23 novembre 2011

Sarkozy instrumentalise le meurtre d'Agnès à distance

Il y a des affaires que l'on ne souhaite pas voir politiser. Mais depuis 2002 déjà, tout est possible.

Le meurtre de la jeune collégienne dénommée Agnès, 14 ans, en Haute-Loire n'a pas été instrumentalisée de la même manière qu'un autre meurtre, celui de Laëtitia, 18 ans, en janvier dernier à Pornic. La réaction gouvernementale a été gênée, compassionnelle, forcée et tardive. Sarkozy est volontairement et hypocritement resté en retrait. Il a laissé ses sbires agir à sa place.

Du meurtre de Laetitia...
En janvier, Nicolas Sarkozy était sorti de ses gonds quand la nouvelle du meurtre de Laëtitia avait été confirmée, 8 jours après sa disparition. Il avait parlé de l'indicible, s'était emporté au point de réclamer une nouvelle loi contre la récidive. « Il est indispensable que les récidivistes fassent l'objet d'un suivi spécifique et approprié dès leur sortie de prison. (...) Lors de la discussion à venir du projet de loi sur les jurés populaires, actuellement en cours de préparation, nous aurons l'occasion de débattre largement de cette problématique et d'adapter notre législation en conséquence.» Quelques jours plus tard, ses proches et ministres lui faisaient comprendre qu'une nouvelle loi serait inutile; qu'il suffisait déjà d'appliquer l'existant. Ses propres députés refusèrent tout nouveau texte.

Bref, en l'espace de quelques semaines, le ratage fut complet. Sarkozy apparut comme un incompétent (il gère le sujet sécuritaire depuis bientôt 10 ans) qui perd ses nerfs et n'est plus suivi par ses propres troupes.

Dix mois plus tard, une autre jeune fille est violée, tuée puis son corps brûlé. Agnès était plus jeune que Laëtitia, et son assassin a, lui, rapidement avoué. Il a 17 ans, et devait être jugé pour une autre agression sexuelle dans le Gard. Un fait gravissime mais dont l'internat Le Cévenol qu'il fréquentait comme la jeune Agnès n'était pas au courant. Dimanche, une grande marche blanche s'est déroulée en silence dans le village.

Lundi, le père d'Agnès a expliqué: « On veut éviter toute politisation. Je sais que c'est difficile, je sais que c'est illusoire surtout en période d'élection. C'est horrible à dire, mais on voudrait que d'une certaine façon, ce drame puisse servir d'exemple et mobiliser tous les acteurs de la prise en charge de ce type d'individus pour trouver les solutions ».

Il voulait éviter toute politisation. Il n'a pas été écouté au plus haut sommet de l'Etat.


... à celui d'Agnès
Pour ce meurtre, la réaction officielle fut très différente. L'Elysée n'a accusé personne, Nicolas Sarkozy est resté en retrait, aucun communiqué n'est venu polluer le site de l'Elysée. Il a laissé ses proches réagir, surenchérir et instrumentaliser l'affaire. Un conseiller a confié que « c’est lui qui a arbitré les mesures prises en matière de prévention de la récidive, et a prié François Fillon de réunir les ministres concernés », selon Jean-François Achilli. Le conseiller en communication, élu local du coin, en rajoute: « Nous ne voulons pas mettre de l’huile sur le feu, il y a des mineurs en jeu. (...)  Les socialistes réclament des centres éducatifs fermés alors qu’ils étaient contre ! Le débat sur la récidive est constant, il faut s’adapter au fur et à mesure », a expliqué Franck Louvrier. 6 lois contre la récidives en 7 ans... Quelle adaptation ? Pour quel bilan ?

En parallèle, on apprenait que Sarkozy réfléchit annoncer sa candidature ... en mars, à quatre ou cinq semaines de l'élection. Sans bilan, il veut être réélu sans campagne. Il fait quand même campagne. Mardi, il était à Toulouse. Il fustigea à nouveau les opposants au « progrès » nucléaire, réaffirma le besoin de revoir les traités européens pour une meilleure intégration de la gouvernance de la zone euro, rabacha sans surprise des platitudes sans saveur ni risque d'être contredit: « il faut une véritable convergence des politiques économiques au sens large, ce qui veut dire une convergence des politiques fiscales ». « Il faut », « y qu'à », « faut qu'on »... 

Mais de l'affaire Agnès, pas un mot présidentiel, ni même une allusion. Sarkozy agit en coulisses, jamais à découvert. Qui sera dupe ?

Sur le meurtre d'Agnès, Laurent Wauquiez était inévitable, le meurtre a eu lieu dans la commune de sa mère, Le Chambon-sur-Lignon. Le chouchou de Sarkofrance, lundi matin sur Europe 1, ne voulait pas commenter d'éventuels dysfonctionnements d'une justice que son camp dirige depuis 10 ans.

Claude Guéant, ministre de l'intérieur, est intervenu tardivement, dimanche soir sur RTL, puis lundi soir sur TF1: « Oui, il y a eu dysfonctionnement ». Depuis 9 mois, Nicolas Sarkozy lui a sous-traité les surenchères en tous genres.  Il répéta ainsi une si vieille antienne sarkozyenne qu'on se demande qui dirige le pays depuis une décennie: « à 17 ans et onze mois, vous êtes soumis à un droit, à 18 ans, vous êtes soumis à un autre droit ». Il a même promis une loi, une autre, et évidemment « profonde », sur la justice des mineurs.

Mais cette « réforme profonde » sera pour après les scrutins présidentiel et législatif.  Il faut que le meurtre d'Agnès serve la campagne Sarkozy jusqu'au bout !

Lundi, François Fillon, premier ministre, a convoqué l'inévitable réunion de crise, vers 16h30 à Matignon: « la prévention de la récidive doit être une priorité absolue de tous les services de l'Etat, et en particulier de tous ceux qui ont à gérer les questions liées aux viols et aux crimes sexuels. Ce que nous voulons tirer au clair, ce sont les éventuels dysfonctionnements dans la chaîne pénale ». Sans surprise, « une série de mesures ont été proposées pour éviter que ce type de drame ne se produise à nouveau » commentait un journaliste d'Europe1.

Son garde des Sceaux a ajouté son grain de sel, promettant d'ajouter « l'évaluation de la dangerosité » dans sa loi de programmation militaire, « au moins dans les affaires les plus graves » et la généralisation de l'internement en centre fermé.

Jamais en reste pour faire parler d'elle, Rachida Dati s'est jetée sur le fait divers pour regretter que son projet de loi de réforme de la justice des mineurs ait été « laissé sans suite » depuis son départ en 2009.

Mardi, on apprenait que la capacité d'accueil des centres éducatifs fermés, créés par la Loi d'orientation et de programmation pour la Justice du 9 septembre 2002, serait « renforcée ».

Amis sarkozystes, tenez-bon.



14 commentaires:

  1. quand le mot "dysfonctionnements " est le seul que ce gouvernement soit capable d 'avancer pour un tel drame , il est plus que temps de se bouger .ils ne connaissent que les mots bourses ,marchés ,dettes,pouvoir , élections ,aucune compassion pour la famille,révoltant
    ouste ,dehors vite vite ils sont puants

    RépondreSupprimer
  2. « une série de mesures ont été proposées pour éviter que ce type de drame ne se produise à nouveau »

    Toujours cette incroyable stupidité de croire qu'on peut faire le film à l'envers. Si ce garçon avait vraiment cette pulsion de mort et de violence sexuelle en lui, sans doute l'aurait t-il exercée tôt ou tard. Et pas de bol, les psys "experts" qui le suivaient pensaient que tous les clignotants étaient au vert pour la réussite de sa thérapie.
    De plus il n'était pas encore jugé.

    Et les spécialistes (psychologues,...) le disent: La récidive ou le passage à l'acte sont la plupart du temps imprévisibles. Un type peut commettre un crime et ne jamais récidiver, un autre apparemment parfaitement intégré passer à l'acte, etc. Il n'y a souvent rien de plus banal que le profil d'un meurtrier. Les Fournirets, Guy George et autres sont spectaculaires mais totalement marginaux.

    Ces crimes sont affreux et inexcusables en soi, il ne s'agit pas de minorer la responsabilité de l'auteur.

    Mais parler de "mesures" pour "éviter ça", c'est du niveau des conversations de bistrot, avec le type fort en gueule et les autres qui acquiescent en hochant la tête. Voilà le niveau aujourd'hui de la réflexion de ce gouvernement pathétique. Zéro réflexion.

    RépondreSupprimer
  3. il est comme ça ce naboleon qui nous enfume comme toujours , se servir d'un fait divers sordide pour faire une nouvelle loi ou bien pour prendre des voix au front national !
    je crains un 21 avril à l'envers , si c'est le cas je m'abstiendrai de voter

    RépondreSupprimer
  4. le dysfonctinnement dans une entreprise entraîne le virage du responsable
    depuis 10 ans aux affaires de sécurité , mettre en cause la justice ne mérite qu'une chose
    comme en Egypte : DEGAGE

    RépondreSupprimer
  5. Wauquiez hier soir sur le plateau de Canal a politisé le sujet d'une manière honteuse en affirmant que les français prenaient ce fait divers à la dérision -ou un mot approchant- ! Un assassinat n'est jamais un fait divers, banal, cette affaire est une monstruosité absolue, les mesures prises et proposées ne sont pas dignes, comme si une loi pouvait modifier le comportement de malades dangereux, c'est le comportement des fonctionnaires en charge de ces pb difficiles qui devraient modifier leurs méthodes de travail, être mieux contrôlés, cessez le laxisme généreux, cessez de bêtement croire à la rédemption, depuis des siècles on oscille entre 'l'homme est bon c'est la société qui est mauvaise, et l'homme est un loup pour l'homme". Marre des promesses de Sarko et les Wauquiez qui non content d'insulter les français sont incapables d'apporter de vraies solutions, combien de JF devront être assassinées pour qu'ils prennent les décisions appropriées et cessent de nous gaver de leur compassion de circonstance. Personne ne peut être indifférent à ce genre d'affaire, le répéter de trop devient suspect, les mots manquent pour exprimer ce que pensent la très grande majorité des français, honte à Wauquiez !

    RépondreSupprimer
  6. Ce gouvernement est indigne, une nouvelle loi, c'est bien connu tous ces malades dangereux consultent le code pénal avant d'agir !
    Encore une loi qui va encore occuper les députés, quel cirque !

    RépondreSupprimer
  7. La récupération politicienne quand elle devient systématique et faite avec autant de zèle est un acte de vrais salauds. Ce que je veux dire c'est que l'on n'est plus dans l'incompètence ou le cynisme là.
    Ce gouvernement me donne la NAUSEE !

    RépondreSupprimer
  8. JE ME POSE UNE QUESTION
    CE JEUNE DEVAIS ETRE DELOCALISE DU VAR VERS...
    QU'ELLE EST LE NIVEAU HIERARCHIQUE DE LA FAMILLE DE CE JEUNE POUR POUVOIR OCCULTER SON PASSE AU DIRECTEUR DU COLLEGE ?

    RépondreSupprimer
  9. Il nous fait 10000 fois le coup la récidive. Certains mordent encore à l'hameçon

    RépondreSupprimer
  10. Notre expert en politique internationale qui a justifié la venue de Kadafi en France par le fait que ce délinquant avait changé, devrait être plus modeste vis à vis des experts après ce qui s'est passé en Lybie.

    RépondreSupprimer
  11. Mercredi 23 novembre 2011 :

    Maintenant, ce n’est plus seulement la périphérie de la zone euro qui est touchée par l’explosion des taux d’intérêt.
    Maintenant, le cœur de la zone euro lui-même est touché : le cœur de la zone euro voit ses taux d’intérêt devenir exorbitants.
    Les investisseurs internationaux n’ont plus confiance dans six Etats européens.
    Pour six Etats européens, les taux des obligations à 10 ans sont au-dessus de 5 %.

    Belgique : 5,483 %.
    Espagne : 6,646 %.
    Italie : 6,969 %
    Irlande : 8,207 %.
    Portugal : 11,313 %.
    Grèce : 29,041 %.

    Aujourd'hui, il n'y a plus que trois personnes qui peuvent empêcher l'explosion de la zone euro.

    Qui sont les trois personnes qui peuvent empêcher l'explosion de la zone euro ?

    1- Dieu.
    2- Le petit papa Noël.
    3- Chuck Norris.

    http://www.chucknorrisfacts.fr/index.php?p=parcourir&tri=top&PHPSESSID=ee239d05568fdf808501c20f016f45d7

    RépondreSupprimer
  12. 6 lois en 7 ans ?
    Mais que les députés et sénateurs qui ont voté pour ces lois sont des niais et absurdes.

    Pour modifier ou compléter une loi ne serait-il pas plus intelligent de commencer par faire l'évaluation de la précédente ?
    Après, ils se plaignent de devoir faire des séances de nuit.

    RépondreSupprimer
  13. Je pense aux parents de cette petite Agnes. Ils envoient leur fille à l' école, dans un endroit sensé être un endroit protégé de la violence sociale, et c'est justement à cet endroit que leur fille est happée par la grande faucheuse.

    Il y a trop de confusion entre "éducation" et "dressage". On dresse les jeunes pour qu'ils soient ce que l'économie veut, c'est à dire des robots avec des impulsions qui restent à l' état sauvage (d'abord satisfaire son égo sans se préoccupé des autre. L' égoïsme porté en valeur sociétal(Dans les média on entend souvent à l' occasion d'une pub "parce que je le vaux bien") ne peut qu' apporter douleurs et chagrin pour le plus grand nombre.

    RépondreSupprimer
  14. Ce dessin de Barros en dit long sur le politique :
    http://storage.canalblog.com/55/68/405908/70351321.jpg

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.