27 juin 2011

Sarkozy ouvre le bal des faux-culs

Ce lundi, Nicolas Sarkozy a programmé une conférence de presse, comme par hasard, pour parler des investissements d'avenir. La mesquinerie du Monarque est admirable. Il déteste les conférences de presse, au point d'en avoir accepté que trois jusqu'à présent - alors qu'il en promettait de fréquentes quand il était candidat. Mais ce lundi, il veut occuper le terrain. Il s'attend à l'annonce de la candidature de Martine Aubry, aux primaires socialistes, mardi 28 juin. Ce scrutin interne l'agace. Il a demandé à Jean-François Copé d'attaquer la démarche, ce que le zélé député-maire et secrétaire désigné du parti présidentiel s'est empressé de faire depuis 10 jours.


Mardi dernier, au Bourget, il avait joué la carte de la fausse neutralité, à propos du Grand Emprunt, qui n'a d'importance qu'électorale : « J'aimerais que la France fasse le choix de se hausser au-dessus de ses querelles partisanes pour considérer que ce qui se joue avec cet argent c'est la situation de notre économie, de nos emplois et de notre société dans les 20 ans qui viennent. » Sarkozy aimerait que l'on oublie qu'il est Président des Riches.

La semaine dernière Xavier Bertrand, ministre de la Santé et du travail, pouvait se féliciter de ses propositions de réforme du médicament. Le consensus était quasi-général, quand il proposait d'interdire les visites médicales individuelles au sein des hôpitaux ou la création d'un portail public du médicament. Le Dr Hélène Frachon, qui a mis à jour l’affaire Mediator, était toute retournée :  Quand j’écoute l’énoncé de ces réformes, il me semble que ce que j’ai vécu dans mon enquête sur le Médiator, ne pourrait plus se dérouler de cette façon-là. »

Cette réforme est un peu l'arbre qui cache la forêt. Il a fallu quelques milliers de morts pour que la Sarkofrance accouche d'une micro-révolution. D'autres n'ont pas eu la « chance » de mourir, mais seulement de souffrir, dans l'indifférence politique quasi-générale.

1. C'est peut-être un détail pour vous, comme disait la chanson, mais il veut dire beaucoup. A Paris, notre confrère Menilmuche révèle que les femmes ne seront plus admises au Samu social de Paris. En cause, la suppression des aides publiques de l'Etat (qui finance à 92%).

2. Le 22 juin dernier, une trentaine de migrants tunisiens étaient expulsés de leur campement de fortune dans le parc des Buttes-Chaumont, dans le 19ème arrondissement de Paris, et arrêtés. Cela fait des mois que Claude Guéant, le ministre de l'intérieur ET de l'immigration leur promet l'expulsion rapide. Six jours auparavant, environ 70 Tunisiens avaient déjà été virés de leur squat au 36, rue Botzaris, qu'ils occupaient depuis le 31 mai dernier. Cette fois-ci-, 4 cars de police (et 3 voiture) étaient là au petit matin pour emmener les récalcitrants. Guy Birenbaum en parlé sur Europe1. Rue Botzaris, le bâtiment occupé est propriété de l'Etat tunisien. Des archives du RCD, le parti du Ben Ali, seraient encore stockées sur place. Depuis l'évacuation, le bâtiment est sous contrôle d'agents de surveillance privés.

3. Cette année, le gouvernement a encore décidé de supprimer des postes d'Aides à la Vie Scolaire, ces soutiens pour les élèves souffrant de handicap. Le décompte est imparfait, car, évidemment, le ministre Chatel n'a publié aucun communiqué. En avril dernier, en Haute-Garonne, 139 élèves handicapés avaient perdu leurs AVS dont les contrats n'avaient pas été renouvelés. Début juin, l'inspection académique a confirmé la suppression de 174 AVS dans l’Aude. Près du Mans, à Coulaines, des parents d'élèves s'inquiètent de la disparition, en septembre, d'une classe d'intégration scolaire.

4. La semaine dernière, la Capeb, qui représente les artisans du bâtiment, a signé une convention avec l'Agence nationale de l'habitat (Anah), pour rénover les systèmes de chauffage et d'isolation des propriétaires modestes. Benoist Apparu, le trop jeune secrétaire d'Etat en charge du logement, était là pour l'occasion, ce mercredi. Il venait de caser sa directrice de cabinet à la Cour des Comptes. Apparu est, entre autres, responsable de satisfaire l'une des promesses de Nicolas Sarkozy, celle qu'il n'y ait plus de décès de SDF dans la rue avant ... 2008. Pour l'heure, on ne parlait que d'isolation : 300.000 logements privés doivent être réhabilités d'ici 2017, grâce à un financement de 500 millions d'euros. Cet accord est symbolique et sans grande portée : l'INSEE évaluait, il y a peu, à 3,8 millions le nombre de foyers en situation de précarité énergétique...

5. Il y a une dizaine de jours, les 800.000 précaires de la fonction publique ont compris que le gouvernement n'avait finalement pas grand chose à leur proposer. Quand il passe à la télévision, comme en janvier dernier, Nicolas Sarkozy leur promet toujours qu'il va s'occuper de leur cas. L'avant-projet de loi du gouvernement en la matière, révélé par le site Acteurs Publics montre qu'il n'en est rien. Les conditions de titularisation des agents en CDD recrutés sur des besoins « abusivement qualifiés de temporaires, occasionnels ou saisonniers », commente le site, seront drastiques. « Nous sommes floués par le gouvernement, s’emporte Patrick Hallinger, secrétaire national de la CGT-UGFF. La plupart des agents en CDD occupant des emplois permanents ne pourront pas bénéficier du dispositif parce qu’ils sont injustement répertoriés par l’administration en emplois temporaires.»

6. Claude Guéant a réduit, pour les Tunisiens, l'aide au retour. De 2.000 euros, le ministre l'a réduite à 300 euros. Voici le soutien à la jeune Tunisie qui, elle, accueille quelques 300.000 Libyens ...

7. Le ministre de l'immigration expliquait ces dernières semaines combien les enfants d'immigrés sont davantage en difficulté scolaire que les autres. Le pauvre Guéant s'est bien planté. Il a « mis le feu » à l'INSEE, organisme public dont les enquêtes et mesures contredisent les déclarations du ministre. Le résultat est inverse, comme l'expliquait ce weekend l'Observatoire des Inégalités. Officiellement, « entre 50 et 55 % des enfants dont la famille est originaire du Maghreb, d’Afrique sub-saharienne ou du Portugal obtiennent le bac, contre 64,2 % pour les enfants de famille non-immigrée, selon les données du ministère de l’éducation.» Mais comme ces enfants d'immigrés sont issus, largement majoritairement, de milieu défavorisé, ce « résultat » est quasiment inespéré. Et l'observatoire précise ses conclusions : « Si on ne considère que les enfants dont aucun des parents n’a le bac, les écarts sont quasiment nuls entre immigrés et non-immigrés pour l’obtention du bac général ou technologique. »




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.