20 janvier 2012

A Lyon, Sarkozy a perdu les pédales.

« On n'élit pas un président pour qu'il renonce, pour qu'il cède ». Il tenait son pupitre des deux mains, le sourire coincé, le regard vers le bas de l'assistance. Ce jeudi, il était à Lyon, pour présenter ses voeux au monde économique. On sent qu'il trépigne mais qu'il se cherche.

Voeux après voeux, il s'ensable dans une posture de candidat si voyante qu'elle gêne ses proches.  Et en même il ne peut s'empêcher de répéter jusqu'à la nausée combien il travaille et travaillera jusqu'à la dernière minute.

Un type qui ne cesse de rabâcher qu'il bosse, ça finit par devenir suspect. « J’ai bien compris que j’étais là pour cinq ans. (...) je travaillerai jusqu’à la dernière minute de mon mandat. » Ou encore: « quand on diffère une décision difficile, on doit la prendre plus tard, trop tard, et avec plus de souffrances ».

Candidat, il l'est évidemment. Inquiet, il l'est tout autant. Sinon, comment s'expliquer qu'il puisse évoquer Vilvoorde. En 2001, on avait beaucoup reproché à Lionel Jospin son aveu d'impuissance devant la fermeture de l'usine Renault de Vilvoorde. Nicolas Sarkozy sait parfaitement qu'il suffit d'un clic de souris pour remonter la liste de ses échecs industriels. Pourtant, comme par un réflexe proprement masochiste, il s'est laissé emporter par son obstination à tacler l'opposition, et surtout François Hollande. Jeudi, il se moqua donc, sans le citer, de Lionel Jospin: « je ne serai jamais l’homme d’un nouveau Vilvoorde ».

Effectivement, Nicolas Sarkozy est l'homme de Gandrange. Il y a même des stèles  en Lorraine, au nom de ses promesses non tenues à Gandrange. On se souvient qu'il y était venu, en février 2008, quelques jours avant son mariage avec Carla Bruni, frimer sur ses promesses et sa nouvelle fiancée. un peu plus tard, il expliqua qu'il avait obtenu des garanties du milliardaire Mittal, qui venait de racheter l'installation. Sans attendre la crise, Mittal décida de fermer l'implantation et, en mars 2009, l'aciérie de Gandrange fermait donc ses portes.

A Lyon, Sarkozy eut pourtant de grands mots : « la France doit rester une terre de production ». Ou encore: « Nous prendrons des décisions fortes ». Lesquelles ? On ne sait pas. Nicolas Sarkozy est indécis. Il hésite. La TVA sociale fait peur dans son camp. Certains députés aimeraient être réélus en juin prochain.

Nicolas Sarkozy n'eut même pas un mot de soutien pour les personnels de Lejaby, dont la dernière usine française, implantée à quelques dizaines de kilomètres de là à Yssingeaux en Haute Loire  va fermer après la reprise du fabricant de lingeries par un consortium étranger. Quel bel exemple de la politique industrielle sarkozyenne ! L'Etat a « laissé prendre le contrôle du groupe Lejaby par un fond de pension italien et l'arrêt des productions en France. C'est inacceptable et c'est lexemple de l'échec du sommet social », ont dénoncé les ouvriers de l'entreprise.

A Lyon, il a presque exprimé tout haut ce qu'il lâchait tout bas à ses confidents pour qu'ils le répètent ensuite... «À partir du moment où cette agence disait du mal de la France, pour un certain nombre, ça ne pouvait être que la vérité, puisque c'était une critique de la France et peut-être de son gouvernement. On a vu un spectacle parfois indécent, pour ceux qui aiment leur pays, d'hommes et de femmes donnant le sentiment de se réjouir de ce que venait de décider cette agence ».

« Tout d'un coup, une agence de notation, Standard & Poor's, devenait la référence absolue de tous ceux qui, jusqu'à présent, soit l'ignoraient, soit la critiquaient ». Il a fustigé « un affolement peut-être sans précédent dans une partie du monde politique et du monde médiatique ». Effectivement, on s'affole. Nicolas Sarkozy est toujours président, et il n'a suffit que de 5 années de sa présidence pour que la France perde sa note de crédit auprès des marchés internationaux. En 5 ans de présidence, la dette publique a été augmenté de 630 milliards d'euros. On s'affole donc puisque Nicolas Sarkozy a été dégradé la semaine dernière, et la France avec.


A l'Elysée, on s'inquiétait. Le champion ne décolle pas dans les sondage. Pire, l'écart se resserre avec Marine Le Pen, semaine après semaine. On murmure qu'on aimerait qu'il se présente plus tôt, dès la fin du mois. Le candidat inavoué a déjà choisi son agence Web. Mais Nicolas Sarkozy est persuadé de sa campagne.

Jeudi soir, il a fait savoir, au Figaro,  qu'il tenait son cap. Il se présentera le plus tard possible, en mars. Trouillard ou hypocrite, mais jusqu'au bout. On se rassure avec des comparaisons avec 1988 ou 1995, du siècle dernier. On fait parler des « visiteurs du soir » : « La perte du triple A n'a pas laissé de trace dans l'opinion. Les sondages sont relativement stables ». Un ministre qualifié d'influent a renchéri auprès de l'accrédité du Figaro: «Sarkozy se mettra à nu devant les Français, il dira avec humilité qu'il n'a pas tout réussi, mettra en perspective ce qui a marché, et proposera un chemin pour la suite. Il mettra tout sur la table d'un coup. Sur ce temps très court, il ira à la rencontre des Français. Plus il le fait tard, plus il a des chances que ce message soit retenu. Pour l'instant, il doit continuer à capitaliser sur le fait qu'il travaille

Pour ses vieux voeux aux forces économiques, Nicolas Sarkozy était crispé. Il n'avait pas grand chose à dire. Il se répéta, donc. Son incroyable sommet de crise, mercredi, a fait flop. Donc Sarkozy répéta. Il était en roue libre. La règle d'or ? « N’y aurait-il donc pas d’hommes et de femmes raisonnables » en France ?

Même l'agence Standard and Poor's s'en fiche de cette règle d'or si opportunément sarkozyste...Contre cette agence, Sarkozy dérapa à nouveau. Pour quelqu'un qui s'affirme président responsable, le dérapage était grave. Notre Monarque surinterpréta l'avis de l'agence Moody's. Il le savait, mais il dérapa quand même. est-ce bien responsable: « A partir du moment où cette agence [Standard & Poor‘s] disait du mal de la France, pour un certain nombre, cela ne pouvait être que la vérité […] C’était vendredi. Lundi, une autre agence, deux fois plus importante, a dit le contraire ». Moody's n'a jamais dit le contraire. L'agence a simplement dit qu'elle ne changeait pas sa notation et qu'elle maintenait son observation de la France pour les mois à venir: « Il faut se garder d’aller lire au-delà du texte », a même confirmé auJDD.fr une source proche de Moody’s.

Nicolas Sarkozy le savait parfaitement. Mais il a préféré raconter n'importe quoi.

La veille, il avait accepté de dépenser 0,2% du budget de l'Etat, 430 petits millions d'euros pour ses « mesures fortes et décisives » contre le chômage. L'Unedic venait justement d'annoncer qu'elle anticipait 214.200 chômeurs supplémentaires en 2012, et la barre des 3 millions qui serait franchie... « On n’a pas tout essayé » , a-t-il martelé. Pourquoi découvre-t-il son incompétence à moins de 100 jours d'une éventuelle sanction électorale ?

Il répéta ce qu'il avait dit la veille, mercredi, pour conclure son micro-sommet de crise. La pauvre Nadine Morano, ministre de l'apprentissage, reçut encore une salve de réprimandes: « il n’y a chez nous deux fois moins de jeunes en alternance ». Il eut une idée, sur le tard, « régionaliser le Fonds stratégique d’investissement ».

Une idée, sur le tard.

Ami sarkozyste, où es-tu ? Es-tu impatient ?

 







20 commentaires:

  1. Merci de dépouiller tout cela pour nous, personnellement j'ai un peu de mal avec la prose sarkozyenne, orale ou écrite.
    Sinon, une chose me frappe dans sa posture de planqué: candidat, c'était le rôle dans lequel il réussissait le mieux. S'il n'ose même plus enfiler ce costume-là, il doit vraiment serrer les fesses, lui qui d'habitude "ose tout et c'est même à ça qu'on [le] reconnaît. (Michel Audiard)

    RépondreSupprimer
  2. il doit se sentir de moins en moins bien devant son miroir le matin, le pauvre petit.solange

    RépondreSupprimer
  3. à anonyme de 10:07

    surtout que ses pantoufles n'ont pas de talonettes

    RépondreSupprimer
  4. Je viens de lire sur le site du monde que "La justice américaine ferme le site Megaupload".

    Ca m'a fait penser à l'Hadopi de tSarkomzy. Soit disant pour veiller à la juste rétribution des auteurs. Mais si je ne m'abuse, en dépit du peer to peer et de megaupload, on vient de battre un record de fréquentation dans les salles de cinéma en France !

    CQFD !

    [ http://www.lemonde.fr/technologies/article/2012/01/19/la-justice-americaine-ferme-le-site-de-telechargement-megaupload_1632197_651865.html ]

    RépondreSupprimer
  5. Encore merci pour ce travail de très longue haleine. Vous avez tenu parole !
    J'ai une question indiscrète et con : que faites vous dans le civil ?
    si ce n'est pas journaliste : Bravo !
    et si c'est journaliste : Bravo !

    jpd

    Jean-Pierre Dubreuil

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. hello: non, je ne suis pas journaliste !! Merci de votre soutien.

      Supprimer
  6. Sarko.Une feignasse qui se vante de travailler 48h/24 pour le bien des Français (5%) et qui vit dans l'assistanat d'état depuis ses 17 ans (un vieux routier de la "politique"...).Un type qui se vante autant est une imposture.

    RépondreSupprimer
  7. "La force de l'OTAN a annoncé la mort de quatre soldats français dans
    un échec de plus :

    la province de Kapisa. Nicolas Sarkozy envisage un retour anticipé des troupes françaises."


    les élections ça a du bon.....

    mais que de morts ! et pour quoi ?

    jpd

    RépondreSupprimer
  8. "Il y a même des stèles en Lorraine, au nom de ses promesses non tenues à Gandrange." On l'aurait volée (http://www.europe1.fr/France/La-stele-de-Gandrange-derobee-899945/) Que fait Claude Guéant.

    RépondreSupprimer
  9. Outre le fait qu'il est déjà entré en campagne aux frais du contribuable, je pense qu'il attend avant de se déclarer officiellement de connaître les programmes des autres candidats histoire de voir s'il n'y aurait pas une bonne idée à y glaner pour la reprendre à son compte.

    RépondreSupprimer
  10. pour moi il ne se representera pas il va laisser la place a un coppe ou bertrand il n as pas tenu ses promesses pendant 5 ans pourquoi les tiendrai t il maintenent
    alors qu ont est tous dans la M...

    RépondreSupprimer
  11. Concernant Lejaby, vous avez entendu Wauquiez qui est député de Haute Loire, tout au moins avant sa nomination comme "ministre", Yssingeaux, où se trouve l'usine Lejaby fait partie de sa circonscription, la 1ère !
    Pourtant ce n'est pas le dernier à l'ouvrir sur tout et n'importe quoi !

    RépondreSupprimer
  12. Il a déjà perdu l'election parce que pas beaucoup voterons CONTRE lui à n'importe quel prix. Je voterai dans cette optique, pour qu'il parte, enfin...J'étais de droite, il m'a fait détester la droite par ses copinages honteux, son enrichissement personnel et celui de ses potes quand ce n'est pas celui de son fils bac-2 catapulté à des postes enrichissants....Sans compter son bouclier fiscal, ses cadeaux à tapie, sa lèche aux puissants qui le méprise... Je suis certain que beaucoup autour de lui ont compris que c'était rapé et cherchent à se recaser pour la suite.
    Il n' a plus que la méthode Coué, sas bravades futiles et quelques fidèles lèches bottes qui l'achèveront une fois la défaite consommée.
    A sa place je ne me présenterai pas, pour éviter une défaite cuisante.
    Va t'en ! va t'en : va t'en !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Il n' a plus que la méthode Coué" ... la méthode Copé ayant échoué ;)


      O rage! ô désespoir! ô vieillesse ennemie!
      N'ai-je donc tant vécu que pour cette infamie?
      Et ne suis-je blanchi dans les travaux guerriers
      Que pour voir en un jour flétrir tant de lauriers?
      Mon bras, qu'avec respect toute l'Espagne admire,
      Mon bras, qui tant de fois a sauvé cet empire,
      Tant de fois affermi le trône de son roi,
      Trahit donc ma querelle, et ne fait rien pour moi?
      O cruel souvenir de ma gloire passée!
      Œuvre de tant de jours en un jour effacée!
      Nouvelle dignité, fatale à mon bonheur!
      Précipice élevé d'où tombe mon honneur!
      Faut-il de votre éclat voir triompher le Comte,
      Et mourir sans vengeance, ou vivre dans la honte?
      Comte, sois de mon prince à présent gouverneur:
      Ce haut rang n'admet point un homme sans honneur;
      Et ton jaloux orgueil, par cet affront insigne,
      Malgré le choix du Roi, m'en a su rendre indigne.
      Et toi, de mes exploits glorieux instrument,
      Mais d'un corps tout de glace inutile ornement,
      Fer, jadis tant à craindre, et qui, dans cette offense,
      M'a servi de parade, et non pas de défense,
      Va, quitte désormais le dernier des humains,
      Passe, pour me venger, en de meilleures mains.

      Extrait du Cid: tirade de don Diègue

      Supprimer
  13. Renaud de droite : honneur à vous !
    jpd

    RépondreSupprimer
  14. Evolution par rapport à l'année précédente de la dette publique française, en pourcentage du PIB :

    http://alternatives-economiques.fr/blogs/gadrey/files/graphdettedroitegauche.jpg

    RépondreSupprimer
  15. Un point me laisse perplexe : Dans ses très nombreux déplacements, et ceci depuis fort longtemps, Sarkozy bloque littéralement la région. Barrages de police et de gendarmerie à plusieurs kilomètres de la salle de réunion, filtrage et composition du public avec des militants triés sur le volet et tout dévoués au monarque pour faire la claque(carte UMP obligatoire).
    Mais comment cela va-t-il se passer quand il devra aller rencontrer les vrais français ? Ceux qui seront prêts à le siffler, à le huer, à le contredire, à l'interpeler, à lui reprocher ses promesses non tenues, à lui demander des comptes sur l'affaire Woerth-Bettencourt, sur Karachi...
    Va-t-il comme le pape rester confiné dans sa bulle ? Ira-t-il au charbon ?
    J'ai hâte de le savoir.
    En tous cas, à ce jour, tous ses concurrents déclarés paient leurs déplacements, leurs locations de salles, les frais de leurs meetings... Pour lui, ce sont les contribuables qui crachent au bassinet. Toujours ça de pris et ça explique que l'UMP n'ait rien provisionné pour la campagne. Il est plus que temps qu'il dégage.

    RépondreSupprimer
  16. "Sarkozy, l'Homme de Gandrange" ! Pas mal comme slogan de campagne, non ?

    RépondreSupprimer
  17. mitterand etait l'homme de hayange qui affirmait en 1981 que plus aucune usine siderurgique serait fermée et cela a hayange!

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.