26 juillet 2011

La campagne secrète de Sarkozy porterait-elle ses fruits ?

Il remonte dans les sondages, il se plaît à re-croire en sa bonne étoile. Ses fidèles soutiers se prennent à rêver d'une victoire l'an prochain. Les Français comprendraient enfin que le gouvernement travaille et que Nicolas Sarkozy est le président désintéressé et protecteur qu'il leur faut en ces temps troublés. Ces « éléments de langage » nous sont servis avec une régularité hors normes depuis bientôt 6 mois.

A huit mois de l'élection présidentielle, rien n'est perdu, rien n'est gagné. Mais Nicolas Sarkozy, le candidat secret, a mis en place une stratégie très simple qu'il suffit de décrypter, contrer, et moquer : contrôler les médias, maîtriser l'agenda national, choisir l'agenda international, fragiliser la concurrence interne, et déstabiliser l'opposition.

Qui à gauche ou ailleurs saura dézinguer le court Monarque élyséen ? Pour l'instant, préparez-vous à un second mandat.

Contrôler les médias
Une bonne campagne, c'est d'abord un story-telling efficace. Et pour cela, il faut de bons relais, c'est-à-dire des journalistes complices ou, à défaut silencieux. Le Figaro lui est acquis. Il n'y a qu'à constater l'exaspération de quelques journalistes de bonne foi, fatigué d'avoir à servir la soupe du Monarque à longueur d'articles. Du côté des télévisions, on a vite dit que l'éviction de Nauleau, Zemmour, Giesberg, ou Durand était la preuve d'une normalisation du débat télévisuel. Les pressions sont plus discrètes.

Contrôler les médias, ce n'est pas les asservir. Nous sommes en 2011. On donne des hochets, des «licences». Que penser d'autres de ce Conseil du Numérique ? Que penser de cette quatrième licence de téléphonie mobile accordée à Free, le groupe de Xavier Niel ? Ces décisions normalisent quelques pontes potentiellement incroyables.
Au plus près du terrain, les journalistes qui suivent la campagne de Sarkozy ne sont plus ceux de 2007. des plus jeunes, sans mémoire ni souvenir, les ont remplacés.

Maîtriser l'agenda national
Jusqu'en avril dernier, Nicolas Sarkozy semblait hors sol et incapable de maîtriser l'agenda médiatique national. L'affaire Woerth/Bettencourt, la réforme des retraites, le printemps arabe, les ministres « reprochables », l'actualité ne lui souriait jamais. Evidemment, l'antisarkozysme était généralisé.

Evidemment, quelques billets ici ou là (dont sur ce blog) pouvaient agacer, soulever, énerver. Sarkofrance fait assurément partie de la galaxie anti-sarkozyienne dans la mesure où Nicolas Sarkozy, depuis 2007 ou avant, ne laisse que peu de place à la mesure. Vous êtes avec lui ou vous vous êtes contre lui.

Certains peuvent être choqués de la violence de certaines attaques. A droite, on s'est habitué à l'idée qu'il leur faudra à nouveau voter pour le Monarque. Même les plus critiques n'ont rien fait pour soutenir, développer, encourager une candidature alternative. En octobre, une fois les sénatoriales passées, Borloo sera peut être ce candidat. Mais sa fidélité sarkozyenne jusqu'en novembre dernier rend la démarche peu crédible.

Fragiliser la concurrence interne
Pour des raisons de politique interne, le camp Borloo préfère attendre l'automne, ne pas partir trop vite, laisser filer les sénatoriales. Il lui manquera, de toute façon, un bon million d'euros pour fonctionner, ancienne subside de l'UMP désormais remise en cause. Sarkozy a aussi allégé son agenda présidentiel pour pouvoir mieux terroriser ou rallier les centristes de l'opposant. Il épargne enfin François Bayrou, qu'il espère voir grimper et handicaper son ancien ministre Jean-Louis.

Enfin, et surtout, il use et abuse de tous les hochets que la République lui a donné : postes ministériels, missions parlementaires, légions ou rétributions, soutien sénatorial ou subventions du Grand Emprunt.

Ensemble, tout est possible.

Choisir l'agenda international
La politique étrangère était son domaine réservé, le terrain de jeu idéal pour sa représidentialisation. D'abord, il y a toujours une crise à instrumentaliser. Créer et entretenir un climat anxiogène dont on ne saurait être tenu pour responsable, c'est une situation idéale pour un Monarque par ailleurs bien incapable d'anticiper ce qui nous arrive.

Ensuite, l'international lui a permis quelques prises de guerre : Bernard-Henri Levy, opposant tenace en 2007, est complètement sous le charme de Sarkozy depuis que ce dernier a envoyé des troupes en Libye.

Enfin, la politique étrangère permet de se donner de la hauteur. Evidemment, il faut choisir ses sujets. Préférer l'Afghanistan à la Norvège, ou la Grèce à la Corne de l'Afrique.Mais ça, c'est facile. Les Français se fichent pas mal de l'international.

Fragiliser l'opposition
Contre lui, il a tout le monde. Le Front National de Marine Le Pen est monté très haut, trop vite. Les sondages donnant Sarkozy absent du second tour ont produit les effets escomptés. Il fallait faire peur au centre-droit à un moment clé où l'opposition socialiste ne s'était pas encore cristallisé sur un leader.

Second facteur favorable, l'absence de rassemblement. Les quelques tentatives d'unité pour 2012 n'ont pas produit d'effet. A gauche, chacun prend toujours le premier tour de la présidentielle pour des primaires. Dix ans après un funeste 21 avril, ces gens-là n'ont rien compris.

Troisième facteur, et pas le moindre, l'affaire DSK. Le scandale du Sofitel n'a fait que griller trop tôt quelques cartouches scabreuses que le clan Sarkozy se gardait pour plus tard. Désormais il faut tenir. L'insistance du Figaro, par exemple, à tenir en haleine son lecteur en affichant François Hollande et Tristane Banon illustrait récemment comment les forces de Sarkofrance sont toutes entières dévouées à mouiller la quasi-totalité du parti socialiste dans ce sinistre fait divers.

Depuis la mi-mai, le clan Sarkozy a objectivement choisi d'instrumentaliser toutes les facettes de l'affaire DSK.

19 commentaires:

  1. Tu remplaces "Sarkosy" par "Mitterand" et le texte fonctionne tres bien aussi.

    Si ton objectif est de faire elire Eva Jolie, je peux comprendre la demarche. Si par contre tu veux un socialiste, tu as la memoire tres courte ou .. selective.

    RépondreSupprimer
  2. Stratégie bien résumée merci..

    RépondreSupprimer
  3. Moi je trouve qu'il a bien réussi son programme Nicolas; les riches sont de plus en plus riches..What else.

    "" Quand je vois un ouvrier aller voter pour un mec de droite, ça me fait le même effet que la bête qu'on amène à abattoir ""

    RépondreSupprimer
  4. Très bon résumé, clair et, hélas, réaliste.
    Je suis toujours amusé de voir certains indéfectibles fidèles du "CAN" (Club des Amis du Nain) brandir feu le Président Mitterrand pour défendre l'indéfendable.
    Mitterrand, c'était il y a 16 ans.
    Je croyais que leur "gourou" se devait d'être "le président du changement"?
    Il est pire que ses prédécesseurs!

    RépondreSupprimer
  5. Berlusconi a été réélu. Et même Georges W. Bush a été réélu. C'est dire si rien n'est joué ! :-)

    RépondreSupprimer
  6. Les socialistes ne sont pas sur de gagner loin de là...Il suffit de constater ce qu'ils font ou on fait en Grèce, au Portugal, en Espagne, voire même en France en votant, pour une grande part d'entre eux, le traité de Lisbonne dans le dos du peuple Français, on peut dire que rien n'est joué.
    Par ailleurs qu'elle va être l'attitude du PS avec le projet d'inscription du cantonnement de la dette dans la constitution? Si le PS adopte un tel texte alors on peut dire que c'est la fin de la République.
    Si le PS doit faire la politique de la droite autant laisser la droite le faire au moins ce sera plus clair pour tout le monde. Avec le cantonnement des finances dans la constitution il ne restera qu'une seule marge de manœuvre aux dirigeant, la diminution des droits sociaux, des salaires et des retraites...

    RépondreSupprimer
  7. Et bien quand je les lis les commentaires lol je me dis que la droite dans ce pays a encore de beaux jours devant elle.
    Bha pas grave quand vous aurez perdu tout vos acquis sociaux, ça sera pas la peine de pleurer. Les conneries c'est comme les impôts, ça se paie.
    Continu Juan tes articles sont de rai source d'inspiration.

    RépondreSupprimer
  8. Ouai ouai Sarkozy comparé a Mitterrand, juste pour info voici quelque une des actions de Mitterrand lors de son premier septennat avec son gouvernement de gauche, donc avant l'arrivé du gouvernement Chirac.
    On peu critiquer Mitterand mais Sarko a coté est une Larve !

    1981 :
    Réformes nationales :
    Augmentation du SMIC de 10 %, des allocations familiales et logement de 25 %, handicapés de 20 %.
    Suppression de la Cour de sûreté de l'État.
    Abolition de la peine de mort.
    Abrogation de la loi dite « anticasseurs », qui établissait notamment le principe d'une responsabilité pénale collective.
    Autorisation des radios locales privées.
    Première fête de la musique, créée par Jack Lang, Ministre de la Culture.
    Loi d'amnistie, qui inclut les « délits homosexuels ».
    Régularisation des étrangers en situation irrégulière qui exercent un travail et peuvent le prouver.
    Création de l'impôt sur les grandes fortunes (supprimé en 1987, rétabli en 1988 sous le nom d'ISF, Impôt de solidarité sur la fortune).
    Premier blocage des prix.
    Première des quatre dévaluations du franc (les autres suivront en 1982, 1983 et 1986).
    Politique étrangère :
    Discours dit « de Cancún »63, 20 octobre 1981. Extrait :
    « Salut aux humiliés, aux émigrés, aux exilés sur leur propre terre qui veulent vivre et vivre libres. Salut à celles et à ceux qu'on bâillonne, qu'on persécute ou qu'on torture, qui veulent vivre et vivre libres. Salut aux séquestrés, aux disparus et aux assassinés qui voulaient seulement vivre et vivre libres. Salut aux prêtres brutalisés, aux syndicalistes emprisonnés, aux chômeurs qui vendent leur sang pour survivre, aux indiens pourchassés dans leur forêt, aux travailleurs sans droit, aux paysans sans terre, aux résistants sans arme qui veulent vivre et vivre libres. A tous, la France dit : Courage, la liberté vaincra. Et si elle le dit depuis la capitale du Mexique, c'est qu'ici ces mots possèdent tout leur sens64. »
    1982 :
    Politique nationale :
    Loi de nationalisation du 13 février 1982 : Nationalisation de banques (les 36 premières banques de dépôt, ainsi que Paribas et Suez) et de grands groupes industriels (CGE, PUK, Rhône-Poulenc, Saint-Gobain, Thomson).
    Semaine de 39 heures (durée légale du travail).
    5e semaine de congés payés.
    Suppression de l'échelle mobile des salaires en 198265 66 (sous l'égide de Jacques Delors, Ministre des Finances).
    Ordonnances sur le cumul emploi-retraite, le travail à temps partiel, et l'insertion professionnelle des jeunes de 16 à 18 ans.
    Retraite à 60 ans.
    Fin de l'indexation des salaires sur les prix.
    Lois Auroux sur le droit du travail.
    Loi Roger Quilliot sur les droits et les devoirs des bailleurs et locataires. Le mode de vie homosexuel cesse d’être une cause d’annulation du bail d’habitation.
    Loi-cadre Defferre sur la décentralisation.
    Création des zones d'éducation prioritaire (ZEP).
    Abrogation définitive des restrictions concernant les citoyens homosexuels, introduites en 1942 et confirmées en 1945 (article 331 alinéa 2 du Code pénal établi par la loi du 4 août 1982). Abrogation du délit d'homosexualité.
    Passage de la majorité sexuelle à 15 ans pour tous, homosexuels et hétérosexuels.
    Création de la Haute Autorité pour la communication audiovisuelle (ancêtre de l'actuel CSA).
    Durcissement du contrôle des changes.
    Création de la cellule antiterroriste de l'Élysée
    Politique étrangère :
    Première visite d'un chef d'État français en Israël. Discours de la Knesset dans lequel François Mitterrand déclare que « L'irréductible droit de vivre » appartient à Israël et appelle au respect des droits des Palestiniens de Gaza et de Cisjordanie.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois_Mitterrand

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour juan,

    En s'interrogeant de la sorte, tu participes involontairement à la campagne secrète de cet homme indigne pour la fonction présientielle. Sans faire un délit de petite taille, il n'est quand même pas difficile de trouver un candidat, tous partis confondus, à commencer par le PS, qui mènerait une politique mesurant plus de 1,60m, le niveau de la tambouille actuelle dans laquelle baigne la France. Faire croire, comme le font les propagandistes de l'Elysée, qu'il n'y a point de salut sans Nicolas Sarkozy revient tout simplement à INSULTER l'intelligence des Français. Ce pays n'a pas attendu un tel incapable pour être une Nation phare dans de nombreux domaines. Alors, que l'illuminé de l'Elysée dégage en 2012 ! Le foutage de gueule, ça suffit !

    A2N

    RépondreSupprimer
  10. N'oublie pas de mentionner la censure sous couvert de lutte contre la pédophilie sur les blogueurs, par exemple. Sarkosy et sa clique sont en train de démonter la république et de mettre en place un système insidieux et corrompu. Attention!!

    RépondreSupprimer
  11. "Ces décisions normalisent quelques pontes potentiellement incroyables."

    Des pontes potentiellement "incroyables" ?

    Ce ne serait pas plutôt des pontes potentiellement nocifs, nuisibles, dangereux…

    RépondreSupprimer
  12. les francais sont ils fous ? je me suis posé la question lorsque notre roi tout puissant a mené sa campagne en 2007 et que les journaux polémiques nous sortaient toutes ses (nombreuses) casseroles pour nous avertir du danger. rien n'y fit ! on a le président qu'on mérite ! et la nombre de "fans" ont déchanté depuis ! a t'il comme de gaulle ou miterrand (si si), une stature d'homme d'état impartial et rassembleur ? je vous le demande... agit il pour le bien commun de ses administrés ? je vous le demande... est il emprunt d'éthique et de respect envers notre constitution ? je vous le demande... s'enquiere t'il comme miterrand ou de gaulle a rendre les pauvres moins pauvres et a les réinserer dans la vie? je vous le demande... SI vous répondez non a ces quatre questions vous avez une idée tres précise sur ce monarque qui nous gouverne et qui veut vos suffrages. car moi sous miterrand, malgré quelques histoires qui ont trainé a son sujet.. je vivais bien ! et j'étais admiratif des lois qu'il avait promulguées ! ces lois que le pouvoir actuel abroge les unes apres les autres... vivement que les votes blancs soient décomptés... ca permettra de virer tous ces usurpateurs ! non je ne voterais pas...sarko !

    RépondreSupprimer
  13. Pour info, pétition à lire voire à signer : http://www.mesopinions.com/Lettre-ouverte-aux-candidats-à-la-présidentielle-pour-l-abolition-des-privilèges-petition-petitions-e528dc312fbb88b75dac472cb09c3a30.html

    RépondreSupprimer
  14. Tu résumes bien la situation; le problème c'est qu'avec ce genre de billet cela renforce la pensée des abtentionnistes qui se disent si Sarko est pour gagner les élections, ce n'est même pas la peine de se déplacer.
    Je pense cependant que les français sont plus intelligents que cela,5 ans de sarkozisme cela suffit.

    RépondreSupprimer
  15. " Anonyme a dit…
    Ouai ouai Sarkozy comparé a Mitterrand, juste pour info voici quelque une des actions de Mitterrand lors de son premier septennat avec son gouvernement de gauche, donc avant l'arrivé du gouvernement Chirac.
    On peu critiquer Mitterand mais Sarko a coté est une Larve !"

    Ouais bof, tu aurais pu résumer tout ça en une seule phrase : Mitterand rase gratis !
    Parce que quand on ne compte pas l'argent que l'on dépense (et surtout que l'on n'a pas !), on peut effectivement promettre monts et merveilles. Le problème est que aujourd'hui, il faut passer à la caisse !
    Quant aux affaires qui ont émaillées l'ére Mitterand, on peut dire qu'il n'a rien à envier à Sarko : Raibow Warrior, Boulin, Urba-Graco, Beregovoy, écoutes téléphoniques, et j'en passe tellement que j'ai oubliées !

    RépondreSupprimer
  16. @ ThierryRegis
    Si vous le permettez, je modifierais votre citation de la façon suivante:
    "" Quand je vois un ouvrier aller voter pour un mec de droite, ça me fait le même effet que la bête qui VA TOUTE SEULE A L'ABATTOIR, UNE MARGUERITTE ENTRE LES DENTS ""

    Bravo et Merci JUAN

    RépondreSupprimer
  17. Eh bien je saute sur les chariots de Mr Poireau (26/07 - 9h33) et d'Anonyme (26/07 - 9h40) et effectivement quand on sait que Bush et Berlusconi ont été réélus après le désastre qu'ils ont engendré chacun d'un côté de l'Océan, Sarko peut nourrir quelque espoir.
    Parallèlement, la Gauche est en train de nous faire une fabuleuse démonstration d'élu(e)s qui souffrent de violentes pertes de mémoire, donc de ce côté là il n'y a pas vraiment de grains à moudre.

    "Pôvres" de nous !

    RépondreSupprimer
  18. Il ne faut pas résumer le PS au dernier mandat de Mitterand et cette gauche caviar. Aubry et Hollande ne représentent pas ça. Ce n'est pas gagné car Sarkozy est prêt à tout ne serait-ce que pour préserver...son immunité !!!

    RépondreSupprimer
  19. OUI, attention!Sarkozy possède toutes les manettes du pouvoir:la presse( en tête le Figaro),la télé (surtout la TV publique),les réseaux des riches amis qui financent le "Premier cercle " et les élections comme en 1995(voir Karachi)etc...Il va s'accrocher, ne serait-ce aussi pour garder son immunité

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.