31 décembre 2011

243ème semaine de Sarkofrance: le chômage s'impose à Sarkozy

Dernière semaine de l'année, dernière semaine de vacances avant la Grande Campagne. Nicolas Sarkozy a disparu des écrans médiatiques depuis quelques jours, avant de réapparaître ce 31 décembre pour ses traditionnels voeux de bonne année.

La grève des agents de sûreté dans quelques aéroports français s'est essoufflée, après la dramatisation grotesque du gouvernement. Des attentats ont frappé l'Irak et le Nigéria, comme un triste bruit de fond. Deux légionnaires français ont été tués en Afghanistan, portant à 26 le nombre de morts au combat dans la zone. Les agences de notation ont accordé un peu de répit à la Sarkofrance, lui laissant terminer l'année avec son Triple A. Mais l'emploi, ou plutôt le chômage, s'est brutalement imposé à la faveur d'une publication statistique détestable.

A l'UMP, on masque mal la panique.

Une bombe qui s'appelle chômage
Au gouvernement et à l'Elysée, on préparait le sommet pour l'emploi du 18 janvier prochain. Mais les derniers chiffres du chômage, publiés le 26 décembre, sont pires que prévu. Tous les indicateurs sont mauvais: 5,2 millions de chômeurs, un nombre en hausse dans tous les âges, toutes les catégories. La durée moyenne d'inscription est de 250 jours, contre 222 jours un an avant. Les cessations d'inscription pour défaut d'actualisation ont bondi de 9% en un mois. Le nombre de plus de 50 ans inscrits à pôle emploi a explosé de +15% de décembre 2010 à novembre 2011. Les femmes sont plus particulièrement touchées: +17% versus +14% pour les hommes cinquantenaires et plus. On se souvient que l'âge légal de retraite a été reporté de 4 mois dès juillet dernier.

Nicolas Sarkozy ne voulait pas se laisser embarquer sur ce terrain glissant sans réagir. Le chômage officiel devrait franchir les 10% de la population active en mai prochain, un record depuis 1999. D'où son sommet du 18 janvier. Aux médias, on glisse déjà quelques idées. D'abord, la crise n'est pas que chez nous: « Le chômage n'est pas un problème franco-français » (Xavier Bertrand). L'excuse est facile.

Roger Karoutchi, fidèle grognard des Hauts-de-Seine, aimerait que Sarkozy soit encore porteur de « ruptures ». Notez le pluriel.  A Toulon, le Monarque avait évoqué la TVA sociale, sans la nommer bien sûr. Il voulait croire « qu'on n'avait pas tout essayé » pour lutter contre le chômage. Il faut avouer que sa politique nous a coûté cher en emplois: sa défiscalisation des heures supplémentaires a détruit l'emploi intérimaire et en CDD, puis découragé l'embauche. Comment expliquer autrement que le volume d'heures sup' progresse autant ... que le chômage ? A cause de la réforme des retraites, le nombre de retraités a déjà chuté d'un tiers en un trimestre.

En Sarkofrance, ça sent désormais la panique. Xavier Bertrand veut des «solutions rapides» pour lutter contre le chômage. L'UMP toute entière semble convaincue aux vertus du partage du temps de travail, qu'elle préfère baptisé chômage partiel. Attention, ce n'est pas qu'une affaire de dénomination politicienne. Notez la nuance, elle est crucial. A droite, on partage... le chômage ! Les ténors de Sarkofrance aimeraient imposer une plus large flexibilité. Chacun y va de sa proposition farfelue. Le MEDEF aimerait un CDD de 30 mois, les libéraux de l'UMP, Jean-François Copé en tête, voudraient supprimer toute durée légale hebdomadaire de travail afin de supprimer... les heures supplémentaires elles-mêmes... On attend les 34 heures de Sarkozy.

En 5 ans, se plaît à rappeler l'opposition de gauche comme de droite, Nicolas Sarkozy aura vu le nombre de chômeurs progresser d'un millions. Qui dit chômage de masse, dit précarisation massive.

Pauvreté oubliée
Il lui ont offert un kit de survie pour SDF. Une association nordiste d'aide aux sans-abris, le Groupe de secours catastrophe français (GSCF), a envoyé le kit qu'elle a conçu pour aider les SDF à passer l'hiver. En décembre 2006, le candidat Sarkozy promettait qu'il n'y aurait plus un sans-abri mort d'ici deux ans. En 2011, environ 360 sans-abris sont décédés dans la rue.

Les Restos du Coeurs ont quelque difficulté à satisfaire une demande qui explose. Il leur manque 5 millions d'euros. L'ont-ils réclamé au Monarque quand ce dernier est venu les voir le 22 décembre dernier ? Interrogé sur France 2 jeudi 29 décembre sur ce que le gouvernement comptait faire, le secrétaire d'Etat au commerce Frédéric Lefebvre a bafouillé une réponse incomplète: « il faut qu’on atteigne ce dont ils ont besoin, donc c’est l’objectif. » Ah... Et comment ? Lefebvre a provoqué une « réunion à Bercy », évoquée dès le lendemain midi au journal de 13 heures de TF1... Ouf! Nous sommes rassurés...


A Paris, la Mairie a informé que l'Etat avait coupé dans les vivres du Samu Social: 28 millions d'euros de moins en 2012 ! L'essentiel du budget de l'association est couvert par l'Etat: ces 115 millions d'euros de dotations en 2011 tomberont à 89 millions l'an prochain. En fin d'année, le gouvernement a aussi annulé quelques 153 millions d'euros de crédits pour la lutte contre la pauvreté, soit 10% des économies supplémentaires pour tenir l'objectif de réduction des déficits.

Au premier janvier prochain, toute une salve d'augmentations diverses viendront pénaliser les ménages les plus modestes. Le Conseil constitutionnel a validé cette semaine la loi de finances pour 2012. La TVA à 5,5% passera donc bien à 7%. Les sodas seront taxés d'une contribution particulière. De son côté, la SNCF a décidé d'augmenter les tarifs de ses TGV. Bien sûr, les plus riches paieront proportionnellement un peu plus: 3% de contribution provisoire par part fiscale dépassant les 500.000 euros, et un point d'impôt sur le revenu supplémentaire sur la dernière tranche du barème. Côté revenu, le RSA augmentera de 7 euros par mois (pour une personne seule). Laurent Wauquiez, le chantre de la Droite Sociale, en est tout retourné.


Electoralisme minable
On digère mal la loi sur les génocides, adoptée en première lecture à l'Assemblée nationale. Une députée UMP, Valérie Boyer, a même reçu des menaces de mort. La réélection de Nicolas Sarkozy serait-elle à ce prix ?

La cote de Sarkozy remonte chez les bookmakers anglais, paraît-il. En Sarkofrance, la cote reste basse et le trouillomètre remonte. Sarkozy est candidat, mais il n'ose toujours pas se présenter. Il n'aime pas que ses interventions et nombreux déplacements puissent être comptabilisés au titre de sa campagne. Juste avant une gigantesque tournée des voeux, cela ferait tâche... Pour le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel, pourtant, Nicolas Sarkozy est davantage candidat que président.

Un ancien prestataire de la campagne Web de Nicolas Sarkozy en 2007, Arnaud Dassier, a quitté l'UMP. Le parti présidentiel ne veut pas de primaires pour désigner ses candidats aux prochaines législatives et Dassier lorgnait sur une circonscription en Val de Loire. Claude Guéant, lui, s'est trouvé une jolie circonscription pour les prochaines législatives. L'homme aime le combat, il sera député à Boulogne-Billancourt, 67% pour Sarkozy en 2007. Après François Fillon qui s'est choisi l'ultra-bourgeois 7ème arrondissement de Paris, voici un second ténor de Sarkofrance qui livre une belle leçon de courage !

Pour le reste, Nicolas Sarkozy accélère le placement de ses proches. Libération en a fait sa couverture, mercredi 28 décembre, en citant une dizaine de nominations récentes dans la magistrature, comme celle d'André Ride, décidée le 20 décembre, au parquet de Bordeaux où s'instruisent les affaires Woerth et Bettencourt. Plus visible, l'actuel secrétaire général de l'Elysée, Xavier Musca serait pressenti pour diriger la Caisse des Dépôts et Consignations...

Dette hors contrôle ?
La dette publique française a bondi d'une grosse centaine de milliards d'euros l'an dernier. Au troisième trimestre 2011, elle se chiffrait à 1.689 milliards d'euros. Trois ans avant, elle était inférieure de 400 milliards d'euros. Sur le trimestre, la dette a baissé de 3,6 milliards d'euros, « moins rapidement que prévu » s'inquiète le Monde. N'y voyez aucun effet de la rigueur gouvernementale du moment, l'évolution n'est que comptable.

Les bourses flanchent en fin d'année. La BCE, que l'on croyait avare de prêts aux établissements financiers européens, vient de lâcher quelque 489 milliards d'euros de prêts en quelques jours.  L'euro termine l'exercice à son plus bas niveau depuis 10 ans. Est-ce d'ailleurs si grave ?

Il était temps que cette année 2011 se termine.

Ami sarkozyste, je te souhaite une exécrable année 2012.

16 commentaires:

  1. nous sommes en plein naufrage
    et comme pour le titanic , ce soir le capitaine va venir sur la passerelle pour nous chanter une petite ritournelle

    coulera-t-il avec le navire ou sera-t-il le premier dans les chaloupes ?
    en tout cas il déjà commencé à y mettre ses copains.

    RépondreSupprimer
  2. J'ai qu'un seul souhait pour 2012 c'est que Zébulon et ses acolytes dégagent.Rêvons un peu en espérant qu'ils soient un jour jugés pour volonté manifeste de nuire aux citoyens français.

    RépondreSupprimer
  3. @ Juan
    Je me questionne avec angoisse :
    Ne serait-ce pas plutôt aujourd’hui la 243ème semaine ?

    petite plume perdue...

    RépondreSupprimer
  4. Je nous souhaite une meilleure année que les quatre précédentes. Merci Juan.

    RépondreSupprimer
  5. En somme, gouverner à la sauce Sarközy, c'est afficher des chiffres maquillés, flatteurs pour calmer les ardeurs revendicatrices. Peu importe cette réalité qui est la conséquence d'une incompétence doublée d'une volonté de s'octroyer les richesses. Pas trop en même temps mais juste comme il faut à chaque fois, pas trop au dessus de l'inacceptable et en comptant sur le temps et l'oubli, de manière rampante comme un serpent.

    RépondreSupprimer
  6. addendum : La structure consonnantique de "Sarközy" n'est pas si loin de ce passage connu de Racine :
    "Quels sont ces serpents qui sifflent sur nos têtes?"

    RépondreSupprimer
  7. Un grand merci Juan pour tout ce travail accompli. Je ne peux qu'espérer pour vous un repos bien mérité à partir de mai 2012! A tous les autres posts, une bonne année et surtout votez LE dehors! (abc)

    RépondreSupprimer
  8. Pour ma part, additionnant deux semestres consécutifs, j'avais totalisé 428 SDF morts en novembre:
    http://menilmontant.typepad.fr/7ici/2011/11/morts-de-la-rue-hommage-dhiver.html

    Qu'il le veuille, houpa, Sarkozy est candidat "présumé" à compter de dimanche:
    http://menilmontant.typepad.fr/mon_weblog/2011/12/csa-campagne2012.html

    RépondreSupprimer
  9. Aprés la guerre , il à été nécessaire de procéder à la dénazification,nul doute qu'apres mai 2012,nous devrons procéder à la Désarkozycation, tant cet immonde personnage à placé ses séides à tous les echelons.La fin n'est plus loin, et c'est avec beaucoup d'espoirs que j'aborde cette nouvelle année;Meilleurs voeux à tous et que vos souhaits se réalisent en mai.bonne soirée également aprés la traditionnelle et soporifique berceuse que va nous delivrer le nabot en chef.merci Juan,merci à tous ceux qui ferons le bon choix,un seul mot d'ordre,SARKOSY DEGAGE .

    RépondreSupprimer
  10. Merci Juan pour votre énorme travail que je suis jour à jour, hebdo à hebdo avec impatience chaque fois de vous lire et de savoir qu'il y a un autre possible. Comme vous je souffre depuis Mai 2007 pour nous français, pour nous européens, pour notre image dans la monde... et j'ai peur que la bête survive encore. Je suis engagée, je me bats, mais à voir mon entourage, ma révolté, ma révulsion, mon indignation ne sont pas partagées. J'ai l'impression que les yeux ne s'ouvrent pas suffisamment et cela me désole. Pour autant à suivre vos chroniques et vos lecteurs, je me sens moins seule et une lueur d'espoir reste encore vivante en moi. J'espère que 2012 sera l'année du changement, même si ce sera dur, mais changer, pour un monde meilleur ! Bonne Année à vous Juan et à votre famille. Bonne Année à tous. Athena.47-Agen

    RépondreSupprimer
  11. Bonne & heureuse année à toutes & à tous. Que tous vos voeux de bonheur & d'espérance soient exaucés.

    Je ne peux malheureusement plus bloguer sur Marianne2 via le site de Juan. Malgré le signalement du problème rien ni fait ! ...

    Je ne parle pas encore de censure, je me contente de douter de mon ordinateur !

    RépondreSupprimer
  12. bravo juan pour tes analyses quotidiennes tu peux pas savoir le bien que tu nous fait!!!! malgré ce monde pourri que nous avons crée par notre indifference et notre lacheté je vous souhaite à toi et aux autres blogueurs une bonne et heureuse année 2012. en mai il faut absolument que le naboleon soit battu et trainé devant les tribunaux pour escroqueries envers le peuple français cordialement JUAN

    RépondreSupprimer
  13. Bravo Juan pour cette X.ième chronique que je lis toujours avec délice et (hélas) tristesse, indignation, hargne, révulsion... au vu des multiples scandales, coups fourrés, nuisances que vous dévoilez (je n'ose penser "en vain").
    Ce soir j'ai une pensée spéciale pour vous qui allez vous "payer" le discours du nabot/nabab: comme cadeau de fin d'année il y a mieux que ce pensum!
    Mais demain dès l'aube quel plaisir à en déguster le résumé assorti de commentaires pointus.
    Merci et courage en pensant que cette épreuve va enfin se terminer en mai. Votre compagne et vos p'tites racailles pourront enfin profiter un peu de votre temps retrouvé.

    RépondreSupprimer
  14. Vivement que l'on se débarasse de Sarkozy en 2012, mais faudra continuer un site semblable avec le nouveau président.

    RépondreSupprimer
  15. Je suis heureux que 2012 arrive pour nous débarrasser de cet homme.... Il faudra aussi débusquer tous ses potes qu'il a disséminé à divers postes stratégiques de l'Etat....
    Au travail, la dératisation commence !
    Bonen année à tous les Anti Sarko et aussi à tous ses fans, en souhaitant qu'ils ouvrent les yeux !

    RépondreSupprimer
  16. Un ex-haut fonctionnaire a confirmé en décembre au juge qui enquête sur l'affaire Karachi que Nicolas Sarkozy, ministre du Budget en 1994, avait validé la création d'une société luxembourgeoise servant à payer des intermédiaires dans des contrats d'armement, selon Libération de lundi.

    Le journal s'appuie sur un procès-verbal d'audition du 2 décembre, devant le juge Renaud Van Ruymbeke, de Gérard-Philippe Menayas, ancien haut fonctionnaire du ministère de la Défense et ex-directeur administratif et financier de la DCNI, branche internationale de la Direction des constructions navales qui a vendu en 1994 au Pakistan des sous-marins Agosta.

    M. Menayas est interrogé sur la création en 1994 au Luxembourg de la société offshore Heine, utilisée par la DCNI pour verser des commissions - qui seront légales jusqu'en 2000 - à des intermédiaires dans des contrats d'armement, dont ceux qui ont oeuvré au contrat Agosta.

    "Il est clair que le ministère du Budget a nécessairement donné son accord pour la création de Heine (...) Vu l'importance du sujet, cette décision ne pouvait être prise qu'au niveau du cabinet du ministre", a déclaré M. Menayas sur le PV cité par Libération.

    Un rapport de la police luxembourgeoise de janvier 2010 a déjà mis au jour le fait que Nicolas Sarkozy, ministre du Budget de 1993 à 1995, avait donné son accord à la création de Heine. Un document chronologique, non daté ni signé, saisi par la police à la DCN, évoque les circonstances de la création de Heine, mentionnant l'aval de Nicolas Bazire, directeur du cabinet du Premier ministre de l'époque Edouard Balladur, et de Nicolas Sarkozy.

    Le juge Van Ruymbeke demande alors à M. Menayas de confirmer que "la mise en place de la structure Heine n'a donc pu se faire qu'avec le double accord des deux cabinets du ministre du Budget et celui de la Défense", à l'époque François Léotard.

    "Oui (...) Je n'imagine pas qu'une telle décision ait pu être prise sans l'aval du cabinet du ministre", répond l'ancien cadre de la DCNI, faute de quoi, "je n'aurais jamais obtenu (...) l'accord de la direction générale des impôts (...) pour payer des commissions via Heine".

    Dans le volet financier de l'affaire Karachi, les juges tentent de déterminer si des rétrocommissions, alimentées grâce à l'intervention d'intermédiaires rémunérés par des commissions dans les contrats Agosta et Sawari II (avec l'Arabie saoudite), ont pu financer la campagne présidentielle de 1995 d'Edouard Balladur.

    L'ex-PDG de la DCNI, Dominique Castellan, mis en examen dans ce dossier le 13 décembre pour abus de bien sociaux, a également été interrogé par le juge Van Ruymbeke, selon son PV consulté par l'AFP.

    Pour la mise en place de Heine, "avez-vous sollicité ou informé vos autorités de tutelle?" en 1994, demande le magistrat. "J'ignore totalement si on a demandé l'aval des autorités mais je suis sûr que nous avons informé le ministère des Finances (auquel est rattaché le Budget, Ndlr) que nous serions amenés à payer nos agents commerciaux par des virements sur des trustees à l'étranger", répond M. Castellan.

    En septembre dernier, l'Elysée avait affirmé que le chef de l'Etat n'avait "jamais exercé la moindre responsabilité dans le financement de cette campagne" Balladur, dont il était le porte-parole, et son nom "n'apparaît dans aucun des éléments du dossier".

    M. Sarkozy est "totalement étranger" à cette affaire, "d'autant plus qu'à l'époque où il était ministre du Budget, il avait manifesté son hostilité à ce contrat comme cela apparaît dans les pièces de la procédure", avait précisé la présidence.

    Un attentat perpétré à Karachi le 8 mai 2002 a fait 15 morts, dont 11 Français employés de la DCN.

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.