27 janvier 2012

Nicolas Sarkozy seul face à Hollande

C'est une drôle de campagne que celle de Nicolas Sarkozy. A peine élu, il demandait à être jugé à l'issue de son mandat. Celle-ci arrive, et le voici emballé par une fausse agitation après 18 mois d'immobilisme incroyable à l'égard des urgences du pays. Tout juste fut-il contraint de se montrer sur quelques scènes européennes face à la nouvelle crise financière européenne et française.

Il fait campagne, mais sans le dire. Il s'énerve, mais tâtonne. Il stresse ou inquiète les autres, mais ne change rien.

Jeudi 26 janvier, il avait envoyé « le-meilleur-d'entre-eux», le rigoureux Alain Juppé, débattre face à François Hollande. Le résultat fut détestable. 

Sarkozy candidat hésitant
Il serait faux de considérer que l'actualité internationale l'occupe à temps plein.

Au contraire, il est même étrangement absent. La perte du Triple A chez Standard and Poor's l'a même éjecté de la scène européenne. Certes, il assistera à un micro-sommet à trois, lundi à Bruxelles, avec l'italien Mario Monti et Angela Merkel. Mais le Monarque ne fait désormais plus que de la figuration. Mercredi à Davos, on n'a entendu qu'Angela Merkel réclamer davantage de fédéralisme européen. Cette dernière position est loin de faire sourire Nicolas Sarkozy. Il grimace en silence, lui qui préfère parler de « convergence » entre Etats. La chancelière « triple A » s'offrit même le luxe d'une interview dans 6 journaux européens (Le Monde, Süddeutsche Zeitung, The Guardian, La Stampa, El Pais et Gazeta Wyborcza).

Depuis début janvier, Nicolas Sarkozy ne s'épargne aucune cérémonie de voeux un peu partout en France. A chaque fois, l'intervention est brève - les discours n'excèdent pas 40 minutes pour les plus longs -, mais le déplacement mobilise l'Elysée tout entier. A chaque fois, Nicolas Sarkozy préfère tacler l'une ou l'autre des propositions du candidat Hollande. Ses véritables annonces pour l'année sont rares, et pour cause. Son horizon politique s'arrête en mai prochain. Tant qu'il n'avoue pas sa candidature, impossible de revendiquer quoique ce soit au-delà.

Dimanche, il a mobilisé pas moins de 6 chaînes de télévision pour de « grandes annonces ». N'est-il pas déjà fatigué de ces moments à répétition qu'il nous promet « décisifs », qu'il s'agisse de sommets étrangers ou élyséens, d'interventions ou d'annonces ?

Pris à partie par quelques députés de l'opposition, le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel s'est résolu à décompter au moins partiellement le temps de parole de Nicolas Sarkozy lors de sa prestation de dimanche, dans deux cas de figure s'il cause de son bilan ou ou des « mesures d’un possible programme ».

Le candidat Sarkozy a même réactivé sa page Facebook. Il espère que les quelque 600.000 fans seront autant d'électeurs. Depuis quelques jours, il multiplie les messages, rédigés par d'autres, sur sa page « personnelle ». Il veut « reconquérir la toile », s'amuse un journaliste.

L'UMP matraque dans le vide
Certains citoyens, par un biais encore inexpliqué, ont reçu un spam dans leur boîte aux lettre, un courriel de Jean-François Copé, secrétaire général de l'UMP. Ce courriel, adressé à des destinataires non militants ni sympathisants de l'UMP, a été envoyé en masse, « jusqu'à 30% des Français connectés » précisait France Info, qui révélait le scoop mercredi dernier. Copé ne s'embarrassait pas: « En tant qu'électrice, vous êtes amenée à recevoir des courriers de partis politiques dont ceux de l'UMP ».

Mardi déjà, quelque 6 millions de tracts avaient été livrés et distribués pour défendre le bilan du Monarque. Les faux états d'âme de ce dernier avaient ruiné l'effet escompté.

Il a demandé à son fidèle Guéant de mobiliser les forces de l'ordre au « premier quadrimestre  2012 ». Le député socialiste Jean-Jacques Urvoas a ainsi publié sur son blog une note interne de la Direction générale de la gendarmerie datée du 19 janvier dernier qui enjoint les troupes à se montrer: « conformément aux orientations données par le ministre de l'intérieur, (...) il convient désormais, et ce jusqu'à la fin du mois d'avril 2012, de valoriser nos actions en externe en matière de lutte contre les personnes, les cambriolages, les incivilités ». La délinquance violente progresse depuis 2002. Mais les consignes, à moins de 3 mois du scrutin présidentiel, deviennent bizarrement plus orientée à l'égard des forces de l'ordre.

Cette manoeuvre est grossière et indigne.

Ses sbires racontent toujours n'importe quoi
C'est la mauvaise foi en action. Mercredi 25 janvier au matin, Laurent Wauquiez accusait François Hollande de mauvaise gestion en Corrèze, dont il préside le conseil général: « François Hollande a augmenté en Corrèze les impôts de la Corrèze cette année de 12 %! ». Le ministre de l'enseignement supérieur, toujours très discret sur l'objet même de son boulot, omettait de préciser que la Corrèze était déjà surendetté avant 2008 et le changement de majorité départementale.

Mercredi, la cellule Riposte de l'UMP faisait encore plus fort: elle publiait le « programme caché de François Hollande », un florilège de 30 propositions dont l'essentiel figuraient... dans le programme d'autres candidats ou d'autres documents sans rapport avec le programme ni les déclarations du candidat ou, pire, étaient totalement inventées. Les journalistes Guillaume Launay et Cédric Mathiot de Libération, sur leur blog Desintox, n'en revenaient toujours pas: « Les trente points listés sur ce tract trouvent leur matière dans  le procès d'intention, l'amalgame ou le mensonge pur et simple.  Eviter de débattre du projet de l'adversaire pour s'échiner à débiner un fantasme de projet : le degré zéro de la politique.» Ils n'avaient trouvé qu'une mesure (sur trente !) correctement énoncée.

Jeudi, la présentation par François Hollande de ses 60 propositions fut l'occasion d'une nouvelle salve de n'importe quoi. La ministre du Budget accusa: « C'est un projet qui met le modèle social en péril, la crédibilité de la France en péril et qui menace les Français ». Pourquoi ? Parce que le candidat a promis de réduire les avantages fiscaux ou sociaux des plus fortunés en période de crise ... Pourtant en charge du budget, elle refusa de commenter les hypothèses de croissance du candidat socialiste qui sont plus prudentes que celles du gouvernement. Ses deux attaques furet concentrées et sans preuve ni chiffrage contre la « réforme de la réforme » des retraites et les dépenses publiques. Elle accusa Hollande d'aggravé de 5 milliards d'euros le déficit des retraites si on autorisait ceux qui avaient commencé à bosser avant 18 ans mais cotisé 41 ans et demi à partir en retraite. Elle ajouta 15 milliards d'euros de déficit supplémentaires si la retraite à 60 ans s'ouvrait aussi à celles et ceux ayant cotisé 41 ans depuis 19 ou 20 ans...  En quelques phrases et quelques bourses, Valérie Pécresse venait de confirmer la profonde injustice de la réforme Sarkozy: celles et ceux qui ont commencé à travailler et cotiser avant 20 ans supporteraient l'essentiel de la réforme Sarkozy.

Jeudi soir sur France 2, Nicolas Sarkozy avait envoyé son ministre des affaires étrangères Alain Juppé, débattre avec François Hollande. Ce satané candidat socialiste venu de nulle part a dissous l'ancien premier ministre de Jacques Chirac.

Le « meilleur d'entre eux » s'est agacé, énervé devant la précision du candidat socialiste.

Fichtre!

La prochaine fois, Nicolas Sarkozy devra y aller tout seul.

Quelle ignominie.

24 commentaires:

  1. micros sommets pour micro président et grandes annonces ,pfff
    hollande en face de juppé ce soir ,ça ne va pas non plus ,il bafouille ,n a pas la carrure et le programme annoncé ne tient décidemment pas la route ,la croissance annoncée par le ps tient de l utopie pure et simple
    difficile de lui offrir un mandat de cinq ans
    même si on sait qu il faut éjecter la clique en place ,le choix hollande c est pour voter simplement" moins pire "ça ne va pas changer nos vies
    pauvre france

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense exactement comme vous, Hollande n'a pas la carrure, il fait de la peine de le voir se débattre, et ce n'est que le début, il va s'en prendre plein la gueule, combien de temps tiendra-t-il?, il va finir par être déstabilisé, faut mettre quelqu'un de plus carré dans ces débats, Pierre Moscovici par exemple.

      Supprimer
  2. Boudeficelle je ne suis pas du tout d'accord avec ton analyse de M.HOLLANDE. Ils lui sont rentrés dedans pendant 2heures et demi , il n'a jamais baisser les bras, il maitrisait très bien son sujet.Je ne sais plus à quoi vous vous attendez, mais une chose est certaine vous avez là une personne très honnête par rapport à sarko et à son équipée de misère, de menteurs de voyous , il me semble que moi je ne trouverais pas cela si difficile. solange

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sur que Hollande est un type honnête, trop pour faire de la politique, il va se faire bouffer par les voyoux, il faut qu'il arr^te ces débats qui risquent de le perdre.

      Supprimer
  3. D'accord avec Solange: François Hollande maîtrise parfaitement son sujet. Et sa vision de la France et de la société est généreuse et recherche la justice sociale, sans naïveté.
    Alain Juppé a tenté la condescendance, mais c'était complètement raté. Et il s'est révélé franchement minable par sa petite phrase finale "Le favori de janvieri n'a jamais gagné les élections". On sentait qu'il l'avait préparée et qu'il fallait absolument qu'il la place. Pauvre de lui.

    RépondreSupprimer
  4. le mou s'est montré vachement coriace
    c'est pas un flanby, c'est du béton armé

    RépondreSupprimer
  5. j'ai regardé François Hollande Hier soir ,j'ai trouvé son programme intéressant et l'homme qu'on disait "mou", résolut, j'ai crains un instant face à jupé de le voir décontenancé, mais non, notre capitaine pédalo a bien tenu la barre devant les attaques condescendantes de ce prétentieux ,jupé croit il encore que sarko puisse etre réélu ????? qu'il descende un peu de son perchoir pour voir ce qu'en pense la France d'en bas

    RépondreSupprimer
  6. L'UMP emploie des méthodes indignes d'une démocratie. Les mensonges, le détournement, les caricatures, les contres vérités. Tout cela rappelle les comportements ignobles de l'extrême droite et de la droite dure sous la 3eme et 4eme République.

    J'ai honte de ma France de droite car on nous observe de partout dans le monde.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. mois aussi j'ai honte ; même sentiment !

      Supprimer
    2. D'ailleurs à propos de l'extrême droite, le FN n'a toujours pas ses 500 signatures à 45 jours du terme...
      On n'aime ou on n'aime pas là n'est pas le problème.
      Mais si au final le FN ne pouvait pas se présenter, cela signifierait bel et bien la fin de la démocratie dans ce pays. On ne peut pas délibérément choisir d'ignorer un mouvement revendiqué par plus d'un français sur quatre, à tort ou à raison, du simple fait d'une loi inique.
      Depuis l'affaire du referendum notre belle démocratie était déjà devenue grosso modo celle d'une république bananière. On passera encore un cran en-dessous.

      Supprimer
  7. J'avoue avoir regardé en diagonale, tellement les 1ères questions posées, laissaient présager du niveau des journaleux. Et puis, sauf, imprévu (ma mort, par exemple) je sais déjà que je voterais Hollande.
    Et, franchement, je ne fus pas déçu. Juppé, le meilleur d'entre eux ; ben c'était pas brillant, finalement. Le pire fut Gaino sur BFMTV vers minuit ; j'ai cru qu'il allait en trépigner. Il en baffouillait, secoué de tics ; Décidément, celui qu'il jugeait mou, les rend fous !!!
    Merci à M.HOLLANDE. Et à vous JUAN, continuez à nous informer. Nous sommes prêts à enfoncer le clou. JBL1960

    RépondreSupprimer
  8. il ne sert à rien de hurler, de s'agiter pour être entendu et compris et respecter. De toute façon, ceux qui n'ont pas d'argument tenteront de déboulonner le seul candidat (ou les idées) qui apportera des arguments censés, sans promettre ce qu'il n'a pas. Lui est sincère et ne ment pas. Vite le mois de mai... en espérant que ce blog ne se tranforme pas en Hollandoland !!! de toute façon, on a pas le choix, il faut changer.

    RépondreSupprimer
  9. J'ai pas suivi le fameux débat mais vos commentaires et les articles que je découvre font chaud au coeur. Sans être "hollandiste" ni même socialiste encarté, c'est un véritable soulagement de me dire que le personnage Hollande, qui déjà n'a aucune casserole à ma connaissance, peut se révéler l'homme sain qu'il nous faut, plus sain en tout cas que ceux d'en face (faut dire que c'est pas bien difficile). Et que c'est pas parce qu'il fait des "euh" en parlant et prend son temps pour décider qu'il est forcément moins compétent ou plus mou. Faut arrêter de tout décoder à l'aune des seules compétences en communication, qui n'ont jamais un grand stratège politique.

    Enfin il serait grand temps que nos gouvernements corrompus jusqu'à l'os s'écroulent enfin, et que des individus repris de justice cessent de nous donner des leçons à la télé. Qu'on cesse enfin de laisser monter des psychopathes et caractériels irresponsables aux postes-clés de la vie sociale, professionnelle et politique. Il est là en partie le vrai fléau.
    Qu'on laisse davantage place à des gens honnêtes qui réfléchissent par eux-mêmes, connaissent leur sujet et peuvent se montrer réellement responsables avec un vrai sens collectif. Oui, ça existe. Tous mes encouragements à ces gens-là quels qu'ils soient.

    RépondreSupprimer
  10. Ce qui m'étonne toujours, c'est la complaisance des journalistes vis-à-vis de ce Gouvernement. Peut-on me dire pourquoi, ces journalistes NE contestent JAMAIS les dires de ces ministres, pas dans les journaux, mais devant les ministres même. Les journalistes sont-ils si mal préparés, sont-ils si ignorants de leurs sujets? (abc)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis bien d'accord: voir les réactions de Pujadas hier soir

      Supprimer
  11. Sarko, n'est pas le seul problême. Le problême est un système qui donne des pouvoirs excessifs à l'executif.

    RépondreSupprimer
  12. Les observateurs avaient salué un débat équilibré jeudi soir, entre François Hollande et Alain Juppé, sur France2. Mais ils avaient accordé la victoire aux points au candidat socialiste. Selon un sondage paru ce vendredi, les électeurs font de même.

    Globalement, François Hollande a plutôt réussi son passage télévisuel sur Des paroles et des actes, qui a attiré 5,4 millions de téléspectateurs, une des meilleures audiences de l'émission. L'élu de Corrèze a été jugé "convaincant" par 53% des Français, notamment sur l'emploi, selon une enquête réalisée par l'institut TNS Sofres et Mediaprism pour I>Télé.

    Quant au duel, qui a duré une trentaine de minutes, les téléspectateurs interrogés ont estimé à 53% qu'Hollande était "convaincant" contre 40% pour le ministre des Affaires Etrangères. Ils sont 22% à avoir trouvé François Hollande "tout à fait convaincant" contre 11% Alain Juppé. Outre un débat très technique sur la crie économique, l'échange, "courtois" et incisif" selon le ministre des Affaires étrangères, a notamment été marqué par les accusations "d'arrogance" que se sont renvoyées les deux interlocuteurs.

    RépondreSupprimer
  13. Hé, l'air de rien Hollande contribue déjà à ramèner les choses à la normale après que le titulaire du poste se soit vautré dans la politique spectacle de série B : du mauvais de Funès dans le rôle du maître du monde d'après un scénario de Claude Askolovitch ! Il se murmure dans le lanterneau que Hollande serait l'une des personnalités politiques parmi les plus intelligentes ! Il ringardise l'actuel titulaire du poste ;)

    Ca nous change de la médiocrité ambiante à laquelle nous sommes astreints depuis bientôt cinq ans ! Quelle idée ma fois de donner pour président à la France un obscure avocat d'affaires : ça n'a rien à voir avec notre tradition de grands commis de l'Etat. Il est temps que ça s'arrête avant que l'instrument ne soit par trop abîmé !

    Vivement qu'on retrouve un président normal ;) Après on pourra refaire de la politique !

    RépondreSupprimer
  14. Trahir est sa nature27 janvier 2012 à 21:07

    Ah tiens ce matin France Inter avait invité Eric Besson-le-Traitre ! Un des pires déchets produit par l'UMPereur de la bassesse et de la nuisance pendant ses cinq années pestilentielles ! Selon la formule consacrée en pareilles circonstances, ces deux furoncles sont donc à la politique ce que l'étron est à la ... gas tro no mie !

    A mes yeux, il n'y a rien de pire pour un prétendu homme d'état que de trahir au plus au niveau de responsabilité ! Le citoyen se doit en réaction de se montrer impitoyable dans sa condamnation de pareilles infamies, le comble de l'abjection !

    La République c'est sacré : on ne joue pas impunément à profaner ladite chose ! Les apprentis sorciers qui s'y essaient sont voués à l'opprobre ! Leur front hanté par le sentiment de la faute porte à tout jamais la marque indélébile de la honte !

    RépondreSupprimer
  15. La soirée "Hollande" sur la 2, jeudi soir, a été un peu "longuette" - cela ne veut pas dire qu'elle fut inintéressante.
    Le débat Juppé-Hollande a opposé deux énarques, virtuoses des chiffres ... Les citoyens de base ont été rapidement dépassés.
    L'ex-"meilleur d'entre nous" (Chirac) a adopté le style caractéristique du sarkozysme : arrogance (dire que Juppé a apostrophé Hollande en le traitant ... d'arrogant, un comble !), une certaine dureté dans les propos - ce qui le l'a pas rendu très sympathique. D'autre part, d'après Cohn-Bendit (LCI vendredi matin), il ne connaissait pas bien le dossier du traité sur l'encadrement des budgets européens : étonnant pour une "tête" pareille, non ?

    RépondreSupprimer
  16. L'UMP est une bande de clébards.

    Le matin avec leur gamelle, on leur donne un élément de language comme un sucre (lol) et l'endroit (radio, télé) où ils doivent le répéter, allez va brave bête !

    La voix de leur maitre...

    ouarf ouarf ouarf ouarf ouarf

    RépondreSupprimer
  17. Que "le meilleur d'entre eux" soit mauvais montres qu'il faille changer ceux qu'il représente ...

    RépondreSupprimer
  18. Les dernières annonces de Sarko sur la formation professionnelle me font bien rire

    Je suis formateur dans un centre AFPA, organisme de référence de la formation professionnelle en France, et quand je vois ce que son gouvernement a fait et continue de faire pour détruire cet organisme, de qui se moque-t-il ?

    L'AFPA doit vivre, elle a formé des millions de français et leur a permis d'accéder à de brillantes carrières

    Oui à la formation professionnelle, mais sans Sarko

    Un formateur en colère (et pas seul)

    RépondreSupprimer
  19. rien à voir avec cet article, un bien bel article comme d'habitude, mais moi aussi je suis en campagne ...de pub! http://blogswizz.fr/annuaire

    merci!!!

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.