10 décembre 2011

240ème semaine de Sarkofrance: Sarkozy contre la France des Invisibles

Il se présentera fin février, ou début mars. Cette fois, il paraît que c'est sûr. D'ici là, il fait campagne. Ses proches ont repris confiance. Quelques journalistes promettent une campagne ouverte. Le décrochage des classes populaires inquiète un peu. A l'Elysée, on n'en parle pas. Nicolas Sarkozy s'accroche à son Triple A comme La Pérouse à son radeau. Il faisait mine d'ignorer la pression des marchés, mais il stressait comme un diable.

A l'occasion d'une foire médiatique organisée à la gloire du Web (LeWeb'11), le Monarque avait placé sa semaine sous le thème numérique: mise en ligne d'un site d'informations publiques lundi, inauguration du siège parisien de la multinationale Google mardi, puis réception à l'Elysée de quelques 300 Net-entrepreneurs mercredi.

Chez Google, Sarkozy discuta avec quelques salariés du géant américains, tous habillés cool et décontractés. Avec son costume sombre et sa cravate noir, le Monarque faisait étranger. Il s'est quand même acheté un iPad 2. C'était la Saint-Nicolas. Il utilisa quelques expressions franglaises comme top of the top et win-win. Le jour même, on lisait qu'il s'agaçait que son ministre Eric Besson passe davantage de temps sur Twitter qu'à son ministère de l'industrie.

Cette mise en scène avait quelque chose d'indécent. Dans le Monde, Nicolas Sarkozy avait sans doute raté une enquête sur la colère sourde des Invisibles, la France précaire, oubliée par le Président des Riches

Mais Sarkozy avait la tête ailleurs. Lundi, son micro-sommet avec Angela Merkel, le jour où François Hollande se déplaçait à Berlin, avait fait pschitt. La chancelière était venue annoncer son propre plan à Paris, à l'occasion d'un déjeuner et d'une mini-conférence de presse expédiée en une trentaine de minutes. Sarkozy nous avait habillé l'affaire comme un déjeuner de travail et une âpre négociation. Il n'en fut rien.

L'après-midi même, l'agence de notation Standard & Poor's menaçait l'intégralité de la zone euro. La France était plus sévèrement visée. Sarkozy joua au kéké le lendemain matin devant ses ténors ( « Au fond, c’est plus un message pour la BCE que pour le gouvernement » ), mais l'inquiétude était palpable. Le soir François Fillon était à la télévision, dernier sujet du journal télévisé, juste avant la météo. Pas question d'un troisième plan de rigueur.Dans les heures qui suivirent, la même agence dégrada la note de crédit de trois banques françaises, puis de 15 assureurs européens.

Mercredi, Nicolas Sarkozy stressait à l'Elysée. La veille confiant, il était désormais dramatique: « Le risque d'explosion est prégnant tant que les décisions prises avec Angela Merkel ne sont pas effectives », confia-t-il à quelques centaines de députés UMP invités à l'Elysée aux frais du contribuable. En fin de journée, Sarkozy rinçait les 300 Net-entrepreneurs participants au grand show LeWeb'11 organisé par le très sarkozyste Loïc Le Meur. A quelques centaines de kilomètres de là, François Hollande parlait rédindustrialisation dans une usine.

Jeudi, un sommet européen inévitablement qualifié de sommet de la dernière chance débutait à Bruxelles dans la soirée. Mais Sarkozy avait d'abord deux crochets politiques à faire, à Marseille, encore un déplacement uniquement électoral, aux frais du contribuable, 84.000 euros, c'est le Sarkobingo ! Au plus fort de la crise, il est toujours en campagne. La crise attendra. Son premier détour fut pour une clinique, à l'hôpital Nord, à Marseille, au chevet d'un policier grièvement blessé par une fusillade à Vitrolles en début de semaine, et en état de mort cérébral depuis la veille. Ses Web-communicants l'avaient identifié sur FourthSquare, une application qui permet à ses utilisateurs de se géolocaliser via leur téléphone portable. L'écoeurement était proche. L'agent décéda, paraît-il, dix minutes après son départ. L'instrumentalisation de ce drame, par un Monarque responsable de la réduction des moyens des forces de l'ordre, avait quelque chose d'évidemment indécent, et la mascarade des plus funèbres. Sur le perron d'un commissariat, Nicolas Sarkozy annonça le prochain équipement des policiers en fusils à pompes.

Ensuite, toujours à Marseille, Nicolas Sarkozy alla déjeuner (et se faire filmer) au Congrès du Parti populaire européen (PPE). Un Congrès évidemment politique, puisqu'il ne rassemblait que les ténors de la droite européenne.

Dans la journée, la chaîne BFM-TV publiait des vidéos inédites, fascinantes mais inutiles, filmées par les caméras de surveillance du Sofitel au moment du départ de Dominique Strauss-Kahn de l'établissement. Plus troublant fut la confirmation que l'Elysée disposait bien d'un dossier à charge sur le libertinage de l'ancien directeur du FMI: dès l'arrestation de ce dernier, deux fonctionnaires du Parquet de Paris avait transmis au procureur américain Cyrus Vance des informations sur « une affaire de prostitution dans le nord de la France», qui à l'époque était encore un secret bien gardé...

Jeudi, les procureurs protestèrent: manque de moyens, manque d'indépendance, manque de reconnaissance. La justice est en crise. Deux jours avant, la Cour de Cassation qualifiait d'illégale l'espionnage de journalistes du Monde ordonné par le procureur Philippe Courroye en 2010, dans le cadre de l'affaire Woerth/Bettencourt. L'ampleur de l'espionnage, révélé par le Monde grâce à l'enquête, est édifiante. On s'était cru en RDA.

Jeudi soir, Sarkozy s'envola donc pour Bruxelles. Notez le trajet: Paris/Marseille/Bruxelles. Sur place débuta une longue nuit blanche de négociations à 27 pour sauver l'euro, la dette, et l'Europe. C'était le énième sommet de la dernière chance. La nuit fut rude, les déchirements évidents, et, vendredi, vers 5 heures du matin, Nicolas Sarkozy pouvait s'exprimer, la voix blanche et le teint blafard, devant quelques journalistes patients: « nous venons d'adopter la totalité du contenu de la lettre franco-allemande ». A cette heure matinale, l'accord était encore flou.

On comprit plus tard que la BCE restera indépendante. Les Etats adhérents au futur traité accepteront des sanctions automatiques en cas de dérapages budgétaires. Cette discipline serait jugée à l'aune d'une règle d'or nationale à définir. La Commission européenne pourra évaluer les budgets nationaux. David Cameron a refusé d'y associer le Royaume Uni. Quelques heures plus tard, Nicolas Sarkozy refusa de lui serrer la main. L'entente cordiale de l'opération libyenne était bien loin.

Toujours des grands principes, mais rien d'encore très concret. Et comme toujours, les problèmes se cachent dans les détails. Les 27 moins un ont promis un traité complet d'ici... trois semaines. Après, il faudra le faire ratifier, dans chacun des Etats adhérents.

Rappelez-vous le plan de sauvetage de la Grèce adopté le 21 juillet dernier: il fallut attendre 3 mois avant sa ratification complète. Que dire d'un nouveau traité européen ?

Plus tard dans la journée, la Maison Blanche, laconique, a salué des «signes de progrès». Des signes... Angela Merkel remercia Nicolas Sarkozy. La chancelière met toujours les formes.


Ami sarkozyste, où es-tu ?


3 commentaires:

  1. semaine ordinaire où la France est encore un peu plus livrée aux financiers

    quand sortirons-nous de cette ornière ?

    RépondreSupprimer
  2. Semaine ordinaire dit Bob ?!... L’instrumentalisation de la mort de ce policier est d’une telle indécence qu’il m’est difficile d’imaginer qu’elle puisse demeurer sous silence contrôlé. Le summum de l’immoralité est-il atteint ?... Malheureusement, je crains que nous ne soyons pas au bout de nos peines.
    J’en ai vu passer des Présidents de la République Française… mais la honte que celui-ci soulève en moi dépasse l’entendement.

    Merci Juan pour votre courage de résistance, je ne me lasserai jamais de vous le dire.

    petite plume perdue...

    RépondreSupprimer
  3. "Sur place débuta une longue nuit blanche…" Pourquoi donc s'évertuent-ils ces dirigeants européens à se réunir de nuit ? Cela-n'a-t-il pas pour but d'affaiblir la concentration de quelques uns pour mieux les abuser ? Après tout, tous ne carburent pas à la coke.

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.