12 décembre 2011

Villepin, Bayrou, Le Pen: ces candidats qui encombrent Sarkozy

Marine Le Pen tenait meeting, François Bayrou savourait ses sondages, Hervé Morin tente d'exister... et Dominique de Villepin annonce sa candidature...

Quel weekend pourri !

Sarkozy parle trop
A droite, quelques militants UMP s'agacent de la polémique récurrente sur les déplacements de campagne du candidat inavoué Nicolas Sarkozy. En septembre, Nicolas Sarkozy a parlé 9 heures sur les chaînes de télévision nationales (JT, magazines) ou d'information. Globalement, le camp présidentiel (Président, gouvernement et UMP) a totalisé... 82 heures sur ces mêmes antennes. Quelle abstinence ! Nous attendons avec impatience les relevés d'octobre et novembre...

Nicolas Sarkozy sera prochainement décoré de la Toison d'or par le Roi d'Espagne. Cela ne s'invente pas. Notre confrère Guy Birenbaum nous a rappelé quelques fameux moments culturels de cette Toison d'or. Avec son hochet doré, notre Monarque complète sa panoplie royale.

Bayrou progresse
François Bayrou, candidat du centre, rebondit dans les sondages, quelques jours après l'annonce de son programme présidentiel la semaine dernière. Pire, François Hollande progresse aussi. Les « victimes » de cette progression furent Nicolas Sarkozy (-3 points), Marine Le Pen (-1,5 point) et Eva Joly. 

Son concurrent centriste (mais à droite) Hervé Morin reste scotché dans les bas-fonds des sondages.« Bayrou est dans une partie de poker » a-t-il déclaré ce weekend.

Et lui ? Il joue à la belote ?

Marine Le Pen, l'ex-milliardaire de Saint-Cloud et salariée du Front Nationale, tenait meeting en Lorraine. Elle s'adressait aux Invisibles à qui elle promettait la « révolution ». Quelle révolution ?

Villepin surprend
Mais la vraie nouvelle politique du weekend fut la candidature de Villepin. Fichtre ! Quel tsunami à droite ! Dimanche soir, Dominique de Villepin s'est rendu sur TF1 pour annoncer qu'il serait candidat à la présidence de la République. Les sondages le placent vers le 1% d'intentions de vote, Nicolas sarkozy a tout fait pour le débrancher définitivement, mais l'ancien premier ministre y va quand même. Il a dû être déçu d'une étape que l'on ne connaît pas. «Je veux rassembler tous les Français, ceux de gauche, ceux de droite, ceux du centre.» Il avait dit avoir tourné la page, jusqu'à cette nouvelle offensive. « Alors je vous l'ai dit, je ne suis pas pour la République des partis. Je ne crois pas que la vérité soit à droite ou à gauche ou au centre. Et je crois qu'on fait une erreur quand, dans l'élection présidentielle, on s'en remet à l'un de ces partis. La République, surtout quand elle est en crise, a besoin de se rassembler, et ce que je veux c'est rassembler tous les Français : Ceux de gauche, ceux de droite, ceux du centre. Et c'est l'idéal  qui est le mien, de Gaulliste »

Rapidement, les différents porte-paroles de Sarkofrance ont porté les éléments de langage de circonstance: « Dans cette période de crise grave, se lancer dans une candidature solitaire est dangereux » (Nadine Morano); « Villepin candidat à la présidentielle! À quoi ça sert? Surprenante posture du sauveur! » (Benoist Apparu); « Tout n'est pas fermé, notre main est toujours tendue ». (Valérie Rosso-Debord).

A l'Elysée, on n'est pas content.

Et cela, c'est déjà une bonne nouvelle.

5 commentaires:

  1. Hollande 70% - Le Pen 32%

    Explosion de la violence aux personnes, de l'extrème pauvreté, croissance à -1 avec 30% de fachos... Bon courage Monsieur Hollande !

    RépondreSupprimer
  2. "A l'Elysée, on n'est pas content.

    Et cela, c'est déjà une bonne nouvelle."

    content ou pas , à voir
    tout constituera une petite réserve de voix pour le 2ème tour

    RépondreSupprimer
  3. Villepin candidat, c'est d'abord la faute de Sarkozy. A force de faire durer le suspense sur sa "possible" candidature (ah ah !) en attendant le dernier moment (mars) pour se déclarer, il ouvre un boulevard à droite (Morin, Boutin, Villepin, Nihous - tous à l'UMP). Qu'il fasse enfin acte de candidature (et qu'on puisse enfin comptabiliser une partie de ses dépenses et temps de parole dans ses comptes de campagne), et certaines se dégonfleront... (surtout qu'il y a 500 signatures à récolter). A moins, que ce soit lui qui se dégonfle... (en fonction des sondages).

    Quant à la candidature de Bayrou, elle mord sur l'électorat de Sarkozy et de Hollande (et pulvérise Morin) mais reste dans la même politique européenne (identique) qu'eux.

    Par contre Le Pen et Dupont-Aignan (comme Chevènement et Mélenchon dans une moindre mesure), par leurs propositions, visent un électorat noniste (anti-UE actuelle et anti-euro) mais aussi les trompés du sarkozisme présent et les déçus du PS et du hollandisme à venir.

    RépondreSupprimer
  4. La toison d'or? c'est bien ce paquet de poils qui entoure ce qui est devant dans un slip!

    RépondreSupprimer
  5. Lundi 12 décembre 2011 :

    Exode des riches Français qui fuient la France vers la Suisse.

    Le directeur de la rédaction de Challenge, Pierre-Henri de Menthon, qui intervient dans la chronique « Les coulisses des entreprises » sur BFM Business, annonce que les Français riches sont en train de quitter la France à vitesse grand V.

    De ce fait, on peut se demander s’il y a un pilote dans l’avion France…

    On assiste à une sécurisation de l’épargne des Français les plus riches qui retirent leur argent des banques spécialisées, une situation similaire à la crise financière de 1929 aux USA.

    Pierre-Henri de Menthon pointe notamment le fait que les Français les plus riches réalisent des retraits et que cela se passe « loin des caméras, à l’abri des bureaux cossus des banquiers privés, ceux qui gèrent le patrimoine des grandes fortunes ! »

    Dans la vidéo ci-dessous, il est précisé :

    « Chez Pictet et Lombard Odier, deux grandes banques privées de Genève, les ouvertures de comptes par les Français se multiplient, des dizaines de millions affluent tous les jours. »

    http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=_oEWxIkVA7o#!

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.