21 décembre 2011

Sarkozy: où est parti l'argent de la prévention sanitaire ?

Lundi, la réforme du contrôle du médicament a été définitivement adoptée à l'Assemblée nationale, après le rejet de quelques amendements votés au Sénat. Le ministre de la Santé Xavier Bertrand pouvait se féliciter, la nouvelle Agence du médicament était née. Il était temps. Cette réforme est devenue nécessaire et urgente depuis le scandale du Médiator des laboratoires Servier.

Xavier Bertrand s'est démené pour faire oublier que Jacques Servier était un ancien proche de Nicolas Sarkozy.

Le même jour, le Monarque visitait un hôpital avant de se rendre en Ardèche le lendemain pour discuter de la médecine de proximité.

Le contrôle du médicament...
Lundi, la nouvelle Agence du Médicament a été créée. Elle remplace l'AFSSAP. La réforme renforce le pouvoir de contrôle des intérêts pharmaceutiques et sanitaire. Il s'en est fallut de peu pour que le scandale du Mediator n'éclabousse la Sarkofrance. Jacques Servier, patron-fondateur des laboratoires éponymes, était un ancien client de Nicolas Sarkozy quand ce dernier était avocat d'affaires dans les années 80 et 90. Devenu président, Sarkozy avait personnellement décoré d'une Légion d'honneur son ami proche.

En novembre 2010, quand le scandale devient d'Etat, Xavier Bertrand venait de revenir au gouvernement. Il s'est depuis dépêché pour faire voter une loi réformant le contrôle des médicaments. C'est heureux.

Mais comme souvent, les crédits font défaut.


Dans le texte adopté lundi soir, le gouvernement a cependant fait rejeter les amendements de la gauche qui prévoyaient la possibilité d'actions de groupe. A droite, on n'aime pas ces initiatives collectives si dangereuses pour le Big Business. Le Sénat passé à gauche voulait aussi interdir tout lien d'intérêts aux dirigeants d'autorités sanitaires. Amendement refusé. Justement, le Figaro.fr a révélé mardi qu'un ancien membre éminent de cette dernière institution avait été rémunéré quelque 1,2 million d'euros par... les laboratoires Servier entre 2001 et 2009.

Au final, le programme « Prévention, sécurité sanitaire et offre de soins » affiche un budget en hausse. Aurait-il échappé à la cure de rigueur ? Scandale du Médiator ou du Bisphénol A; crise de la grippe A, envolée du cancer, les motifs d'inquiétude sanitaire étaient suffisamment importants pour que le gouvernement soit prudent en cette veille d'élection.

Et pourtant...

... sans crédits ?
Le rapport de la députée écologiste Anny Poursinoff, en novembre dernier, fut à peine commenté. On ne pensait qu'à notre Triple A, à cause d'un obsédant vacarme alimenté par l'Elysée. La quasi-totalité des missions voient leur budget écorné.

Au total, les crédits votés se chiffrent à 738 millions d'euros, en progression de 27% par rapport à 2011. En fait, cette hausse tient à deux postes uniquement, l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et l’Établissement de prévention et de réponse à l'urgence sanitaire (EPRUS). Et il ne s'agit que d'un artifice comptable: les anciennes taxes et redevances de l’industrie qui étaient affectées à l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (AFSSAPS) ont été remplacé par une contribution directe de l'Etat de 134 millions d'euros pour financer la nouvelle Agence du Médicament.

Si la députée se félicitait de cette dernière création, une « grande grande avancée de nature à réduire certains liens directs avec les laboratoires », elle s'est inquiétée de la baisse quasi-généralisée des autres crédits en matière de surveillance sanitaire et de prévention: « Votre rapporteure pour avis déplore que la prévention et la sécurité sanitaire subissent des restrictions budgétaires dans le cadre de la révision générale des politiques publiques et une réduction des effectifs. Il ne s’agit d’ « économies » qu’à très court terme. La rhétorique de « maîtrise des dépenses » et de « redéploiement des ressources » nuit à la prévention sanitaire, qui doit s’inscrire sur la durée. » écrivait-elle en introduction de son rapport.

1. Le pilotage de la politique de santé publique (action n°11) perd 3% de ses crédits, à 84 millions d'euros l'an prochain.

Cette mission recoupe notamment la subvention à l'Office national d'indemnisation des accidents médicaux, qui a été réduite par rapport en 2011 alors que l'incroyable scandale du Mediator annonçait au contraire des besoins supplémentaires. En effet, la députée relève que « ce recul est d’autant plus étonnant que la loi de finances rectificative du 29 juillet 2011 a élargi sa mission à l’indemnisation des personnes victimes du Mediator. » L'office doit indemniser les victimes qui en font la demande, avant d'intenter « contre le responsable une action récursoire lui permettant de récupérer les sommes versées et, éventuellement, le montant d’une pénalité pouvant atteindre 30 % de l’indemnité. »

Tout aussi surprenant (ou hypocrite), l'Institut de veille sanitaire se voit également moins doté l'an prochain, à 54 millions d'euros (-3%) et 19 postes supprimés (sur 443). Pourtant, le ministre Xavier Bertrand a ajouté une mission supplémentaire à l'IVS, la préparation du Plan National Santé Environnement 2, une enquête portant sur 5.000 personnes de 6 à 74 ans pour évaluer l'exposition des Français à une centaine de substances (dont le bisphénol qui fait toujours polémique).

2. L'accès à la santé et l'éducation à la santé (action n°12) est stable, à 31 millions d'euros. Ce poste concerne l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé. Mais cela fait deux ans que l'INPE pâtit d'une surévaluation manifeste de l'une de ces recettes, le produit d'une taxe sur certains produits alimentaires qui est systématiquement prévue à 3 millions d'euros, alors qu'environ 300 000 euros seulement sont collectés annuellement.

3. La prévention des risques infectieux (action n°13) recevra 10 millions d'euros, en progression de 4% (+400 000 euros, une misère). La lutte contre les MST absorbe l'essentiel, soit 7 millions d'euros (c'est tout ?). La lutte anti-vectorielle (contre les insectes vecteurs de maladies) a pris une autre ampleur depuis les ravages du chikungunya dans les Caraïbes et à la Réunion.

4. La prévention des maladies chroniques perd 2 millions d'euros en un an (-4%), et totalisera 67 millions d'euros. En particulier,
  • L'Etat a terminé son engagement en faveur du plan pour l'amélioration de la qualité de vie des malades chroniques (information des malades, financement des soignants, expérimentation éducative des patients). Quelque 151 millions d'euros restent financés par l'Assurance Maladie.
  • L'Institut national du Cancer perd 5% de subventions publiques (3 millions).
  • Le fameux plan Alzheimer 2008-2012 si cher au président Sarkozy est en fait financé... par l'Assurance maladie et la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA) pour son volet médico-social et sanitaire. L'Etat conserve le financement de la recherche. Mais rappelez-vous, en juillet dernier, Nicolas Sarkozy se félicitait de la création de Maisons pour l'autonomie et l'intégration des malades Alzheimer. Il ne s'agissait que d'une expérimentation, dotée d'une aide publique qui a depuis fondu comme neige au soleil: 1,8 millions d'euros en 2009, 200 000 euros en 2010 et 150 000 euros cette année.
5. La prévention des risques liés à l'environnement, au travail et à l'alimentation a bénéficié d'un redéploiement similaire, +2 millions d'euros, pour atteindre 22 millions d'euros l'an prochain. Les « Réponses aux alertes et gestion des urgences»  (crises sanitaires notamment) récoltent également 7 millions supplémentaires, pour atteindre 27 millions d'euros.

6. Les « projets régionaux de santé » perdent 7 millions d'euros (action n°18). Ils sont évalués à 182 millions d'euros en 2012, en baisse de 3,8% versus 2011 . Ces crédits sont complétés par une participation de l'Assurance Maladie pour 40 millions d'euros. Ces PRS ont été créés par la réforme hospitalière de 2009.

Sarkozy, en campagne
Dimanche, Xavier Bertrand était sur le terrain. La visite fut ratée. Sarkozy inaugurait une extension de la résidence Hyppolyte-Noiret à Fouilloy, dans la Somme. Mais la directrice de l'établissement picard lui a dit qu'elle manquait d'effectifs pour assurer correctement ses soins. Devant les journalistes présent, la critique faisait mauvais effet...

Lundi, Nicolas Sarkozy avait préférer une visite surprise au centre hospitalier d’Argenteuil (Val-d’Oise). « Loin des caméras » paraît-il... Il voulait surtout que cela se sache. Il tenait enfin une promesse... un fait si rare qu'il en était remarquable: il a rendu visite à l'infirmière Martine invitée du plateau de TF1 en janvier 2010 lors de son émission Face aux Français...

Cette dernière a pu lui montrer la salle d'attente de 26 mètres carrés, encombrée de malades en attente de chambres. « Le président comme Xavier Bertrand semblaient à l’écoute mais je ne sais pas si les choses vont changer pour autant. Je ne suis pas naïve. Mais si sa venue peut changer même un tout petit peu nos conditions de travail ou l’accueil des patients, alors ce sera déjà énorme ». Mais l'infirmière Martine ne se fait aucune illusion.

Mardi, il avait mobilisé 150 CRS pour un déplacement expresse en Ardèche, aux Vans, « au chevet de la médecine rurale », nous promettait le Dauphiné Libéré... Coût estimé du voyage: 80.000 euros, pour deux petites heures sur place et un aller-retour en jet présidentiel via l'aérodrome de Lanas. Carla était partie avec Giulia à Marrakech. Nicolas s'est arrêté dans une station médicale, pour s'afficher aux côtés de médecins et infirmiers/ères, puis enchaîner avec un court déjeuner avec des médecins libéraux un peu plus loin à Joyeuse, 1600 habitants...   « Vous avez besoin que le monde politique comprenne vos problèmes. Ce n'est pas toujours le cas » a-t-il lâché aux premiers, attablé devant quelques viennoiseries et du jus d'orange.

Jeudi, il ira dans un Resto du Coeur.

Il « reste sur le pont », c'est-à-dire en campagne.

Sans l'avouer.





10 commentaires:

  1. contrôle du médicament me fais biens rire
    je suis à 100% pour mes médicaments (opération du cœur ) certaines pharmacies me menace de prendre des médicaments génériques sinon je dois les payer !! les génériques ont des noms imprononçable ,tout ça pour enrichir des laboratoires je suis donc retourner voir mon cardiologue avec une nouvelle ordonnance avec la mention " non génériques "
    ce président transforme en merde puante tout ce qu'il touche

    RépondreSupprimer
  2. Comme bénévole aux restos du Coeur je suis scandalisé par l'éventuelle visite du monarque. Je me demande avec stupéfaction qui aux restos a accepté cette visite !
    Gédéon

    RépondreSupprimer
  3. Anonyme 07:51,
    Doit-on comprendre que vous refusez les génériques parce qu'ils ont des noms imprononçables (c'est celui de la molécule qui soigne le plus souvent) ?

    RépondreSupprimer
  4. brucolaque
    oui c est la même molécule !
    ces médicaments je dois les prendre à vie ; il est plus facile pour moi de connaitre le nom des vrais médicaments , simple question pourquoi cette consigne a été donné aux pharmaciens ?

    RépondreSupprimer
  5. @anonyme
    juste pour faire des économies à la sécu

    RépondreSupprimer
  6. Anonyme, puisque vous devez prendre vous médicament à vie, pourriez vous peut être commencer par apprendre la DCI, c'est à dire le "vrai nom" de votre médicament. Le nom de marque n'est qu'un nom commercial. Le médicament générique a prouvé par des études qu'il était bioéquivalent, c'est à dire qu'il a autant de qualité, de sécurité, et d'efficacité que le médicament princeps. En raisonnant comme ça vous ne faites qu'augmenter les dépenses de l'état en matière de santé. La sécurité sociale a bien raison de vous imposer de payer vous même le médicament original. Le générique qui est le MEME médicament est en moyenne 55% moins cher, vous imaginez l'économie que cela représente pour les caisses d'assurance maladie surtout pour des médicaments particulièrement cher comme les votres?
    Tout ça par flemme de retenir le nom de la molécule. Vous n'avez qu'à coller des gomettes de couleur sur les boîtes si cela est trop difficile pour vous.

    RépondreSupprimer
  7. A FOUILLOY dans la Somme, c'est X. BERTRAND, le ministre qui visitait et non pas N.S.
    FR 3 Picardie et le Courrier Picard se sont fait l'écho des remarques et observations faites au ministre à cette occasion par responsable de l'établissement et élu départemental interrogatifs.

    RépondreSupprimer
  8. Le gag le plus rigolo de l'année 2011 :

    Espagne : Luis de Guindos, ancien président de Lehman Brothers, ministre de l'Economie.

    Luis de Guindos, ancien président de la banque Lehman Brothers pour l'Espagne et le Portugal, a été nommé mercredi ministre espagnol de l'Economie, a annoncé le nouveau chef du gouvernement, le conservateur Mariano Rajoy.

    Luis de Guindos, 51 ans, ancien secrétaire d'Etat à l'Economie (2002-2004), occupera, au sein du nouveau gouvernement de droite, un poste-clé, chargé de mener son programme économique exigeant, mêlant austérité et réformes, afin de redresser un pays menacé de récession et frappé par un chômage record.

    http://www.romandie.com/news/n/_Espagne_Luis_de_Guindos_ancien_de_Lehman_Brothers_ministre_de_l_Economie211220111912.asp

    RépondreSupprimer
  9. Qu'est ce qui revient le plus cher? une boite avec 20 pillule à 2 euros ou une boite de 14 pillules à 1 euro 80 ? A qui profuite le crime ?

    RépondreSupprimer
  10. Nos médicaments fabriqués à bas prix???
    (Aurélie Blaize, journaliste santé)

    Saviez-vous que la plupart de nos médicaments sont 'made in China' ou 'made in India', et que votre paracétamol est produit en Asie?

    Objectif: réduire les coûts de fabrication quitte à mettre en danger notre santé! Sites de production trop peu contrôlés, médicaments falsifiés, risque de rupture de stocks…
    80% des principes actifs viennent désormais de Chine et d’Inde

    principe actif de nos médicaments sont fabriqués en chine et en Inde.
    'A ce jour, 80 % des substances actives pharmaceutiques utilisées en Europe sont fabriquées hors de l’Espace économique européen […] essentiellement en Chine et en Inde', ont expliqué des spécialistes présents à une conférence organisée par l’Académie nationale de pharmacie en avril 2011.

    De plus et c’est une réalité, tous les sites qui fabriquent nos médicaments ne sont pas contrôlés. 'Chez Sanofi-Aventis, nous réalisons annuellement 1500 audits de fournisseurs. En dépit de ce travail important, certains fournisseurs ne sont jamais audités ni même inspectés', indique Thierry Bourquin, membre titulaire de l’Académie nationale de pharmacie. Autre constat inquiétant: les sites européens seraient inspectés en moyenne 5 fois plus que les sites chinois ou indiens, selon d’autres spécialistes invités par l’académie en avril 2011.

    L'on doit quand même savoir qu'en 2008, une forme frelatée d'héparine provenant de Chine (plus gros producteur mondial) àfait 80 morts en Allemagne et aux Etats-Unis. En septembre 2011, l’UFC-Que-Choisir alerte de nouveau sur les conditions de fabrication douteuses de l’anticoagulant en Chine et laisse planer le doute sur un retour de la vache folle. Composés de sucre, de farine, de substances dangereuses, sur ou sous dosés en principes actifs, les médicaments contrefaits peuvent faire courir de graves dangers aux consommateurs.

    Nous avons quand même du soucis à nous faire pour notre santé.

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.