10 novembre 2011

Sarkozy, le Churchill de la dernière heure, dérape enfin.

Un ministre dérape, en public, devant des députés. Il accuse l'opposition d'avoir indûment gagné les élections il y a 14 ans.

A quelques centaines de kilomètres de là, Nicolas Sarkozy dérapait lui aussi, preuve que la campagne est lancée. L'attaque du candidat Nicolas était un cran plus frontale contre François Hollande. Le Monarque n'osait toujours pas s'avouer candidat même s'il ne pense qu'à cela. Mais il ne cachait plus son mépris contre l'opposant.

Faute d'idées, de bilan et de programmes, le Churchill de la dernière heure n'avait que mépris et arrogance.

François Baroin dérape
Mardi après-midi, François Baroin, ministre de l'Economie, a perdu ses nerfs. Pire, c'était à l'Assemblée nationale lors de la traditionnelle séance des questions au gouvernement. Ces moments, par ailleurs télévisés, sont toujours chahutés. Mais le ministre de l'économie a complètement lâché prise accusant la gauche, pêle-mêle, d'avoir pris le pouvoir « par effraction » en 1997, puis de démagogie en tous genres.

Ce dérapage contredisait des mois d'efforts où l'on tente de convaincre de la sérénité de nos gouvernants. Mercredi, le petit ministre, sans doute gêné de sa ridicule perte de sang-froid de la veille, refusa toute excuse. « Hier c'était hier. Il y a des joutes politiques, il y en a eu d'autres par le passé, il y en aura d'autres. Aujourd'hui, je remercie pour sa hauteur de vues Jean-Marc Ayrault à qui je vais m'efforcer de répondre sur le fond en soulignant les points d'accord et de désaccord dans un esprit de responsabilité partagée ».

Son ancien collègue Patrick Devedjian, président UMP du conseil général des fameuses Hauts-de-Seine, commenta sobrement: « C'est un mot regrettable (...) Je considère que le terme est inapproprié ».


Incident lors de la séance des questions au... par LCP
 
Sarkozy aussi
En déplacement à Strasbourg, Nicolas Sarkozy est également sorti de son rôle mardi 8 novembre. On venait justement d'apprendre comment il avait perdu lui aussi ses nerfs contre les premiers ministres Papandréou et Netanyahou.

Faute d'arguments, Sarkozy méprise. Triste sire.

On le croyait président-travailleur, tout occupé à sauver son Triple A, et donc indifférent à la « petite » politique quotidienne. En Grèce puis en Italie, les « marchés », leurs traders et les agences de notation ont eu la peau de Georges Papandréou (vendredi) puis de Silvio Berlusconi (mardi)

On le croyait si détaché du brouhaha politicien, si indifférent à sa propre réélection, que l'on fut tout surpris de constater ce mardi 8 novembre combien la candidature de François Hollande l'agace, le perturbe, le gêne. Il n'est officiellement pas candidat, mais ça le démange gravement de pouvoir en découdre...

A en croire le Figaro, Nicolas Sarkozy a d'abord chargé Hollande en privé, devant ses fidèles, lors de sa fameuse réunion de pilotage UMPiste à l'Elysée chaque mardi matin. Courageux mais pas téméraire, notre Monarque ! Jamais d'attaque publique et directe. Il préfère la confidence qu'on répète, l'aparté qu'on relaye, la réunion faussement publique que les participants pourront commenter aux journalistes ensuite. Pourra-t-on au moins, l'an prochain, décompter les jus d'orange, café et croissants offerts généreusement par la Présidence de la République à l'UMP une quarantaine de mardi matins par an des frais de campagne du candidat Nicolas ? Pas si sûr...

Ce mardi donc, Sarkozy a encore tonné contre Hollande:  « Hollande est déjà président. C'est une bonne chose pour nous car ça va finir par agacer les Français.» La veille déjà, il s'était emporté en privé contre la proposition de François Hollande de réduire le salaire présidentiel de 30%: « Quelle hypocrisie! Hollande est bien content que j'aie fait le travail ». Un conseiller anonyme du président - on devine Franck Louvrier - expliquait à un journaliste du Figaro que « Baisser le salaire, c'était refocaliser le débat sur la rémunération du président, et faire un cadeau à l'opposition sur un sujet qui lui a beaucoup nuit. (...) C'était un message très ambigu qui pouvait effrayer les Français. Si on baisse les salaires du président et du premier ministre, cela peut vouloir dire qu'on le fera bientôt pour tous les autres ».

Sarkozy s'est montré si mordant parce que sa cote remonte dans les sondages, ce smêmes études d'opinion que lui communique sa cellule « Enquêtes » animée par Patrick Buisson et Pierre Giacometti à l'Elysée. Les Echos, ce mercredi, publiait un sondage réalisé lundi et mardi auprès de 1006 adultes. Et les nouvelles étaient très bonnes: la cote de popularité du Monarque remonte ! Plus de 9 points en un mois ! Quelque 40% des sondés déclaraient avoir confiance en Nicolas Sarkozy. Il retrouvait sa cote de février 2010. En réalité, sa progression s'est réalisée principalement chez les sympathisants de droite (+8 points).

Sarkozy, du mensonge au mépris
Un peu plus tard, après quelques minutes d'hélicoptère militaire ou de jet présidentiel, le même vrai candidat parlait en public, dans le grand amphithéâtre de l'université de Strasbourg. « Mais cette fois, stature présidentielle oblige, le chef de l'État n'a pas prononcé une seule fois le nom de Hollande.» note avec amusement la journaliste du Figaro. L'assistance était sage, 400 étudiants avec lesquels notre Monarque « échangeait ».

En arrivant dans la salle, entre deux rictus involontaires de remerciements pour les applaudissements évidemment polis, Sarkozy s'excusa pour son (traditionnel) retard. Un Président, ça sait se faire attendre, même si ça ne travaille pas beaucoup (car ce mardi, l'agenda officiel de Nicolas était particulièrement allégé comme souvent). Comme pour mieux insister sur le poids des responsabilités qui pèsent sur lui, Nicolas Sarkozy commença par fermer les yeux (gros plan), et se pincer le haut du nez avec deux doigts, genre je-suis-crevé-excusez-moi.

On souriait.


Ensuite, le candidat livra ses leçons. Il fustigea le « candidat à la candidature ». L'expression témoignait d'un agacement extrême de la part du Monarque. Hollande est candidat désigné par des primaires réussies. Mais à l'Elysée, faute de bilan à défendre et de programme à proposer, on a décidé de rabaisser l'opposant. Il faut le « minorer » coûte que coûte. On appelle cela le « syndrome de la talonnette ».

Quelques étudiants avaient été désignés pour poser les questions préparées. Le Monarque put répéter les mêmes arguments.

1. « un lycéen sur deux vivra plus de cent ans. » Tiens, on a déjà entendu l'argument. Il nous l'avait dit le 8 mars dernier, à Beignon dans le Morbihan, mais aussi le 21 octobre à Bonneval en Eure-et-Loir, le 4 novembre à Troyes dans l’Aube, et même le 25 janvier à Saint-Nazaire. C'est juste faux. « conviction rabâchée n'est pas vérité » expliquait un confrère blogueur, citant l'efficace rubrique Desintox de Libération. A l'époque, ces derniers rappelaient que «cette «croyance» trouve son origine dans un malentendu » qui date de 2001. Elle ne repose sur aucune réalité scientifique, mais, ce mardi à Strasbourg, aucun étudiant présent dans l'hémicycle n'avait visiblement l"autorisation d'expliquer à Nicolas Sarkozy qu'il racontait... n'importe quoi.

2. Le plan de rigueur ? «Il a été annoncé par le premier ministre mais je le soutiens !» Sarkozy faisait de l'humour.

3. « Si d'autres ont des solutions, qu'on en débatte. Les Français choisiront ». Comment débattre avec un Président qui ... refuse le débat puisqu'il n'est ni candidat ni ouvert à autre chose qu'à des monologues encadrés. 


4. «On me disait que ce pays éruptif ne pouvait pas être réformé ! Les gens sont intelligents. Ils font la différence entre les discours de vérité et autre chose.» Mais qu'a-t-il réformé ? Les retraites, dont il est contraint d'accélérer la dégradation car son plan « définitif » d'il y a un an ne produit pas les économies nécessaires ? L'allègement de l'ISF, qui coûta 2 milliards d'euros au budget de l'Etat l'an passé ? Sa politique immobilière, qu'il a finalement intégralement détricotée en un mandat ?

5. Toujours contre Hollande, mais sans le citer, Sarkozy a taclé sur tout éventuel moratoire sur la construction de nouvelles centrales nucléaires: « Ça veut dire quoi ? Qu'on arrête de construire des centrales plus sûres pour garder les vieilles ? C'est fort, hein, comme idée !» Nouveau dérapage. Pourrait-on expliquer à notre Monarque que les EPR coûtent si cher et sont si peu sécurisés qu'aucun - répétons- aucun n'est en service nulle part dans le monde quelque 5 ans après les premiers travaux.

6. Toujours méprisant, le Monarque s'est aussi agacé sur une mesure, une seule: «On va embaucher 60.000 enseignants, c'est 500 millions d'euros par an multipliés par cinq. Depuis quand embauche-t-on un fonctionnaire pour cinq ans ? C'est niveau master pour découvrir ça ! » Nicolas Sarkozy a mis 4 ans pour découvrir que les  500 milliards d'euros- 500 milliards d'euros!!- de dette publique supplémentaire de son mandat étaient finalement un souci.

Ami sarkozyste, seras-tu aussi méprisant ?


10 commentaires:

  1. "Nicolas Sarkozy commença par fermer les yeux (gros plan), et se pincer le haut du nez avec deux doigts, genre je-suis-crevé-excusez-moi."

    le monarque est fatigué , qu'il prenne des vacances definitives !
    et qu'il nous fasse grace de ses TOC ( et du toc de sa politique , aussi)

    RépondreSupprimer
  2. "contre la proposition de François Hollande de réduire le salaire présidentiel de 30%: « Quelle hypocrisie! Hollande est bien content que j'aie fait le travail »."

    ==> le sieur Nicolas Paul Stéphane Sarközy de Nagy-Bocsa a été recruté le 6 mai 2007 en réponse à une offre d'emploi prévoyant un salaire donné. A aucun moment pendant les entretiens préalables à l'embauche, pas davantage dans sa lettre de motivation, il n'a à notre connaissance fait état d'une demande de révision de ce salaire. Il était tout à fait libre de refuser le job aux conditions fixées !

    RépondreSupprimer
  3. Sarkozy me donne envie de relire Celine.

    RépondreSupprimer
  4. C'était bien la peine de nous gaver de ses intentions d'être le président de la rupture, aucune rupture, Baroin incompétent, dérape, et refuse de s'excuser prétextant que ce serait conforme à l'atmosphère de l'AN.. donc pas de rupture ! Si la rupture est de nommer à des postes éminemment techniques des gens incompétents, dont la seule spécificité serait d'être plus jeune, (Fabius PM à 37ans), patience comme l'acné la jeunesse ça passe, mais pas l'incompétence. En refusant de présenter des excuses Baroin s'est mis au niveau du passé, des doigts d'honneur de Emmanuelli, vraiment pas de quoi être fier... Belle rupture en effet que celle qui consiste à s'exonérer de tout et n'importe quoi sous prétexte que ce fut toujours ainsi... Que ce quinquennat est long, que ce gouvernement est grossier et vulgaire, tous ont des costumes trop grands pour eux et elles !

    RépondreSupprimer
  5. 400 jeunes étudiants, dont une grande majorité était des jeunes POP, les jeunes UMP, ou des militants UMP... jeunes, pour la photo, qui ont été interviewés, donc comme d'hab un public trié et choisi ... pour ne pas le mettre en difficultés

    RépondreSupprimer
  6. Au début Sarkozy m'énervait, puis il m'a amusé.
    Maintenant il me lasse et vivement 2012 qu'il dégage. Près à me faire couper le bras pour que cela arrive !

    RépondreSupprimer
  7. Peux-tu sourcer cette réplique de Hollande que je trouve géniale, mais que je n'arrive pas à trouver,sur Churchill? elle me rappelle un extrait du livre de yasmina reza. merci de ton aide

    RépondreSupprimer
  8. Sarkozy va partir et un autre bouffon prendra la relève...Il est ridicule, absolument ridicule de mettre nos vies, notre argent entre les mains de personnes qui ne savent ni ne connaissent la vie du peuple français.
    Autant demander au Pape de gérer le pays,c'est pareil.

    Ce ne sont "que" des "gens de pouvoirs", ils n'ont aucune connaissance du terrain, aucune.

    A chacun de prendre sa vie en main et ne rien attendre de ces comiques de bas étage...Leur consacrer une ligne c'est leur donner "trop" d'intérêt. Pour ma part, je préfère "élever" les petites gens qui se battent pour changer leur vie au quotidien, car il est bien connu qu'"il faut changer en soi ce que nous voulons voir dans le monde" Gandhi.

    Ce n'est pas Sarkozy et son gouvernement qui m'obligent à me lever le matin et bosser, ce n'est pas lui qui garnit mon frigidaire ni dirige ma vie comme je l'entends. Ce n'est pas lui qui me force à accepter ou non de vivre à crédit, ni vivre dans la rue...

    Nous attirons à nous ce que nous sommes.Nous avons la vie que nous sommes.

    A bientôt :)

    RépondreSupprimer
  9. A propos de baroin, j'ai apprécié la suggestion de Vincent Peillon qui lui conseillait d'éviter vde trop rencontrer le Monarque en ce moment car c'est lui, mauvais conseiller, qui n'amenait que violence et insulte dans la vie politique

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.