14 novembre 2011

Sarkozy: un gouvernement d'union nationale jusqu'à Le Pen ?

En Grèce, le nouveau gouvernement d'union nationale qui a pris la relève de celui du socialiste Georges Papandréou comprend deux représentants de l'extrême droite. En Italie, Silvio Berlusconi sera remplacé par un technocrate, la gauche s'abstenant en attendant de prochaines élections législatives repoussées aux calendes... grecques. Dans ces deux pays, l'exécutif est tombé sous la pression des marchés financiers, d'une perte de confiance politique et d'une fragilité institutionnelle.

En France, Nicolas Sarkozy a applaudi ces changements.

Les voudrait-il en France ?

Berlusconi tombe enfin
Nicolas Sarkozy s'est empressé d'afficher un soutien très visible aux nouveaux premiers ministres grec et italien. C'était nécessaire. Si la crise s'aggrave encore, la France sera en première ligne. Les banques françaises ont dû accélérer leur désengagement de la dette italienne la semaine dernière. Ainsi, BNP Paribas a réduit son exposition de 24 milliards au 31 décembre dernier à 8,3 milliards le 31 octobre. Les autorités monétaires exigent que les dettes souveraines sont évaluées à leur prix de marché et leur valeur comptable dans les comptes de nos banques.

Vendredi, le Sénat italien adoptait le plan de réformes tant attendu par l'eurozone et les banquiers grâce à l'abstention de la gauche et du centre. Avec la désignation annoncée de l'ancien commissaire européen Mario Monti, mêmes les marchés soufflaient un peu: les taux d'emprunts italiens à 10 ans sont repassés sous la fatidique barre des 7% vendredi. Samed soir, Silvio Berlusconi avait officiellement démissionné. Un peu partout en Italie, des manifestations de joie. Il a même du quitter ses bureaux, le palais présidentiel du Quirinal, par une porte dérobée pour éviter, devant l'entrée principale, quelques manifestants criant « bouffon, bouffon! ».

A Mario Monti, nommé dimanche soir pour remplacer Silvio Berlusconi, Nicolas Sarkozy a proposé de venir à Rome montrer combien il a confiance en l'Italie. Il aimerait qu'Angela Merkel vienne avec lui. On imagine la réaction dubitative de la chancelière allemande. Le Monarque français a même donné des conseils de politique intérieure à l'Italie, à en croire l'incroyable compte-rendu de confidences du journalistes Arnaud Leparmentier. En particulier, Sarkozy préfèrerait que des élections législatives interviennent plus tard en Italie.

Deux fascistes grecs au pouvoir?
Au premier ministre grec, Lucas Papademos, il a écrit combien il se réjouit de la formation « d'un gouvernement de large union à même d'assurer la pleine mise en œuvre de l'accord du 27 octobre et des mesures qui en découlent. » Et il ajoutait: « En cette période cruciale, où tant est en jeu, je suis certain que vous aurez à cœur de prendre toutes les mesures nécessaires pour que la Grèce continue à jouer pleinement son rôle dans une Europe forte et rassemblée, fidèle à ses idéaux ». Une Europe ... fidèle à ses idéaux ?

En Grèce, l'union nationale contre la dette est allée jusqu'à l'extrême droite. Deux ministres du nouveau cabinet viennent du parti d'extrême droite «Alarme populaire orthodoxe» (Laos) : Makis Voridis ministre des Infrastructures et des Transports, et Adonis Georgiadis, ministre adjoint du Développement, de la Compétivité et des Affaires maritimes. Le premier s'était affiché à la tribune du congrès de fondation du Parti de la France, fondé par Carl Lang.

La France, récemment condamnée par le Conseil de l'Europe pour discrimination à l'égard des Roms, n'a certes pas de leçons démocratiques à donner à la Grèce. Mais imaginerait-on une telle union nationale en France pour lutter pour le redressement du pays et résoudre la crise de l'endettement ?

Nicolas Sarkozy voudrait-il du Front National dans une grande alliance anti-crise ?

On notera d'abord qu'il n'a jamais n'a-t-il tendu la main à l'opposition dans la gestion de la crise. Tout juste s'est-il autorisé quelques consultations symboliques avant ses grands shows internationaux, G20 ou autres. Quand il s'agissait de préparer une nouvelle tranche de rigueur, silence radio. Le Monarque décide, le premier chambellan exécute. L'opposition devrait se taire.

Ensuite, Nicolas Sarkozy n'a besoin de personne... pour l'instant. Il a les pleins pouvoirs. La situation française a ceci de particulier que Nicolas Sarkozy est institutionnellement ... le seul responsable. Nul besoin d'alliance improbable à ce stade tant la majorité est écrasante à l'Assemblée. Quant au Sénat passé à gauche fin septembre, son rôle reste faible dans la gestion des affaires courantes.

Les sondages créditent imprudemment Marine Le Pen de 18 à 20% des opinions de vote pour l prochain scrutin présidentiel. Et la fille de Jean-Marie défend si mal son programme économique qu'elle ne devrait que chuter. Il fallait l'entendre (ou la lire), jeudi 10 novembre sur la monnaie unique: « Je veux qu'on planifie le retour à la monnaie nationale. Si je suis élue, ça prendra six mois (...). Il suffit de changer les planches à billets. Techniquement, ce n'est pas bien compliqué ». D'autres opposants, au moins, ont su développé un discours alternatif qui se tient, qu'on soit d'accord ou pas. Marine Le Pen, elle, ne comprend visiblement rien au sujet.

A tout le moins, Marine Le Pen est hors du jeu sur ces sujets de la crise de l'endettement et de l'euro.

Nicolas Sarkozy a donc un peu moins de 6 mois pour conforter cet électorat tant convoité.


17 commentaires:

  1. Pas si sûr qu'elle soit hors jeu... Du moins dans l'esprit de pas mal de gens qui aspirent à une rupture avec un système que l'opposition officielle soutient et entend faire perdurer. On peut même se poser des questions sur le fait que d'autres vrais opposants de gauche, comme le Front de Gauche, ne décollent pas face à la crise alors que le FN semble capitaliser sur ce sujet tout en tirant ses bordées habituelles sur la sécurité et l'immigration. Les raccourcis et même l'incompétence ne la desserviront pas forcément vu que son positionnement est justement de dire (et c'est quand même porteur et réaliste d'une certaine façon) que les jugements sont émis par ceux qui ont plié et mis en place la libéralisation mondialiste et le diktat des marchés jusqu'au choix des gouvernants parmi les plus fidèles serviteurs de leur cause. Bref, elle risque de facilement tirer son épingle du jeu avec avec une opposition PS et un candidat qui s'inscrit pleinement dans la doctrine dominante et ne remet pas en cause le système en place...

    RépondreSupprimer
  2. Je pense aussi que vous sous estimez marine Le Pen...Ell est bcp moins incapable que ce que vous suggerez...et les francais en ont assez de la gouvernance qui nous a conduit au fond du gouffre:L'UMPS...alors nous verrons bien si votre discours s'avere vrai dans quelques mois...mais les francais s'eveillent et comprennent qu'il n'y a qu'une vraie nouvelle alternative aux problemes actuels : Marine Le Pen.
    vous la traitez d'incapable...c'est vous l'incapable de voir la realite des faits.Elle propoe une solution...pas une continuite des riches au pouvoir...d'ailleurs cela ne m'etonnerait pas qu'elle subisse un "accident"tellement elle devient dangereuse pour cette oligarchie fasciste inhumaine....Fais attention a toi Marine et bonne chance ,on est avec toi nous les moutons eveilles.

    RépondreSupprimer
  3. Le candidat Hollande déjà élu par les sondages n'a rien trouvé à redire, finalement tout lui va non ?

    RépondreSupprimer
  4. Oh Mme Lepen comme vous nous comprenez bien!
    "C'est pour mieux te trahir salarié! "
    http://www.visa-isa.org/node/1203
    à bon entendeur...

    RépondreSupprimer
  5. En fait les socialistes ont un grave handicap qu'ils risquent de payer très cher aux prochaines élections...Ils ont signé le traité de Lisbonne dans le dos du peuple.

    RépondreSupprimer
  6. Bien au contraire, les électeurs du FN qui ont voté pour Nicolas Sarkozy en 2007 se sentent floués sur bien des sujets : l'insécurité, le pouvoir d'achat, l'immigration (L'ump vient de proposer de revenir à la loi Pasqua de 1993 pour l'acquisition de la nationalité).
    Si Madame le Pen n'y entrave rien en économie c'est d'autant mieux, ses électeurs restent ahuris devant les sauvetages successifs de l'Euro (ils ne sont pas les seuls), elle parle donc un langage qu'ils comprennent. C'est à dire que ces gesticulations sont incompréhensibles si l'on est pas du sérail économique, financier ou européen, voire les trois. Or l'Europe telle qu'elle fonctionne est détestée par ces électeurs, la finance est responsable de tous leurs maux (chômage, précarité) et nul besoin d'en rajouter sur l'immigration.
    Ils est donc peu probable qu'ils reviennent manger dans la main qui s'apprête à les étrangler désormais en coupant dans les dépenses sociales, en haussant les prélèvements comme la TVA, alors qu'ils sont hanté par la hausse du chômage.

    RépondreSupprimer
  7. Tous leurs sondages à bourrer le mou, je m'en tape.
    Personnellement je voterai Marie Lepen, nous ne risquons pas plus que ce qui ce passe en ce moment, socialos et ump c'est comme cu et chemise, j'ai déjà été déçu par l'expérience des socialistes et je n'en veux plus et je ne voterai pas non plus pour le nain qui gouverne actuellement notre beau pays, qui mérite tout de même un peu mieux.
    Il est vrai qu'il vaut mieux Hollande que l'autre assomé, mais Hollande n'a pas de charisme il est plus qu'ordinaire et pas plus de taille a gouverner que l'autre zig.
    Il faut tout refaire, il n'y a plus rien qui fonctionne,ils ont pourri le système.
    C'est une alerte citoyens !

    RépondreSupprimer
  8. moi aussi je voterais marine ! déja donné pendant 30 ans de droite et de gauche

    RépondreSupprimer
  9. Aujourd'hui sur RMC ce canard d'Eric BRUNET le plus insupportable et le moins talentueux des animateurs radio polémistes va en mettre plein la gueule à Hollande. Après la France du bas, l'animateur du bas va se faire du bien....

    RépondreSupprimer
  10. Toute à fait d'accord, nous voterons Marine Lepen,qui a toutes les compétences requises. Nous en avons assez de leurs systèmes sur l'Europe!! "ROBESPIERRE au Panthéon, BONAPARTE à la fosse commune" - lisez Qu'est-ce que le Tiers exclus ? - Les preuves de la pensée unique" - Le Père DUCHESNE - à télécharger gratuitemnt sur un site - "interdit de publication en France" Dans ce manuscrite toute la vérité est dite.

    RépondreSupprimer
  11. Au secours! après les pieds nickelés nous risquons de voir la pouf d'Aubry repointer son son nez, bon courage les gars, moi je me barre de france, il y en a marre.

    RépondreSupprimer
  12. @Anonyme de 13:14 - moi c'est déjà fait ouf! :-)

    RépondreSupprimer
  13. Il faut à tout prix se séparer de ce nain tègneux qui fait office de Président de la République, roi de toutes nos misères et qui a malheureusement encore beaucoup de ressources pour nous dépouiller du peu qu'il nous reste. Heureusement pour lui qu'il soit si petit, il ne passerait pas à la guillotine. Mais pour le remplacer par ce beignet de Francois HOLLANDE et son équipe de bras cassés, non merci.
    C'est pour cela que je voterai extrême droite ou extrême gauche, que peut il arriver de plus que l'on ai pas eu ?? Beaucoup de gens sont comme moi,cherchent une solution et voteront l'espoir, moi je le retrouve dans les extrêmes.

    RépondreSupprimer
  14. "Fermez la porte il fait froid dehors !"mais "ce n'est pas parce que vous aurez fermé la porte qu'il fera moins froid dehors!" Pierre Dac .

    C'est un peu et même beaucoup le programme de Marine Le Pen ; On ferme les portes et les fenêtres , on sort de l'Euro ,on se fait notre petite monnaie bien à nous avec laquelle on e peut rien acheter .Qu'est-ce qu'on serait bien chez nous entre "bons" français de souche !
    Le problème c'est que chez nous on ne fabrique plus rien , qu'on importe tout jusqu'aux usines et aux outils et même la nourriture !
    Alors ceux ou celles qui ont tout compris et qui se flattent de vouloir voter pour M le Pen en 2012 feraient bien d'abord de faire des provisions !
    Et puis si personne n'est assez bien pour eux pourquoi ne se présentent-ils pas ?

    RépondreSupprimer
  15. Vous faites partie de ceux qui tiennent l'épouvantail FN au bout du bras. Mais si cela derange de voter FN, je voterai pour la gauche profonde.

    RépondreSupprimer
  16. Entre Le Pen et les Européistes fous, les gens sensés choisissent la première. C'est un risque mais comme l'Europe est une monstruosité.

    RépondreSupprimer
  17. l'objectif ètant de virer le sarko et sa clique:
    Français Républicains de tout poil unissez-vous
    pour le virer, que vous soyez d'extrême droite
    ou d'extrême gauhe.
    Il sera toujours temps de voir après.

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.