jeudi 26 janvier 2012

Comment Sarkozy a fait baisser le chômage... partiel

On se souvient de ses incantations en faveur du chômage partiel, au début de 2009. Des centaines de milliers de nouveaux chômeurs s'amassaient mois après mois dans les agences du nouveau Pôle Emploi tout récemment créé. L'agence de l'emploi était submergée, et Nicolas Sarkozy attendit une année supplémentaire pour la renforcer de 1.850 CDD et un peu de sous-traitance.

Un an plus tard, le chômage de masse continuait de s'imposer au pays. Interrogé à la télévision en janvier 2010 puis février 2011, Nicolas Sarkozy nous assurait qu'il allait baisser. Il avait entre-temps réduit de 15% les crédits de la politique de l'emploi en 2011, croyant que la reprise était là.

Chômage réel, chômage de masse
Mercredi 25 janvier, le ministre du travail devait encore commenter une nouvelle hausse du nombre de demandeurs d'emploi en décembre dernier. Le bilan de l'année 2011 est exécrable. Finalement, le seul chômage que Nicolas Sarkozy est parvenu à faire baisser, était le chômage partiel en entreprise...

Fidèle à son habitude, il avait prévenu dès la veille que les résultats seraient mauvais, très mauvais. 

Très mauvais, ils furent. La France frôle désormais les 3 millions de sans-emplois (2,874 millions à fin décembre 2011, soit +5,6% en un an), et 4,9 millions d'enregistrés à Pôle emploi. Si l'on ajoute les 320.000 radiés pour raison administrative ou technique, on dépasse allègrement les 5 millions de demandeurs d'emploi.

Quelque 4,27 millions cherchent activement un emploi (catégories A, B et C). Leur ancienneté moyenne d'inscription à l'agence de l'emploi est de 250 jours, soit 22 de plus qu'un an auparavant. Plus grave encore, le nombre d'offres d'emploi publiées chaque mois par Pôle Emploi progresse à peine: 262.000 en décembre 2010, 280.000 en décembre 2011.

Il reste pourtant quelques UMP du clan Sarkozy pour expliquer que les Français sont empêchés de travailler... Rappelons que 42% seulement sont indemnisés par l'assurance chômage, et 7% par la « solidarité nationale » (moins de 500 euros par mois).

Chômage partiel, chômage caché
La direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques (DARES) vient justement de publier, avec retard, un bilan du recours au chômage partiel de 2007 à 2010. Et ce bilan est terrifiant. Aux côtés du nombre de demandeurs d'emploi inscrits à Pôle Emploi, voici une seconde mesure de la sous-activité du pays, celle du chômage caché en entreprise.

1.  Le recours au chômage partiel s’est fortement accru entre octobre 2008 et septembre 2009. Ce n'est pas une surprise. Nicolas Sarkozy l'a même soutenu, afin d'éviter les licenciements purs et simples. Trois mesures décidées par le Monarque coïncident avec cette hausse: l'augmentation de la durée légale du chômage partiel (décembre 2008); le relèvement modeste de l'indemnisation du chômage partiel (janvier 2009), et la mise en place de l'activité partielle de longue durée (mai 2009). En l'espace d'un an, le volume d'heures de chômage partiel passe de 1,6 millions au 3ème trimestre 2008 à ... 31 millions au 3ème trimestre 2009 !

2. Logiquement, le nombre de salariés au chômage partiel a suivi la même évolution: 12.300 salariés en moyenne mensuelle entre janvier 2007 et septembre 2008, puis 103.000 au 4ème trimestre 2008, 220.000 au 1er trimestre 2009, pour atteindre un pic à 270.000 personnes au 2e trimestre 2009. Il est ensuite redescendu à 78.000 fin 2010. L'industrie, dont surtout l'automobile, a consommé 85% des heures de chômage partiel en France métropolitaine entre 2007 et 2010.

3. Un salarié en chômage partiel a perdu en moyenne 30 heures de travail sur la période 2007-2010. La DARES notait que « le chômage partiel concerne davantage les hommes, les moins diplômés, les salariés les plus anciens dans l’entreprise. »

4. Le chômage partiel a couté 15 millions d'euros, puis 320 millions d’euros à l’État en 2009, et encore 280 millions d'euros en 2010. S'ajoutent le financement apporté par l'UNEDIC de 43 millions d'euros en 2009 et encore 44 millions d'euros en 2010.

5. A compter de fin 2009, le recours au chômage partiel s'effondre, pour retrouver un niveau très proche d'avant 2008: le volume horaire tombe à 3,6 millions d'heures déclarées au 4ème trimestre 2010. Et le nombre de salariés concernés à 36.000 par mois.

Sarkozy navigue à vue
Au regard de ses piteux résultats, la politique du gouvernement Sarkozy paraît incohérente: pendant la période étudiée, les dispositifs de soutien au chômage partiel ont certes été maintenus. Ils n'ont été supprimés (partiellement) qu'à compter du 1er janvier 2011, et l'on ne connaît pas encore les résultats de cette stupide initiative. Il faudra attendre une année supplémentaire, après l'élection présidentielle.

Lors du micro-sommet social du 18 janvier dernier, Nicolas Sarkozy a promis de réinjecter 100 millions d'euros supplémentaires pour financer davantage de chômage partiel. C'est un aveu d'échec bien tardif.

Fin 2010, le gouvernement Sarkozy avait déjà coupé dans les crédits, et promis la reprise de l'emploi, une reprise qui n'a jamais eu lieu, d'après la DARES. Pour 2012, il avait remis ça, avec une nouvelle réduction de 10% des crédits. Pour masquer cette bêtise, la DARES a justement publié, mardi 24 janvier 2012, un glorieux bilan des dépenses publiques ciblées en faveur de l'emploi... en 2009.

Le Monarque s'est aussi refusé à toucher à l'un de ses derniers marqueurs idéologiques qui subsistent de ce quinquennat raté, la défiscalisation des heures supplémentaires. Depuis la fin 2007, les entreprises recourent ou déclarent davantage d'heures supplémentaires qu'avant, grâce à la loi TEPA. Au point de décourager l'embauche. L'emploi intérimaire puis en CDD ont ainsi commencé à se dégrader dès le printemps suivant. Le volume d'heures supplémentaires défiscalisées a augmenté quasiment sans interruption depuis la mise en place du dispositif TEPA le 1er octobre 2007.

Pire, comme le rappelle Actuchômage, les entreprises peuvent cumuler les avantages fiscaux des deux dispositifs, chômage partiel (pris en charge par l'Etat) et défiscalisations des heures supplémentaires. Que la vie est belle ! Le site d'informations sociales cite trois exemples d'entreprises automobiles qui ne s'en cachent pas. « Nous sommes dans une industrie drivée ["régie"] par les stocks, il peut arriver que l'activité doive s'arrêter pour certains salariés lors de problèmes d'approvisionnement qui ne se posent pas de la même façon pour tous les points de la chaîne » explique même l'un des responsables.

Dimanche prochain, le candidat Sarkozy a prévu de monopoliser l'antenne de quatre chaînes de télévision pour présenter de nouvelles mesures. On les connaît déjà. Il n'a pas osé les annoncer le 18 janvier dernier. Il y aura les fameux accords « compétitivité-emploi ». Une formule qui s'inspire du modèle allemand: les salariés acceptent des durées de travail variable (quitte à renoncer à des heures sup), contre une meilleure garantie de l'emploi.

Après le chômage caché, voici le travail réduit...






20 commentaires:

  1. Même pas la moitié des chômeurs indemnisés!
    Le chômage partiel multiplié par presque 20 entre 2008 et 2009!
    Etc, etc,...
    Un billet d'utilité publique. A diffuser d'urgence.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Même pas la moitié des chômeurs indemnisés!"


      tu sais bien que ce sont des fraudeurs et des assistés, le cancer de notre société

      Supprimer
    2. Entièrement d'accord, c'est le genre de billet fourni qui fait les bonnes références.

      Supprimer
    3. en reponse à bobcestmoi,je vais te raconter une triste histoire, le 26 janvier je vais me retrouver au rsa apres, depuis le 6 aout 2010,2000 heures de travail effectues,en sachant qu'au passage l'assecic m'a piquee les 4 mois d'indemnitees qui me restaient avant aout 2010,motif les contrats d'interim allemands sont maintenant comptes aux nombre jours de travail effectues et non plus aux heures travaillees en sachant qu'avec ses heures on paie notre caisse chomage ,retraite ect;nouvelle reglementation sarkozienne qui s'efforce de mettre le plus rapidement possible les gens sur le pavé,oh, je ne fais pas d'illusions les carottes sont cuites vu que la crise fait rage

      Supprimer
  2. Comme d'habitude, beaucoup de détails,bravo,finalement il ne devrait pas commencer à travailler en fin de mandat comme ça, plus il en fait,pire c'est.Dors petit nico dors. solange

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. plus la peine qu il fasse des moulinets dans le vent ,ni qu il continue à faire son caliméro ,ni à nous polluer le dimanche avec son discours démagogique , c est la dernière scéance ,qu il prenne de loooonges vacances ,loin loin de nous ,il nous en faudra du temps pour oublier ce désastre
      bonne journée à tous et merci Juan de continuer encore tous les jours à nous livrer les intrigues de ce triste sire , ça doit être épuisant

      Supprimer
    2. Il ressemble à un insecte pris dans un bocal! Il se bat à toutes les parois et n'arrive pas à s'en sortir! (abc)

      Supprimer
    3. oauis , mais c'est qui qui a fourni le bocal sinon lui-même !

      Supprimer
  3. S'occuper du chômage à 6 mois d'une élection, est ce bien utile ?

    C'est surement pour faire plaisir à Henri Guaino, la plume du divin guide, qui doit avoir une citation de Jaurès à placer dans un discour pour justifier la hausse de la TVA (sociale).
    Ca va chialer dans les chaumières là, c'est vrai que dans la saloperie, ils en ont toujours sous le coude, ces salauds !

    RépondreSupprimer
  4. L'indemnisation du chômage partiel vise justement à éviter de licencier du personnel qualifié en période de basse activité et de se retrouver le bec dans l'eau lorsque l'activité remonte. Contraint alors de rechercher de nouveaux collaborateurs qu'il faudra parfois des semaines à former pour les mettre au niveau de ceux virés quelques mois plus tôt.
    L'une des conséquences est que ces salariés indemnisés en chômage partiel ne figurent pas dans les chiffres du chômage puisque précisément ils ne sont pas licenciés !
    Le billet semble sous-entendre que ces "chômeurs" seraient "dissimulés" pour présenter un bilan du chômage un peu moins désastreux. Présentation à mon sens un peu fallacieuse.
    Si les chiffres sont colossaux, ils démontrent aussi que le système de prise en charge du chômage partiel fonctionne et permet un peu plus de flexibilité dans les entreprises lorsque l'activité connaît une forte contraction et pour les entreprises de conserver dans leurs effectifs un personnel qualifié qui pourra reprendre immédiatement le travail en cas de rebond. Et pour les salariés de conserver leur contrat de travail et les avantages qui y sont attachés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et que dire des intérimaires non indemnisés en cas de chomage partiel

      Supprimer
  5. Dimanche, pas besoin de somnifère, il va nous endormir, mais par contre ouvrons les fenêtres (même s'il fait froid) car il va essayer de nous enfumer.
    Mais question! combien seront ceux sensible a son discours de menteur.?

    RépondreSupprimer
  6. Dernier sondage sur (mes opinions) 73% des Français ne souhaitent pas qu'il se représente au prochaines élections.

    Pour un personnage qui depuis 2007 FUSTIGE les 35h, cause de la dégradation de l'emploi en France, que dire du chômage partiel et des heures sup défiscalisées qui dégrade les salaires et empêche l'emboche!!!!
    Quand à dimanche, on a encore la liberté de ne pas subir une mauvaise soirée. Vive le zapping!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et 74% des gens au boulot aiment les 35 h !! Donc qui voudrait saborder les 35 h lorgnera lubriquement du côté de nos chers retraités !

      Supprimer
  7. Dédé la Censure26 janvier 2012 19:37

    Métrobus, la régie pub de la RATP, a, toutes affaires cessantes, stoppé, ce mercredi 26 janvier, la campagne de promotion de Stéphane Guillon dans le métro parisien, jugeant le titre de son spectacle - «En mai 2012, Stéphane Guillon s'en va aussi» - trop politique. (mediapart)

    ==> question censure ça c'est du lourd ! On vous l'avait bien dit : "Ensemble, tout devient possible" ! Ca c'est pas de la rupture de tapette !

    RépondreSupprimer
  8. Une proposition intéressante circule dans les boîtes de messagerie actuellement : dans le cadre de la RGPP, en conformité avec le non remplacement d'un fonctionnaire sur deux, réduisons par deux (voir davantage) le nombre des parlementaires (surtout vus à quoi ils servent !) Valeur exemplaire et économique de l'opération absolument pas négligeable !

    RépondreSupprimer
  9. Chasseur de têtes26 janvier 2012 20:28

    La Libye ou la Somalie sont en mal de direction politique et aurait bien besoin d'un dirigeant à poigne, avec du courage à revendre ; j'en connais qui arrive en fin de contrat qui pourrait envoyer un CV ; pour les recommandations, faudra pas trop demander ! l'employeur à beau vouloir se débarrasser du collaborateur en question, il aurait qq scrupule à le faire à n'importe quel prix ! Mais faisons confiance au candidat pour trouver un baratin de circonstances ...

    RépondreSupprimer
  10. Monsieur l'anonyme,

    Je parcours votre blog depuis plusieurs jours, et si je ne suis pas décidé politiquement, sachez en tout cas que je suis écoeurez autant par votre haine qui transpire à chacune de vos phrases, que par votre investissement dans cette entreprise de diffamation et de destruction envers le président de la République.

    Pourquoi écrire ce commentaire dans cet article ? Seulement pour vous faire remarquer que vous vous contredisez: Vous critiquez premièrement les mesures de Sarkozy favorisant le chômage partiel, mais vous jugez "d'initiative stupide", le fait que ce dispositif soit en partie restreint début 2011. Il faut savoir ce que vous voulez.

    Mais de manière générale, je tenais à vous dire que c'est à cause de personnes comme vous que la gauche n'arrive pas à obtenir le gral présidentiel. Vous représentez la gauche à travers ce blog, et les gens peuvent ainsi voir son état d'esprit. A l'image des tenors du PS, vous etes dans la critique permanente, dans la vindicte déconstructive et même destructrice. Vous ne créez, vous ne batissez rien, vous n'apportez rien. Vous commentez. et vous comemntez mal. Vous essayez de faire véhiculer une haine si forte envers le président actuel que vous ne vous rendez pas compte des désastres sur vptre propre image.

    Au lieu de commentez sur les actions du "Monarque" a longueur de journée (si bien que je me demande si vous avez le temps de travailler), je ne peux vous conseiller qu'une chose : Proposez des idées !

    A bon entendeur...

    RépondreSupprimer
  11. Heu... Olivier ? Qu'est ce que le glorieux président de la République a créé, déjà ? Eclairez moi....
    Parce que, question destruction, le champion, c'est quand même notre si cher président.
    si la gauche n'apporte rien, on voit que la droite, au pouvoir depuis 10 ans pleins (sans compter Chirac bien sûr), apporte des choses sensationnelles : pauvreté, insécurité, intolérance...Que de belles idées, n'est ce pas...

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.

#Hollande

#Fun

#Sarkozy #Droite

ABONNES