15 novembre 2011

Commissions de Karachi: pourquoi on sait que Sarkozy est impliqué

Les dernières révélations de Ziad Takieddine à propos d'éventuels détournements de fonds dans le cadre de ventes d'armements conclues par le gouvernement Balladur inquiètent l'Elysée. L'homme d'affaires a décidé de mouiller Jacques Chirac et Dominique de Villepin, les accusant d'avoir récupéré à leur profit de faramineuses commissions occultes. Mais le clan Sarkozy n'a pas envie d'une surenchère de révélations qui risqueraient d'éclabousser trop de monde à droite.

Le commun des citoyens pourrait s'y perdre. Les contrats portent des noms exotiques, les sommes en jeu défient l'entendement, l'ampleur des détournements fait frémir. Des gens sont morts, y compris des innocents. Depuis deux ans, l'affaire dite du Karachigate s'est accélérée.

Voici quelques clés et une synthèse pour comprendre où nous en sommes de cette affaire d'une mandature.

Sarkozy nie mais s'inquiète
D'un attentat meurtrier commis il y a 9 ans à Karachi, voici que les enquêtes englobent désormais un ensemble bien plus large. Les rares fois où il a été interrogé, Nicolas Sarkozy a toujours botté en touche: en juillet 2009, il s'agaçait contre la « fable ». En juin 2010, Marc Trévidic, le juge en charge de l'enquête sur l'attentat de Karachi lui-même, confirme l'existence de rétrocommissions illicites. En novembre 2010, il s'énervait brutalement contre l'ampleur des soupçons le concernant, insultant au passage un journaliste en marge d'un sommet européen. Le 27 octobre dernier à la télévision, il faisait mine de s'étonner qu'on enquête encore sur cette affaire « vieille de 17 ans ».  « Est-ce que vous imaginez, s'il y avait quoi que ce soit à reprocher à M. Balladur, qu'on ne l'aurait pas trouvé en 17 ans ? »

Les contrats sont faramineux
C'est justement ce jour-là que les juges Renaud van Ruymbeke et Roger Le Loire, initialement chargés de l'enquête sur le volet financier du Karachigate, ont obtenu du parquet de Paris d'élargir leur champ d'instruction à trois nouveaux contrats d'armement: outre le contrat Agosta (la vente de 3 sous-marins au Pakistan pour 825 millions d'euros le 21 septembre 1994), puis Sawari II (la vente de trois frégates Lafayette à l'Arabie Saoudite pour 2,8 milliards d'euros le 19 novembre 1994), les juges ont ajouté le contrat Mouette (le carénage de 2 pétroliers et quatre frégates saoudiens pour 503 millions d'euros le 30 janvier 1994) et les contrats SHOLA et SLBS (la vente de missiles et pièces de rechange pour 647 millions d'euros le 30 janvier 1994).

Ces contrats ont été identifiés dans le cours de l'enquête initiale, après l'audition d'un ancien directeur international de Thomson (Thalès) et d'une perquisition de la Sofresa (société d'Etat spécialisée dans les ventes d'armes).

Des commission balladuriennes...
Quand le contrat Sawari II a été signé, le gouvernement français a eu recours à deux intermédiaires baptisés le « réseau K », Ziad Takieddine et Abdul Rahman El-assir, réputés proches de François Léotard (alors ministre de la Défense) et Renaud Donnedieu de Vabres, son conseiller. Le « réseau K » devait se partager quelques 213 millions d'euros de commissions. C'est ce qu'a affirmé aux enquêteurs le directeur général délégué de la Sofresa de l'époque, Jacques-Yves Gourcuff lors d'une audition le 23 septembre dernier. Grâce un autre témoignage et divers documents saisis lors de perquisitions, les juges ont pu reconstituer qu'au moins une cinquantaine de millions d'euros avaient été payés au réseau K avant l'élection de Jacques Chirac.

... aux commissions chiraquiennes
M. Gourcuff a également affirmé que son patron dès 1995, nommé par Jacques Chirac devenu président, avait remplacé le « réseau K » par un le « réseau des Bugshan, des Saoudiens d'origine yéménite ». Et Gourcuff de préciser aux enquêteurs que les commissions dues au réseau K et bloquées par Jacques Chirac « ont été plus basculées que bloquées pour être encaissée par le réseau Bugshan».

Le témoin confirme ainsi partiellement les précédentes accusations de Ziad Takieddine du 12 octobre dernier.  D'après le Monde, ce dernier avait « désigné nommément Jacques Chirac, Dominique de Villepin, et l'homme d'affaires Alexandre Djouhri comme les maîtres d'œuvre de ce nouveau réseau imposé en 1996, estimant même que les deux premiers auraient bénéficié de rétrocommissions. "Les commissions n'ont pas été arrêtées mais elles ont pris une autre destination après la destruction des contrats, a-t-il assuré aux magistrats. Dès le départ, Bugshan était lié à Djouhri." »

Qui est soupçonné ?
A l'heure actuelle, trois proches de Nicolas Sarkozy ont été mis en examen: Ziad Takieddine (désormais mis à l'écart), Thierry Gaubert (ancien conseiller d'avant 2007), et Nicolas Bazire (ancien dircab d'Edouard Balladur). Le Monde révèle que ce dernier a été mis sur écoute en septembre, en vain. L'écoute de Thierry Gaubert avait été plus productive: on y avait découvert que ce dernier était informé par Brice Hortefeux en personne !

Les juges van Ruymbeke et Le Loire voudraient pouvoir enquêter sur ce nouveau volet, l'hypothèse de commissions occultes au profit du clan chiraquien.

Sarkozy est cité
Rien de neuf ces derniers jours. Nicolas Sarkozy est impliqué dans l'affaire Karachi à plusieurs titres: contrairement à ce qu'il explique, il a dû valider le montage fiscal permettant le versement des commissions d'intermédiaires dans ces différents contrats. La police luxembourgeoise le cite d'ailleurs nommément: en tant que ministre du Budget, il avait avalisé la création d'une société-écran en 1994 pour le versement des commissions occultes du contrat Agosta, baptisée HEINE. Les mêmes enquêteurs ont d'ailleurs « saisi des courriers à en-tête de Heine échangés entre Nicolas Sarkozy (alors ministre de l’Intérieur) et les administrateurs de la société », rapportait Libération en novembre 2010.

Le jour même de son investiture, Nicolas Sarkozy recevait un courrier de l'ancienpatron de HEINE, Jean-Marie Boivin, déçu de n'avoir reçu la juste compensation qu'il croyait après la dissolution de la société. Deux ans plus tard, il recevait quelques millions d'euros en vertu d'un protocole transactionnel. Sarkozy avait chargé ses conseillers de « négocier avec l'ancien dirigeant d'une société écran de la Direction des constructions navales (DCN) » expliquait Mediapart.

Sarkozy s'inquiète
Mais le parquet « hésite », expliquait Laurent Valdiguié le 13 novembre. Pour mémoire, ce journaliste du JDD revenait de Libye avec Ziad Takieddine quand ce dernier fut arrêté à l'aéroport du Bourget en mars dernier avec 1,5 million d'euros en espèces.

Un « proche »  de Nicolas Sarkozy a livré une stupéfiante confession ce weekend au même JDD : « Pas question pour Sarkozy de partir en campagne avec dans son dos le Villepin déchaîné de l’affaire Clearstream […] Personne n’a intérêt à droite à réveiller ces vieux dossiers de financement", décode un proche du Président.»

Si son gouvernement fait mine de déclassifier les documents secret-défense pour faciliter l'enquête, les obstacles restent au contraire nombreux. A la faveur d'une loi sur-mesure, le secret défense est désormais applicable à l'ensemble d'un bâtiment et non plus seulement un document. C'est bien pratique ! Jeudi dernier, le conseil constitutionnel avait censuré ces règles relatives aux lieux classés secret défense. Mais les familles de victimes de l'attentat de Karachi ont décidé de saisir la Cour européenne des droits de l'homme : « Dans sa décision, le Conseil n'a pas abordé un point contraire au principe de séparation des pouvoirs, à savoir qu'il revient au seul pouvoir exécutif de décider in fine de déclassifier ou non des documents », a annoncé vendredi 11 novembre leur avocat Olivier Morice.


Résumons-nous: officiellement, l'Elysée considère que (1) la justice fait son travail, (2) cette affaire est très ancienne et (3) ne concerne en rien Nicolas Sarkozy sauf à vouloir le salir. Officieusement, le monarque ne veut  pas raviver la guerre des droites et réfléchit à interdire au parquet toute extension de l'instruction. Bref, c'est la panique générale.

Vive la République irréprochable !

Lire aussi:

14 commentaires:

  1. Bonne synthèse de ce dossier à tiroirs dans lequel on peut facilement se perdre.
    Merci

    RépondreSupprimer
  2. Beau travail de fond remarquable.
    Bon on sait maintenant que Sarko a les mains dans le cambouis jusqu'aux coudes, mais à priori beaucoup de politiques en ont "croqué" et c'est pas nouveau ....
    Et maintenant que va-t-il se passer ? Que peut-il concrètement lui arriver ? Qui peut le punir ?

    RépondreSupprimer
  3. merci pour la précision de l'article !

    RépondreSupprimer
  4. D'ou la nécessité d'instaurer dans notre constitution un dispositif comparable à la procédure d'impeachment aux USA.

    RépondreSupprimer
  5. Renaud a dit Qui peut le punir ? Ben en Sarkozye sous la V Ripouxblique ...PERSONNE !!
    Eric Claxon

    RépondreSupprimer
  6. Aujourd'hui Sarko a exaucé un de ses fantasmes ! Les bénéficiaires du RSa devront travailler 7 heures en échange de leur obole...Y avait donc du travail.
    Je me propose donc de travailler 7 heures par semaines comme Député ou Président de la République...
    Enfin il exauce le rêve des riches, retirer la dignité aux pauvres. SALAUDS DE PAUVRES Crevez la gueule ouverte, pendant ce temps les grands patrons délocalisent pour offrir des dividendes encore plus gros à leurs actionnaires !!
    Cette France pue la merde !
    Vivement la Gauche ! Qui que ce soit à gauche, je m'en tape !!!

    RépondreSupprimer
  7. la Sarkozy est un navire semblable au Titanic
    il coule doucement mais surement ...
    de plus en plus de rats quittent le navire
    vivement mai 2012

    RépondreSupprimer
  8. Ce type devient dangereux dans ses décisions, a surveiller tout de même, le vent de la défaite prochaine l'agace et lui fait faire n'importe quoi!
    Il a le temps de faire encore pas mal de dégats d'ici mai 2012.

    RépondreSupprimer
  9. Bon recadrage, merci !

    RépondreSupprimer
  10. Des informations intéressantes.
    Certains croient que la gauche fera des miracles, mais ils ont la mémoire courte. Avant Mitterand, je ne croyais déjà pas à la gauche. Après j'ai pensé que des affaires comme l'affaire Boulin allait être résolue. Nenni, cela a été pire. Affaire Pelat, affaire Joséphine ... Perso, j'ai même été mis en examen pour avoir tenté de faire venir en France les enfants de ma femme (on a réussi après un clash inimaginable).
    Continuez de lutter contre toute dérive du pouvoir que ce soit de gauche ou de droite.

    RépondreSupprimer
  11. Si la gauche revient, nous allons en bouffer de la taxe sociale pour n'importe quoi, type rds ou csg, ça donne la gauche là dedans, c'est la raison pourquoi je voterai FN.

    RépondreSupprimer
  12. Moi aussi je voterai FN

    RépondreSupprimer
  13. et bien votez donc FN si ça vous chante, et en admettant que Marine arrive aux commandes, je serai ravi de voir vos mines déconfites quand celle-ci déroulera le même tapis rouge aux salopards de tout poils du même acabit que tous ceux qui aujourd'hui ont le pouvoir et l'argent pour continuer dans ce système pourri.

    N'oubliez pas, n'oubliez jamais "Hitler, plutôt que le Front Populaire" !!!!

    RépondreSupprimer
  14. Si je comprends bien,les commissions ont continué à être versées après 1997.Donc Jospin,DSK et Aubry et donc Hollande avaient interêt à ce que ça continue.Pourquoi????Devinez.....

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.