23 décembre 2011

Sarkozy: "le nain" s'échauffe contre le "petit"

« Combatif » «déterminé», «offensif comme jamais»,  «Extraordinairement mobilisé», « conscient de la difficulté du moment »... Les qualificatifs ne manquent plus pour décrire Nicolas Sarkozy en pleine vraie-fausse campagne de réélection. Sarkozy était Rocky, Nicolas était Balboa. Au début de son mandat, il pratiquait l'insulte ou la raillerie faciles. On se souvient de son incroyable visite au Salon de l'agriculture en 2008 (« pov'con »), ses altercations avec des pêcheurs, ou son inhabituelle conférence de presse de janvier 2008.

Ses communicants lui ayant suggéré de faire plus présidentiel, il s'était calmé depuis. Désormais, la raillerie se fait en coulisses, en « off » comme disent les journalistes, mais toujours devant suffisamment de témoins pour être certains que ses propos seront rapportés, amplifiés, commentés.

Mardi
Il se reprend donc à railler François Hollande. Mardi soir, devant une quinzaine de députés des plus sarkozystes invités à l'Elysée, il a qualifié son opposant socialiste de « petit ». Hollande le Petit. L'expression prête à sourire, émanant de l'un des plus petits présidents que la République ait connu. Devrait-on nous aussi tomber dans la caricature physique ? Faudrait-il donc à nouveau traiter notre Monarque de ... nain ?
«Son problème, c'est qu'il fait la même campagne après la primaire que pendant. Ce n'est pas lui qui a changé, c'est la lumière. Quand on est candidat à la présidentielle, on est dans une lumière où la moindre peluche sur le costume se voit.»
Nicolas Sarkozy est transparent depuis presque 4 ans. Il s'agace des maigres chiffres des adhésions à l'UMP. Depuis 2007, le parti présidentiel a été déserté, malgré des maquillages en tous genres, récemment dévoilés par un ancien fidèle...

Agacé ou inquiet, l'homme du scandale des sondages de l'Elysée dériva : «Celui qui regarde les sondages, il est comme un serpent devant une clarinette ». Rappelez-vous. En 2008, l'Elysée finançait de façon occulte environ un sondage politique tous les deux jours, ensuite publié par certains médias complaisants. En 2009 et après, il a continué, mais plus discrètement. La Cour des Comptes l'avait épinglé. Les sondages ont désormais été éparpillés dans les ministères.

Pour rassurer ses proches du jour, Sarkozy leur a promis d'aller « beaucoup plus loin, plus fort ».

Fantastique !


Il faudrait seulement qu'il ose s'afficher candidat.

Le courage est une qualité importante d'un candidat qui se prétend « capitaine ».

Mardi, bis
Quelques heures avant, mardi midi, un rendez-vous non mentionné dans son agenda officiel, Nicolas avait invité quelques ténors de la majorité à déjeuner à l'Elysée. Il s'est énervé contre « les candidatures solitaires ». Il ne cite personne mais s'énerve beaucoup.
La scène s’est déroulée mardi, dans les salons de l’Elysée. En plein déjeuner de la majorité, Nicolas Sarkozy s’en prend à Dominique de Villepin et Hervé Morin, sans jamais les citer. "Les candidats solitaires : faudrait que ça s’arrête !", lance t-il fermement. Le discours n’est pas nouveau, mais le ton solennel.
Source: LCP
Il s'adressa même à l'un des représentants du Nouveau Centre à l'Assemblée: « Il serait temps qu’il arrête de m’attaquer ». Rooooo... Le Monarque ne supporte pas cette multitude de candidats à droite qui le critiquent. Donc Sarkozy menace de le débrancher, lui aussi. Lisez cette confidence, incroyable de cynisme: «  On ne peut pas avoir été ministre pendant trois ans. S’il continue, on prendra les mesures nécessaires ». De l'Elysée, il sait comment faire.   « Il est physiquement fatigué, mais psychologiquement très en forme » commenta quand même un autre des visiteurs.

Curieuse confidence.

Mercredi
Mercredi soir, un proche de François Hollande confiait que la campagne 2012 serait sale. Elle l'est déjà, mais en coulisses. Sarkozy perd ses nerfs ou joue les fiers-à-bras en coulisses. Ou les deux.

Mercredi 21 décembre, l'agenda officiel ne mentionnait pas non plus ce déjeuner avec des sénateurs UMP à l'Elysée. Nicolas Sarkozy rinçait encore aux frais des contribuables. Il fut encore critique contre François Hollande. Tirer caché, quel courage ! Le Grand Homme se planque, vrai trouillard. Il se cache des critiques mais critique la « lente érosion» de François Hollande, son «patrimoine virtuel», son absence de projet. Parlait-il de lui ? Lui fallait-il convaincre ses proches de sa solidité ? Ses troupes ont la trouille. Il n'a pas non plus de projet puisque celui de l'Ump ne l'engage pas: «Le pire danger dans une campagne, c'est de ne pas avoir de projet». Sans rire ?

Le projet de Nicolas Sarkozy est 5 ans d'agitation immobile.

«Il est conscient de la difficulté du moment, mais il sait où il va et comment» confia un participant. Nicolas Sarkozy a promis «quatre ou cinq propositions fortes» sur l'emploi d'ici le sommet pour l'emploi qu'il a promis pour le 18 janvier. « Emploi : Sarkozy promet des mesures fortes » a renchéri Sophie Huet, journaliste au Figaro. Et de nous annoncer des mesures sur « le temps de travail et le travail «moins cher», l'indemnisation du chômage, la modernisation de la formation professionnelle, la compétitivité des entreprises, les charges patronales et la protection sociale ». Fichtre ! On est impatient ! Après bientôt 5 ans d'immobilisme, voici que le Monarque se réveille telle la princesse d'un mauvais remake d'un conte à la Disney.

L'électoralisme sarkozyen est à son comble. Jeudi après-midi, Nicolas Sarkozy allait caresser quelques pauvres diables bénéficiaires des Restos du Coeur. « En 5 ans, l’ancien maire de Neuilly, ville la plus riche de France, a considérablement réduit son train de vie. Alors que le 6 mai 2007 Nicolas Sarkozy dînait au Fouquet’s, il fréquente désormais les Restos du cœur. » commenta Najat Belkacem, porte-parole de Hollande. Comparaison cruelle. Son ministre des Transports a déboulé dans un aéroport avec quelques gendarmes et CRS. Il fallait montrer que Nicolas Sarkozy était partout.

Jeudi
Et à l'Assemblée, un hémicycle parsemé votait une loi élargissant la sanction des négations de génocides en général. Il faudra ensuite patienter jusqu'au vote du Sénat.  Depuis quelques jours, le gouvernement turc s'échauffe sur le sujet. Dès le vote par les députés, il a quasiment rompu ses relations diplomatiques avec la France, et rappelé son ambassadeur. Ce n'était pourtant pas la reconnaissance du génocide arménien, perpétré entre 1915 et 1917, mais la légalisation de sanctions. Comment ne pas penser à une instrumentalisation politique ? A Ankara, un journal turc titrait: « Sarkozyan joue avec le feu »

Après son tour du Caucase début octobre, Nicolas Sarkozy a donc attendu quelques mois avant l'élection pour satisfaire une promesse de ... 2007. S'il l'avait satisfait voici 4 ans, la polémique aurait été aussi forte, mais gérée à froid. En choisissant d'attendre la dernière ligne droite de son (premier) mandat, Nicolas Sarkozy a évidemment sciemment voulu jouer sur le sujet et provoquer une tension internationale forte pour s'attacher les faveurs de la communauté arménienne de France, quelques 500.000 personnes. Quel coup de maître ! Et quel cynisme...

Jeudi matin, l'Elysée était furax. La veille, ARTE avait diffusé un documentaire sur le Monarque vu par des journalistes étrangers, de prestigieux médias: les conservateurs Der Spiegel ou The Economist, les irréprochables New York Times ou The Independent, les vénérables BBC ou ZDF. Deux fidèles, Lionnel Luca et Nadine Morano se lachèrent contre cette propagande qualifiée de « soviétique » par l'un deux. Normal... Sarkozy était décrit comme ignoble, dégueulasse, populiste, instable, ridicule, presque obscène. « Sarkozy c'est un gros rien avec une énorme affiche ».

A l'étranger, notre Monarque a donc une piètre image. Y compris et surtout chez Angela Merkel.

Ami sarkozyste, où es-tu ?



Looking for Nicolas Sarkozy par ARTEplus7

40 commentaires:

  1. tsarkomzy a le courage des bas instincts ; si il était courageux, il réduirait le temps de travail et il s'interdirait de céder démagogiquement aux demandes venant de l'extrême droit qui voient dans les étrangers et les assistés les causes de leur souffrance à vivre ! Si il était courageux, il aurait taxé les riches afin de regagner le terrain céder à l'inégalité ; etc.

    RépondreSupprimer
  2. Quand on veut regarder la vidéo du reportage d'arte le message suivant s'affiche:

    "Content not avaible
    we are sorry,this content is not avaible for you country".

    Déjà censuré?

    RépondreSupprimer
  3. nicolas zéro nous aura couté cher
    politiquement économiquement et sur ler plan international

    faut qu'il dégage

    RépondreSupprimer
  4. Si la France risque de perdre son triple A, Sarkozy ne perdra sans doute jamais son quadruple M: Mensonge, Manipulation, Mégalomanie et Mauvaise foi. S'il vous plait ne le réélisé pas.

    RépondreSupprimer
  5. Faut reconaitre au nabot une certaine aisance à balancer dans la gueule sa morque de parvenu inculte et nauséabond.

    L'Histoire retiendra un pathétique bouffon dont la nature essentiellement cupide aura plongé un grand pays dans la pauvreté.

    Acta es fabula.

    RépondreSupprimer
  6. Mais au fond, dites-moi : cette mondialisation, vous ne lui trouvez pas un petit air de déjà vécu, dans l’ Histoire de l’humanité ?

    Nous sommes maintenant au seuil d’un nouveau système féodal : à l’heure actuelle, les dirigeants des grandes entreprises sont tout aussi puissants que l’étaient les ducs et les marquis de naguère, qui n’avaient que faire des décisions du Roi, dont ils finissaient par oublier l’existence. La féodalité était un système fondé non sur la citoyenneté nationale, mais sur des loyautés et des relations entre individus ; le pouvoir n’y appartenait pas à l’ Etat, mais à ceux qui possédaient des biens et des terres, et toute allégeance va toujours à celui qui détient le pouvoir.

    Les multinationales bâtissent des filiales en différents endroits de la planète ; ces filiales, ainsi que les entreprises qu’elles achètent, ou celles avec lesquelles elles fusionnent, ne sont inféodées ni à leurs pays, ni au pays où la multinationale a son siège, mais à la multinationale elle-même.

    Cette multinationale récompense la loyauté et punit la félonie. Quand il le faut, elle peut protéger ses vassaux les plus importants contre les lois de l’Etat, tout comme, dans le temps, les barons protégeaient leurs grands feudataires contre les commandements de l’ Eglise catholique. Les travailleurs sont attachés à la multinationale par la participation aux bénéfices, son système de retraites, et la mutuelle et, bientôt, l’assurance-santé qu’elle leur offre, et qui un jour seront les seuls vraiment protecteurs; l’exemple japonais montre bien que la loyauté des salariés va en priorité à leur employeur plutôt qu’à leur citoyenneté ou à leur syndicat.

    Les gouvernements nationaux ne disparaissent pas formellement, pas plus que les familles royales britannique, hollandaise ou suédoise n’ont disparu, mais ils deviennent des objets d’apparat de plus en plus insignifiants : on verra de plus en plus des acteurs jouer les rôles d’hommes politiques et de chefs d’Etat, alors que les vraies décisions seront prises ailleurs; la nouvelle et unique fonction utile restante des politiques sera de servir de punching-ball, de défouloir et de dérivatif aux mécontents.

    Les multinationales sont dans la situation du pilleur de banques du temps du Far-West : il lui suffisait de galoper tout droit et très vite pour être tranquille, parce que le shérif et sa troupe ne pouvaient pas franchir les frontières de sa zone de juridiction ; elles font la guerre, elles prélèvent les impôts sous forme d’intérêts, elles protègent leurs travailleurs-citoyens à l’intérieur de leurs zones de propriété, et elles distribuent le pouvoir comme bon leur semble.

    Voici revenu le temps de la féodalité.


    Elie Arié

    RépondreSupprimer
  7. Oui c'est vrai, mais Sarkozy chante aussi mal que Garou !

    RépondreSupprimer
  8. est-ce contre l'humanisme de vous qualifier de porcs ??

    RépondreSupprimer
  9. Anonyme 13:37
    Tiens un con! parmi nous. Comme c'est bizarre.

    RépondreSupprimer
  10. Tiens, cet article a disparu de Marianne2 fr.

    RépondreSupprimer
  11. l'émission d'Arte est excellente et nous montre un homme dépourvu de vision pour la France, juste un ambitieux travaillant pour son propre compte, avide de prestige et de pouvoir; il fera tout et (je crains, le pire) pour se maintenir là où il est ,au milieu de ses courtisans.

    RépondreSupprimer
  12. Vous avez élu un narcisse, complétement inculte. Mais suffisamment retord pour manipuler les lobbies avec le succès que vous connaissez; Attention tout les coups vont être bons pour démolir l'adversaire.
    A bon entendeur ....

    RépondreSupprimer
  13. Je crois qu'on peut être triste à la pensée de savoir qu'un tel homme a pu être élu à la tête de ce pays.Je ne sais si François Hollande fera un bon président, mais ce ne peut pas être pire . Au moins, lui, a-t-il des racines et il connait autre chose que Neuilly sur Seine et ses amis argentés.

    RépondreSupprimer
  14. Il va, comme toujours, manipuler les médias, utiliser tous les moyens mis à sa disposition (et il y en a beaucoup) pour discréditer son adversaire : l'insulte, le mensonge,les insinuations malveillantes, la rumeur, vont connaître leur heure de gloire. Il faut s'y attendre si ce n'est pas déjà à l’œuvre.

    RépondreSupprimer
  15. Quel triste ramassis de frustrés vous faites. La pauvre amicale des aigris et des haineux, limite paranoiaque.

    RépondreSupprimer
  16. J'aime bien la fin de cet article.

    « Sarkozy c'est un gros rien avec une énorme affiche ».

    Bien vu et bonne analyse.

    RépondreSupprimer
  17. moi je dis sarkosy fais ce qu il peut avec ses moyen de bord .. et avec tous mes respect mons le president !!!et sest pas evident !!!

    RépondreSupprimer
  18. He! anonyme 16:26

    Tu sais ce que j'en fais de ton opinion et de ton copain, comme les oiseaux font, une bonne coulante et sur ton beau costard tout neuf.
    Si ça ne te plais pas ici, tu n'es pas invité à venir.

    RépondreSupprimer
  19. Soit le peuple se ressaisit et ne croit plus aux discours des "zélites politiques" soit il laisse faire et nous allons tout droit vers la barbarie.

    Les banquiers et leurs complices à la tête des pays sont bien décidés à garder leurs richesses et leur pouvoir, il faudra donc, si on ne veut pas crever la gueule ouverte, que le peuple se soulève et reprenne ses droits.

    RépondreSupprimer
  20. C'est vrai qu'en lisant les commentaires cela sonne un peu comme l'amicale des aigris et des haineux, alors je vais une éloge de notre président :

    Nicolas Sarkosy, comme son père et sa femme, est un grand Artiste.
    Car oui il faut être un grand Artiste pour pousser la saloperie aussi loin !
    Chaque jour il nous gratifie de sa palette de salaud, j'insulte, je menace, je me fous de votre gueule, je fais peur, je parle comme un débile pour faire proche des prolos, bref l'Artiste a une large palette et ne sans prive pas pour notre malheur.

    RépondreSupprimer
  21. Du reste, l'agressivité et la vulgarité des réponses de certains aux commentaires critiquant leur antisarkozysme si primaire montre bien leur niveau.

    RépondreSupprimer
  22. Nicolas Sarkosy n'est pas le seul ennemi du peuple français. Sa clique de grands patrons et de financiers de haut-vol s'approprient nos vies à tous, ils détruisent purement et simplement la société en s’accaparant la totalité des richesses. Dès lors, pourquoi travailler, sans espoir d'être propriétaire, sans espoir d'avoir plus que le minimum vital ? La génération d'après-guerre ne se rend pas compte du mal quelle a fait, elle a condamné la suivante.

    RépondreSupprimer
  23. j'ai oublié de dire que sa belle soeur est actrice et son fils est producteur-musicien de rap, dans leur roulotte c'est tous des ARTISTES !

    RépondreSupprimer
  24. Bof depuis que la majorités des votants Français ont choisi Mr Sarkozy comme président, je ne me sens plus Français. Depuis je défiscalise à mort et partirait probablement ailleurs (Suisse , USA - j'ai des propositions d'embauche) si je ne peux plus défiscaliser.

    RépondreSupprimer
  25. Les antisarkozystes sont primaires simplement parce que ils n'ont pas lu Zadig & Voltaire et puis faut dire aussi que Carlos Bonn la chanson de Renaud ils l'ont pas écouté non plus...
    Les antisarkozystes primaires devraient comme l'a fait le président relire les Roulons Macabres et penser à rentrer dans l'histoire, pas comme les africains, HEIN ?

    RépondreSupprimer
  26. Vous avez intérêt a ce que Sarkozy soit réélu , sinon qu'allez vous faire?, votre seule activité est de faire de l'anti Sarkozisme primaire. C'est votre raison d’être.
    Je suppose que vous faites parti de ceux qui étaient scandalises parce qu’on avait moque l'accent d'Eva Joly vous qui traitez Sarkozy de nain.
    Quand aux commentaires de certains qui sont au raz du caniveau ils démontrent la nullité de ceux qui les écrivent qui sont des sectaires haineux avec un QI d'huitre

    RépondreSupprimer
  27. Et Hollande, c'est quoi là dedans.....A part un fromage socialiste.... je n'ai toujours pas compris....Il est vrai étant français de souche, je ne peux etre qu'une SOUCHE.

    RépondreSupprimer
  28. Moi je suis militant UMP je relis du coté de chez swatch de proust et vais me lancer dans massacre pour une belle robe de Celine le couturier.

    Ca va twister à St-Tropez - Optique 2000

    RépondreSupprimer
  29. Nadine Morano, le
    pittbull à rouge à lèvre est par minou :-)

    c'est l'anomyne de 18.47

    elle se ferait tuer pour son maitre, brav chien va !

    RépondreSupprimer
  30. Si une eminence grise ou un camarade de l'UMP pouvait expliquer à pov' type comme moi comment un homme de droite ami de GW Bush et Dick Cheney, ultralibérale se démène pour transformer le pays du Concorde et du TGV en Roumanie des années 60 avec autant de mendiants et de romanichels que possible non parce que si le but est de reconstruire l'URSS je préferais en être informer.merci.

    RépondreSupprimer
  31. http://img828.imageshack.us/img828/188/sarkodukeur.png

    RépondreSupprimer
  32. Les derniers fidèles de tSarkomzy sont les plus primaires des très rares soutiens d'une équipée elle-même primaire : c'est pour cela qu'ils persistent à ne voir dans l'anti-sarkozysme que sa nécessaire composante primaire à l'exclusion de toutes les autres puisque le niveau d'élaboration de celles-ci dépasse les capacités d'entendement de cette communauté limitée et passe donc au travers de leurs grilles de lecture primaires.

    Quatre ans et demi plus tard, on voit désormais à quoi ressemble la droite décomplexée : un songe creux ! Une grande foutaise d'une indescriptible fadaise. Soutenue en son temps par une cohorte d'apôtres crédules confits en dévotion devant les singeries de leur gourou déjanté qui compensa son insignifiance par des rêves de grandeur qui le portèrent à se voir en maître du monde, ainsi que le laquais Askolovitch ne résista pas à la tentation de nous en brosser le portrait en ces termes à la première occasion venue -- empressement justifié par le fait qu'il savait que son mentor n'aurait plus jamais l'occasion de trôner au beau milieu de la lucarne de l'Histoire !

    RépondreSupprimer
  33. Le programme de la France primaire au cours des prochains mois : mettre (durablement) l'UMPire de la nuisance et son UMPereur de la bassesse hors d'état de nuire ; puis, dans un second de temps, renouer avec la politique et mettre le Parti socialiste et le Moudem au pas :)

    Notre lucidité nous décourageant de croire possible de les voir regagner sincèrement le droit chemin ! Quand bien même cela leur serait-il demandé avec toutes les marques de civilité démocratique requises ;)

    Sensibilité politique du concepteur de cette feuille de route : sympathies pour les idées du Front de gauche. Ceci n'est pas du prosélytisme mais une simple précaution d'usage afin de ne pas faire de pub maladroitement pour un autre parti.

    RépondreSupprimer
  34. Eh les filles et les gars de l'UMP, combien de divisions militantes dans les garnisons dégarnies -- sans compter l'appoint escompté en provenance du FN dans la perspective incontournable de la création d'une nouvelle entité politique sur le modèle EELV : le FNUMP, ces deux poids lourds des bas instincts en politique, spécialisées dans la pratique méthodique et appliquée de l'abaissement et du nivellement par le bas, dont la liaison honteuse et dangereuse devrait être actée dans les prochains mois ?

    RépondreSupprimer
  35. Voilà ! Un film comme celui-ci remet les choses bien en place ... et tout est TRES CORRECTEMENT DIT. Pas un mot plus haut que l'autre, mais plein d'astuces et d'expressions bien choisies qui touchent directement au but.
    Merci à l'équipe d'Arte et à toi Juan !

    RépondreSupprimer
  36. Pour ceux et celles qui souhaitent enregistrer ce documentaire

    http://www.fileserve.com/file/NNcuNBj

    RépondreSupprimer
  37. C'est pas un scoop sarkozy est un couard il n'a jamais eu le courage de vider son 1er ministre alors qu'il le déteste,il donne l'impression de travailler beaucoup alors qu'il ne fait que le strit minimum

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.