16 novembre 2011

Sarkozy préfère parler fraude sociale que licenciements économiques

Mardi, il voulait parler travail et fraude aux allocations. Depuis qu'il a renoncé à faire gagner plus à ceux qui travaillent plus ou travaillent encore, Nicolas Sarkozy cherche comment se réapproprier la « valeur travail » pour sa future campagne. Il aime donc parler du travail, surtout du sien, car il bosse dur, tout le monde le sait.

Les travailleurs oubliés
Nicolas Sarkozy aurait pu rendre visite à des ouvriers de Peugeot. Le constructeur automobile avait annoncé 6.000 suppressions de postes, y compris en France. Quelques centaines d'employés sont venus manifester leur angoisse et leur colère devant le siège social du groupe à Paris. Il n'y a pas si longtemps, ces ouvriers étaient le symbole de Sarkofrance, « cette France qui se lève tôt, travaille dur et ne demande rien ». Le Monarque lui vantait son « Travailler plus pour gagner plus ».

De temps à autre, Sarkozy aime encore rencontrer des ouvriers « casqués », mais il préfère des PME de province, re-financées par son Fond Stratégique d'Investissement (dont il célébrera les 3 ans ce jeudi) ou son Grand Emprunt. Quand une grande entreprise comme Peugeot annonce d'inéluctables licenciements, le coup est dur pour le Monarque. Cette décision le prive d'un de ses rares arguments de vente, la prime à la casse. Jusqu'alors, il aimait répéter combien « il » avait sauvé l'automobile française.

Mardi, le candidat Sarkozy aurait pu parler de la surpopulation carcérale. Après tout, il a découvert sur le tard qu'il lui fallait davantage de places de prisons; il en a promis 30.000 supplémentaires, il y a à peine deux mois. Or la situation ne cesse d'empirer. Avec une capacité d'accueil 57.268 places, les prisons françaises rassemblaient 64.771 personnes au 1er novembre. Sur 12 mois, la progression est de 5%. Or les aménagements de peines se sont profondément développé: +46,3 % en deux ans. 10.237 personnes en bénéficient.
Le constat est grave: malgré cette accélération, les prisons sont encombrées, la justice est engorgée, mais... la délinquance violente augmente. Quelle efficacité !

Mardi, le candidat Sarkozy a préféré visiter Bordeaux pour visiter la Caisse d'Allocations Familiales de la Gironde puis discourir sur la fraude sociale. C'était le thème du déplacement. Il y parla effectivement de triche aux allocations et aux arrêts maladie, mais annonça aussi une obligation de travail pour les bénéficiaires du RSA et l'extension du délai de carence d'indemnités maladie, et prépara les esprits à une future TVA sociale. Quel amalgame !

De la fraude à ... à la TVA sociale ?
Comble du ridicule, il s'était même drapé derrière l'image tutélaire du général de Gaulle. La démarche était pitoyable. Qui est pour la fraude sociale ? Qui en charge des affaires du pays depuis 2007 ? Avant l'été, des parlementaires avaient publié un très instructif rapport sur la fraude sociale, estimée entre 10 et 20 milliards d'euros de manque à gagner par an. On pouvait y lire que la fraude sociale vient d'abord et massivement d'une triche aux cotisations sociales et non des allocataires. La non-déclaration d'heures supplémentaires et le travail clandestin coûtent bien plus cher aux caisses de l'Etat que la triche aux allocations et aux arrêts maladie. Les uns comme les autres sont des délits qui méritent chasse et sanction. Quelle évidence !

Ce mardi, à Bordeaux, Nicolas Sarkozy tonnait de sa grosse voix contre les méchants fraudeurs. Un discours adéquat pour masquer la misère de son propre bilan et ses dernières mesures d'austérité sociale. Il fut grandiloquent:
« voler la Sécurité sociale, c'est trahir la confiance de tous les Français. (...) La fraude, c'est la plus terrible et la plus insidieuse des trahisons de l'esprit de 1945. C'est la fraude qui mine les fondements même de (la) République sociale. Frauder, que dis-je, voler, voler la Sécurité sociale, (...), c'est porter un coup terrible à la belle idée nécessaire de solidarité nationale. » « Celui qui bénéficie d’un arrêt de travail frauduleux, comme celui qui le prescrit, vole les Français. » « Nous devons être sans indulgence contre les tricheurs et les fraudeurs » .
Le Monarque fut cependant avare en annonce: aucun renfort de moyens des Caisses d'allocations familiales ou de l'assurance maladie, la période est à la diète.

L'amalgame ne fut pas subtil. De la traque aux fraudeurs, Sarkozy glissa sur la chasse aux déficits: « Ceux qui ont trahi l’héritage du Conseil National de la Résistance, ce sont ceux qui, pendant des décennies, ont bien soigneusement dissimulé aux Français qu’ils finançaient leur système de protection sociale à coup de déficit. Pendant des décennies, on a donc protégés les Français à crédit sans le leur dire. » Tout juste proposa-t-il la création d'un Haut Conseil du financement de la protection sociale, « qui associera naturellement les partenaires sociaux ». « Je lui demanderai de faire des propositions qui soient à la hauteur de l'ambition que je porte pour notre modèle social »

Car le Monarque a des questions: « Le coût élevé du travail dans notre pays pénalise notre économie. Et pénaliser la France dans la compétition internationale, c’est accroître le risque des délocalisations. Le coût du travail a augmenté plus rapidement en France qu’en Allemagne sur les 15 dernières années. Avant tout parce que nous avons dû absorber le choc des 35 heures. » Ce nouveau Haut Conseil prétendument « a-politique » sera donc chargé de faire des « propositions ».

Nous sommes prévenus. Comme toujours, Nicolas Sarkozy a peur d'oser prononcer son idée. Soit il a la trouille, soit il se la garde pour la campagne officielle. Au choix.

Travail obligatoire
Autre annonce, l'expérimentation du travail obligatoire pour les bénéficiaires du RSA. « Le général de Gaulle aurait-il applaudi au discours de Nicolas Sarkozy, ce mardi matin à Bordeaux ?  » s'interrogeait l'envoyé spécial du quotidien Sud Ouest quelques heures plus tard. C'est l'un des derniers thèmes de campagne de réélection.

En mai dernier, le jeune Laurent Wauquiez avait lancé la charge contre ces « fainéants de pauvres » qui cumulent des minima sociaux sans bosser. Le ministre proposait de plafonner les minimas sociaux par foyer, imposer 5 heures de travail forcé social hebdomadaire aux bénéficiaires du Revenu de Solidarité Active et réserver le bénéfice de l'assurance sociale aux étrangers justifiant d'au moins 5 années de travail en France.  On se souvient aussi de cet édifiant article du Figaro intitulé « La France des assistés ».

Ce mardi à Bordeaux, Nicolas Sarkozy endossa donc la fumeuse idée de son jeune ministre, la portant même à 7 heures de travail forcé hebdomadaire. 

Indemniser moins
On appelle cela la double peine: malade ET non indemnisé... Plutôt que de renforcer les contrôles aux abus, Nicolas Sarkozy a confirmé l'extension du régime de carence imposé aux salariés du privé, un quatrième jour sans prise en charge d'un arrêt de travail. Le gain estimé serait de 280 millions d'euros par an.

Sans accord d'entreprise ni assurance privée, le salarié malade sera donc sans rémunération pour ses 4 premiers jours d'arrêt maladie. Pour les fonctionnaires, qui, par définition, n'ont pas d'autre accord d'entreprise que ce que la loi leur offre en la matière, une journée de carence sera imposée dès l'an prochain.

Hasard ou coïncidence, les députés venaient de refuser, il y a quelques jours, de baisser leur propre indemnité.




34 commentaires:

  1. "Les amendements de Lionnel Luca ont effectivement été rejetés, mais pas par une volonté des élus de préserver leurs indemnités, mais tout simplement parce que les amendements de Lionnel Luca étaient inopérants. Le calcul de l'indemnité parlementaire, comme l'a rappelé le rapporteur, est fixé par une loi organique et est liée aux rémunérations de la fonction publique. Si les rémunérations des fonctionnaires sont gelées (ce qui est le cas), l'indemnité parlementaire est également gelée, et si elles venaient à baisser, l'indemnité parlementaire baisserait aussi. Un amendement de loi de finances est donc complètement inopérant. Le voter n'aurait servi strictement à rien !"
    http://www.authueil.org/?2011/11/15/1914-la-demagogie-en-action
    la suite du billet n'est pas inintéressante.

    RépondreSupprimer
  2. On est loin de la « République irréprochable » du candidat Sarkozy en 2007

    G20. La nuit à 37 000 € de Sarkozy
    g20

    G20. La nuit à 37 000 € de Sarkozy

    96K
    Partager

    En pleine crise économique, et alors que le gouvernement racle les fonds de tiroirs à la recherche des milliards manquants, le prix de la nuit d'hôtel de Nicolas Sarkozy à Cannes, la semaine dernière pour le sommet du G20, frise la provocation.

    En dépensant un peu plus de 37 000 € pour une nuit dans une suite de l'hôtel Majestic de Cannes, le Président français se hisse sur la plus haute marche du podium des dirigeants peu regardants à la dépense.

    Il devance Barack Obama et Silvio Berlusconi, hébergés au Carlton voisin, pour respectivement 35 000 € et 29 000 € la suite.

    Le président chinois Hu Jintao, objet de toutes les attentions, a payé trois fois moins cher sa chambre au Gray d'Albion, soit 11 600 €.

    Sans pour autant dormir dans un Formule1, le Premier ministre anglais David Cameron peut s'enorgueillir d'avoir été le plus économe des dirigeants présents à Cannes. Il n'aura déboursé « que » 1950€ pour une nuit au Marriott. C'est toujours 300 € de plus que le salaire mensuel médian en France.

    On est loin de la « République irréprochable » du candidat Sarkozy en 2007. Il ne suffira pas de geler le salaire du Président et des ministres pour y parvenir.

    RépondreSupprimer
  3. Les 20 milliards perdu cette semaine du à la hausse des taux de la dette, Sarkosy va nous dire que c'est de la faute des SDF.
    Il est donc important de mettre une taxe de stationnement pour tout ces fainéants.
    Et pendant qu'on y est demandons aux Rmistes de payer les charges patronales des sociètes du CAC 40.

    Allons y, ensemble tout est possible !

    RépondreSupprimer
  4. Ah j'oubliais aussi, faudrait que les malades en fin de vie payent les impots locaux et taxes d'habitation de tout les ministres et députés, cela rendrait notre pays plus compétitif !

    Allons y, ensemble tout est possible.

    RépondreSupprimer
  5. Notons qu'une suppression de l'aide au logement pour les étudiants et les femmes seules avec enfants permettraient à nos ministres de commander des sondages bidons (à 60 000 euros le sondage) ce qui renforcerait considérablement la démocratie et l'efficacité des mesures de modernisation engagées.

    Vous savez ensemble tout est possible

    RépondreSupprimer
  6. "Là où règne la violence, il n'est de recours qu'en la violence."
    Bertolt BRECHT

    Ça démange sérieusement!

    RépondreSupprimer
  7. Il faut bien avouer qu'il est dans son jeu favori : monter les uns contre les autres, et à lire les réactions aux articles liés à ce sujet, je vois qu'il y arrive. Les travailleurs fatigués, amers contre les RSAistes traités de fainéants et assistés. Les UMPistes convaincus du bien-fondé de leur Monarque contre les "yeuxouverts...istes" qui n'en peuvent plus de supporter cette mascarade... Et pendant que les uns sont trop occupés à crêper le chignon des autres, ils oublient de réfléchir à qui sont les vrais fraudeurs !!!
    ---> vivement que les UMPistes deviennent les cons...vaincus !!!

    RépondreSupprimer
  8. LES VRAIS FRODEURS SONT TOUTES CES SOCIETES QUI FONT DU CHANTAGE A L'EMPLOI ET NE PAYENT PAS L'URSAFF DE PLUS L'ETAT QUI NE REVERSE PAS LES % DU TABAC ETC... A LA SECU
    ET QUE DIRE DES FRAUDEURS A L'IMPOT A NEUILLY...

    RépondreSupprimer
  9. La très bonne mesure de L. Vauquier de faire travailler les bénéficiaires du RSA va dans les DOM-TOM être positivement accueillie.
    Le retour de l'esclavage mais sans les chaines cette fois, le blues va redevenir à la mode. On va réouvrir Cayenne aussi pour l'encadrement militaire. La France se modernise à grand pas.

    Un projet reste encore dans les cartons c'est l'obligation pour tout français de s'agenouiller devant un menbre du gouverment et de l'appeler "Saigneur" - un autre mandat sera nécéssaire pour çà.

    Ensemble tout est possible

    RépondreSupprimer
  10. On ne peut que regretter que dans ce dossier les contrôles et les sanctions s'accumulent sur les salariés et que rien n'ait été annoncé concernant les employeurs dont la fraude emporte des conséquences bien plus lourdes que celle des salariés.
    Cette omission du Chef de l'Etat n'est pas sans irriter.
    Il "clive" depuis son investiture, dressant les travailleurs contre les chômeurs, les salariés du privé contre les fonctionnaires, les actifs contre les retraités, les vieux contre les jeunes, les biens portants contre les malades, les français contre les étrangers, les classes moyennes contre les plus modestes soupçonnées de bénéficier davantage de la solidarité (alors que c'est parfaitement normal), les bleus de travail contre les cols blancs, tout et n'importe quoi dès lors que ça favorise son plan : être réélu à n'importe quel prix.

    RépondreSupprimer
  11. Je crois que je vais vomir:

    Ce jeune canard de Laurent Wauquiez aura donc été jusqu'au bout de son raisonnmenet. ce matin chez Bourdin sur RMC il annone ses bêtises, en ponctuant ses phrases de : pourquoi ? Afin de mieux expliquer à l'idiot derrière la radio son raisonnement.
    Je me souviens déjà le matin quand il s'occupait de l'emploi (avec une rare inefficacité) il balancait les memes fadaises. Je crois qu'il est à l'enseignement alors pourquoi fait-il le porte parole des mesures Sarko ? Il a rien à faire de ses journées. Sans doute non, puisqu'il a même écrit un livre dont je me réserverai bien la possibilité d'en faire un tas de PQ...

    Etant apolitique mais anti Sarko, je suis désolé de ce que j'ai entendu hier. Pour moi le déficit de la sécu est quand même causé par les 200 000 émigrés SUPPLEMENTAIRES chaque année qui sont régularisés ou non, ou parents d'émigrés qui bénéficient de la SS et de soins grâce à la CMU ou l'AME. C'est bien ou pas je n'en sais rien, mais il est évident que cela grève chaque année les comtes de la Sécurité.
    Oui, oui, je sais, traitez moi de Marine Le PEn, c'est l'argument invoqué chaque fois...
    Donc soit Sarko prend le problème à la base soit émigration 0 dont fin du travail au black et les comptes de la sécu qui cessent de grimper, et je dirai c'est discutable mais ou moins on prend le problème à la base soit on prend une mesure à la con avec les jours de carence, un cautère sur une jambe de bois, solution pas très courageuse et qui tape encore une fois dans la gueule Monsieur et madame tout le monde et qui ne gêne absolument pas les patrons du CAC 40 et toute leur clique de Cadres sup cooptés et qui s'en foutent totalement étant bien loin des problèmes de fins de mois.

    RépondreSupprimer
  12. Le décryptage des contre-vérités du discours est ici :
    http://icezine.wordpress.com/2011/11/16/le-contre-discours-de-bordeaux/
    Ah ils sont doués, les plumes de Sarko pour faire du révisionisme. Et je pèse mes mots!

    RépondreSupprimer
  13. Plus il y a d'émigrés et de roumains (tsiganes) plus les français votent à droite, à votre avis qui les fait venir en masse, à qui profite le crime ?

    Autre avantage les urgences de l'hopital sont saturées ce qui fait passer les fonctionaires pour des fainéants, payés à rien foutre.

    Machiavel est un petit joueur à côté de nos "chers" dirigeants.

    N'oubliez pas, hein, ensemble tout est possible

    RépondreSupprimer
  14. Sarko ne peut pas parler de fraudeurs fiscaux vu que ce sont ses copains. Il préfère parler de fraudeurs sociaux qui sont (comme tout le monde le sait) les pauvres et les étrangers. C'est toujours les mêmes qui paient.

    RépondreSupprimer
  15. autres temps mais memes thèmes
    sto - tfso

    encore 6mois à tenir

    RépondreSupprimer
  16. Plus que 6 mois, de l'air, vite.

    RépondreSupprimer
  17. Entièrement en phase avec le message de Renaud de 10:34

    RépondreSupprimer
  18. Ce que je ne comprens pas, c'est qu'il trouve encore des ouvriers casqués pour lui faire des sourires et lui serrer la main, ils y en a tout de même qui aiment se faire "b.... erner" et par derrière.

    RépondreSupprimer
  19. Merci de m'approuver pour certains.

    Et oui, ne tombons pas dans le piège de Sarkho. Ce qu'il voulait c'est 200 millions en vitesse et puis c'est tout. Le reste c'est de la tactique, de la fourberie, pour obtenir une voix ou deux supplémentaires.
    Il nous prend pour des cons.
    Sommes nous dupes ? Valons nous plus que cela.
    Un Empereur d'opérette va-t-il nous rouler dans la farine ?
    Pour une fois, malgré nos clivages, votons utile, et débarrassons nous de ce mec qui se croit très intelligent et pensent que nous sommes tous des cons. Je ne le supporte pas. Qui que soit, tout, tout, sauf Sarko

    RépondreSupprimer
  20. Il parait que c'est WAUQUIEZ qui est dans les petits papiers de Sarkho pour mener sa campagne électorale... Bon choix, bon choix, va chercher mon chienchien, va !!Y a Nadine, Brice et Claude avec toi, vas-y !

    RépondreSupprimer
  21. @ Renaud

    D'après l'INSEE, le solde migratoire n'était, en 2010, que de 100 000 personnes. Et on sait parfaitement que ce n'est pas l'immigration, légale ou non, qui plombe les comptes de la Sécu.

    Il y a aussi un discours qui joue sur le sentiment anti-immigrationniste, et qui vise à faire des immigrés des boucs émissaires, ce qui se fait avec une grande facilité, vu la tendance à considérer les étrangers, surtout ceux venant d'Afrique (Nord ou sub-saharienne) comme des parasites profiteurs. Ne pas tomber dans le piège de Sarko, c'est bien, mais ce piège-là fait aussi partie de ses armes, pour récupérer le vote FN.

    RépondreSupprimer
  22. @sika
    C'est exactement cela ! Protégeons les riches coute que coute. L'écart entre les riches et les pauvres n'aura jamais été aussi flagrant que sous Sarkozy.
    PSA va licencier 6000 personnes ? Aucun commentaire dessus. Pourquoi ne pas voir PSA et dire je baisse les charges de 200 euros par salarié mais en échange vous gardez les 6000 emplois. Ca ce serait bien plus utiles, ce serait de l'argent public qui servirait directement à sauver ds emplois !

    RépondreSupprimer
  23. @ Zaprow
    Pas d'accord avec toi, j'ai plutôt un esprit de gauche et n'oublie pas que chacun à droit à la sécurité sociale en France même les sans papiers ! (AME)
    Ce qui veut dire que même 100 000 personnes DE PLUS PAR AN donne grosso merdo 500 000 personnes en 5 ans qui consulte les médecins, a des enfants malades, va à l'hôpital et cela, sans nécessairement travailler, donc sans cotiser.
    C'est ce surplus annuel qui plombe les comptes. J'ai travaillé 15 ans dans une cliniqiue alors tu tombes mal. Les gens ne consomment pas plus de médicaments et ne vont pas plus chez le médecin. Par contre les urgences sont saturées de "nouveaux arrivants" qui possèdent l'AME... Le problème n'est pas que tu sous entend que je sois facho ou autre, c'est que moi j'étais aux Urgences chaque jour et que j'ai vu cela de mes yeux... Alors tu peux te les boucher les yeux, mais cela ne changera rien.
    Y a quelques jours j'ai été à la station de Métro Barbes Rochechouart. Il faut le voir pour le croire ! Alors, merde ! On peut être de gauche comme moi mais voir les réalités en face !!
    Donc pour résumer, soit Sarkozy s'attaque au problème de fond, soit immigration zéro et AME supprimée, et là je dis c'était la chose à faire et c'est bien.
    Soit tu ne fais rien, comme lui, mais en échange tu lâches les français moyens qui n'en peuvent plus. C'est cela L'EQUITE !

    RépondreSupprimer
  24. Vous savez pourquoi rien ne va plus dans ce pays. Tout simplement parce qu'on la toujours ouverte, les français ont toujours ch... avant que les autres soient déculottés, comme certains trouillards qui gueulent avant d'avoir été touchés, en 39/45 nous devions pendre notre linge sur la ligne siegfried nous avons vu le résultat, les gens qui nous gouvernent actuellement sont identiques au modèle français, des pauvres chrétins à grande gueule même si certains viennent de contrées a mentalité moldave. Pavaner avec l'allemande pour sauver l'euro, on est à deux doigts de ce faire traiter de minables par l'europe, mais on gueulent encore que nous sommes les sauveurs.
    J'en ai assez de ces trous du cu, qu'ils partent et vite, n'importe qui mais vite.

    RépondreSupprimer
  25. Je constate que ma censure sur les commentaires de votre blog sur Marianne est devenue définitive...Comme quoi, vous avez tout de même des points communs avec Sarkozy!
    Elie Arié

    RépondreSupprimer
  26. A Renaud,

    1) PSA a prévu de supprimer 5.000 postes, tous ne seront pas licenciés ;

    2) AME coûte environ 400 millions d'euros par et cette somme est stable depuis plusieurs années. On ne va tout de même pas laisser répandre la lèpre, le typhus, la fièvre jaune, le béri-béri, la maladie du sommeil, la gale, la phtisie parmi nous ou bien ?

    3) CMU aux alentours de 200 millions au titre du fonds CMU, couvrant environ 5 Mo de personnes pour une prise en charge totale estimée à 9 Mrds. Des chômeurs en fin de droit, des précaires, des retraités modestes, des temps partiels contraints, des gros profiteurs vivant des minima sociaux, en somme des pauvres (ah les salauds). Un bon accès aux soins permet de conserver une bonne santé et donc de faire des économies.

    4) L'immigration zéro est une fausse bonne idée, nous avons besoin de main d'oeuvre, ce qui n'est pas un paradoxe même en période de chômage structurel. L'inadéquation de la demande et de l'offre rend l'immigration nécessaire et le patronat dit même indispensable.

    5) l'équité consiste à acquitter l'impôt à hauteur de ses facultés contributives et l'évolution du barème de l'impôt sur le revenu durant les 20 dernières années est édifiante.

    Pour le reste...

    RépondreSupprimer
  27. @brucolaque

    Toouuuut va bien alors. Emigration régulée, une incidence modérée sur les comptes de la Sécu, alors je ne m'inquiète plus. BOUYGUES peut dormir tranquille avec ces ouvrier payés au black dans 50% des cas. Et puis ce n'est pas un problème que l'EPR compte des centaines de vices de fabrication liés au manque de formation de ces ouvriers...
    Et puis pour la lèpre et le typhus, le moyen le plus sûr de ne pas contracter ces maladies est de laisser les porteurs de germes chez eux...

    RépondreSupprimer
  28. A Renaud,

    Et bien je ne peux que confirmer que Bouygues peut dormir tranquille puisqu'il n'est pas question d'intensifier les contrôles sur les entreprises, probablement pour ne pas attenter à leur compétitivité.
    Sur le cas de l'EPR qui n'a pas grand chose à voir avec le billet du jour, il s'agit essentiellement d'accidents du travail non déclarés plutôt que de salariés.
    Nier la réalité ne règle pas les problèmes, les étrangers sont là, et ils tombent parfois malades, lorsqu'ils n'arrivent pas déjà patraques des régions déshéritées qu'ils quittent dans l'espoir d'une vie meilleure.
    Les déficits doivent être résorbés et les dettes payées, mais il s'agit de ne pas se tromper de cible ou de se laisser abuser par certains forts en gueule qui se plaisent à stigmatiser à tort les pauvres ou les étrangers et à les désigner comme unique responsable d'une situation qui perdure depuis 40 ans : nous vivons à crédit tant pour la santé que les retraites.

    RépondreSupprimer
  29. @Brucolaque

    Et bien justement laissons les femmes qui élèvent leurs enfants avec le RSA tranquilles et oublions cette histoire ridicule de 4ème jour de carence

    RépondreSupprimer
  30. Renaud, promis, j'en parlerai à mon cheval !

    RépondreSupprimer
  31. @Brucolaque
    Il est en rêgle, au moins ?

    RépondreSupprimer
  32. Sàrközy,
    C'est un gros probleme mais au vu de ce qui ce passe au dessus de nos bulletin de vote, il faut vite resever le domaine Sachseurope !
    http://www.agoravox.fr/actualites/europe/article/de-la-banqueroute-a-la-banqueurope-104222?pn=1000#forum3123891

    RépondreSupprimer
  33. Pour conclure tous ces braves commentaires : nous finirons tous misérables... sans un sequin en poche...
    Celui qui voit poindre la violence à l'horizon... ça démange les doigts ou le poing, effectivement... n'a pas tort.
    C'est si vite arrivé... une(grosse)déception ... le politique ne fait plus rêver... il emmerde plus qu'autre chose !
    Où es-tu Cincinnatus ?
    A rouler sur l'or (type Sarko-one)...
    A rouler des galoches (type Dodo la saumure)...
    Et Hollande dans tout ça...
    Il fait pas bander ET il pousserait même le populo à se révolter plus tôt !
    N'attendons pas le dernier sequin cramé...
    A tous les indignés qui vont au carton : c'est vous désormais les vrais politiques, HONNEUR à vous, RESPECT !

    RépondreSupprimer
  34. nouveau thème de campagne ; la "facture sociale"

    la suite sur http://coustou.over-blog.com/article-nouveau-theme-de-campagne-la-facture-sociale-88846678.html

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.