13 janvier 2012

Sarkozy et l'IGS: le scandale de trop ?

Le récent scandale débusqué par Le Monde est édifiant. Documents à l'appui, le journal accuse l'IGS d'avoir truqué des preuves pour accuser puis sanctions cinq policiers de haut rang, en 2007, réputés proches du parti socialiste.

Cette affaire complète une liste trop longue de manipulations de la police depuis dix ans que Nicolas Sarkozy en a eu la responsabilité directe (en tant que ministre) ou indirecte (en tant que président de la République).

Une nouvelle affaire...
« l'Inspection générale des services (IGS), la "police des polices", a sciemment truqué, en 2007, une procédure portant sur un éventuel trafic de titres de séjour au service des affaires réservées ». L'accusation des deux journalistes auteurs de l'article, Gérard Davet et Fabrice Lhomme, est grave et sans détour.

Cinq fonctionnaires de police ont été accusés, suspendus, brisés. En mai 2007, après une « enquête » démarrée en janvier, Yannick Blanc, directeur de la police générale, Bruno Triquenaux, son adjoint et chef du bureau des affaires réservées, et Christian Massard, un officier de sécurité de l'ex-ministre de l'intérieur Daniel Vaillant, étaient mis à pied et accusés de trafic de titres de séjour. Fin mai 2007, deux autres fonctionnaires, Mmes Zohra Medjkoune et Dominique Nicot, agents du Bureau des affaires réservées à la préfecture de police à Paris sont à leur tour placées en garde à vue puis mises en examen pour corruption et trafic d'influence.
 

L'IGS est formelle. Le Monde publie des extraits des notes de synthèses rédigées en juin puis juillet 2007,par le numéro 3 de l'IGS, Claude Bard et Michel Gaudin, préfet de police de Paris nommé par Nicolas Sarkozy. Ces derniers affirment avoir obtenu les aveux de Mme Medjkoune et de Mme Nicot. Ces dernières auraient attribué des titres de séjours « à des clients d'un individu (…) en contrepartie de cadeaux et de sommes d'argent ». Problème, ces synthèses ne correspondent pas aux déclarations, consignées sur PV lors des interrogatoires...

En 2007, à l'époque des faits, le patron de l'IGS s'appelle Eric Meillan. C'est un ancien collaborateur de Claude Guéant. 

En mai 2009, Daniel Vaillant porte plainte pour « faux en écritures publiques ». Le procureur  Jean-Claude Marin refuse toute enquête préliminaire. Vaillant alerte Michèle Alliot-Marie, Garde des Sceaux, qui s'en fiche.

En janvier 2011, la cour d'appel blanchit Nicot, Medjkoune, Massard et Triquenaux. Une instruction est confiée à un nouveau juge. Qui confirme l'impensable: les notes de synthèses, qui ont servi de base à la sanction des 5 fonctionnaires, étaient mensongères. 
« En toute discrétion, les magistrats, menant eux-mêmes les investigations, ont mis au jour de nombreuses irrégularités : plusieurs procès-verbaux ont été truqués, des retranscriptions d’écoutes téléphoniques caviardées, des déclarations déformées, sans parler des pressions sur des témoins… Jusqu’au patron de l’IGS, Claude Bard, qui ira tirer des chèques sur son compte personnel pour défrayer un "expert" venu de nulle part. Ils ont auditionné des témoins évoquant la "censure" à l’IGS, et la mainmise de la hiérarchie sur toutes les procédures. Au final, une incroyable série d’anomalies, d’autant plus choquantes qu’elles émanent du service censé contrôler la légalité des actes des policiers.»
Source: Le Monde
Les signataires des suspensions des fonctionnaires ont été interrogés par les juges en décembre dernier:  Michel Gaudin, préfet de police de Paris nommé par et proche de Nicolas Sarkozy; et Pascal Mailhos, autre préfet, ancien patron des renseignements généraux. 

Jeudi, le ministre de l'intérieur a dénoncé des « informations tronquées », une curieuse défense: «Une fois de plus l'approximation et l'amalgame servent de raisonnement. Vous mettez en cause le préfet de police au motif qu'il est proche du gouvernement ». Mais Guéant n'expliquait pas ce qu'il manquait aux révélations. Chiche ? Michel Gaudin s'est aussi livré à un droit de réponse dans les colonnes du Monde. Sa réponse est simple: (1) « aucune plainte n'a été déposée à mon encontre »; (2) aucun fonctionnaire de l'IGS n'a été mis en examen; et (3) il n'a « jamais eu connaissance d'éléments de procédure judiciaire pour proposer la suspension administrative » de l'un des accusés.  Quelle défense ! Et sur les caviardages, les trucages, les manipulations débusqués par les juges ? Ben... rien.


... qui s'ajoute à d'autres
Ce nouveau scandale s'ajoute à une liste déjà longue de manipulations plus ou moins graves. En vrac, les voici :

En novembre 2008, la DCRI interpelle une vingtaine de personnes rapidement portraiturés comme de dangereux terroristes de l'ultra-gauche. Neuf d'entre elles sont soupçonnées d'avoir tenté de saboter des TGV. La bande de Tarnac, comme on la surnomme alors, est incarcérée. Pour rien. Trois ans tard, on s'interroge si l'espionnage téléphonique n'était pas illégal. Et l'un des témoignages a été obtenu sous la contrainte, d’après l’intéressé, et même antidaté.

En février 2010, la DCRI enquête sur l'origine des rumeurs d'adultère au sein du couple Sarkozy, à la demande du président.

En juillet 2010 puis en septembre, la DCRI espionne deux journalistes du Monde, Gérard Davet et Jacques Follorou, pour débusquer la source d'informations sur l'enquête Woerth/Bettencourt: des centaines de pages de relevés téléphoniques et des fichiers de personnes (fonctionnaires, STIC) ont été consultés. En octobre 2011, Bernard Squarcini a été mis en examen. Son patron, le directeur de la police nationale Frédéric Péchenard a également été interrogé. 

En septembre 2011, Bernard Squarcini est contraint à l'explication. Il dément, dans les colonnes de Marianne2, que la DCRI ait espionné Dominique Strauss-Kahn. Des journalistes (notamment du Monde) avaient témoigné avoir reçu une note blanche sur les moeurs de l'ancien directeur général du FMI.

En novembre 2011, deux fonctionnaires de la DCRI sont allés « conseiller » au juge Marc Trévidic en charge de l'instruction sur l'attentat de Karachi de reconsidérer la thèse d’Al Qaida.

En novembre 2011, l'affaire du Carlton de Lille éclate. On découvre le nom du patron local de la DCRI dans le carnet d'adresses du directeur des RP de l'hôtel, mis en examen pour « proxénétisme aggravé en bande organisée ».


En décembre 2011, dans l'affaire du cercle Wagram, un cercle de jeu qui a fait l'objet d'une instruction pour blanchiment et d'un putsch entre bandes rivales, Bernard Squarcini est cité comme le protecteur de l'une des barmaids (ce qu'il n'a pas nié).

Bernard Squarcini est toujours directeur de la DCRI.

Claude Guéant est toujours ministre de l'intérieur.

Nicolas Sarkozy est toujours leur président de la République.



24 commentaires:

  1. non non pas le scandale de trop ,il y en aura encore plein durant la campagne électorale puante de cette république bananière .Scandales ,insultes ,mensonges tout est bon pour garder le pouvoir ,tous les coups sont permis
    espèrons que les français ne perdent pas la mémoire au moment du vote ...j 'ai des doutes parfois

    RépondreSupprimer
  2. Pas mal non plus au PS !!!!!!!
    On a du mal à croire un truc pareil ! et pourtant...

    > > > Un sénateur présente ses notes de frais à la trésorerie du Sénat, dont deux notes d'un même restaurant : - L'une de 1.428 euros (51 convives) et l'autre de 1.064 euros (38 convives), etc.
    > > > * Les services de la trésorerie ont cependant un doute :
    > > - Il semblerait qu'il s'agisse de fausses factures… AAH bon ?
    > > - Que le resto en question appartient à la propre fille de ce sénateur... AAH bon ?
    > > > - Lequel sénateur y détient aussi des parts du capital… AAAH bon ?
    > > >
    > > > Allégations évidemment réfutées par le sénateur qui s'indigne de ces soupçons et déclare vouloir porter plainte pour diffamation. Il produit à l'appui de ses protestations d'innocence un communiqué de soutien de la Présidence du Sénat
    > > ( sur papier à en-tête de la présidence, avec signatures et tout et tout ...).
    > > >
    > > > Problème : Après une rapide enquête, ce document se révèle être un faux !
    > > >
    > > > Récapitulons : Népotisme, fausses factures, faux en écritures publiques, tentative de détournement de fonds publics, la totale quoi !
    > >
    > > > Vous-vous dites qu'une histoire comme celle-là se passait en Tunisie avant la révolution jasminée, ou bien au Tadjikistan oriental ou à la rigueur dans une quelconque république bananière d'Amérique du Sud !
    > >
    > > > Et bien non ! Ca se passe en France et en ce moment (2011)
    > >
    > > > Le sénateur en question s'appelle Jean-Marc Pastor (PS) et, tenez-vous bien, il est un des trois « questeurs » du Sénat.
    > > C'est-à-dire un des 3 bons garçons à l'attitude exemplaire chargés de gérer et de contrôler les 350 millions annuels que nous coûte cette « noble » institution et qui ont essayé (je parle toujours des 3 questeurs) de s'octroyer dans la plus ou moins grande discrétion 3.500 euros de « prime » fin juin 2011.
    > > > Les sénateurs (de tous bords politiques faut-il préciser...) ont tenté en vain d'étouffer l'affaire afin qu'elle ne s'ébruite pas.
    > > - Ca ferait mauvais effet pour eux....
    > > > - Trop tard ! L'information a filtré !
    > > >
    > > > Question : Messieurs les sénateurs vont prendre des sanctions contre J.M. Pastor, révoquer son mandat, porter plainte contre lui ou quelque chose dans ce genre ?
    > > Vous pouvez toujours courir mes amis ! L'année prochaine ou dans 3 ans, Pastor sera toujours sénateur et tout aura été oublié ...
    > > > Le traintrain quotidien dans les institutions de la République, quoi...!

    AU CAS OU VOUS AURIEZ UN DOUTE TAPEZ SON NOM SUR GOOGLE !

    http://www.lemonde.fr/societe/article/2011/07/05/les-notes-de-frais-d-un-questeur-du-senat-empoisonnent-l-atmosphere-au-palais-du-luxembourg_1544843_3224.html


    Qui dit qu'on lave plus blanc au PS ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vu le paysage politique, pas d'autre choix possible que de voter Hollande pour barrer Sarközy (i.e éviter un 2ème tour Sarközy/Le Pen). C'est au PS de montrer un signe fort en dégageant ses brebis galeuses

      Supprimer
  3. finalement je suis très contente de ne pas avoir à voter, c'est vraiment du n'importe quoi vos histoires politiques. Solange

    RépondreSupprimer
  4. à solange
    moi aussi je suis contente de ne pas avoir à voter pour ces boules puantes et je serai bien embarrassée si je devais le faire tellement ils sont tous "abominaffreux "

    RépondreSupprimer
  5. il y en a juste au moins un part par mois des scandales "de trop"...c'est seulement un scandale ordinaire en plus

    RépondreSupprimer
  6. Avant l'élection de 2007 ,je disais à mes amis que cet homme est un danger pour notre pays (je parle bien-sur de zébulon).Force est de constater que je me suis trompé c'est bien pire que je ne le pensais à l'époque.Avec son clan mafieux il saccage la france au propre et au figuré .Il va falloir faire un audit de ce quinquennat et juger ces gangsters.
    Merci à Juan pour nous faire cette exercice de salubrité publique en nous résumant tous les jours le sarkozysme. J'en ai même la nausée à force de lire la déliquescence de ce pays .Il est temps que cela s'arrête !!!!(cette monarchie )

    RépondreSupprimer
  7. Dans le dernier ouvrage de Pïerre Péan (la république des mallettes),l'auteur raconte que squarcini ce grand serviteur du sarkozysme écrit une attestation de bonne conduite à propos de djouhri.Ce baron sulfureux évolue dans les arrières cuisines de la "république" et à même ses entrées à l'elysée .Il a été lié au grand banditisme pendant de nombreuses années .Reconversion réussie pour celui ci à moins que notre pays n'est plus une république démocratique mais une plutocratie .

    RépondreSupprimer
  8. Le scandale de trop ? je me gausse. Un scandale de plus tout au plus. On s'en accommodera comme de tous les autres, passés ou à venir peut-être jusqu'à l'avènement de je ne sais trop quel gouvernement autoritaire arrivé là par dégoût de l'électeur pour la politique dite "traditionnelle et démocratique" mais molle et impuissante à mettre un terme à ces "scandales".

    RépondreSupprimer
  9. Et la série des manipulations sarközystes continue, de pire en pire en s'attaquant aux institutions régaliennes, garantes de la démocratie.

    http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/01/13/le-juge-antiterroriste-marc-trevidic-serait-l-objet-de-brimades_1629246_3224.html

    Viktor Orban, Sarközy bonnet blanc et blanc bonnet?

    RépondreSupprimer
  10. C'est comme partout, li y a des bons et des mauvais éléments, c'est la politique qui engendre ces pourris, droite et gauche c'est pareil, le but pour ces gens ambitieux c'est d'avoir un poste, n'importe où et n'importe comment, l'important c'est de briller et d'être vu, d'être devant cette bande de minable qu'ils veulent dominer. Moi je vais voter Marine, pourtant je sais qu'ils ne sont pas plus blancs que les autres, mais le but est de faire sauter le nain, je serai certainement déçu, mais pas plus qu'ailleurs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je pense exactement comme vous ; c'est pas la panacée Marine , mais au moins si ça pête , on saura pourquoi ... quand on voit dans quel état est notre pays aujourd'hui ... bravo et merci à tous ceux qui ont votés Sarko en 2007 ..!
      Sont capables de recommencer... les cons !!

      Supprimer
    2. Je préfère Méluche !

      Supprimer
  11. bah , aujourd'hui , de Sarkozy , plus rien ne m'étonne ..! enfin si ... qu'il espère être réélu ! c'est désespérant ...

    RépondreSupprimer
  12. Comme tous les politiques, ce type est une saleté, sachant qu'il est détesté par les deux tiers des français, il en remet une couche en se représentant à l'élection présidentielle, mais il cherche quoi, pas autre chose que de foutre la pagaille entre français, ce qu'il a déjà fait d'ailleurs, nous allons finir par nous haîr entre gens d'un même pays et peut-être même nous tirer dessus.
    Ce type aura mis le plus grand désordre dans notre pays, ce qu'aucun autre président n'avait fait auparavant, au lieu d'être intelligent et de calmer le jeu en ne se représentant pas, il en remet une couche, il n'a pas compris que nous ne voulons (et nous sommes nombreux) plus voir sa sale tronche, et qu'il n'est pas désiré par les deux tiers des français.

    Moi aussi, je vais voter FN les socialistes ne m'interessent pas, j'ai déjà donné et j'ai été déçu.

    RépondreSupprimer
  13. L'agence de notation financière Standard & Poor's a décidé de dégrader la France en lui retirant sa note d'excellence triple A, mais en revanche elle a maintenu les notations AAA de l'Allemagne, des Pays-Bas et du Luxembourg, a indiqué à l'AFP vendredi une source gouvernementale.

    "La France perd son triple A", a souligné cette source sous couvert de l'anonymat, ajoutant que d'autres pays allaient sans doute subir le même sort.

    L'Allemagne, le Luxembourg et les Pays-Bas jouissent d'un triple A. L'agence a informé ces gouvernements de sa décision, selon la source.

    http://www.boursorama.com/actualites/la-france-degradee-allemagne-pays-bas-et-luxembourg-epargnes-5fc03954cd7c385c5d7f651966d9e193

    "Si la France perd son triple A, je suis mort." (Nicolas Sarkozy)

    RépondreSupprimer
  14. Ne voter pas, devenez autonomes, vous et vos proche et votre village ou ville, ne dépenser plus l'argent, il est le lien entre eux et vous, couper ce lien vous voila libre, et la liberté sera dur et difficile au premier temps...

    RépondreSupprimer
  15. ALERTE - Perte imminente AAA: Sarkozy réunit ses principaux ministres.

    PARIS - Le président français Nicolas Sarkozy a convoqué vendredi le Premier ministre François Fillon et les ministres de l'Economie François Baroin et du Budget Valérie Pécresse pour une réunion sur la perte attendue de la note AAA de la France, ont constaté des journalistes de l'AFP.

    Une source gouvernementale européenne a indiqué à l'AFP que l'agence américaine Standard and Poor's avait décidé de dégrader d'un cran la note triple A de la France, tout en maintenant celles de l'Allemagne, des Pays-Bas et du Luxembourg.

    (©AFP / 13 janvier 2012 19h17)

    RépondreSupprimer
  16. Pitié! Ne vous laissez pas tomber dans le piège électoral de Sarközy. A créer un clilmat délétère pour favoriser son duel final espéré Sarközy/Le Pen on va se payer 5 années de plus de désastres sarközystes. Le destin d'un pays ne se joue pas sur un coup de colère ou de dépit!!! Je voterai donc sans enthousiasme Hollande mais je tiendrai ensuite à réclamer plus de démocratie et de déontolgie (manif s'il faut en arriver là). Au point où on est, Hollande est le moins pire des scenarii.

    RépondreSupprimer
  17. "Si Hollande est élu, on perdra notre tripe A" disait la meute aboyeuse sarközyste. C'est fait! La france a perdu son triple A, mais pas l'Allemagne, ni les Pays Bas, ni le Luxembourg... Hollande a donc été élu depuis?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "La dégradation du triple A de la France est psycologique" Alain Minc

      Supprimer
  18. magouillage et cafouillage
    les deux mamelles du sarkosisme

    RépondreSupprimer
  19. Et bien, quelle merde puante. Il n'y a qu'à virer Sarko, et puis ne plus en parler. C'est pire que tout !!!

    RépondreSupprimer
  20. écoutez, je suis étrangère et par conséquent soumise au devoir de réserve...mais je ne peux pas m'empêcher de partager avec vous, d'abord mon ahurissement quand sarko a été élu en 2007 (quoi ce type représentant la France au plus haut niveau? non mais je rêêêve!)alors devoir de réserve ou pas, débrouillez vous comme vous pouvez, avec toute votre énergie, mais je vous en conjure, réconciliez moi avec l'idée de la France, de la république, de sa grandeur! Je suis très sérieuse, désespérée par l'état des lieux et je compte sur vous.

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.