25 juillet 2011

Norvège : Sarkozy n'avait rien à dire

La Norvège était tristement à l'honneur, ce weekend. Sauf en Sarkofrance. Allez comprendre. L'attentat, gravissime et incompréhensible, ne cadrait pas avec le scenario concocté à l'Elysée. On en parla donc très peu. Pensez-vous, le criminel était européen, blond, chrétien et scandinave.

Quel symbole pouvait-on en tirer pour aider la cause sarkozyenne en 2012 ?

Aucun. Rien, nada.

Des morts, par dizaines. Un fou qui se revendiquait d'extrême droite, chrétien et contre le multiculturalisme a posé deux bombes puis abattu 85 personnes dans une île de la banlieue d'Oslo, des jeunes rassemblés pour un meeting travailliste estival. Au total, 93 morts. La Norvège s'est invitée brutalement dans l'actualité internationale.

Quelques heures après l'explosion à Oslo, l'Elysée publiait un communiqué sobre et sans aucune allusion à la boucherie qui s'en suivit.
Monsieur le Premier ministre,
Je viens d'apprendre avec une profonde émotion l'explosion meurtrière qui a frappé cet après-midi le centre d'Oslo et provoqué la mort de plusieurs personnes ainsi que de nombreux blessés.
Je condamne avec la plus grande fermeté cet acte odieux et inacceptable.
Dans ce moment dramatique, je tiens à vous assurer de la profonde sympathie du peuple français tout entier à l'égard du peuple norvégien.
Je vous prie de bien vouloir transmettre aux familles des victimes mes condoléances les plus sincères.
Je vous prie d'agréer, Monsieur le Premier ministre, l'expression de ma haute considération.
Sur le coup, on cru à un attentat évidemment islamiste. Puis l'auteur de ces attentats fut attrapé, costume de policier sur les épaules. Il avoua sa culpabilité, mais pas sa responsabilité : « Il a dit être convaincu que ses actes étaient cruels, mais que dans sa tête, ils étaient nécessaires » a déclaré son avocat. Il déclara avoir agi seul mais la police enquête : « Il a admis les faits, l'attentat à la bombe comme la fusillade, même s'il ne reconnaît pas de culpabilité criminelle. Il dit qu'il était seul mais la police doit vérifier tout ce qu'il dit » a expliqué un responsable de la police.
En France, à gauche, le parti socialiste s'est précipité pour déposer une gerbe au pied de l'ambassade de Norvège. A droite, on s'est indigné, on s'est inquiété de l'amalgame avec ce jeune terroriste de l'ultradroite.

Quand l'attentat est islamiste, les mêmes prennent moins de précautions. Mais cette fois-ci, les réactions furent étonnantes. Même Arnaud Dassier, actionnaire d'Atlantico et ancien Web-conseiller de la campagne Sarkozy en 2007, s'énerve sur Twitter : « les corps ne sont pas enterrés et déjà on nous invite à la repentance. Salauds de chrétiens blonds fachos que nous sommes tous.» Sur le site du Front National, Bruno Gollnish complète, dans un billet intitulé « Norvège, un nouveau Carpentras ? » : « il n’engage pas plus les uns ou les autres que les écologistes n’étaient responsables des crimes du militant écologiste Richard Durn qui avait en 2002 abattu huit élus du Conseil municipal de Nanterre et blessé quatorze autres ».

Nicolas Sarkozy, lui, n'avait rien à dire . Le monde était incrédule, mais l'Elysée restait silencieux. Sarkozy avait tout donné lors de son hommage, mardi dernier, à ses soldats français tués en Afghanistan. Cet attentat en Norvège ne servait à rien dans sa nouvelle posture. Pire, il effaçait l'impact médiatique du « sauvetage » de l'euro, jeudi dernier, sur lequel, malgré toutes les concessions, le candidat Sarkozy espérait bien capitaliser.

Samedi, Sarkozy avait en revanche quelques mots pour Barack Obama. Les communicants de l'Elysée nous firent savoir que leur patron avait exprimé son « espoir que les discussions en cours sur la question de la dette américaine aboutiront dans le délai prévu ». Donner des leçons à l'Oncle Sam, c'est possible !

Dimanche, son désormais inutile conseiller spécial Henri Guaino, venait encore à la rescousse : Sarkozy aurait changé. Encore ? Et oui, encore.  « Il s’est trouvé confronté à des choix lourds de conséquences pour lesquels aucun catéchisme ne l’a aidé à démêler l’enchevêtrement du bien et du mal. La grandeur morale de la politique n’est pas dans la bonne conscience mais dans le cas de conscience». Ou encore : «Les crises, les guerres, les prises d’otages, les souffrances humaines pour lesquelles le président apparaît comme le dernier recours, la solitude du pouvoir face à la décision, tout cela est forcément bouleversant».

Guaino fait ce qu'il peut pour présidentialiser son patron.

Vendredi, Sarkozy était reparti au Fort de Brégançon. ll n'avait qu'une petite obligation, dimanche en fin de journée, à l'Elysée.

Il fallait recevoir les participants du Tour de France.

Dur métier...



Ami sarkozyste, es-tu en vacances ?

13 commentaires:

  1. Sarkozy est loin de tout ça . La misère du monde ne l'intéresse pas . Tout ce qui compte c'est son image de "présidentiable" . "L'exercice du pouvoir l'a changé" comme dit Guaino .En effet Sarkozy se "chiraquise" (ce qui était pour autrefois pour lui l'injure suprême) , moins il en dit plus il grimpe dans les sondages !
    La droite extrêmement décomplexée devient donc ainsi plus présentable !

    RépondreSupprimer
  2. juste un mot pour dire à juan toute mon admiration et mes félicitations pour ce blog rigoureux et très informatif qui doit lui demander tant d'énergie (à commencer par se taper le visionnage et la lecture de la com de cet envahissant personnage qu'est sarko 1°)...

    RépondreSupprimer
  3. "A droite, on s'est indigné, on s'est inquiété de l'amalgame avec ce jeune terroriste de l'ultradroite."

    par contre quand c'est un attentat islamiste, on ne se gêne pas pour mettre les intégristes et le musulman lambda dans le même sac!

    RépondreSupprimer
  4. Cet article est nul, si il n' y aucun symbole à en tirer pour la cause sarkozyenne, alors l'inverse est aussi vrai. Vous êtes exactement ce que vous décrié, un hédoniste avec des œillères. Vous vivez dans un monde binaire, et votre prose à charge dénuée de contraste démontre votre aveuglement et votre manque de discernement.

    RépondreSupprimer
  5. Merci Juan pour cette mise au point. Effectivement le silence e Sarkozy pour ces 85 jeunes victimes est tout simplement sidérant. Il met tout le monde mal à l'aise.

    On dirait que la vie humaine (en dehors de celles qui rapportent sur le plan électoral) n'a guère d'importance pour lui. Quand on ne peut s'exprimer en tant que peuple,pour dire sa peine à un autre peuple... on compte sur son premier représentant... Une fois de plus il n'a pas été à la hauteur. A le tristesse s'ajoute la honte. Que c'est long 9 mois...

    RépondreSupprimer
  6. Quand il parle vous dites qu'il ment, faux modeste et mauvais pédagogue, il embrouille et empapaoute les français, il se couvre de ridicule à cause de ses tics et tocs et fait de la France la risée des nations à l'international , lyrique à contre temps (discours aux Invalides) au point d'en être presque puant (j'extrapole à peine), il profite honteusement des moyens mis à sa disposition en tant que président pour faire campagne pour sa réelection (le filou !) et quand il reste quasiment coit c'est pire encore.
    A choisir si cela était possible je préfère encore quand il se tait, se sera mieux quand il sera parti au mieux en 2012, au pire en 2017.

    RépondreSupprimer
  7. @ano: bonne remarque et le capo. chef de toute cette clique est muet car cette horrible catastrophe met en peril sa future strategie de com de sa campagne a venir; qui sera axe sur le vilain musulman, le couteau entre les dents, tapi dans l'ombre... ses petits souliers sont tous crottes, il en est bien penaud!

    RépondreSupprimer
  8. @ano en réponse @ano

    Bien vu... subtil !
    Il n'empêche...la dignité imposait que... il nous représente TOUS après tout.

    Comme quoi il est loin d'être "représidentialisé"... touours aussi bas dans les bas fonds (de la Sarkofrance...)

    RépondreSupprimer
  9. Tous ensemble! Tous ensemble! Ouais! Ouais! Phrase premonitoire pour une victoire future? J'en suis convaincu. Inch Allah!

    RépondreSupprimer
  10. Tiens, voilà que Juan est un hédoniste, maintenant. Effroyable, criminel ! Rendez-vous compte : chercher le plaisir et éviter le déplaisir ! C'est un monde, ça !

    Les sarkozistes doivent faire l'inverse, non ?

    RépondreSupprimer
  11. Mister Crime

    Essayez de vous mettre dans la tête de la bête blonde, aryenne ou norvégienne !
    Et vous verrez que la terre n’a jamais été ronde… ni la mer bien profonde… erreur !
    Ce n’est pas de la terreur, ce qui s’est passé sur cette île, reste de la torture…
    Torture sans foi, ni charité, ni espérance… Torture d’un homme qui voulait obliger les hommes qui étaient à sa portée d’être dignes de l’homme qui reste hors de portée…
    l’homme générique, l’homme angélique, l’homme parfait.
    Il tirait à bout portant sur tout ce qui bouge en disant : où sont passés vos idéaux, tas d’ordures ?
    Moralité : Y a pas plus sanguinaire que les chimères...

    http://www.lejournaldepersonne.com/2011/07/mister-crime/

    RépondreSupprimer
  12. aucune réaction de sarkozy sur le drame norvégien: normal, guaino est en vacances.

    RépondreSupprimer
  13. Eva, t'en penses quoi toi des soi disant bienfaiteurs des traditions obsolètes face à ce silence?

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.