5 octobre 2011

Comment Sarkozy "débranche" ses opposants

A tort ou à raison, l'équipe présidentielle a considéré qu'il fallait « débrancher » ses opposants de l'intérieur qu'étaient Dominique de Villepin et Jean-Louis Borloo. Quelques récentes révélations sur les méthodes de la cellule élyséenne sont édifiantes. A l'UMP, les primaires se déroulent en coulisses à coup de chantage, sondages et pressions.

Mardi, l'hebdomadaire l'Express ajoute une pièce au dossier des manipulations sarkozyennes. La compagne de François Hollande, journaliste chez Direct8, aurait été espionnée sur ordre par la DCRI.

Du show ...
Ce mardi matin, Nicolas Sarkozy est arrivé dans le Gard, près d'Alès. Des centaines de gendarmes avaient délogé la quinzaine de protestataires qui s'étaient rassemblés dès lundi soir sur la zone d'atterrissage de l'hélicoptère présidentiel. L'un des manifestants rapidement coffré raconte: « Au petit matin, de gendarmes étaient alignés au bord du terrain, comme pour une battue. Ils avaient des gilets pare-balles, c'était impressionnant. Des hommes en costume et cravate, probablement du service de sécurité de la présidence, se sont approchés et ont donné le signal. On a tous été interpellés ». Ces récalcitrants voulaient simplement rappeler leur opposition aux permis de forage de gaz de schiste accordés dans la région. Des permis que Nicolas Sarkozy avait déjà décidé d'abroger. Rien de grave, donc, mais insupportable pour les photos présidentielles du candidat en campagne.

Le Monarque avait de grandes choses à dire. Depuis la veille, lundi, on l'attendait plutôt sur le terrain financier. L'annonce, par les responsables de l'euro-group, que l'adoption de la prochaine tranche d'aide à la Grèce était reportée a provoqué un nouveau séisme boursier en Europe et ailleurs. L'euro a dévissé face au dollar. Angela Merkel a fait savoir qu'elle avait « parlé » à Papandréou, ce mardi.

Mais non, Sarkozy n'avait pas l'intention de déroger à son agenda anachronique. « Le don des protestants à la France c'est la liberté de conscience » a-t-il déclaré. « C'est un lieu où on célèbre la liberté de conscience, un lieu qui montre les ravages que produit l'intolérance. Je viens ici pour les protestants, mais c'est pour toute la France.»

Il a même repris à son compte l'article 10 de la déclaration des Droits de l'homme de 1789: « nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses.»

Sans rire.

... à la cellule...
« L'affaire Borloo » n'a rien de grave, rien de judiciaire. Elle témoigne quand même de quelques moeurs politiques très en vogue à l'Elysée. Quand quelqu'un déplaît, on organise une cellule pour définir, roder puis mettre en oeuvre les éléments du complot visant à le décourager. Concernant Borloo, cette cellule était dirigée par Olivier Biancarelli, comme l'expliquait le Figaro. Celui-même qui deviendrait directeur de campagne de Nicolas Sarkozy depuis que Brice Hortefeux s'est disqualifié dans l'affaire Karachi.

Contre la candidature de Jean-Louis Borloo, l'Elysée a bien travaillé:
- au printemps dernier, une salve de sondages laissait croire à un public transi d'inquiétude qu'une candidature centriste dissidente pourrait empêcher Sarkozy d'un second tour.
- Pour faire contre-poids au sein du camp centriste, et mieux décourager l'entreprise de son ancien ministre, Nicolas Sarkozy misa également sur François Bayrou. De rendez-vous en explication, le rapprochement objectif vers le patron du Modem avait même contraint ce dernier à réaffirmer son indépendance début septembre lors de son université d'été: « Notre entreprise a échoué, le candidat désigné par l'Élysée s'appelle Bayrou. C'est une erreur. » a confirmé un proche de Borloo.
- Enfin, les soutiens parlementaires du président du parti radical valoisien furent un à un découragés ou, à défaut menacés de représailles électorales. Il y a trois mois, deux centristes avaient été attirés au gouvernement.

Mi-septembre, Borloo serait allé rencontrer discrètement Nicolas Sarkozy pour lui faire part de sa décision. La confidence anonyme de l'un des conseillers du Monarque fait froid dans le dos: « Nous savions que Borloo et Villepin étaient en train d'être débranchés. Mais nous ne savions pas quelles modalités Borloo allait choisir pour l'annoncer.»

Lundi, un député UMP, anonyme également, lâchait à un autre journaliste du Figaro: « Nicolas Sarkozy humilie souvent, ne sanctionne jamais, récompense rarement ».

Mardi, à propos du retrait de Borloo de la course présidentielle, Nicolas Sarkozy a eu ce commentaire ambigüe: « C'est plus courageux de renoncer que d'y aller ». Que risquait donc Borloo de si grave s'il s'était obstiné ?

... et l'espionnage.
Mardi, le site de l'Express jetait un autre pavé dans la marre des barbouzeries sarkozyennes: « Des sources policières concordantes, à plusieurs niveaux hiérarchiques, affirment à L'Express qu'au début de 2011, des fonctionnaires triés sur le volet, appartenant à une section de la Direction du renseignement de la préfecture de police de Paris, ont reçu l'ordre d'enquêter sur Valérie Trierweiler, journaliste à Paris Match et compagne du leader socialiste ».

Si les faits sont confirmés, s'agissait-il d'une simple enquête de personnalité que les ex-Renseignements généraux aiment tant pratiquer sur des personnages publics ? La préfecture de police de Paris a évidemment démenti.

Dans une autre affaire d'espionnage, de journalistes cette fois-ci, le procureur Philippe Courroye a obtenu quelque répis. Son audition avec la juge qui enquête sur son rôle dans l'espionnage de 3 journalistes du Monde, en juillet dernier, a été reportée.




8 commentaires:

  1. Bravo pour votre travail quotidien, ce ne doit pas être évident à faire. je vous encourage!
    Je ne suis pas paranoïaque, mais je suis persuadé que Borloo a eu un peu peur "d'y aller". Après tout, il était a pu près sur d'obtenir au moins 5% des voix, suffisant pour se faire rembourser le budget de sa campagne et cela été l'occasion pour lui de s'exprimer, de proposer des idées nouvelles. Son retrait rapide qui semble avoir étonné son entourage ne s'explique que par la trouille de voir la main lourde de notre monarque s'abattre sur lui.
    Autre chose :
    Autour de moi, je suis le seul à dire que DSK est tombé dans un piège grossier à New York. Pourquoi je dis cela ? C'est tout simplement à cause du planning. Ne croyant pas aux coïncidences, un tel accident lui arrivant à une semaine, un mois au plus, d'annoncer sa candidature ce que l'Elysée ne pouvait pas ignorer...
    Quand à la compagne de Francois Hollande, c'est si banal que je ne vois même pas pourquoi le pouvoir proteste.

    Nicolas SARKOZY possède une tactique que j'appelle WW2 (nom d'un jeu de combat sur consoles bien connu)
    Posté (on appelle cela "camper")en haut d'un escalier avec un fusil mitrailleur,en mode mélée générale en équipe, il dézigue, accroupi, toute tentative d'envahir son périmètre bien entouré de ses fidèles soldats en avant poste, qui mitraille la concurrence.
    Il est plus facile de dézinguer l'ennemi (surtout si on possède les armes) plutôt que de construire un programme honnête et innovant.

    RépondreSupprimer
  2. c'est moche la politique il y a des coups bas voir ici un exemple http://bit.ly/fZGdYw

    RépondreSupprimer
  3. Ce n'est pas parce qu'un tabloïd balance des rumeurs sans preuve que c'est vrai.

    "je suis le seul à dire que DSK est tombé dans un piège grossier à New York."

    C'est assez drôle ce genre de pseudo-complot. Pourquoi ne pas faire la même chose avec l'UMP et les rumeurs d'affaires ? Hasard du calendrier : avant les primaires socialistes. Et oui, ça ne fonctionne pas qu'avec les méchants UMP qui font un complot contre le gentil DSK et son hyper activité sexuelle.

    Au fait c'est "MW2" pour "Modern Warfare 2", et non "WW2" qui signifie "World War 2". Pour l'instant Nicolas Sarkozy est PRESIDENT. Déjà que ce bloggueur tente de le faire passer pour un candidat, je n'imagine pas ce qu'on dirait s'il se déclarait...

    RépondreSupprimer
  4. Le patron de Dexia s’appelle Pierre Mariani : c’est un proche de Nicolas Sarkozy.

    En 2010, Pierre Mariani a gagné 1 809 411 euros.

    http://www.lesechos.fr/diaporamas/voir_diaporama.php?id_diap=DIAP290411932_114660


    A propos de Pierre Mariani, voici un extrait de Wikipedia :

    Le successeur d’Axel Miller, Pierre Mariani, un proche de Nicolas Sarkozy, s’est octroyé un salaire fixe en hausse de 30 % par rapport à Axel Miller.

    Le conseil d’administration de Dexia a accepté «à l’unanimité» le 13 novembre 2008 de porter à un million d’euros le salaire annuel du directeur général et de fixer à 2,25 millions d’euros son bonus maximum. Axel Miller ne touchait «que» 825 000 euros de fixe, et son bonus était plafonné à 1,8 million d’euros.

    C’est le comité des rémunérations, composé notamment de Denis Kessler, ex-numéro 2 du Medef, et d’Augustin de Romanet, directeur général de la Caisse des dépôts, qui a fait ses propositions.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Dexia#Salaire_de_Pierre_Mariani

    RépondreSupprimer
  5. y a t il autre chose à attendre de la sarkosie ?

    t'as oublié de demander aux sarkosistes où ils se planquent

    RépondreSupprimer
  6. Sarko a échouer
    La droite critique que le gauche et dépensière, elle se trompe énormément. la droite elle a tout rater
    de 98 a 2002 sous le premier ministre Jospin ( pour moi un homme intègre), il a bien gérer la France avant son départ, tout été au vert .
    -le chômage avait baisser
    _il y a eu de l'argent de côté ( grosse cagnotte)
    _ le déficit budgétaire été de 3,5%
    il avait mis de argent coté pour les retraites 15 ml€
    - la secu été bénéficiaire, et bien d'autre choses positives.
    bien sur ce n'est pas facile de gérer un pays
    Jospin l'a fait
    ----
    Sarko a été ministre des finance ont ce le demande vraiment
    tout les deficits ont triplés en 4 ans de Sarko,
    tout et dans rouge.
    je pense maintenant, que Ségoléne aurait mieux gérer la France que lui.

    Et plus il joue les petit dictateur a vouloir tout gérer. (même a l'intérieur de UMP)

    en votant pour un président ont croit bien, faire, ont fait une grave erreur.
    surtout en élisant un président qui avait été ministre de l’intérieur,( pour moi c'est un petit Poutine)
    j’espère que l"année prochaine les gens feront très attention avant de voter
    surtout que la situation s’aggrave de mois en mois.
    si opposition l'emporte ce sera très difficile pour elle comme en 1981 avec 15% d’inflation que l'ont a mit dix avant de la ramener a zéro.
    Dans les deux cas la droite a mal gérer la France

    BONNE chance a tous , faites bien attention qui vous mettrez au pouvoir?

    chris

    RépondreSupprimer
  7. Merci au blog, bel article.
    @"Anonyme" WW2 veut aussi dire "world of warcraft 2"
    @Ba. Merci ;) et comme ecrit ds un article de "La Libre": "On pourrait aussi parler de la Belgique qui rachète Dexia pour 4 milliards. Les actionnaires sont satisfaits, mais on n’a pas demandé l’avis des parlementaires ni des citoyens belges."
    Les actionnaires contents... et pr finir c est le contribuable qui paye les 4 millards...

    http://www.lalibre.be/economie/actualite/article/695142/les-mesures-d-austerite-sont-une-supercherie.html


    Basta aux dieux des finances, politiques hypocrites... on se demande parfois quelles places "ils" ont dans les reseaux mafieux mondiaux...ou regionaux.

    "Anonyme"

    RépondreSupprimer
  8. Et lui, comment l'a t'il débranché?
    pauvre dsk......
    allé pour la route

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.