3 novembre 2011

Sarkozy est à Cannes mais Takieddine balance à Paris

Nicolas Sarkozy tente de sauver les apparences à Cannes, où démarre « son » G20. On saura jeudi soir si les premiers échanges limiteront le fiasco. L'annonce du premier ministre grec, lundi soir, de l'organisation d'un référendum, a sabordé tout le bénéfice des maigres efforts de la semaine précédente pour renflouer la Grèce.

A Paris, un ancien proche, celui-même qui avait tenté de négocier la vente d'équipements de surveillance auprès du colonel Kadhafi pour le compte du ministre de l'intérieur Nicolas Sarkozy, commençait à se rebiffer. Samedi dernier, dans l'inquiétude de ces journées imprévues, Dominique de Villepin avait discrètement rendu visite à Nicolas Sarkozy et Claide Guéant.

Effervescence cannoise
Après une panique boursière un mardi de Toussaint, les places ont recouvré quelque calme. Les dirigeants européens, Sarkozy et Merkel en tête, avaient tenté de convaincre que le référendum populaire proposé par l'iconoclaste premier ministre grec serait finalement bien encadré. Le suspense a duré la journée, permettant d'attendre la clôture des marchés pour s'engueuler. Il n'était pas anodin que la convocation du premier ministre ministre ait été convenue pour la fin de la journée. On confia aussi que Sarkozy et Obama enregistreraient une interview télévisée d'un gros quart d'heure vendredi 4 novembre pour TF1 et France2.

Les sourires étaient tout de même coincés, mercredi en fin d'après-midi, parmi les participants au sommet du G20 qui débute ce jeudi. Un porte-parole grec expliqua que le référendum ne porterait que sur le plan de sauvetage et non sur la participation à l'euro ou à l'Europe.

Ailleurs à Paris, un autre homme se confiait publiquement. Ziad Takieddine, proche ami de Jean-François Copé et ancien fidèle des réseaux sarkozyens, semblait décidé à confier ce qu'il savait des filières de financement politique occulte depuis 1995. Voici une affaire « vieille de 17 ans » comme disait lui-même Nicolas Sarkozy la semaine dernière qui allait enfin livrer peut être tous ses secrets.

Après les confessions du frère d'un « suicidé » en marge de l'affaire Karachi le weekend dernier, Nicolas Sarkozy se serait bien passé de ce nouveau coup d'éclat. L'homme d'affaires Ziad Takieddine, ancien proche des réseaux du chef de l'Etat, a visiblement décidé de « passer à table ». Mis en examen pour recel d'abus de bien sociaux depuis l'été dernier, ce dernier a mal pris d'avoir été lâché en rase campagne devant les juges.

Commissions ou honoraires ?
Lundi 31 octobre puis mercredi 2 novembre, Takieddine était à nouveau interrogé par le juge Renaud van Ruymbeke. D'après le JDD, il aurait déjà avoué avoir reçu des « honoraires » sur le contrat de vente de sous-marins Agosta au Pakistan en 1994. Trente millions de francs, rien que ça, dont le juge van Ruymbeke soupçonne qu'une partie, 10 millions de francs (1,5 millions d'euros), soit retournée ensuite alimentée le compte de campagne du candidat Balladur. Mercredi, Takieddine nie encore.

Qui croire ?

Takieddine a aussi récusé toute rétro-commission (c'est-à-dire tout retour de commission occulte du Pakistan vers la France): « Il n'y a pas eu d'arrêt de commissions, il n'y a pas eu retrocommissions. Il y a eu un détournement de destinataires de ces commissions, non contractuels, cachés de tout le monde ».

D'après Europe1 et le Monde, il a ainsi transmis une note détaillant les noms, les numéros de compte en banque « un système de corruption très étendu » versées à l'occasion des contrats de vente d'armes Agosta (avec le Pakistan) et Sawari II (avec l'Arabie Saoudite) par le gouvernement Balladur. Takieddine a précisé au Monde qu'il n'avait « jamais touché un euro venant de l'argent des citoyens français ». D'après les journalistes du Monde Gérard Davet et Fabrice Lhomme, l'intermédiaire s'expose ainsi car (1) il a enfin accès au dossier depuis sa mise en examen l'été dernier et (2) il n'a plus grand chose à perdre depuis la disqualification des deux régimes dont il était proches, le libyen Kadhafi et le Syrien Assad. Takieddine comprend qu'il ne sert plus à rien, sauf s'il disparaissait.

Autant parler, et se venger.

220 millions d'euros pour Chirac ?
« Aujourd'hui, le juge a des éléments assez pertinents pour savoir qui a touché quoi, comment et pourquoi », a-t-il déclaré à Europe 1 mercredi soir. « J'ai donné tous les détails d'un système, je l'ai écrit ».

Pour bien faire, l'homme d'affaire a choisi de mouiller le clan Chirac: «Je découvre aujourd’hui que les accords n’ont pas été respectés. 1 milliard 400 millions s’est envolé dans la nature » avait-il expliqué au Monde. A Europe 1, il complète encore: « Il n'y a pas eu d'arrêt des commissions, les contrats n'ont pas été arrêtés mais substitués et tous les montants ont été encaissés par la France ». Il accuse Dominique de Villepin « qui se tenait derrière ».

Cette somme de 1,4 milliard de francs aurait donc été détournée, via une filiale d'une « grande banque française », à Genève, au profit d'un « système bis » pour le clan Chirac. Le tout « aucun contrat » précise Takieddine. En d'autres termes, Chirac a interrompu les contrats « justifiant » le versement de commissions mais ces dernières ont été versées jusqu'à leur terme....

Ou pour Alexandre Djouhri ?
Il est même précis, Monsieur Takieddine, il dénonce à nouveau son grand rival Alexandre Djouhri, toujours ami de Dominique de Villepin mais intermédiaire désormais bien introduit à l'Elysée version Sarkoland. C'est un autre intermédiaire - on s'y perd - proche de Djourhi, un certain Wahib Nacer, qui « aurait joué un rôle essentiel dans ce nouveau dispositif, à travers deux sociétés, Parinvest et Issham », dixit Le Monde.

Sur son site, Parinvest déclare de nombreuses compétences, des fusions/acquisitions au conseil stratégique.

Dimanche dernier, on apprenait déjà que, d'après des extraits de procès verbal d'audition de Ziad Takieddine cités par le JDD « en remplacement des sociétés Rabor et Estar dont les contrats ont été détruits, il y a eu trois destinataires, (...) une partie a bénéficié à une société qui représente M. Chirac. Une autre partie a bénéficié à une société qui représente M. Villepin. La troisième société est celle de M. Djouhri qui chapeaute les trois sociétés ».

Ces confessions, dont nous n'avons qu'un extrait, risquent d'être explosives. Takieddine joue au fauve blessé, il balance, et parfois trop loin, accusant, ce mercredi 2 novembre, un système « qui a existé dans le passé, qui existe aujourd'hui, existera toujours quand il ne sera pas arrêté ». Il n'aime pas qu'on pense qu'il a touché des commissions: « j'ai touché des honoraires, pas des commissions » s'est-il exclamé sur Europe1 ce mercredi.
« je tiens à préciser que les commissions n'ont pas été arrêtées ».

Villepin reçu chez Sarkozy
Ce weekend, Dominique de Villepin a été reçu au Château de la Lanterne par Nicolas Sarkozy ce weekend, en toute discrétion. L'ancien premier ministre avait été facilement « débranché ». On a voulu nous faire croire qu'il discutait de sa dernière annonce, réclamant 20 milliards d'euros de nouvelles économies pour le plan de rigueur français.

Claude Guéant, ancien comparse de négociation de Ziad Takieddine puis Alexandre Djouhri, était présent. Et l'info est sortie du Figaro, quelques heures avant l'audition de Ziad Takieddine par le juge van Ruymbeke.

La coïncidence était troublante.


Bazire, encore chez le juge
L'ami et témoin de mariage de Nicolas Sarkozy était encore chez le juge ce même mercredi.


Coïncidence ?




"Je mets en cause un système de corruption étendu" par Europe1fr

9 commentaires:

  1. dommage que tout celà ne sera finalement jugé que quand sarko sera atteint d'agnomnésie

    RépondreSupprimer
  2. toujours bien résumée, l'actualité de la semaine chez Sarkofrance ! C'est agréable à lire, des fois qu'on en aurait oublié dans la presse quotidienne...

    Ziad T. a beau vouloir balancer au juge, reste qu'il demeure très contradictoire dans ses interventions médiatiques.

    En Oct.2011 (JDD), il affirme qu'Hariri lui avait versé, après son intervention téléphonique, 75 + 45 millions de dollars (environ 720 millions de FF donc)...

    En Déc.2010 (JDD), il affirmait qu'Hariri lui avait versé (en 4 virements autour de mars 1997) 300 millions de FF... Entre les 2 dates, ce n'est plus la même somme...
    A la signature, en 1994, le contrat Sawari II prévoyait 8% de 19 milliards à Ziad, soit 1,52 milliards.
    Dans l'article du JDD récent, cela devient 648 millions à Rabor, et 751 millions à Estar, soit un total de 1,399 milliards (C'est cette somme qu'il dit penser avoir été détournée via le réseau Chirac/Villepin/Djourhi/Nacer, mais il oublie d'en déduire ce qui lui a versé Hariri...)

    Heureusement que Renaud Van Rumbeycke consigne tout par écrit !!

    Dans l'attente de la suite du feuilleton... Bonne fin de semaine !

    RépondreSupprimer
  3. C'est marrant que tu parles justement de Djouhri. Je suis en train de lire (dévorer) "la république des malettes" de Pierre Péan (Ed. Fayard) et pratiquement tout le bouquin tourne autour de ce triste personnage. Un coup "Mr Afrique", un autre organisateur de rendez-vous avec les cheiks des EAU, une autre fois conspirateur et même, intervenant "convainquant" dans le divorce de sarko et de Cécilia. Décidément, le malfrat de Sarcelles a très bien réussi. En tout cas, il semble être mouillé jusqu'au cou dans toutes les affaires véreuses de sarko, villepin, baladur et consorts depuis des années. Transporteur de malettes. Domicilié en Suisse. Mouillé jusqu'à l'os dans l'affaire "clearstream" (certainement instigateur de la création des faux listings). A réchappé de justesse à un attentat mais en a certainement commandité des tas...Bref, certainement le pire personnage que la république ait jamais abrité.

    RépondreSupprimer
  4. Coucou ! ou plutôt re-Coucou !
    Je suis l'anonyme de 12 h 52 ; c'est dû à une fausse manip, parce que, d'habitude, je signe de mon pseudo, mais bon... je vais encore le rester quelques minutes.
    Je m'explique : lisant le post de Iceman ci-dessus, et moi aussi tout récent lecteur du même livre que lui qui m'a tout autant interloqué sur les pouvoirs prêtés à "Méda" (autre surnom d'Ahmed dit Alexandre), je suis tombé il y a 2 ou 3 jours sur une photo d'icelui, prise à l'entrée d'une garde à vue (face, profil, et petit panneau pour les coordonnées) de 1981 (dans le cadre de l'enquête sur les braqueurs de bijouterie de l'époque).
    J'ai bien demandé où le posteur du commentaire en question l'avait trouvée, mais pas de réponse...
    J'en dispose donc à présent (un petit clic...), mais je ne vais pas la déposer sur mon compte Google (Google, où aucune occurence correspondante en catégorie "Image" ne la fait apparaître), n'est-ce pas? Messire Méda me réglerait mon affaire fissa, sans aucun doute, si je le faisais sous mon identité réelle...

    Elle semble provenir d'un journal, ou en tous cas d'une revue, car elle est légendée ; reste que comme il n'y eut pas eu d'inculpation au sortir de cette garde à vue, cette photo n'aurait jamais dû être conservée, sinon en interne, car les soupçons qui pesaient sur Djourhi était costauds, compte tenu des résultats de la perquisition faite chez lui auparavant... Là, comme souvent plus tard, mais peut-être pas ce jour là pour la même raison, il ne sera pas inculpé, faute de preuves... dixit Péan dans son bouquin.
    Juan aurait-il une petite idée pour que cette photo puisse avoir tout le retentissement qu'elle mérite, sans pour autant risquer de se faire "choper", ni du côté "légal", ni du côté "borderline" ?
    Je reviendrai incessament lire ce qu'il en pense...
    J'ajouterai que je n'ai pas l'âme d'une balance mais l'immensité des enjeux (Djourhi ami de Guéant, Squarcini, Villepin, Djourhi membre du cercle des GLNF-brothers, et à présent au service de la Sarkosie...) m'incline à pencher pour sa diffusion généralisée(même si ceux qui l'ont balancée sur le Net ont "penché" bien avant moi, et avec une sacrée inclinaison, ma foi..!)

    RépondreSupprimer
  5. @ Anonyme... Je vois que je ne suis pas le seul à m'intéresser à ces affaires pourries qui jalonnent notre beau pays. J'ai, moi aussi, voulu savoir à quoi ressemblait ce "sale gosse" de Sarcelles et je n'ai rien trouvé. Donc, je peux me permettre. J'aimerais bien disposer d'au moins une pic de lui. Ne serait-ce que pour pouvoir l'éviter si d'aventure (funeste) je le croisais sur mon chemin lors d'un de mes nombreux déplacements sur Paris. Par ailleurs, à la lecture du bouquin de Péan, il apparaît que ce sale type est super protégé par les plus hautes instances de l'Etat. Avez-vous remarqué comme il entre sans frapper dans les bureaux ministériels les mieux gardés ? (au début du bouquin). Comme il a été dans l'entourage proche de Pasqua (qui n'est pas réputé pour être un tendre). Membre d'une des loges maçonniques les plus courrues (on se demande bien pourquoi et surtout, comment... Bref encore une fois, un personnage très peu recommandable mais protégé par les dirigeants, leurs flics, la DCRI, certaines mafias... Le gratin quoi.

    RépondreSupprimer
  6. Pardon pour le spam Julian mais j'ai oublié de dire ce que je commence de plus en plus sérieusement à penser de Takieddine. Ce type a servi (un temps du moins) de prête nom, de négociateur et de porteur de valoches. Et maintenant, comme il est à juste titre dit dans l'article, il sert de fusible. Le genre de type qui saute pour éviter que la tête saute. Ces gars-là sautent souvent au figuré mais quelques fois au propre (par la fenêtre ou dans leur bagnole parce qu'un crétin de militaire a oublié un pain de C4 par inadvertance dans le compartiment moteur). Encore une affaire qui se finira en une d'un canard acquis à la cause dans le genre "attentat terroriste, on soupçonne Al Quaïda Au Magreb Islamique"... (Sic !)

    RépondreSupprimer
  7. @Iceman et Anonyme (3.11 19h45) Il me semble que dans un Marianne récent dans lequel figurait des extraits du bouquin de Péan, il y avait des photos de Djourhi, des clichés de garde à vue, et en compagnie de Villepin. (abc)

    RépondreSupprimer
  8. Exact
    D'où, après recherche "images" sur Google, voici la fameuse photo...
    http://www.google.fr/search?q=marianne+photos+Djourhi&oe=utf-8&rls=org.mozilla:fr:official&client=firefox-a&um=1&ie=UTF-8&hl=fr&tbm=isch&source=og&sa=N&tab=wi&biw=1016&bih=566&sei=%20osyzTszsBa3Q4QTzlbzcAw

    Chapitre clos, donc... Merci à l'anonyme de 11 h29 !

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.