candidat UMP malheureux aux législatives de 2007. Ce dernier privilégiait la thèse de l'attentat suicide, mais, bizarrement, le rapport d'autopsie du poseur de bombe présumé de l'attentat de Karachi ne figurait plus dans le dossier de l'instruction. Or ce rapport d'autopsie remet en cause la thèse de l'attentat-suicide commis par Al-Qaïda.

Le parquet a du ouvrir une enquête, dès jeudi. Gageons qu'elle se heurtera, une fois de plus, au fameux « secret-défense » qui protège, depuis 2009, nombre de bâtiments publics. La brigade de répression de la délinquance à la personne, en charge des investigations, devra chercher à comprendre pourquoi cette obstination de Bruguière.

D'autres documents saisis par la justice et révélés par Mediapart vendredi soir sont tout aussi troublants. On y apprend que les service secrets français sont rentrés effrayés de l'état de leurs homologues pakistanais, après une visite en juin 2002, quelque semaines après l'attentat («attitude pour le moins contrastée» ; «manque de professionnalisme» ; «formation assez basique» ; «absence de résultats»)...

Le Monarque s'est en revanche agacé que la presse de s'indigne pas davantage des 460 millions d'euros de sanctions infligées à la France la semaine dernière, dans l'affaire des frégates de Taïwan. Il espérait quelques remous médiatiques contre François Mitterrand et Roland Dumas. Cette gigantesque opération de corruption est pourtant plus complexe que cette lecture si binaire le laisse entendre.

La crise grecque rattrape Sarkozy
Dur... Il faut bosser pour la France.

Jeudi, Nicolas Sarkozy a du modifier les premières lignes de son discours. Il pérorait devant des agriculteurs du monde entier, rassemblés par la FNSEA pour un forum sur l'avenir du métier. Le président français répéta presque mot pour mot sa déclaration bruxelloise sur les dangers de la spéculation, le défi alimentaire et l'opacité des marchés.

Vendredi, Sarkozy rencontrait Merkel. Il faut rassurer, une nouvelle fois, les marchés. La Grèce menace de s'effondrer. Mercredi, des manifestations monstres ont bloqué l'adoption d'un plan de rigueur pluri-annuel. Le premier ministre, un Papandréou socialiste, a été contraint de remanier son gouvernement, deux jours plus tard. En attendant, Merkel s'est rangée à l'avis de Sarkozy : les banques privées ne seront pas contraintes de rééchelonner leurs créances grecques. La démarche doit rester volontaire. En d'autres termes, surtout n'imposons rien aux banquiers !

Le premier plantage de Guéant
Vendredi, un mauvais bilan était publié. Il concerne Claude Guéant. L'ex-grand vizir de l'Elysée est en poste à l'intérieur depuis 7 mois déjà. Et ses résultats sont ... mauvais, aussi mauvais que ceux de ses prédécesseurs, Sarkozy inclus. Le ministre a eu beau s'agiter et provoquer tant qu'il pouvait depuis le début de l'année, rien n'y fait. Les atteintes aux personnes ont encore augmenté, cette fois-ci de 3% sur 12 mois, entre juin 2010 et mai 2011. Le cap des 472.000 violences physiques a été franchi. Il y a 6 ans, l'Observatoire de la délinquance enregistrait moins de 400.000 faits. Depuis 2002, Nicolas Sarkozy nous vend une pseudo-efficacité dans la lutte contre la délinquance qui est une jolie tartufferie.

Jeudi dernier, Marine Le Pen, qui lui dispute à droite, la légitimité frontiste, tenait colloque sur la sécurité. La riche héritière de son papa Jean-Marie n'avait rassemblé qu'une grosse centaine de militants pour un débat sans idées ni propositions. Son seul expert fut son propre avocat, maître Collard.

Claude Guéant voulait lui voler la vedette lors d'un colloque sur la police municipale. Les policiers communaux exigent un alignement de leur statut sur celui de la police nationale. Il faut avouer que les ténors de Sarkofrance, depuis 2002, ont tout fait pour insister sur l'alignement des moyens (armes, taser, etc). Il ne restait plus que le salaire. Les flics du maire n'auront qu'une « médaille d'honneur », seule annonce concrète du ministre ce jour-là.

Ami sarkozyste, où es-tu ?


5 commentaires:

  1. Ah ça, on se demande où il est l'ami sarkozyste... il est sur facebook en train de dire "je vous soutiens, monsieur sarkozy", sans arguments, bien sûr...

    Ca ne s'arrête jamais et j'ai l'impression que la majorité s'en fout. Petit coup de mou.

    merci pour l'article.

    RépondreSupprimer
  2. "Il ne voulait plus être président"... les Français ne veulent plus de lui comme président, ça tombe bien... mais une nouvelle fois il prétendra avoir changé, et cette fois pas de chance, il aura encore changé d'avis, pour notre plus grand malheur... aussi soyons vigilants en 2012 et ne croyons plus ses promesses trompeuses, entre ses promesses et leurs réalisations il changera encore, une vraie girouette ! Les Français doivent choisir et éliminer celui dont ils ne veulent plus, à aucun prix, aucun autre, aucune autre ne peut être pire que Sarkozy et sa clique ! J'ai voté Sarko en 2007, je ne recommencerai sous aucun prétexe, tout sauf sarkozy !

    RépondreSupprimer
  3. Des amis sarkozystes, j'en rencontre ici ou là. Des deux derniers que j'ai rencontré le premier m'a affirmé que Sarkozy fait barrage au FN qui ne s'est jamais si mal porté, puis que toutes les avancées sociales en France sont dues à la droite. Il a même tenté de démontrer que la gauche, en fait s'opposait aux dites avancées en donnant l'exemple du suffrage des femmes (auquel s'opposaient les Radicaux de Gauche) sans observer d'ailleurs que ce n'est pas là une avancée sociale. Le second, lui, a argumenté que l'intervention en Libye compensait la non-intervention en Irak, et que je serai ben content quand j'irai faire le plein de gaz-oil de ma voiture. À mon observation que j'ignorais qu'il s'agissait d'une bonne vieille guerre coloniale visant à s'emparer des ressources d'un autre pays pour compenser le fait de n'avoir pas pu participer au pillage de l'Irak, il m'a répondu "bienvenue dans l'économie réelle".

    Si lepénisme et sarkozysme sont les deux mamelles de la droite, le lait sera aigre, effroyablement aigre.

    RépondreSupprimer
  4. Il est plus difficile d'être élu que d'être réélu. Surtout si des candidats se retrouvent bêtement en prison ou face à des procès.

    RépondreSupprimer
  5. tSarkozy est passé du volontarisme au volubilisme !

    "il m'a répondu "bienvenue dans l'économie réelle"
    ==> ces cons voudraient-ils qu'on meurt tous guéris qu'ils ne s'y prendraient pas autrement ! C'est effroyable de voir le niveau de régresseion moral qu'autorise le réalisme autrement appelé pragmatisme ; et vice-versa ! un cercle vicieux qui conduit droit en enfer ! Quelle bande d'imbéciles de première classe !

    Les pro-nucléaires sont de la même veine ; on se demande comment cela est possible ! On se dit que c'est un cauchemar et qu'on va se réveiller et que tout ira bien !

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.