21 octobre 2011

Président crédible ? Sarkozy rate le coche européen

Il y a le feu. La mort du colonel Kadhafi ou la naissance de Giulia Sarkozy mercredi soir n'y changeront rien. Nicolas Sarkozy est en passe de perdre beaucoup en crédibilité sur un terrain qu'il affectionne pourtant, l'international. La crise de l'euro et de la dette s'aggrave, mais l'Europe est incapable de s'accorder rapidement. A Paris, la fiabilité et la justice du projet de budget de l'Etat est toujours critiqué jusque dans les rangs de la « majorité ».

L'examen du budget de l'Etat pour 2012 à l'Assemblée nationale est l'occasion d'échanges rarement rapportés dans les médias. Ces derniers préfèrent les éclats ou les formules lâchées à l'occasion de séances de questions (filmées) au gouvernement. Depuis mardi 18 octobre, quelques débats illustrent bien les tartufferies du dernier projet de loi de finances de Nicolas Sarkozy. 

Sarkozy crédible ?
Parfois, ce sont parfois les députés de la majorité qui en parlent le mieux. Charles de Courson (Nouveau Centre), mercredi 19, n'a toujours pas digéré l'incohérence des hypothèses économiques du budget : « Le consensus, qui était encore de 1,2 % il y a trois mois, est tombé à 0,9 % cette semaine.» Et il ajoutait: « La réduction de la croissance se traduira, en 2012, par des pertes de recettes pour la sécurité sociale et le budget de l’État de l’ordre de 10 milliards puisque l’on sera, en cumulant 2011 et 2012, au minimum un point en dessous de vos prévisions. Il faut compenser cette perte dès maintenant et ne pas attendre la catastrophe du printemps pour être obligé d’élaborer à toute vitesse un collectif destiné à réaliser 10 milliards d’économies supplémentaires. »

Le député de centre-droit sortait pourtant, ce mercredi après-midi, d'un déjeuner avec Nicolas Sarkozy. L'opération séduction du Monarque n'avait visiblement pas produit tous les effets escomptés.  Le député Courson a également démonté un autre argument de présentation gouvernementale : « Le Gouvernement ne gagne rien à dire qu’il a fait porter l’essentiel de l’effort sur la dépense alors qu’il est en réalité de 0,5 % sur les dépenses et de 1,2 % sur les recettes ». 

Son collègue Philippe Vigier (également Nouveau Centre), était, lui, critique sur le caractère temporaire de la taxe de 3% sur les hauts revenus: « Pour que cette taxe ne soit pas un coup d’épée dans l’eau, il est également indispensable de la maintenir non pas jusqu’à l’obtention d’un déficit à moins de 3 % du PIB, mais jusqu’au moment où sera atteint l’équilibre des comptes et des administrations publiques ». Quel éclair de lucidité !

Cet examen budgétaire réactive ainsi l'un des clivages les plus tenaces de la mandature Sarkozy: présidence des riches contre République sociale. Dans la nuit de mercredi à jeudi, les députés ont certes adopté le renforcement de la taxe sur les très hauts revenus. 

Amis fidèles ?
Le parquet de Paris a délivré unréquisitoire supplétif à l'encontre de Thierry Gaubert. Ce proche de Nicolas Sarkozy est déjà mis en examen pour recel d'abus de biens sociaux, dans l'instruction du volet financier de l'attentat de Karachi. Le voici désormais soupçonné de subornation de témoin.

Son ex-épouse, Hélène de Yougoslavie, avait remis une clé USB contenant un enregistrement de conversation. On y entend Thierry Gaubert menacer sa femme : « Si tu parles, tu ne verras plus les enfants. Si je coule, tu coules avec moi, car nous ne sommes pas divorcés ». La justice cherche aussi à savoir si Gaubert n'a pas exigé de sa femme qu'elle mente aux juges lors de ses auditions. Mme ex-Gaubert avait témoigné de l'existence d'un compte aux Bahamas. Et M. Gaubert était sacrément inquiet.

Brice Hortefeux l'avait prévenu, le 14 puis le 21 septembre dernier, des révélations de son ex-épouse au juge Renaud van Ruymbeke.

Europe crédible ?
Son aller-et-retour à Francfort pour tenter de convaincre Angela Merkel n'aura pas servi. Jeudi, dans un communiqué officiel commun, le couple franco-allemand annonçait le report à mercredi d'une décision européenne sur le sauvetage de l'euro.

Officiellement, il faut encore du temps pour négocier l'ampleur du défaut de paiement de la Grèce, paralysée par des mouvements sociaux, et ses conséquences sur le secteur bancaire privé du reste de l'Europe. Officieusement, il y a d'autres motifs de négociation et d'énervement bilatéraux. Sarkozy défend un renforcement des moyens du FESF et un élargissement de son intervention. En gros, notre Monarque aimerait pouvoir faire appel au FESF pour nos banques nationales si nécessaire.

Non seulement l'Europe - et la zone euro en particulier - se limiterait donc au leadership franco-allemand, mais en plus ce leadership ne fonctionne pas. Faudra-t-il le répéter ? Le temps des marchés (et des emprunteurs !) n'est pas celui des gouvernements.

Dans l'urgence et la douleur, Nicolas Sarkozy réalise aujourd'hui que son mini-traité dit de Lisbonne n'était qu'un leurre technocratique.


4 commentaires:

  1. A propos de l'ex-suppléante de Nicolas Sarkozy :

    Canard enchaîné : un journaliste confirme les actes de Joëlle Ceccaldi-Raynaud.

    Alors que dans une de ses enquêtes, le Canard enchaîné expliquait que Joëlle Ceccaldi-Raynaud aurait eu plusieurs comptes dans des paradis fiscaux, la maire de Puteaux aurait demandé à ses soutiens d'acheter tous les journaux. Le journal confirme.

    C'est une nouvelle affaire qui pourrait faire du bruit et desservir encore un plus l'UMP. Alors que le parti cherche à se refaire une santé après l'éclipse des primaires socialistes, le Canard enchaîné a révélé une autre affaire mercredi 19 octobre.

    En effet, selon le journal satirique, Joëlle Ceccaldi-Raynaud, député-maire UMP de Puteaux mise en cause dans une affaire de pots-de-vin relayée par le Canard, a demandé à son équipe d'acheter tous les exemplaires de l'hebdomadaire en vente dans la ville.

    Un journaliste de l'hebdomadaire confirme cette surprenante révélation.

    « Non seulement le maire de Puteaux a fait acheter la quasi-intégralité des 600 exemplaires du Canard enchaîné mis en vente, mais il fait régner un climat de peur sur les kiosquiers, certains d'entre eux refusant d'être réapprovisionnés en raison d'éventuelles représailles », a affirmé Hervé Liffran, confirmant une information révélée par le blog du conseiller municipal d'opposition (Modem) Christophe Grébert.

    « Les kiosquiers ont reconnu des personnes de la mairie. L'un d'entre eux m'a assuré qu'en cas de nouvelle livraison, il mettrait les nouveaux exemplaires sous son comptoir et les renverrait la semaine prochaine pour invendus », a ajouté le journaliste. Selon le journaliste, c'est une première dans l'histoire de l'hebdomadaire satirique. « Nous avons déjà vu des villes acheter un maximum d'exemplaires mais jamais elles n'ont cherché à empêcher le réapprovisionnement » a ajouté Hervé Liffran.

    Dans son édition du 19 octobre, le Canard enchaîné révélait que Joëlle Ceccaldi-Raynaud avait été entendue en août comme témoin assisté par un juge d'instruction de Nanterre dans une enquête sur des soupçons de commissions occultes dans le cadre de l'attribution d'un marché par le syndicat intercommunal de chauffage urbain de la Défense (Sicudef) à Enerpart.

    Dans cette affaire, le père de l'élue, l'ex-sénateur-maire UMP de Puteaux Charles Ceccaldi-Raynaud, avec lequel elle est en conflit ouvert depuis plusieurs années, a été mis en examen en 2007 pour «favoritisme, recel d'abus de biens sociaux et corruption passive». Selon Le Canard Enchaîné, dans le cadre de cette enquête, Charles Ceccaldi-Raynaud a accusé sa fille d'avoir touché des commissions occultes.

    Joëlle Ceccaldi-Raynaud a annoncé mercredi qu'elle allait déposer une plainte en dénonciation calomnieuse, tout en se disant « étrangère » à cette affaire.

    http://www.francesoir.fr/actualite/politique/canard-enchaine-un-journaliste-confirme-actes-joelle-ceccaldi-raynaud-149284.html

    RépondreSupprimer
  2. Son collègue Philippe Vigier (également Nouveau Centre), était, lui, critique sur le caractère temporaire de la taxe de 3% sur les hauts revenus: « Pour que cette taxe ne soit pas un coup d’épée dans l’eau, il est également indispensable de la maintenir non pas jusqu’à l’obtention d’un déficit à moins de 3 % du PIB, mais jusqu’au moment où sera atteint l’équilibre des comptes et des administrations publiques ». Quel éclair de lucidité !

    oui surtout que les législatives sont proches et seront très difficiles pour la sarkosie

    RépondreSupprimer
  3. Il y a deux hypothèses sur la candidature de l'UMP à la présidentielle 2012 : soit Sarkozy se lance "malgré l'UMP", en solitaire. Détaché du parti, il prône un retour au réel (par opposition au réenchantement de Hollande) et peut gagner sur cet axe. Ou bien il annonce sa fierté d'être père à nouveau et lâche la candidature pour s'y consacrer pleinement. Fillon serait alors candidat ce qui ruine toute la com anti-sarko du PS ! :-)

    RépondreSupprimer
  4. Faut arrêter avec les amalgames "Un de ses proches est en examen donc sarko est un pourri pas crédible et menteur". C'est risible.

    Flamby 2012 !

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.