25 septembre 2011

Karachigate: « Si Sarko ne passe pas en 2012...»

L'affaire Karachi est immense. On comprend qu'elle stresse l'Elysée. Nicolas Sarkozy a décidé de lâcher Edouard Balladur. Il fallait établir un cordon sanitaire, et vite.

Cette affaire est d'abord un ensemble de révélations incroyables. La dernière victime médiatique s'appelle Brice Hortefeux. L'ancien ministre , désormais conseiller politique à l'Elysée, a informé l'un des prévenus, Thierry Gaubert, que le juge Renaud van Ruymbeke en savait beaucoup sur ces traffics et sur le dossier de l'instruction sur les rétrocommissions du Karachigate.

Comment a-t-il eu accès au dossier du juge ? Pourquoi a-t-il prévenu un futur mis en examen des charges, ruinant l'effet de surprise de sa garde à vue ?

Nicolas Sarkozy était-il au courant ?

Nous n'avons qu'une certitude: la Présidence de la République est inquiète. Très inquiète.

Hortefeux dans la tourmente
Quelques heures avant d'être interrogé en garde à vue par la police, Thierry Gaubert a reçu des appels téléphoniques de Brice Hortefeux, actuel conseiller politique de Nicolas Sarkozy, et de Jean-François Copé, actuel secrétaire général de l'UMP. Des écoutes téléphoniques l'attestent. Olivier Morice, avocat des familles des victimes de l'attentat de Karachi, a balancé le scoop. Ces interceptions, a précisé l'avocat vendredi 23 septembre, «citent le nom non seulement de BH mais aussi de Monsieur Copé mais aussi de la très grande inquiétude de Nicolas Sarkozy ».

Le 8 septembre, Hélène ex-Gaubert avait été interrogée par le juge Renaud van Ruymbeke. Interrogée samedi 24 par Gérard Davet et Fabrice Lhomme du Monde, elle confirme: « Il me disait régulièrement : " Je vais en Suisse chercher de l'argent ". » Ou: « Il m'a dit un jour qu'il allait chercher ces espèces en Suisse pour les remettre à Nicolas Bazire ».

Le 14 septembre, Hortefeux appellait Gaubert pour lui confier son inquiétude. Comme le note LeMonde, le conseiller élyséen avait visiblement connaissance du procès-verbal des auditions. La DCRi s'empressera-t-elle d'examiner les fadettes d'Hortefeux pour savoir qui lui a donné ces PV d'auditions théoriquement protégés par le secret de l'instruction ? 

Quelques instants après ces révélations, Hortefeux confirmait avoir parlé à Gaubert. LeMonde.fr. publie même les extraits de de cette conversation, le 14 septembre, à 19h23:
Brice Hortefeux: Elle balance beaucoup apparemment Hélène.
Thierry Gaubert: Qu'est-ce que tu as comme infos là-dessus, toi, parce qu'elle me dit qu'elle dit rien.
BH : Ça m'embête de te le dire par téléphone […] Il y a beaucoup de choses hein.
Le reste de la conversation, reproduite dans la presse, est à l'avenant. Hortefeux explique même qu'il trouve surprenant qu'Hélène Gaubert en sache autant.
BH : Mais Hélène, elle sait, elle était beaucoup, beaucoup au courant de tes activités ?
TG : Non, pas du tout.
BH : C'est pour ça, ça paraissait bizarre.
M. Morice a précisé ensuite, vendredi sur itélé, que Brice Hortefeux avait rencontré Thierry Gaubert et a porté à sa connaissance le témoignage de son épouse. Gaubert, mis en examen 6 jours plus tard, a reconnu cet échange avec Brice Hortefeux, tout comme il a reconnu l'ouverture de comptes en Suisse avec Ziad Takieddine. Mais il a nié toute remise d'espèces à Nicolas Bazire, autre mis en examen de ces derniers jours. Vendredi soir, la police récupérait chez lui la preuve d'un virement de 10 millions de francs effectué entre un compte en Suisse et un paradis fiscal.

Les femmes rebelles
« Si Sarko il passe pas en 2012, ils sont tous dans la merde…» C'est une confidence, criante, qui émane de la fille de Thierry Gaubert à son petit ami. Le reste de la conversation est tout aussi incroyable, tel que l'a publié le Monde.
Nastasia : En fait, ils ont trouvé un compte aux Bahamas, et euh... mon père l'avait mis au nom de ma mère.
David : Oui, oui.
N. : Donc voilà. Il a dit à ma mère : si tu craques euh..., toute la famille saute, on saute tous (...) Il lui a dit euh... vraiment, on est dans la merde.
D. : Putain.
N. : Ouais. Et euh... personne pour l'aider parce que euh... Copé est trop dans la merde. Hortefeux est trop dans la merde. Et si euh... Sarko ne... ne passe pas au deuxième tour, euh... lui aussi est (inaudible) dans la merde et personne ne l'aide. Il a dit... Mon père, il a dit à ma mère : personne m'aidera. Parce que tout le monde est dans la merde (...). Sarko, il veut même pas l'aider. Enfin là, ça va encore, mais si... si Sarko il passe pas en 2012 euh..., vraiment, ils sont tous dans la merde.
D. : Ah là je crois que si Sarko il passe pas, ils sont morts.
N. : Ah ouais. Tous.
Un autre avocat, William Bourdon, est aussi sur la brèche. Il représente les deux épouses divorcées, Nicola Johnson et Hélène Gaubert. William Bourdon anime aussi l'association Sherpa, spécialisée dans la lutte contre la corruption, il est également l'avocat de Transparency International. Il a reconnu, vendredi sur itélé, que l'ancienne épouse de Thierry Gaubert avait reçu des menaces. « On l'a traité de balance ».

Mardi 20 septembre, la conversation entre Hortefeux et Gaubert est plus courte.
Thierry Gaubert : Allo
Brice Hortefeux : Oui, c'est Brice
TG : Oui, je suis en garde à vue, là.
BH : Ah bon, d'accord, OK, bon, OK, à tout à l'heure.
A 21 heures, vendredi soir, Le parquet de Paris annonçait l'ouverture d'une enquête préliminaire pour «violation du secret professionnel» et «recel» à la suite de la publication des échanges téléphoniques entre Hortefeux et Gaubert. L'enquête vise directement l'ancien ministre.

Sera-t-elle, comme pour l'affaire Woerth/Bettencourt, l'occasion d'une gigantesque mascarade ?

Nicolas Sarkozy a balayé l'affaire. Il a peur. Il lâche Edouard Balladur, son ancien mentor, comme hier Jacques Chirac. Sarkozy n'a jamais de scrupule quand il s'agit de sa survie.

7 commentaires:

  1. Pendant ce temps là, les news de l'AFP mises en exergue sur le portail "Orange" par exemple, sont "les larmes de Tristane Banon" ...en boucle ...
    Mais ces affaires qui, par ricochet, atteignent également la question de l'indépendance de la Commission Nationale des Comptes de Campagne*, voire même le Conseil Constitutionnel ... ce n'est pas grave ... moins grave que des personnes majeures qui se jouent le Dernier Tango à Paris ! ...
    I stay tuned
    Merci à toi.
    *http://www.cnccfp.fr/index.php

    RépondreSupprimer
  2. Mercredi 8 décembre 2010 :

    En octobre 1995, les rapporteurs du Conseil Constitutionnel avaient proposé à Roland Dumas de rejeter les comptes de campagne du candidat Edouard Balladur, qui venait de perdre l'élection présidentielle de 1995.

    A la surprise générale, Roland Dumas avait refusé de suivre les rapporteurs du Conseil Constitutionnel.

    Roland Dumas était passé outre cette proposition et il avait fait valider les comptes d'Edouard Balladur par le Conseil Constitutionnel.

    Lisez cet article :

    Election présidentielle de 1995 : les comptes de Balladur truqués ?

    C'est sans doute un nouveau rebondissement dans l'affaire Karachi. Selon le site Mediapart, les comptes de la campagne présidentielle d'Édouard Balladur en 1995 auraient été manipulés afin de rester dans le cadre de la loi. La police a saisi en mai dernier des documents dont un précieux rapport du Conseil constitutionnel qui se serait aperçu de cette sous-évaluation. Celui-ci a été placé sous scellé avec d'autres pièces comptables dans le cadre de l'enquête sur un financement de la campagne par corruption.

    Selon les rapporteurs du Conseil constitutionnel, les dépenses totales de l'ancien Premier ministre auraient été de 97,2 millions de francs (14,8 M d'euros) et non de 83,8 millions (12,7 M d'euros) comme l'avait indiqué le trésorier du candidat. Une erreur de 13 millions de francs qui aurait dû donner lieu à de lourdes amendes. Car Balladur dépassait ainsi de 7,2 millions de francs (1,09 M d'euros) le plafond et aurait dû les rembourser au Trésor public, selon le code électoral. Par ailleurs, n'étant plus éligible aux aides publiques pour ses dépenses, il aurait aussi dû rembourser beaucoup d'argent.

    Les rapporteurs faisaient par ailleurs mention de versements en espèces de 13 millions de FF aux caisses de campagne, non justifiés, car l'explication d'Édouard Balladur parlant de vente de T-shirts et de gadgets était jugée peu crédible, selon des éléments déjà publiés dont Reuters a eu connaissance.

    Mediapart évoque des dépenses "oubliées" par le trésorier de Balladur comme celles pour les permanences électorales (4,2MF), les sondages (1,5M), les affiches (2,2M), les réunions publiques (2,4M) ou les factures d'hôtels.

    Au vu de tous ces éléments, les rapporteurs ont proposé au Conseil constitutionnel de rejeter les comptes, mais l'institution, sous la présidence du socialiste Roland Dumas, l'a refusé après une réunion à huis clos le 3 octobre 1995, selon la décision finale officielle.

    Selon un récit de la réunion publié par plusieurs médias et que Roland Dumas ne conteste pas, il a été retenu qu'un rejet était impossible car les comptes de campagne du candidat élu, Jacques Chirac, présentaient des irrégularités similaires. Il ne pouvait selon Roland Dumas être question de faire annuler sa victoire, et le président a fait adopter ce point de vue.

    Le Conseil n'a donc réintégré dans les comptes officiels de la campagne Balladur qu'une partie des dépenses "oubliées", pour rester en dessous de la limite légale des 90 millions.

    L'affaire est aux mains du juge d'instruction Renaud Van Ruymbeke, qui a demandé une extension de sa saisine visant le marché pakistanais à un autre marché d'armement en Arabie saoudite, qui a aussi donné lieu à versement de commissions.

    http://info.france2.fr/politique/les-comptes-de-balladur-truques-66284738.html

    RépondreSupprimer
  3. Merci Juan, votre feuilleton devient de plus en plus passionnant! Entre vos comptes-rendus quotidiens et les rapports de Mediapart, nous sommes servis. (abc) Que Sarkozy abandonne Balla, c'est normal, il n'a jamais pensé qu'à sa personne: moi...moi...moi....

    RépondreSupprimer
  4. Je viens de finir de vomir... La réalité dépasse la fiction, et ils sont vraiment tous ripoux !
    At pendant ce temps là la classe moyenne paie les pots cassés et va devoir travailler à 67 piges (si boulot il y a)Déjà que je détestais Sarko à la base....
    EN passant un petit votes pour les Sénateurs (100% de blancs titulaires d'une retraite généreuse)...
    Sarko finira dans le goudron avec des plumes, et ça me fait plaisir!
    Putain aux US certains ont sauté pour moins que cela. En Suède, un homme politique est fini à la moindre incartade...
    En France, c'est le folklore...
    Et bien merde ! Cette fois-ci c'en est trop !!!!!

    RépondreSupprimer
  5. @renaud!
    Oui! aux E.U. Clinton a failli être destitué parce qu'il avait menti pour se défendre quand la stagiaire était passée sous le bureau et que ça s'est su!
    Ici on assiste à des énormités comme le chef de la police qui vient de violer deux lois par exemple (écoutes illégales, violation de courriels de journalistes, violation du secret des sources) ou sarkozy qui ne respecte pas la Constitution, ni les lois de ce pays d'ailleurs ET RIEN NE SE PASSE!!!!!!
    PERSONNE EN DEFENSE DU PAYS ET DE SES CITOYENS!
    Je trouve ça SIDERANT!

    RépondreSupprimer
  6. avec les sénatoriales, la france profonde vient de donner une grande claque aux "petites" mauvaises odeurs

    RépondreSupprimer
  7. Il fallait le voir, sur tous les écrans, brandir un mioche sous le regard dépité du père, lors de l’assassinat d'Éric schmidt (http://fr.wikipedia.org/wiki/Eric_Schmidt)! Ecœurant ! Je le dis depuis toujours : "C'est la mafia qui gouverne en France !".

    @ladyapolline
    "...les news de l'AFP mises en exergue sur le portail "Orange" "... qu'allez-vous faire sur le portail "Orange" ? Vous cherchez un peu la m.... là, non ?

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.