4 septembre 2011

Pourquoi Sarkozy n'aura pas le "courage" de la Règle d'or

En anglais, on appelle cela le « chicken game », le jeu du poulet. Deux voitures s'élancent l'une face à l'autre et chacune espère que l'autre déviera de sa route avant le choc final et définitif.

Fidèle à sa habitude bravache, Nicolas Sarkozy a voulu jouer au jeu du poulet avec la mal-nommée « règle d'or ». Le 16 août dernier, il est allé jusqu'à convaincre Angela Merkel qu'il fallait la proposer aux 17 Etats membres de la zone euro. En France, il l'a fait voter par ses députés-godillots, dans une forme bien dégradée et tardive.

Et pourtant, il est très probable qu'il se dégonfle.

Comme souvent.

Le piège ne prend pasSarkozy pensait tendre un piège politique à ses adversaires socialistes. Mais l'échec semble patent. Le contexte n'était déjà pas favorable. Certains, tel François Hollande ou Martine Aubry, ont déjà fait de la lutte contre les déficits l'un de leurs chevaux de bataille. Sarkozy était aussi bien mal placé pour se parer d'une soudaine vertu budgétaire, comme le rappelle si régulièrement la Cour des Comptes depuis 2008. Enfin, la règle d'or proposée par le Monarque était bien mal ficelée. En France, le dispositif voté par l'UMP en juillet dernier et que Nicolas Sarkozy veut intégrer dans la Constitution est finalement bien limité: il n'assure pas l'obligation d'équilibre budgétaire, et ne s'appliquerait qu'en 2013. A gauche, il fut facile de dénoncer rapidement l'imposture.

A Bruxelles, le président de l'Union Européenne, , a expliqué vendredi que « les gouvernements n'ont pas besoin » d'une telle règle constitutionnelle pour réduire les déficits sans attendre. « En fait, les gouvernements n'ont pas besoin de cette règle, ils peuvent le faire sans une disposition constitutionnelle » a-t-il déclaré, tandis que l'Espagne adoptait la sienne, par 316 voix contre 5 (ce qui n'a pas empêché la bourse de Madrid de chuter de 3%, comme ses collègues européennes, à l'annonce de mauvais résultats ...  américains).

De quoi parle-on ? La règle d'or est une « promesse de papier », une « promesse d'ivrogne », pour reprendre l'expression de l'économiste Philippe Simonot dans une tribune publiée par le Monde. « Quelle est la légitimité du juge pour censurer une loi de finance ? » s'interrogeait un magistrat. Un sondage récent démontrait le scepticisme des Français interrogés. Il y a plusieurs formules, d'un pays à l'autre, d'un parti à l'autre. Mais en France, la perspective d'un vote négatif fait autant peur que celle d'un krach boursier.


Ce mardi 31 août, le président UMP de l'Assemblée nationale a en effet déconseillé de convoquer le Congrès à Versailles. Bertrand Accoyer craint l'échec et la nouvelle déstabilisation de l'euro qui s'en suivrait en cas de vote négatif. Patrick Devedjian évoqua un « suicide politique ». Jean-François Copé, vendredi, disait entendre l'argument. D'autant que les élections sénatoriales partielles sont pour bientôt (le 25 septembre), avec la menace d'une perte de majorité dans la Haute Assemblée.

Nicolas Sarkozy n'est pas téméraire. 
C'est l'une de ses traits de caractère, et celui qui le fera très certainement renoncé à avancer plus en avant. Fort avec les faibles, faible avec les forts, il est souvent comme cela, Nicolas. Observez donc comment il est parvenu, en 4 ans et demi de « présidence » à éviter d'affronter les questions qui fâchent face à des journalistes. Rappelez-vous aussi la séquence des retraites. Depuis l'adoption de sa réforme des  retraites en novembre, il n'a cessé de répéter qu'il n'avait fait que son devoir malgré l'impopularité de la mesure. Cet éloge du courage était presque drôle. Primo, le Monarque devait concéder quelques biscuits aux marchés financiers, après 3 années de gabegie budgétaire et autres inutiles cadeaux fiscaux. Ensuite, Sarkozy s'est littéralement planqué du « débat » sur les retraites avant l'adoption de la réforme. Le calendrier lui-même fut une gigantesque imposture. Enfin, quel risque y-avait-il à ce qu'un Parlement ultra-majoritairement à droite repousse le projet de loi ?

En que dire de ses autres « réformes » ? La fin des régimes spéciaux ? Quelle blague ! Sarkozy a dépensé en plus en compensations financières que la réforme de 2007 n'économisait en rallongeant les périodes de cotisation. Le service minimum ? Encore plus drôle. Les contraintes imposées aux grévistes sont (heureusement) symboliques. La chasse aux niches fiscales ? Elle fut modeste (10 milliards d'euros l'an dernier, 12 autres cette année, sur un total de 176 milliards d'euros par an !) et sous la contrainte !

Au final, Nicolas Sarkozy a joué avec le feu, avec cette fumeuse affaire de règle d'or. Il s'était gardé une porte de sortie qu'il pensait honorable en cas de rejet par le Congrès. Sa proposition commune avec Merkel reportait à ... l'été 2012 l'inscription constitutionnelle de la fameuse règle: «Si un consensus est possible, à ce moment-là, je provoquerai à l'automne la réunion du Congrès. Sinon, les Français seront juges lors de l'élection présidentielle des forces politiques qui souhaitent le retour à l'équilibre budgétaire et de celles qui ne le souhaitent pas.»

En avril 2007, alors que les signes d'un ralentissement économique sur fond de flambée des prix de l'énergie se faisaient plus visibles, le candidat Sarkozy promettait quelques 68 milliards d'euros de réduction des prélèvements obligatoires sur 5 ans. A l'époque, le déficit budgétaire dépassait déjà les 40 milliards d'euros, et la dette publique 1250 milliards.

Qui dit mieux ?

9 commentaires:

  1. Votre article est plein de fautes, vous devriez au minimum vous faire relire par quelqu'un de compétent dans ce domaine avant de publier :/

    RépondreSupprimer
  2. @Anonyme de 12h01
    Pour ma part, c'est plus le contenu (que l'on ne trouve nul part ailleurs) que les fautes (certainement dues à la précipitation) que j'aime retrouver chaque jour sur ce site.Alors, indulgence!!!!!!!
    A Juan, merci encore pour votre travail.

    RépondreSupprimer
  3. OUI MERCI A VOUS (les fautes on s'en fout, d'autant plus qu'elles sont rares et elles n'entâchent pas la qualité de vos analyses).

    RépondreSupprimer
  4. TF1 cherche du temps de cerveau disponible pour suivre la grosse émission sur la grossesse de Carla B.S. ce soir.

    Merci à Juan pour cette corvée malgré son esprit critique non compatible TF1 ;->

    RépondreSupprimer
  5. C'est sur la forme que Sarkozy a été élu plus que sur le fond , et voila ce que ça donne !
    Le "look" ou l'apparence du beau est l'arme des personnes qui n'ont rien à dire .
    Quelques fautes dans un texte bien ficelé valent mieux que 0 faute dans rien du tout !
    Mais question fond ,forme ou grammaire , depuis 2007 , pour Sarkozy c'est zéro pointé partout et même quand il se fait relire c'est peut-être encore pire , bel exemple en effet !

    RépondreSupprimer
  6. Et bien sûr, les espagnols, italiens et allemands qui ont ou vont adopter cette règle n'ont aussi pas le courage de l'appliquer. Il serait temps que la gauche française (surtout le PS) se modernise. Récemment The Economist les critiquait sur ce point, et le journal avait parfaitement raison.

    300.000 emplois jeunes, retraite à 60 ans, hausse du budget de la culture... what else ?

    RépondreSupprimer
  7. La règle d'or
    quelle belle arnaque, une de plus
    de la part de celui qui a bradé une partie de l'or des Français
    http://sarko-verdose.bbactif.com/t348-pourquoi-sarkozy-vend-t-il-l-or-de-la-france
    Honte à lui! et qu'il s'en aille avec sa règle de pacotille!

    RépondreSupprimer
  8. Petit, tout petit, il se prenait beaucoup de coups de règle sur les doigts.
    Depuis : il se venge…

    RépondreSupprimer
  9. Qu'il vire ce nabot, on a pas besoin de lui, lui qui coule la France un peu plus tous les jours. Qu'il parte !

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.